Visuel 2019 de Jazz à Vienne

Visuel 2019 de Jazz à Vienne

Affiche dévoilée et premiers noms annoncés

Pour sa 39ème édition, « Jazz à Vienne » poursuit son partenariat avec le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Le visuel 2019 du festival est proposé par le dessinateur Jacques de Loustal et un concert dessiné de création va réunir Christophe Chassol et Brecht Evens. Les premiers noms de la programmation sont annoncés, Hocus Pocus, Bobby McFerrin et John Zorn.

Le partenariat initié en 2017 entre Jazz à Vienne et le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême se continue en 2019.

Jacques Loustall crée le visuel de l’édition 2019 de Jazz à Vienne

Après l’affiche de « Jazz à Vienne » 2018 créée par Brüno, celle de la 39ème édition du festival est confiée à l’illustrateur et dessinateur de bande dessinée Jacques de Loustall.

Après ses débuts dans Rock & Folk où il rencontre Philippe Paringaux, Jacques de Loustall signe avec lui plusieurs albums dont le superbe  « Barney et la note bleue » consacré au saxophoniste de jazz Barney Willen, publié en 1987 et réédité en 2016. 

Visuel 2019 de Jazz à VienneImprégné de l’ambiance de Vienne après une soirée passée au festival en 2018, Jacques de Loustall projette sa vision…

Une femme, les yeux fermés. Elle est connectée avec des musiciens qu’elle rejoint sur un îlot mental virtuel. Monde apaisé aux apparences exotiques. Couleurs étranges associées aux teintes crépusculaires dont le soleil gratifie le Rhône à Vienne lors de ses couchers estivaux. Même les oiseaux attentifs sont de la partie.

Concert dessiné avec Christophe Chassol et Brecht Evens

Le dialogue entre Bande Dessinée et Jazz, se prolonge avec un « concert dessiné », une création où se mêlent musique et bande dessinée. Il s’agit d’une rencontre live entre un dessinateur et un musicien qui réalisent une œuvre hybride. Le 05 juillet 2018, dans la Salle du Manège de Vienne, le premier concert dessiné du festival « Jazz à Vienne » a réuni la chanteuse Rokia Traoré et le dessinateur Rubén Pellejero,

Le 07 juillet 2019, le concert dessiné coproduit par les deux festivals fait se rencontrer le pianiste, compositeur, arrangeur et directeur musical, Christophe Chassol et le jeune auteur flamand Brecht Evens qui a récemment publié Les Rigoles chez Actes Sud.

Premiers noms du Festival Jazz à Vienne 2019

Belle nouvelle pour les aficionados du festival Jazz à Vienne… trois noms de la programmation 2019 sont révélés…

Hocus Pocus

Les six membres du groupe Hocus Pocus absents des scènes depuis leur dernier concert de Tokyo en 2012 reprennent du service. Ils reviennent pour une tournée estivale en 2019 avec un passage annoncé à Vienne.

L’énergique groupe nantais va faire revivre sur scène son rap métissé en revisitant les grands succès de son répertoire des années 2000.

Bobby McFerrin

Le vocaliste iconoclaste Bobby McFerrin vient présenter son dernier album « Spirityouall » au Théâtre Antique où il a si souvent fait vibrer le mur des spectateurs Jazz à Vienne seul en impro pieds nus sous la pluie ou avec le chœur Voicestra. Il est fort réjouissant de le savoir de retour sur les scènes !

John Zorn … présente les « Bagatelles Marathon »

Le compositeur, improvisateur, saxophoniste, clarinettiste, producteur et arrangeur américain John Zorn est annoncé à Vienne pour un évènement hors du commun, les « Bagatelles marathon« .  Entre mars et mai 2015, le patron du label Tzadik et directeur artistique du club new-yorkais « The Stone » a écrit 300 nouvelles compositions rassemblées sous l’appellation « The Bagatelles ».

Avec la crème des musiciens des scènes jazz, rock et classique de New-York, John Zorn va proposer au public de « Jazz à Vienne » une expérience exceptionnelle qu’il a déjà offerte au public de la Philarmonie à Paris en 2017… quatre heures de musique, quatorze groupes et une cinquantaine d’œuvres issues du répertoire « The Bagatelles ». De la musique de haut vol pour vivre une expérience unique.

Au programme, les plus grands improvisateurs du jazz et de la musique contemporaine, Acoustic Masada avec John Zorn et ses fidèles collaborateurs Dave Douglas, Greg Cohen, Joe Baron mais aussi la promesse d’écouter Marc Ribot, Trevor Dunn, Craig Taborn en piano solo, John Medeski en trio avec Dave Fiuczynski et  Calvin Weston, Sylvie Courvoisier et Mark Feldman, Gyan Rilzy et Julian Lage … et tant d’autres qu’il tarde de ré-écouter.

On se réjouit de revoir à Vienne ce musicien XXXL dont les derniers concerts ont laissé des souvenirs impérissables et encore très vivaces dans la mémoire des chanceux présents dans le Théâtre Antique de Vienne en 2003 et 2006.

Pour en savoir plus et accéder à ces concerts, RV sur le site de Jazz à Vienne

Coup de Cœur pour « Cuban Jazz Report »

Coup de Cœur pour « Cuban Jazz Report »

Sorti le 10 février 2020 sous le label Stunt, « Cuban Jazz Report » réunit une équipe de choc autour du percussionniste cubain Eliel Lazo. Avec le pianiste “Caramelo de Cuba”, le bassiste Yasser Pino et le batteur Raul Pineda, il développe une musique spontanée, ancrée dans les racines du jazz et celles la musique afro-cubaine africaine. Avec créativité, les quatre musiciens explorent les rythmes et joignent leurs voix aux instruments. Un jazz cubain moderne et sans blabla qui enflamme une descarga festive !

lire plus
Paul Lay revient avec « Deep Rivers »

Paul Lay revient avec « Deep Rivers »

Le pianiste Paul Lay revient en trio avec la chanteuse Isabel Sörling et le contrebassiste Simon Tailleu déjà présents à ses côtés sur le splendide « Alcazar Memories ». « Deep Rivers » résonne comme un voyage autour de 100 ans de chansons américaines, de la guerre de sécession à Nina Simone. Le trio rend hommage aux musiques populaires de la fin du 19ème et du 20ème siècle. Le répertoire s’enrichit de quatre compositions du pianiste rejoint par quatre invités. Les émotions sont au rendez-vous.

lire plus
Coup de Cœur pour GRIO – GRand Impérial Orchestra

Coup de Cœur pour GRIO – GRand Impérial Orchestra

Débuter l’année 2020 avec l’album « Music Is Our Mistress », c’est la garantie de faire le plein d’énergie car GRIO – GRand Impérial Orchestra n’a pas fait les choses à moitié. Il ne manque ni d’idées, ni d’invention. Étoffée de trois soufflants et d’un pianiste, la superbe équipe de l’Impérial Quartet est devenue octet. En concert, la musique de GRIO est atomique et l’album restitue tout à fait l’ardente puissance de l’orchestre. Après une première dégustation cochléaire, une seconde tournée est bienvenue pour s’enivrer de cette musique tonique, hypnotique et addictive. A consommer sans modération !

lire plus
Disparition du trompettiste Roy Hargrove

Disparition du trompettiste Roy Hargrove

Héros de la trompette du be-bop au hip-hop

Triste nouvelle ! Le trompettiste Roy Hargrove s’est éteint à New-York, à l’âge de 49 ans, dans la nuit du vendredi 02 au samedi 03 novembre 2018. Sa musique transgénérationnelle a mis d’accord les amateurs de be-bop autant que les fans de hip-hop.  A tout jamais merci Roy !

Le trompettiste Roy Hargrove le 11 juillet 2015 au festival Jazz à VienneOn s’est trouvé fort attristé d’apprendre hier sur la page Facebook de Roy Hargrove, le décès du trompettiste  Malgré de réels soucis de santé, il n’avait jamais baissé le pavillon de sa trompette et l’on s’était habitué au fil des ans à le voir et l’écouter régulièrement dans l’hexagone, au New Morning à Paris ou sur les scènes des grands festivals de jazz.

Repéré par Wynton Marsalis en 1987 Roy Hargrove apparaît en Europe en 1988 aux côtés de Jerome Richardson et Clifford Jordan managé par Larry Clothier, son manager qui ne l’a pas quitté. Il apparaît ensuite sur scène et sur les enregistrements de Don Sickler, Ricky Ford, Carl Allen, Bobby Watson, et est élu « meilleur soliste de l’année » par la revue américaine de jazz Down Beat.

En 1989 et 1990, Roy Hargrove entre à la Berklee School puis continue à la New School de New York. Il se produit ensuite comme sideman aux côtés de Herbie Hancock, Sonny Rollins, Oscar Peterson, Roy Haynes, Frank Morgan, Shirley Horn, Steve Coleman, Christian McBride et Wynton Marsalis.

Du jazz traditionnel au be bop

C’est à la tête de son quintet composé de Stephen Scott, Christian McBride, Yoron Israel et Antonio Hart, que Roy Hargrove sort ses premiers albums, « Diamond in the Rough » (1991), « Public Eye » (1992) et « The Vibe » (1992). Il sort ensuite « Of Kindred Souls » (1993) enregistré en live avec les saxophonistes Ron Blake et Gary Bartz, et le tromboniste André Hayward.

Signé par le label Verve, le trompettiste enregistre « With the Tenors of Our Time » en 1994 entouré des saxophonistes ténors Ron Blake, Branford Marsalis, Johnny Griffin, Stanley Turrentine, Joe Henderson et Joshua Redman puis « Family » en 1995 avec David « fathead » Newman et Wynton Marsalis.

Roy Hargrove rend ensuite hommage à Charlie Parker avec Christian McBride et le pianiste Stephen Scott sur le disque « Parker’s Mood » paru en 1995.

De la musique cubaine au hip-hop

Couverture de l'album Havana de Roy HargroveEn 1996, Roy Hargrove rencontre Chucho Valdés au festival de jazz de La Havane et forme ensuite le groupe Crisol qui réunit autour de Chucho Valdès les percussionnistes cubains Horacio « El Negro » Hernandez, Jose Luis « Changuito » Quintana et Miguel « Anga » Diaz et des jazzmans afro-américains comme les saxophonistes David Sanchez et Gary Bartz, le tromboniste Frank Lacy et le guitariste Russell Malone. Le superbe album « Habana » sorti en 1997 lui vaut d’ailleurs son premier Grammy Award dans la catégorie « musique afro-cubaine ».

Roy Hargrove embarque ensuite sa trompette et son bugle dans le monde des ballades auxquelles il consacre « Moment to Moment » en 2000, accompagné de cordes.Couverture de l'album Directions in Music avec Roy Hargrove

En 2003 son album « Directions in Music » enregistré live en 2002 à Toronto avec le pianiste Herbie Hancock et le saxophoniste Michael Brecker est récompensé du Grammy Award du « Meilleur album de jazz instrumental ».

Couverture de l'album Hard Groove de Roy Hergrove avec The RH FactorDurant cette même année 2003, il invite D’Angelo et Erykah Badu sur « Hard Groove » puis le trompettiste oriente ensuite sa musique vers le jazz funk et fondeThe RH Factor, avec lequel il grave « Strength » en 2004 et « Distractions » en 2006.

Roy Hargrove revient en quintet à un jazz plus classique en 2006 avec Justin Robinson, Ronnie Matthews, Dwayne Burno, Willie Jones III sur « Nothing Serious ». En 2008 Gerald Clayton, Danton Boller et Montez Coleman sont à ses côtés sur « Earfood » où il grave son fameux Strasbourg/St. Denis dédié au New Morning où le trompettiste s’est produit très souvent ces dernières années

L’énergie de jouer jusqu’au bout

Jamais Roy Hargrove ne s’est enfermé dans la facilité. Pas question pour le jeune et fougueux trompettiste découvert dans les années 90 de demeurer à jamais le porte-parole d’un style qu’il maîtrisait pourtant tout à fait. De son jeu expressif et énergique il a parcouru les styles avec brillance. Du be-bop au hip-hop en passant par la musique cubaine la trompette et le bugle de Roy Hargrove ont parcouru de nombreux courants musicaux.

On le savait dialysé depuis de nombreuses années et l’on comprenait ses baisses de forme qui faisaient plus encore apprécier les superbes prestations qu’il parvenait à offrir au public. Il manifestait une apparente joie de jouer. Même si l’on prenait la mesure de la fragilité de l’artiste, on lui savait gré de de ne pas abandonner sa trompette, la musique et son public, de continuer à jouer envers et contre tout. Comme un certain Chet Baker on l’a vu passer sur scène de profonds moments d’absence à de superbes fulgurances inspirées.Le trompettiste Roy Hargrove le 12 juillet 2018 au festival Jazz à Vienne

Le 12 juillet 2018 ,dans le cadre du festival « Jazz à Vienne » 2018, le trompettiste Roy Hargrove est apparu dans une très grande forme à la tête de son quintet sur la scène du Théâtre Antique. Avec souplesse et énergie il a présenté un set superbe. De ses notes précises et élégantes son jazz acoustique s’est promené entre post-bop et sonorités néo-orléanaises et il a même endossé avec bonheur le rôle de chanteur.

Habité par la musique, Roy Hargrove a bravé la camarde et même si elle a gagné, il demeure à jamais vivant dans nos mémoires. Grâce aux albums certes mais aussi grâce aux souvenirs qu’il a laissés de ses prestations scéniques. On conserve indélébile le souvenir de ce jeune musicien fougueux et inventif qu’a été Roy Hargrove dans les années 90. On le remercie d’avoir su persévérer malgré le temps et ses problèmes de santé pour continuer à offrir sa musique avec une immense générosité.

Coup de Cœur pour « Cuban Jazz Report »

Coup de Cœur pour « Cuban Jazz Report »

Sorti le 10 février 2020 sous le label Stunt, « Cuban Jazz Report » réunit une équipe de choc autour du percussionniste cubain Eliel Lazo. Avec le pianiste “Caramelo de Cuba”, le bassiste Yasser Pino et le batteur Raul Pineda, il développe une musique spontanée, ancrée dans les racines du jazz et celles la musique afro-cubaine africaine. Avec créativité, les quatre musiciens explorent les rythmes et joignent leurs voix aux instruments. Un jazz cubain moderne et sans blabla qui enflamme une descarga festive !

lire plus
Paul Lay revient avec « Deep Rivers »

Paul Lay revient avec « Deep Rivers »

Le pianiste Paul Lay revient en trio avec la chanteuse Isabel Sörling et le contrebassiste Simon Tailleu déjà présents à ses côtés sur le splendide « Alcazar Memories ». « Deep Rivers » résonne comme un voyage autour de 100 ans de chansons américaines, de la guerre de sécession à Nina Simone. Le trio rend hommage aux musiques populaires de la fin du 19ème et du 20ème siècle. Le répertoire s’enrichit de quatre compositions du pianiste rejoint par quatre invités. Les émotions sont au rendez-vous.

lire plus
Coup de Cœur pour GRIO – GRand Impérial Orchestra

Coup de Cœur pour GRIO – GRand Impérial Orchestra

Débuter l’année 2020 avec l’album « Music Is Our Mistress », c’est la garantie de faire le plein d’énergie car GRIO – GRand Impérial Orchestra n’a pas fait les choses à moitié. Il ne manque ni d’idées, ni d’invention. Étoffée de trois soufflants et d’un pianiste, la superbe équipe de l’Impérial Quartet est devenue octet. En concert, la musique de GRIO est atomique et l’album restitue tout à fait l’ardente puissance de l’orchestre. Après une première dégustation cochléaire, une seconde tournée est bienvenue pour s’enivrer de cette musique tonique, hypnotique et addictive. A consommer sans modération !

lire plus

Victoires du Jazz 2018

Les femmes de retour au palmarès

La chanteuse Cécile McLorin Salvant, l’organiste Rhoda Scott, les pianistes Laurent de Wilde et Roberto Negro, le trompettiste David Enhco, le saxophoniste Raphaël Imbert, The Amazing Keystone Big Band sont distingués par les Victoires du Jazz 2018. Le 01 décembre 2018, le film documentaire musical de Yan Pröfrock permettra de découvrir les lauréat.e.s dans les lieux de vie du jazz.

La 16ème cérémonie des Victoires du Jazz animée par son président Sébastian Danchin et Sandra Nkaké s’est déroulée le 25 octobre 2018 dans l’auditorium Debussy-Ravel de la Sacem. Elle a été relayée en direct sur les réseaux sociaux de l’organisation « Les Victoires de la musique ».

Distribuées par les 200 personnalités de l’Académie des votants pour les Victoires du Jazz, ces récompenses ont distingué 5 artistes, 2 albums et 6 professionnels du monde du spectacle et du disque Jazz.

Le Palmarès des Victoires du Jazz

Nombreux sont les albums de jazz publiés au fil des mois. Tous sont valeureux. On se réjouit de savoir récompensés par des Victoires du Jazz les artistes auxquels les « Latins de Jazz » ont consacré des chroniques (album et/ou concert).

Vingt ans après avoir remporté la Victoire de la Révélation Jazz, le pianiste Laurent de Wilde est lauréat en 2018 dans la catégorie « Artiste de l’année ». L’année 2018 est une année faste pour cet artiste qui a par ailleurs été honoré en 2018 du Grand Prix Jazz de la Sacem qui distingue « la carrière de celles et ceux dont les mots, les notes, les œuvres ont marqué la création ».

Ces récompenses honorent l’activité d’écriture, de composition et d’édition de cet artiste dont il convient de rappeler et saluer l’activité discographique récente, « Riddles » en duo avec Ray Lema, sorti en 2016 et « New Monk Trio » à qui l’Académie du Jazz a décerné le prix du « Meilleur disque français » 2017. On note aussi son implication dans la direction artistique de l’album « Thanks a Million » du trompettiste Éric Le Lann et du pianiste Paul Lay.

Lauréat du Prix Frank Ténot, dans la catégorie « Artiste qui monte » le trompettiste David Enhco est issu de la dynastie des Casadesus (grand-père chef d’orchestre, mère soprano lyrique). Il a suivi une double formation, classique au conservatoire et jazz au Centre des Musique Didier Lockwood. Après s’être produit très jeune sur les scènes avec son frère Thomas (piano), il a une activité soutenue et mène plusieurs projets de front dans le jazz et la musique classique. Il a co-fondé le label Nome sur lequel il a publié en quartet l’album « Horizons »  et est aussi impliqué comme co-directeur  et musiciens de The Amazing Keystone Big Band.

Lauréate dans la catégorie « Voix de l’année », après avoir été récompensée de deux Grammy Awards et reçu le prix Django Reinhardt 2017 de l’Académie du Jazz, la chanteuse et song-writer Cecile McLorin Salvant a récemment sorti l’album « The Window » d’une musicalité peu commune.

Lauréat dans la catégorie « Groupe de l’année », The Amazing Keystone Big Band est co-dirigé par Bastien Ballaz, Jon Boutellier, David Enhco & Fred Nardin. Après « Pierre et le Loup et le Jazz » , « Le Carnaval Jazz des Animaux », « Django Extended » et « Monsieur Django et Lady Swing », l’orchestre a récemment publié « We Love Ella » (Nome/L’Autre Distribution) qui réinvente quelques-uns des grands succès de la grande Ella Fitzgerald et « La voix d’Ella » un conte musical joyeux et ludique.

L’album « Saison 3 » (Label Bleu/L’Autre distribution) du groupe Dadada mené par le pianiste Roberto Negro est lauréat dans la catégorie « Album sensation de l’année ». Cet artiste à l’activité bouillonnante ne cesse de renouveler son inspiration sur les galettes mais aussi sur scène où Dadada et le projet « Saison 3 » proposent de véritables escapades musicales entre apesanteur et vibrations.

  • « Music is my Hope » du saxophoniste et clarinettiste Raphaël Imbert

L’album « Music is my Hope » (Jazz Village/Pias) du saxophoniste et clarinettiste Raphaël Imbert est lauréat dans la catégorie « Album inclassable de l’année ». Impliqué dans la Compagnie Nine Spirit qu’il dirige, cet artiste au profil singulier entreprend un perpétuel questionnement sur le jazz. Cet explorateur du spirituel dans le jazz a publié le résultats de dix années de recherche dans  « Jazz supreme - Initiés, mystiques et prophètes », ouvrage sorti en 2014 et réédité en 2018 aux Éditions de l’Éclat - Éclat-L’Eclat Poche avec une préface de Pascal Chamoiseau.

  • Rhoda Scott

Honorée par la Victoire d’Honneur, l’organiste et chanteuse américaine Rhoda Scott voit sa carrière couronnée l’année même de ses 80 ans fêtés le 03 juillet 2018 sur la scène du Théâtre Antique de Vienne. Très liée à la France, elle a célébré le jazz à travers sa musique et affirmé la place des femmes dans le jazz avec son Lady Quartet  A la tête de cet orchestre elle a enregistré l’album « We Free Queens » (Sunset Records/L’Autre Distribution). Sa musique groovy et festive réjouit le public en toute occasion.

Le retour des femmes au palmarès

On peut remercier la contrebassiste Joëlle Léandre pour sa réaction devant le palmarès 2017 où ne figurait aucune artiste féminine alors qu’il y a environ 8% de femmes (chanteuses et instrumentistes) dans le jazz, milieu très masculin. Ainsi, après un palmarès 2017 totalement masculin, celui de 2018 rétablit la proportion puisque deux femmes figurent cette année sur le palmarès des artistes récompensés aux Victoires du Jazz, l’organiste Rhoda Scott et la chanteuse Cecil McLorin Salvant.

Par ailleurs trois femmes sont lauréates de Victoires consacrée à la profession jazz, Pierrette Devineau (catégorie programmation de spectacles), Marion Piras (catégorie production de spectacles) et Nathalie Piolé (catégorie homme/femme de média) ce qui permet à l’Académie des Victoires de la Musique de faire figurer cinq noms féminins sur les treize catégories.

Faible exposition médiatique du Jazz

Au-delà de la représentativité des femmes dans les palmarès, ce qui interpelle surtout est la faible exposition médiatique des Victoires du Jazz et donc celle dont leurs lauréats.e.s bénéficient. Cet état de fait est sans doute relier avec la visibilité réduite du jazz dans les médias (audio/vidéo/presse) ce qui à terme contribue à discriminer cette musique ?

En fait, moins un art est exposé moins il est visible du public. Moins le public est sollicité moins il se mobilise et moins l’art concerné est vendeur donc moins il génère de profits financiers et moins il mobilise l’intérêt de ceux qui tiennent les leviers économiques. Ces faits et bien d’autres touchent la formation, la diffusion et la production et à ce titre préoccupent l’ensemble des professionnels du jazz. Il faudrait plus que quelques lignes pour explorer plus avant cette problématique enracinée dans un terreau économique et sociétal.

Les modalités de diffusion du palmarès des Victoires du Jazz 2018 auprès du grand public entérinent de facto la visibilité confidentielle du jazz sur les médias nationaux. En effet, il faut attendre le samedi 1er décembre vers 0h35 sur France 3 et sur CultureBox pour visionner le film documentaire de Yan Pröfrock et retrouver alors les lauréats des Victoires de la musique 2018 à travers six portraits et de nombreuses séquences live inédites, dans le film des Victoires du Jazz 2018.

Coup de Cœur pour « Cuban Jazz Report »

Coup de Cœur pour « Cuban Jazz Report »

Sorti le 10 février 2020 sous le label Stunt, « Cuban Jazz Report » réunit une équipe de choc autour du percussionniste cubain Eliel Lazo. Avec le pianiste “Caramelo de Cuba”, le bassiste Yasser Pino et le batteur Raul Pineda, il développe une musique spontanée, ancrée dans les racines du jazz et celles la musique afro-cubaine africaine. Avec créativité, les quatre musiciens explorent les rythmes et joignent leurs voix aux instruments. Un jazz cubain moderne et sans blabla qui enflamme une descarga festive !

lire plus
Paul Lay revient avec « Deep Rivers »

Paul Lay revient avec « Deep Rivers »

Le pianiste Paul Lay revient en trio avec la chanteuse Isabel Sörling et le contrebassiste Simon Tailleu déjà présents à ses côtés sur le splendide « Alcazar Memories ». « Deep Rivers » résonne comme un voyage autour de 100 ans de chansons américaines, de la guerre de sécession à Nina Simone. Le trio rend hommage aux musiques populaires de la fin du 19ème et du 20ème siècle. Le répertoire s’enrichit de quatre compositions du pianiste rejoint par quatre invités. Les émotions sont au rendez-vous.

lire plus
Coup de Cœur pour GRIO – GRand Impérial Orchestra

Coup de Cœur pour GRIO – GRand Impérial Orchestra

Débuter l’année 2020 avec l’album « Music Is Our Mistress », c’est la garantie de faire le plein d’énergie car GRIO – GRand Impérial Orchestra n’a pas fait les choses à moitié. Il ne manque ni d’idées, ni d’invention. Étoffée de trois soufflants et d’un pianiste, la superbe équipe de l’Impérial Quartet est devenue octet. En concert, la musique de GRIO est atomique et l’album restitue tout à fait l’ardente puissance de l’orchestre. Après une première dégustation cochléaire, une seconde tournée est bienvenue pour s’enivrer de cette musique tonique, hypnotique et addictive. A consommer sans modération !

lire plus
En septembre 2018 Laborie Jazz fait très fort !

En septembre 2018 Laborie Jazz fait très fort !

ERMI’JAZZ et 6 sorties d’albums

En ce début d’automne, l’actualité du label Laborie Jazz attire l’attention. Du 24 au 28 septembre 2018, se profile ERMI’JAZZ avec dix concerts des artistes du label au Studio de l’Ermitage. La sortie de six nouveaux albums précède cet évènement. Bravo au dynamisme de ce label de production indépendant.

Depuis 2006 le label Laborie Jazz figure en bonne place parmi les labels de production indépendants français. En 2017 il s’engage dans la production de concerts pour ses artistes. En 2018, il frappe un grand coup pour mieux accompagner et développer la carrière des artistes qu’il soutient.Logo du Label Laborie Jazz

En investissant le Studio de l’Ermitage pendant une semaine avec ERMI’JAZZ, Jean-Michel Leygonie (directeur artistique) et son équipe de Laborie Jazz donnent ainsi une plus grande visibilité au travail de neuf des artistes du label. Ainsi sont mises en avant de nouveaux venus comme Cassius Lambert signé en mars 2018 mais aussi des artistes confirmés comme Anne Paceo.

On note avec intérêt la présence de quatre femmes musiciennes et compositrices parmi les neuf artistes programmés durant le festival Laborie : la batteuse Anne Paceo, la chanteuse Leïla Martial, la clarinettiste Elodie Pasquier et la saxophoniste Silvia Ribeiro Ferreira.

ERMI’JAZZ… le Festival Laborie

Le Studio de l’Ermitage accueille le Festival Laborie à Paris du 24 au 28 septembre 2018

… 5 jours, 9 artistes, 10 concerts.

Lundi 24 septembre 2018

  • A 18h, la scène appartient à Anne Paceo et son projet « Circles ». La musique pulsatile, tendre, organique et onirique de ce groupe vaut le déplacement, d’autant plus que dès janvier 2019, Anne Paceo va tourner avec son nouveau projet « Bright Shadows ».
  • A 20h30, la clarinettiste Elodie Pasquier présente « Mona ». C’est l’occasion rêvée pour découvrir le Quintet EST « Mona » et l’unité de son qui le caractérise, un Son qui évolue, circule, transpire et exulte.

Mardi 25 septembre 2018

  • A 18h, Itamar Borochov présente « Blue Nights ». Le trompettiste, mélodiste accompli revient sur scène avec son nouveau projet. Il propose sa musique, aboutissement de sa recherche du « Divin » dans le sacré comme dans le profane.
  • A 20h30, place à Silvia Ribeiro Ferreira. A la tête de son quartet elle présente son projet « Luziades ». Avec ses saxophones, elle explose les timbres et les formes.

Mercredi 26 septembre 2018

  • A 18h & 20h30, le pianiste Lorenzo Naccarato est de retour avec son trio et son nouveau projet « Nova Rupta ». Il offre une musique en mouvement qui séduit et dépayse.

Jeudi 27 septembre 2018

  • A 18h, la soirée ouvre avec la vocaliste Leïla Martial qui présente « Baabel » en trio. C’est le moment où jamais de prendre la mesure de l’évolution de ce projet créatif. De belles émotions en perspective.
  • A 20h30, c’est le guitariste Benjamin Bobenrieth qui prend le relai sur scène avec son projet « Travels ». A la tête de son quartet il porte haut le legs des maîtres de la guitare manouche qui l’ont inspiré.

Vendredi 28 Septembre 2018

  • A 18h, le groupe Festen présente le tout nouveau « Inside Stanley Kubrick ». L’énergique quartet dévoile au public l’univers énigmatique et tourmenté de sa nouvelle musique.
  • A 20h30, le jeune bassiste et compositeur suédois Cassius Lambert termine la soirée. Il présente son projet « Symmetri » avec son septet aux résonances contemporaines qui marie jazz, funk, rock, hip-hop et musique minimaliste.

Avec cette toute récente recrue du label se termine le Festival Laborie dont on espère qu’il sera suivi d’une deuxième édition en 2019.

Six sorties d’albums

En amont de l’ERMI’JAZZ, le label Laborie Jazz annonce pour le 21 septembre 2018 six nouvelles sorties d’albums.

A cette occasion, il propose de découvrir les projets de trois nouveaux artistes : la saxophoniste Silvia Ribeiro Ferreira avec « Luziades », le guitariste Benjamin Bobenrieth avec « Travels » et le bassiste Cassius Lambert avec « Symmetri ».

Trois autres musiciens reviennent avec de nouveaux projets. Le groupe Festen avec « Inside Stanley Kubrick », le pianiste Lorenzo Naccarato avec « Nova Rupta » et le trompettiste Itamar Borochov avec « Blue Nights ».

Ci-dessous les échos de « Blue Nights » et « Nova Rupta » écoutés en amont de leur sortie le 21 septembre 2018.

« Blue Nights »

Après « Boomerang » paru en 2006, le trompettiste et compositeur Itamar Borochov est de retour avec de nouvelles et superbes mélodies sur « Blue Nights » (Laborie Jazz/Socadisc/Idol) le leader est entouré du pianiste Rob Clearfield, du bassiste et oudiste Avri Borochov et du batteur Jay Sawyer.

couverture de l'album Blue Nights par Itamar Borochov chez Laborie JazzOn a aimé Right now, la composition lumineuse du trompettiste dont la sonorité voilée évoque un climat de recueillement voire de prière. Sur Blue Nights, l’atmosphère se fait hypnotisante avec un motif itératif joué de manière fusionnelle par le piano et la trompette. La tension monte encore avec l’intervention du oud et d’une rythmique ancrée dans la tradition juive séculaire.

On vibre sur Motherlands où intervient Innov Gnawa. La mélopée chantée par Maalem Hassan Ben Jaafer soutenu par les voix et les qraqers de Samir Langus et Amino stimule l’expression du trompettiste qui fait un clin d’oeil au hard-bop, style où il excelle. Sur Maalem, le groupe adopte une esthétique qui permet au trompettiste de phraser aux marges de la tradition cool.

Daasal évoque quant à lui les atmosphères tendues du hard-bop et les envolées bouillonnantes de la trompette rappellent parfois le style d’un certain Woody Shaw. Garden Dog Sleeps et Broken Vessels mettent en avant le rôle de la section rythmique inspirée et foudroyante qui pousse le trompettiste dans ses retranchements.

Les deux derniers titres sont plus sobres. Revolutionizin’ inspire la sérénité et Kol Haolam Kulo-Take Me To The Bridge suggère une quête divine où se croisent exaltation et recueillement.

Inspirée par la tradition séfarade, la musique de l’album est jouée par des musiciens habités, comme en recherche de Divin, qu’il soit sacré ou profane d’ailleurs.

« Nova Rupta »

couverture de l'album Nova Rupta par le Lorenzo Naccarato Trio, Label Laborie Jazz

Pour son deuxième opus, « Nova Rupta » (Laborie Jazz/Socadisc/Idol), le pianiste et compositeur Lorenzo Naccarato revient en trio avec à ses côtés Adrien Rodriguez à la contrebasse et Benjamin Naud à la batterie. En latin, nova rupta signifie nouvelle éruption ce que certains climats volcaniques de l’album évoquent vraiment. Tout au long des dix plages de « Nova Rupta », le trio propose un voyage musical imaginaire.

La musique évoque le mouvement et s’inscrit dans le concept de musique cinématique qui est basée sur des cellules répétitives et développe des motifs. Le disque propose une alternance savamment dosée de climats oniriques et de silences auxquels succèdent d’orageuses perturbations rythmiques rappelant sur Osmosis et Shapes and Shadows les atmosphères du groupe « Bad Plus ».

Au final , de l’album se dégage une atmosphère qui évoque la nature et engage à une sérénité vigilante.

Le label Laborie Jazz voit grand ! ERMI’JAZZ au Studio de l’Ermitage à Paris du 24 au 28 septembre 2018. Six albums à sortir le 21 septembre 2018. Trois nouvelles signatures… Isabel Sörling, Uriel Herman, François & Louis Moutin. Une nomination aux Victoires du Jazz dans la catégorie « Label de l’année ». A suivre avec attention !

Coup de Cœur pour « Cuban Jazz Report »

Coup de Cœur pour « Cuban Jazz Report »

Sorti le 10 février 2020 sous le label Stunt, « Cuban Jazz Report » réunit une équipe de choc autour du percussionniste cubain Eliel Lazo. Avec le pianiste “Caramelo de Cuba”, le bassiste Yasser Pino et le batteur Raul Pineda, il développe une musique spontanée, ancrée dans les racines du jazz et celles la musique afro-cubaine africaine. Avec créativité, les quatre musiciens explorent les rythmes et joignent leurs voix aux instruments. Un jazz cubain moderne et sans blabla qui enflamme une descarga festive !

lire plus
Paul Lay revient avec « Deep Rivers »

Paul Lay revient avec « Deep Rivers »

Le pianiste Paul Lay revient en trio avec la chanteuse Isabel Sörling et le contrebassiste Simon Tailleu déjà présents à ses côtés sur le splendide « Alcazar Memories ». « Deep Rivers » résonne comme un voyage autour de 100 ans de chansons américaines, de la guerre de sécession à Nina Simone. Le trio rend hommage aux musiques populaires de la fin du 19ème et du 20ème siècle. Le répertoire s’enrichit de quatre compositions du pianiste rejoint par quatre invités. Les émotions sont au rendez-vous.

lire plus
Coup de Cœur pour GRIO – GRand Impérial Orchestra

Coup de Cœur pour GRIO – GRand Impérial Orchestra

Débuter l’année 2020 avec l’album « Music Is Our Mistress », c’est la garantie de faire le plein d’énergie car GRIO – GRand Impérial Orchestra n’a pas fait les choses à moitié. Il ne manque ni d’idées, ni d’invention. Étoffée de trois soufflants et d’un pianiste, la superbe équipe de l’Impérial Quartet est devenue octet. En concert, la musique de GRIO est atomique et l’album restitue tout à fait l’ardente puissance de l’orchestre. Après une première dégustation cochléaire, une seconde tournée est bienvenue pour s’enivrer de cette musique tonique, hypnotique et addictive. A consommer sans modération !

lire plus
Ibrahim Maalouf de retour avec « Levantine Symphony N°1 »

Ibrahim Maalouf de retour avec « Levantine Symphony N°1 »

Hymne unificateur et métissé

L’infatigable Ibrahim Maalouf revient le 14 septembre 2018 avec l’album « Levantine Symphony n°1 ». Dans ce projet symphonique aux confluences des musiques classique, contemporaine, world et jazz, le compositeur tente le défi de rassembler les musiques du Levant. Un projet ambitieux.

Couverture de l'album Levantine Symphony N°1 composée par Ibrahim MaaloufLe compositeur et trompettiste Ibrahim Maalouf est de retour avec un nouveau projet qu’il présente sur l’album « Levantine Symphony N°1 » (Mister Ibe/Universal Music) dont la sortie est annoncée pour le 14 septembre 2018.

L’œuvre a été créée en première mondiale le 01 mars 2018 au Kennedy Center à Washington DC. Le projet est issu d’une collaboration avec la New Levant Initiative, une organisation américaine qui aide à la compréhension et au développement culturel et économique du Levant.

Sur l’album Ibrahim Maalouf propose quarante-cinq minutes d’une suite symphonique qui réunit le Paris Symphonic Orchestra, le chœur d’enfants de La Maîtrise des Hauts de Seine, Ibrahim Maalouf (composition, direction, solos trompette, piano, claviers) et les musiciens de son groupe, François Delporte (guitare), Frank Woeste (Fender Rhodes) et Stéphane Galland (batterie).

Trompettiste, leader, compositeur….

Depuis les années 2000 Ibrahim Maalouf s’est fait connaître comme trompettiste, pianiste, leader et homme de scène mais aussi compositeur et homme de studio qui produit, co

Ibrahim Maalouf

Ibrahim Maalouf©Yann Orhan

mpose, arrange et réalise des albums pour lui et pour les autres. Récompensé par de nombreux prix (4 Victoires de la Musique, César de la meilleure Musique de Film en 2016, …) et d’autres titres honorifiques qu’il serait trop long d’énumérer, voilà Ibrahim Maalouf devenu incontournable.

… Chef d’orchestre

Ibrahim Maalouf devient chef d’orchestre. Avec les musiciens qu’il a réunis autour de lui et avec les ingénieurs du son, il enregistre l’ambitieux projet « Levantine Symphony N°1 ».

Ainsi, Ibrahim Maalouf rassemble les musiques constitutives de son identité musicale qui englobe les cultures arabe sacré, pop, jazz, funk au sein d’une symphonie qu’il souhaite universelle. Il livre la musique du Levant tel qu’il le perçoit, le conçoit.

La symphonie

Seize mouvements s’enchaînent. Le thème est exposé puis repris sous des formes dont les structures changent. Il est développé, s’amenuise, enfle, s’enrichit au fil des sept mouvements. Les instruments et l’intensité varient, la parole circule avec fluidité entre le chœur, les solistes et l’orchestre.

Du prélude au final on se laisse porter au gré des vagues musicales qui se succèdent dans une grande continuité.

« Levantine Symphony N°1 » est marquée du sceau de son auteur et l’on ressent une relative impression de déjà écouté. Rien de surprenant quand on a l’oreille imprégnée des précédents opus du leader tous marqués de son empreinte portée par la sonorité si caractéristique de sa trompette microtonale et par ses univers si personnels. Les inconditionnels du trompettiste Ibrahim Maalouf ne s’en plaindront pas. Aux autres il reste à faire preuve de curiosité pour découvrir cette symphonie.

Pourquoi ne pas approfondir l’écoute de « Levantine Symphony N°1 » en concert et retrouver Ibrahim Maalouf et sa symphonie en direct les 18/19 janvier 2019 à la Seine Musicale ?
Coup de Cœur pour « Cuban Jazz Report »

Coup de Cœur pour « Cuban Jazz Report »

Sorti le 10 février 2020 sous le label Stunt, « Cuban Jazz Report » réunit une équipe de choc autour du percussionniste cubain Eliel Lazo. Avec le pianiste “Caramelo de Cuba”, le bassiste Yasser Pino et le batteur Raul Pineda, il développe une musique spontanée, ancrée dans les racines du jazz et celles la musique afro-cubaine africaine. Avec créativité, les quatre musiciens explorent les rythmes et joignent leurs voix aux instruments. Un jazz cubain moderne et sans blabla qui enflamme une descarga festive !

lire plus
Paul Lay revient avec « Deep Rivers »

Paul Lay revient avec « Deep Rivers »

Le pianiste Paul Lay revient en trio avec la chanteuse Isabel Sörling et le contrebassiste Simon Tailleu déjà présents à ses côtés sur le splendide « Alcazar Memories ». « Deep Rivers » résonne comme un voyage autour de 100 ans de chansons américaines, de la guerre de sécession à Nina Simone. Le trio rend hommage aux musiques populaires de la fin du 19ème et du 20ème siècle. Le répertoire s’enrichit de quatre compositions du pianiste rejoint par quatre invités. Les émotions sont au rendez-vous.

lire plus
Coup de Cœur pour GRIO – GRand Impérial Orchestra

Coup de Cœur pour GRIO – GRand Impérial Orchestra

Débuter l’année 2020 avec l’album « Music Is Our Mistress », c’est la garantie de faire le plein d’énergie car GRIO – GRand Impérial Orchestra n’a pas fait les choses à moitié. Il ne manque ni d’idées, ni d’invention. Étoffée de trois soufflants et d’un pianiste, la superbe équipe de l’Impérial Quartet est devenue octet. En concert, la musique de GRIO est atomique et l’album restitue tout à fait l’ardente puissance de l’orchestre. Après une première dégustation cochléaire, une seconde tournée est bienvenue pour s’enivrer de cette musique tonique, hypnotique et addictive. A consommer sans modération !

lire plus
Jazz à Vienne 2018-Tremplin national RéZZo FOCAL

Jazz à Vienne 2018-Tremplin national RéZZo FOCAL

Obradovic Tixier Duo, lauréat 2018

 

Obradovic Tixier Duo est labellisé « Lauréat RéZZo FOCAL Jazz à Vienne 2018 » à l’issue de la 14ème édition du tremplin RéZZo FOCAL Jazz à Vienne. Le groupe se produira au Théâtre Antique lors de  l’édition Jazz à Vienne 2019 à l’issue d’un accompagnement artistique et professionnel ponctué par l’enregistrement d’un album.

Tremplin national RéZZo FOCALDepuis 14 ans, via « tremplin RéZZo FOCAL Jazz à Vienne », Jazz à Vienne et ses partenaires (clubs, festivals, associations…) participent à dénicher la nouvelle scène jazz en région. Les groupes sélectionnés jouent devant un public et un jury dans des conditions scéniques professionnelles.

Le groupe lauréat du tremplin enregistre ensuite un album sur un label de renom, bénéficie durant un an d’un soutien à la diffusion et d’un accompagnement artistique et promotionnel avec à la clef une programmation dans l’édition suivante de Jazz à Vienne et dans d’autres salles et festivals partenaires.

Les groupes finalistes 2018

A l’issue de la sélection, neuf groupes sont présentés au « tremplin RéZZo FOCAL Jazz à Vienne 2018 ». Ils leur a été donné de se produire à Cybèle dans des conditions scéniques professionnelles devant de nombreux spectateurs assidus et un jury désigné par le festival.

Le 28 juin 2018

  • Charley Rose Trio (Jazz Magazine/Île de France)
  • Oggy & The Phonics (Sunset Sunside/Île de France
  • Foehn Trio (Jazz(s)RA / Auvergne-Rhône-Alpes=

Le 29 juin 2018

  • White From Black (Jazz En Ville/Bretagne)
  • Minuit 10 (Marseille Jazz des Cinq Continents/Provence-Alpes-Côte-D’azur)
  • Obradovic Tixier Duo (Cristal Production/Nouvelle Aquitaine)

Le 30 juin 2018

  • Sed Trio (Jazz In Marciac/Occitanie)
  • Enez (ÔJazz/Centre-Val-de-Loire)
  • Antiloops (Jazz Sous Les Pommiers/Normandie

Tout au long des trois jours qu’a duré le tremplin, le public a pu écouter et voir des propositions artistiques de qualité, présentées par des groupes tous très impliqués. Les spectateurs ont pu entendre des musiciens dont le niveau technique témoigne d’un travail assidu. Les prestations ont reflété la diversité des formes musicales qui habitent le jazz hexagonal. Aucun n’a démérité et tous ont reçu un accueil chaleureux de la part des festivaliers.

« Obradovic - Tixier Duo »

Après délibération le jury a nommé « Obradovic - Tixier Duo » lauréat du tremplin RéZZo FOCAL Jazz à Vienne 2018. Le projet du duo est né de la collaboration du pianiste français David Tixier et la batteuse croate Lada Obradovic.

Porté par des instrumentistes talentueux d’un niveau technique avéré, le duo propose un son nouveau et personnel. Aux instruments acoustiques se mêlent sons électroniques maîtrisés, textes et silence. Loops, polyrythmies complexes, mélodies délicates et trames harmoniques sophistiquées coexistent. Les atmosphères laissent percevoir des dits explicites et des non-dits en devenir. Une musique singulière et innovante, élégante et sensible, élaborée et interactive. Entre frôlement et force, elle fascine et surprend autant qu’elle stimule.

Durant un an, « Obradovic - Tixier Duo » va bénéficier de la labellisation Lauréat RéZZo FOCAL Jazz à Vienne 2018. Cela entend un accompagnement artistique, l’enregistrement d’un album (enregistrement, mix et mastering) signé sur le label Naim Records avec un concert de sortie d’album à Paris ainsi qu’une programmation dans plusieurs salles et festivals (Nancy Jazz Pulsations, Le festival Tropisme, A Vaulx Jazz, Chorus Jazz Club, Cosmo Jazz Festival…) et au Théâtre Antique lors de l’édition 2019 du festival Jazz à Vienne.

Si le rituel ne change pas, rendez-vous avec le talentueux « Obradovic - Tixier Duo » en ouverture de la « All Night Jazz » de Jazz à Vienne 2019… avec de nouvelles propositions créatives !

Un grand merci à Pascal Derathé et l’équipe de Jazz-Rhone-Alpes.com pour les clichés des neuf groupes qui ont participé à ce tremplin RéZZo FOCAL Jazz à Vienne 2018.

Coup de Cœur pour « Cuban Jazz Report »

Coup de Cœur pour « Cuban Jazz Report »

Sorti le 10 février 2020 sous le label Stunt, « Cuban Jazz Report » réunit une équipe de choc autour du percussionniste cubain Eliel Lazo. Avec le pianiste “Caramelo de Cuba”, le bassiste Yasser Pino et le batteur Raul Pineda, il développe une musique spontanée, ancrée dans les racines du jazz et celles la musique afro-cubaine africaine. Avec créativité, les quatre musiciens explorent les rythmes et joignent leurs voix aux instruments. Un jazz cubain moderne et sans blabla qui enflamme une descarga festive !

lire plus
Paul Lay revient avec « Deep Rivers »

Paul Lay revient avec « Deep Rivers »

Le pianiste Paul Lay revient en trio avec la chanteuse Isabel Sörling et le contrebassiste Simon Tailleu déjà présents à ses côtés sur le splendide « Alcazar Memories ». « Deep Rivers » résonne comme un voyage autour de 100 ans de chansons américaines, de la guerre de sécession à Nina Simone. Le trio rend hommage aux musiques populaires de la fin du 19ème et du 20ème siècle. Le répertoire s’enrichit de quatre compositions du pianiste rejoint par quatre invités. Les émotions sont au rendez-vous.

lire plus
Coup de Cœur pour GRIO – GRand Impérial Orchestra

Coup de Cœur pour GRIO – GRand Impérial Orchestra

Débuter l’année 2020 avec l’album « Music Is Our Mistress », c’est la garantie de faire le plein d’énergie car GRIO – GRand Impérial Orchestra n’a pas fait les choses à moitié. Il ne manque ni d’idées, ni d’invention. Étoffée de trois soufflants et d’un pianiste, la superbe équipe de l’Impérial Quartet est devenue octet. En concert, la musique de GRIO est atomique et l’album restitue tout à fait l’ardente puissance de l’orchestre. Après une première dégustation cochléaire, une seconde tournée est bienvenue pour s’enivrer de cette musique tonique, hypnotique et addictive. A consommer sans modération !

lire plus