Ultimes « Coups de cœur » 2019…

… pour bien terminer l’année !

Riche en surprises, 2019 a permis de découvrir de nouveaux talents et de se régaler de la musique d’artistes confirmés qui ne cessent de renouveler leurs projets. Quoi de mieux pour terminer l’année que sept ultimes « coups de cœur » !

Il serait en effet dommage de passer à côté des albums proposés en 2019 par Christophe Dal Sasso, Théo Girard, Gabriel Grossi, Asley Henry, Hugo Lippi, Sylvain Rifflet et Louis Sclavis.

Dal Sasso Big Band - « The Palmer Suite »

Pour le bicentenaire de Château Palmer, l’un des fleurons de l’appellation Margaux, Christophe Dal Sasso a répondu à la commande du directeur général du domaine, Thomas Duroux. Le compositeur a écrit et arrangé « The Palmer Suite » (Jazz & People/PAIS), onze chapitres musicaux qui retracent en musique quelques-uns des moments les plus marquants de l’histoire du prestigieux vignoble.

Avec déjà cinq albums à son crédit dont le très récent « Les Nébuleuses » (2016) pour quintet de jazz et trio à cordes, le flutiste et compositeur a confié la partition de « The Palmer Suite » à son big band. Cet orchestre époustouflant réunit onze des plus émérites musiciens et improvisateurs français : Julien Alour, Joël Chausse et Quentin Ghomari (trompette, bugle), Jerry Edwards et Denis Leloup (trombone), Bastien Stil (tuba), Dominique Mandin (saxophone alto, flûte), Sophie Alour (saxophone ténor, clarinette, flûte), David El-Malek (saxophone ténor), Thomas Savy (saxophone ténor, clarinette basse, Christophe Dal Sasso (flûte, direction), Manuel Marchès (contrebasse), Karl Jannuska (batterie).

« The Palmer Suite », un album haut en couleur à écouter sans modération !

Théo Girard - « Bulle »

La fin d’année est le moment rêvé pour savourer quelques bulles. Pourquoi ne pas en profiter pour écouter l’album « Bulle » (Discobole/Differ-Ant) enregistré en quartet par Théo Girard.

Après son premier album « 30YearsFrom » , le contrebassiste et fondateur du label Discobole, Théo Girard revient cette fois en quartet avec Basile Naudet (alto sax), Antoine Berjeaut (trompette, bugle), Théo Girard (contrebasse) et Sebastian Rochford (batterie). Portée par une rythmique solide, la musique pétille d’énergie et vibre d’une liberté qui ne se dément pas d’un bout à l’autre des huit titres composés par le leader.

« Bulle », pour s’enivrer sans risque et avec plaisir.

Gabriel Grossi - « #motion »

Auteur-compositeur brésilien et harmoniciste virtuose, Gabriel Grossi a enregistré « #motion » (Whrilwing avec son nouveau quintet formé par quelques-uns des musiciens les plus novateurs de sa génération, Eduardo Farias (piano), André Vasconcellos (basse), Rafael Barata (batterie) et Sergio Coelho (trombone).

Avec son groupe et la participation spéciale de Mauricio Einhorn et Hermeto Pascoal, ce musicien fort actif, revisite des compositions des Brésiliens Heitor Villa-Lobos et Pixinguinha et dédie ses propres compositions à ceux qui ont l’inspiré parmi lesquels, Milton Nascimento, Raul de Souza, Maurício Einhorn et Toots Thielemans. Cet album live célèbre les superbes mélodies du répertoire et fait groover des thèmes gorgés d’une brillance peu commune.

« #motion », un album aux climats contrastés où coexistent modernité effervescente et chaleureuses émotions.

Ahsley Henry - « Beautiful Vinyl Hunter »

A 26 ans et après deux premiers EP depuis 2016, le pianiste, compositeur, arrangeur, producteur britannique Ashley Henry a signé en 2019 son premier album, « Beautiful Vinyl Hunter ».(Sony Music).  Un album audacieux dont les quinze pistes font alterner jazz contemporain, hip hop et soul.

Entouré de nombreux invités parmi lesquels Makaya McCraven, Jaimie Branch, Judi Jackson, Keyon Harrold, Binker & Moses, Theo Croker, ou encore Sparkz (le MC de The Mouse Outfit), le pianiste propose un album dynamique où le jazz côtoie tous les genres… ou presque. Élégant et éloquent, le jeu du pianiste impressionne par sa maturité.

« Beautiful Vinyl Hunter », un ambitieux opus qui innove, surprend et régale de bout en bout.

Hugo Lippi - « Comfort Zone »

Installé à Paris, le guitariste anglais Hugo Lippi fait partie de ces musiciens dont la liste des collaborations et des projets est plus longue que celle des jours d’une année.

Pour enregistrer « Comfort Zone » (Gaya Music) à New-York, son quatrième album, il fait appel à Fred Nardin (piano), Ben Wolfe (contrebasse) et Donald Edwards (batterie). Entre reprises et compositions originales, les onze titres du répertoire proposent une promenade où se succèdent les paysages. Invitée de choix, « dame mélodie » ne manque de groove.

« Comfort Zone »… Pour rêver et se laisser transporter dans un monde de charme.

Sylvain Rifflet - « Troubadours »

Avec ses deux compagnons troubadours, le Finlandais Verneri Pohjola (trompette) et Benjamin Flament (percussions), Sylvain Rifflet propose « Troubadours » (Magriff), un voyage musical en direction du moyen-âge. Le leader embouche saxophone ténor, clarinette et clarinette basse et utilise harmonium et shruti- box pour réaliser le bourdon, composante essentielle de la musique médiévale. 

S’il a composé huit des dix titres de l’album, le saxophoniste interprète aussi I’vo’bene, une pièce du XIVème siècle de Ghirardello da Firenze et The Peacocks de Jimmy Rowles. On se laisse hypnotiser par cette poésie musicale peu ordinaire dont les titres portent les noms de troubadours hommes et femmes, de seigneurs et de chefs de guerre.

« Troubadours »… Musique médiévale, point vraiment. Musique répétitive, quelque peu. Musique modale, sûrement. Album hypnotique absolument !

Louis Sclavis - « Characters On A Wall »

Quinze ans après « Napoli’s Walls », Louis Sclavis explore de nouveau sur « Characters On A Wall » (ECM) l’œuvre du plasticien Ernest Pignon-Ernest. Le clarinettiste s’inspire de différents travaux créés depuis les années 1970 jusqu’à aujourd’hui. Avec cinq compositions du leader, une du pianiste et deux Esquisses créditées aux quatre membres du groupe, les huit tableaux musicaux du répertoire font écho à des œuvres d’Ernest Pignon-Ernest.

On suit Arthur Rimbaud de Paris à Charleville-Mézières, Pier Paolo Pasolini à Rome, Jean Genet sur les docks de Brest, Mahmoud Darwich à Ramallah, Bethléem et Naplouse, La dame de Martigues à Martigues. Le titre Les prisons fait écho à la prison Saint-Paul de Lyon fermée en 2009. Entouré de Benjamin Moussay (piano), Sarah Murcia (contrebasse) et Christophe Lavergne (batterie), Louis Sclavis développe une musique vibrante et pulsatile porteuse d’une grande force vitale. L’improvisation, le mouvement et l’émotion l’habitent de bout en bout.

« Characters On A Wall »… Une musique dynamique et onirique traversée de la force d’une grande humanité

« Kissed by the mist » par Giorgio Alessani

« Kissed by the mist » par Giorgio Alessani

La voix embrumée de Giorgio Alessani swingue avec aisance sur les dix pistes de « Kissed by the Mist ». Une section rythmique et une section de cuivres issues de la scène jazz française actuelle, un orchestre symphonique… et le tour est joué, un nouveau crooner est né. Sans s’aventurer ni dans les aigus ni dans les graves, le chanteur façonne le registre médium avec souplesse et sans jamais forcer. Textes, mélodies et arrangements tissent la trame d’un délicieux album où vibrent les émotions.

lire plus
Dexter Gordon – « Montmartre 1964 » (Storyville Records)

Dexter Gordon – « Montmartre 1964 » (Storyville Records)

Le 06 novembre 2020, le Label Storyville Records propose « Montmartre 1964 », un album inédit de Dexter Gordon capté en direct en juillet 1964 au Jazzhus Montmartre. Le saxophoniste joue avec le trio composé du contrebassiste Niels-Henning Ørsted Pedersen, du batteur Alex Riel et du pianiste Tete Montoliu. Ce merveilleux opus témoigne de la maîtrise du jeu de ce géant du ténor au lyrisme confondant et à l’expression audacieuse. Un souffle de félicité venu de de l’âge d’or du jazz danois

lire plus
Fonnesbæk & Kauflin – « Standards » (Storyville Records)

Fonnesbæk & Kauflin – « Standards » (Storyville Records)

Le label Storyville Records annonce pour octobre 2020, la sortie de l’album « Standards » enregistré par Fonnesbæk & Kauflin. Le contrebassiste et le pianiste s’expriment dans un langage qui leur est commun et dialoguent de manière fusionnelle. Le répertoire compte neuf standards issus de l’héritage des grands compositeurs de jazz du XXème siècle. De l’album se dégage un swing irrésistible, une virtuosité absolue et une musicalité inouïe.

lire plus
Share This