« Too Short » par Fabien Mary and The Vintage Orchestra

« Too Short » par Fabien Mary and The Vintage Orchestra

Swing XXXL

« Too Short », le premier album en big band de Fabien Mary réalisé avec The Vintage Orchestra est sorti le 28 mai 2021 sur le label jazz&people. Membre de l’orchestre depuis ses débuts, le trompettiste a composé et arrangé l’intégralité de la musique de ce disque. Répertoire original, couleurs chatoyantes, improvisations inspirées. Dix pièces inscrites dans la grande tradition du jazz orchestral. Du swing XXXL !

Depuis plus de vingt ans, Fabien Mary se passionne pour le jazz. Après avoir sorti en mars 2018 l’élégant « Left Arm Blues » (jazz&people/PIAS) à la tête d’un brillant octet, le trompettiste revient en mai 2021 avec « Too Short » (jazz&people/PIAS) à la tête du big band The Vintage Orchestra dont il est l’un des membres fondateurs depuis 2001 avec Erick Poirier et Sophie Alour et Dominique Mandin.

Après « Left Arm Blues » écrit pour un octet de la main gauche par le leader, immobilisé suite à une chute son bras droit qui l’empêchait de jouer, Fabien Mary a cette fois composé et arrangé les riches partitions de « Too Short » pour un big band de 17 musiciens.

The Vintage Orchestra

Autour du pianiste Florent Gac, du contrebassiste Yoni Zelnik et du batteur Andrea Michelutti se déploient une section de trompettistes comprenant Erick Poirier, Julien Ecrepont, Fabien Mary, Malo Mazurié, une section de saxophonistes/flûtistes/clarinettistes comptant Dominique Mandin, Olivier Zanot, Thomas Savy, David Sauzay, Jean-François Devèze et une section de trombonistes constitué de Michaël Ballue, Michaël Joussein, Jerry Edwards, Martin Berlugue, Didier Havet. C’est Dominique Mandin qui assure la fonction de directeur musical. Parmi les musiciens qui ont enregistré la musique de Fabien Mary, 11 étaient déjà présents sur le premier disque du Vintage Orchestra en 2003.

Enregistré les 25 et 26 août août 2020 à l’auditorium du conservatoire de Persan (Val d’oise), « Too Short » permet d’apprécier quelques-uns des seize brillants solistes qui entourent Fabien Mary.

« Too Short »

Couverture de l'album Too Short de Fabien Mary and The Vintage OrchestraDe nombreuses improvisations toutes plus explosives et étincelantes les unes que les autres émaillent cet album dont le visuel un peu vintage évoque les couvertures des albums Blue Note et cadre tout à fait avec ce répertoire interprété dans la grande tradition des big bands. Les arrangements de Fabien Mary s’inscrivent dans l’esthétique des arrangeurs dont il revendique les influences en la matière, comme Thad Jones, Slide Hampton, Jimmy Heath, Duke Pearson, Oliver Nelson, Gil Evans, Mary Lou Williams, Gigi Gryce, Tadd Dameron, Bill Holman, Marty Paich, Toshiko Akiyoshi, Quincy Jones et Melba Liston.

Riche et sophistiquée, dense et stimulante, la musique ne manque ni de nuance ni de précision. De bout en bout des dix pistes de « Too Short », le big band fait éclater une musique fluide, jubilatoire et flamboyante. D’une absolue élégance et sans aucun maniérisme, la musique totalement maîtrisée est portée par un swing XXXL.

A vrai dire, l’album mérite bien son titre, « Too Short », car après une première écoute advient la frustration. On trouve le disque trop court et l’on est tenté de le faire tourner encore, et encore jusqu’à s’immerger dans la musique et s’en imprégner sans jamais se lasser.

Au fil du répertoire

En ouverture, l’orchestre affiche sur Too Short des couleurs rutilantes et Fabien Mary révèle à la fois ses talents d’arrangeur et de soliste solaire. Chaque membre du big band est au service du collectif. Le solo du ténor de David Sauzay est resplendissant de swing. Le titre évoque la musique du trompettiste et compositeur Thad Jones, grand héritier de la tradition afro-américaine du big band. Le répertoire se poursuit avec The Fall aux arrangements ciselés. La trompette de Malo Mazurié puis le trombone de Michaël Joussein swinguent d’une joie communicative. Leur expression est jubilatoire.

Sakura impressionne ensuite par le climat hypnotisant qu’impulse la ligne mélodique de la flûte ensorcelante. Le chorus parfaitement maîtrisé du pianiste Florent Gac introduit celui de la clarinette basse de Thomas Savy. L’improvisation brillante de la trompette de Julien Ecrepont permet d’apprécier sa sonorité à la fois élégante et vivifiante.

Plus loin, One For Slide rend hommage au tromboniste compositeur et arrangeur Slide Hampton (89 ans) avec qui Fabien Mary a joué en avril 2017 pour fêter ses 85 ans au Dizzy’s du Lincoln Center de New York au sein d’un octet dont le célèbre tromboniste faisait partie. Le tromboniste Michaël Joussein développe un solo d’une élégance rare. Son timbre suave tanche avec la fougue du saxophone ténor de David Sauzay. Soutenu par une solide technique, le pianiste Florent Gac délivre quant à lui une improvisation inspirée et ancrée dans la grande tradition du piano jazz. Des arrangements de Fabien Mary jaillissent de flamboyante couleurs sonores.

Fabien Mary dédicace ensuite D.P (song for Duke Pearson) au compositeur pianiste et chef d’orchestre américain Duke Pearson disparu en 1980. Une pièce remarquable de légèreté et de décontraction où flamboie le solo de l’altiste Olivier Zanot alors que celui du tromboniste Jerry Edwards est gorgé de swing. Par la suite, The Vintage Orchestra propose le très court Like Thousands of Butterflies, une ballade sensible exposée par la flûte sur un arrangement aux couleurs orchestrales nuancées et délicates, comme les ailes de ces papillons qu’évoque le morceau.

Le climat change du tout au tout avec le fervent Don’t Look Back conçu dans le plus pur style bebop. Il n’est pas sans évoquer la puissance du big band de Dizzy Gillespie et permet d’apprécier le jeu éclatant de l’orchestre, la nervosité du jeu des saxophonistes Thomas Savy et Olivier Zanot et aussi le chorus du batteur Andrea Michelutti.

La flûte de Dominique Mandin introduit le thème du morceau Hell’s Kitchen Blues, une ligne mélodique développée sur une grille de blues. La section éclatante des soufflants prend la suite et c’est plus loin à Fabien Mary de prendre une improvisation lyrique avec de longues phrases volubiles qui mettent en avant son habileté harmonique. L’alto de Dominique Mandin tisse un solo acidulé et tonique auquel répond la contrebasse de Yoni Zelnik qui n’en finit pas de paraphraser le thème avec humour. Un moment diaboliquement enivrant.

C’est ensuite 402, une ballade somptueuse qu’interprète The Vintage Orchestra dans un style West Coast. L’exquise délicatesse de ce morceau évoque les arrangements de Bill Holman, cité par Fabien Mary comme une de ses influences. Le tromboniste Jerry Edwards s’exprime avec une limpidité sans égale puis la masse orchestrale éblouit par ses flamboyances pleines d’éclat.

L’album se termine avec le chatoyant To the Lighthouse que l’on est tenté de rapprocher de l’esthétique du courant jazz cool. Un morceau aux arrangements sophistiqués où rayonne l’art du contrepoint. Le solo feutré du tromboniste Michaël Ballue inspire au pianiste Florent Gac un chorus irradié de swing.

« Too Short », un album chaleureux au swing omniprésent. The Vintage Orchestra irradie de mille couleurs et les improvisations des solistes contribuent à l’éclat du big band.

« Too Short » par Fabien Mary and The Vintage Orchestra

« Too Short » par Fabien Mary and The Vintage Orchestra

« Too Short », le premier album en big band de Fabien Mary réalisé avec The Vintage Orchestra est sorti le 28 mai 2021 sur le label jazz&people. Membre de l’orchestre depuis ses débuts, le trompettiste a composé et arrangé l’intégralité de la musique de ce disque. Répertoire original, couleurs chatoyantes, improvisations inspirées. Dix pièces inscrites dans la grande tradition du jazz orchestral. Du swing XXXL !

lire plus
Simon Bolzinger Trio – Jazz des cinq continents

Simon Bolzinger Trio – Jazz des cinq continents

Dans le cadre de Jazz des cinq continents, le pianiste Simon Bolzinger rend hommage en trio aux musiques du continent latino-américain, le 20 juin 2021 à 20h au Musée Provençal de Marseille. Son album « Ritmos Queridos » opère la fusion entre musiques traditionnelles d’Amérique du Sud et Jazz. Promesses d’un voyage musical épicé en Amérique du Sud.

lire plus
Echo#1-Nuits de Fourvière 2021

Echo#1-Nuits de Fourvière 2021

Le 15 Juin à 20h00, le Grand Théâtre de Fourvière accueille la « Nuit du Jazz italien ». En raison du contexte sanitaire, le trompettiste Enrico Rava n’est pas présent. Il est remplacé par le duo formé du pianiste Giovanni Guidi et le trompettiste Luca Aquino. La seconde partie de soirée a permis de s’immerger dans le projet hommage à Ennio Morricone rendu par le saxophoniste Stéfano Di Battista et ses compères. Cette soirée italienne entre sensibilité et flamboyance a conquis un public enthousiaste.

lire plus
Simon Bolzinger Trio – Jazz des cinq continents

Simon Bolzinger Trio – Jazz des cinq continents

Le 20 juin 2021 au Musée Provençal de Marseille

Dans le cadre de Jazz des cinq continents, le pianiste Simon Bolzinger rend hommage en trio aux musiques du continent latino-américain, le 20 juin 2021 à 20h au Musée Provençal de Marseille. Son album « Ritmos Queridos » opère la fusion entre musiques traditionnelles d’Amérique du Sud et Jazz. Promesses d’un voyage musical épicé en Amérique du Sud.

Le dimanche 20 juin 2021 à 20h, Jazz des cinq continents convie les amateurs de Jazz à écouter Sudameris Jazz Trio et Simon Bolzinger Trio, en plein air et en acoustique au théâtre de verdure du Musée provençal de Château Gombert.

Pour l’occasion, accompagné de ses fidèles compagnons de route, le contrebassiste Willy Quiko et le batteur Luca Scalambrino, le pianiste marseillais Simon Bolzinger invite le public à suivre son trio dans un voyage musical poétique et émouvant, un voyage où les énergies sacrées et ancestrales se mêlent aux harmonies jazz et aux grooves des rythmes qu’il chérit. Comme il l’a fait au fil des neuf titres instrumentaux de son cinquième album « Ritmos Queridos », le leader du trio passionné des musiques traditionnelles d’Amérique du Sud va proposer aux spectateurs de découvrir les rythmes du continent sud-américain et des Caraïbes.visuel de l'album Ritmos Queridos de Simon Bolzinger

Sorti en 2020, l’album « Ritmos Queridos » permet de découvrir neuf des « rythmes préférés » du pianiste Simon Bolzinger…joropo vénézuélien, huayno péruvien, côco brésilien combiné à salsa cubaine, zamba argentine, valse vénézuélienne, l’entraînant ijexá qui rythme les cortèges du carnaval au Brésil, danzón cubain, candombe uruguayen et bolero mexicain.

Avec passion mais non sans nuances, Simon Bolzinger les développe sur son piano, accompagné par Willy Quiko (contrebasse, basse) et Luca Scalambrino (batterie). Sur plusieurs morceaux, le trio invite le percussionniste Alvaro Perez.

Le trio opère une fusion musicale fort réussie entre rythmes traditionnels sud-américains et improvisations jazz que l’oreille savoure sans retenue. Sur de riches textures harmoniques, les musiciens rivalisent d’élégance et de virtuosité et combinent swing et musicalité.

Souvent lyriques et énergiques, la contrebasse et son archet se font romantiques sur Beau Soir & Dindi, un titre qui rapproche une courte version instrumentale du Beau Soir de Claude Debussy et Dindi, la composition d’Antonio Carlos Jobim. Empreint d’une douce sensualité, le morceau pétille d’une joie effervescente qui enchante l’oreille.

On savoure sans réserve les séquences exaltées qui ponctuent Montuno en Olinda et Danzón para Oxúm, deux compositions de Simon Bolzinger. L’oreille se laisse enchanter par l’énergique Baile de los morenos et ses accents à la fois soul et brésilien qui ne sont pas sans évoquer le latin jazz de Tania Maria. Plus loin, le tempo étiré de la composition d’Armando Manzanero, El ciego, permet d’apprécier la technique brillante et maîtrisée du pianiste. Son jeu sensible et subtil fait respirer ce bolero et suspend littéralement le cours du temps. Un pur moment de ravissement.

Pour découvrir et apprécier le répertoire que propose le Simon Bolzinger Trio, rendez-vous à 20h dans l’écrin du théâtre de verdure du Musée provençal de Château Gombert, le 20 juin 2021. En deuxième partie de soirée, le trio du pianiste invite le public à le suivre tout autour du continent sud-américain. L’occasion rêvée pour une escapade où groove et poésie enlacent les harmonies du jazz pour le meilleur. Dépaysement garanti et promesses d’un voyage musical entre énergie et émotion.

« Too Short » par Fabien Mary and The Vintage Orchestra

« Too Short » par Fabien Mary and The Vintage Orchestra

« Too Short », le premier album en big band de Fabien Mary réalisé avec The Vintage Orchestra est sorti le 28 mai 2021 sur le label jazz&people. Membre de l’orchestre depuis ses débuts, le trompettiste a composé et arrangé l’intégralité de la musique de ce disque. Répertoire original, couleurs chatoyantes, improvisations inspirées. Dix pièces inscrites dans la grande tradition du jazz orchestral. Du swing XXXL !

lire plus
Simon Bolzinger Trio – Jazz des cinq continents

Simon Bolzinger Trio – Jazz des cinq continents

Dans le cadre de Jazz des cinq continents, le pianiste Simon Bolzinger rend hommage en trio aux musiques du continent latino-américain, le 20 juin 2021 à 20h au Musée Provençal de Marseille. Son album « Ritmos Queridos » opère la fusion entre musiques traditionnelles d’Amérique du Sud et Jazz. Promesses d’un voyage musical épicé en Amérique du Sud.

lire plus
Echo#1-Nuits de Fourvière 2021

Echo#1-Nuits de Fourvière 2021

Le 15 Juin à 20h00, le Grand Théâtre de Fourvière accueille la « Nuit du Jazz italien ». En raison du contexte sanitaire, le trompettiste Enrico Rava n’est pas présent. Il est remplacé par le duo formé du pianiste Giovanni Guidi et le trompettiste Luca Aquino. La seconde partie de soirée a permis de s’immerger dans le projet hommage à Ennio Morricone rendu par le saxophoniste Stéfano Di Battista et ses compères. Cette soirée italienne entre sensibilité et flamboyance a conquis un public enthousiaste.

lire plus
Echo#1-Nuits de Fourvière 2021

Echo#1-Nuits de Fourvière 2021

Emotions et flamboyances italiennes

Le 15 Juin à 20h00, le Grand Théâtre de Fourvière accueille la « Nuit du Jazz italien ». En raison du contexte sanitaire, le trompettiste Enrico Rava n’est pas présent. Il est remplacé par le duo formé du pianiste Giovanni Guidi et le trompettiste Luca Aquino. La seconde partie de soirée a permis de s’immerger dans le projet hommage à Ennio Morricone rendu par le saxophoniste Stéfano Di Battista et ses compères. Cette soirée italienne entre sensibilité et flamboyance a conquis un public enthousiaste.

Cet Echo#1-Nuits de Fourvière 2021 fait un clin d’œil à la « Nuit du Jazz Italien ».

Nuits de Fourvière 2021_Nuit du Jazz italien

©Jean-Pierre Jacquot

Pour son 75ème anniversaire, la programmation des Nuits de Fouvière 2021 avait prévu la venue du trompettiste Enrico Rava empêché en raison du contexte sanitaire. L’absence de cette figure essentielle et historique du jazz italien a été regrettée par les amateurs de jazz italien.

Cependant, la nouvelle affiche proposée par l’équipe du festival leur a permis d’écouter en première de partie de soirée, deux autres grands représentants du jazz transalpin, le pianiste Giovanni Guidi et le trompettiste Luca Aquino. Les jazzophiles friands de jazz italien en étaient réjouis par avance, les autres ont découvert avec bonheur le jazz sensible et inventif du duo.

La deuxième partie de soirée a comblé l’ensemble du public avec une prestation flamboyante et lyrique du quartet du saxophoniste Stéfano Di Battista entouré comme sur son album « Morricone Stories » du pianiste Fred Nardin, du contrebassiste Daniele Sorrentino et du batteur André Ceccarelli.

Le jazz sensible et inventif de Giovanni Guidi & Luca Aquino

Sous un ciel bleu serein, le duo constitué de Giovanni Guidi (piano) & Luca Aquino (trompette et bugle) commence son concert devant le public des gradins du Grand Théâtre et celui de l’orchestre aménagé comme la salle d’un club de jazz, avec petites tables et chaises à dossier sur les marches basses de marbre et tables hautes et tabourets de bar devant la scène.

Echo#1-Nuits de Fourvière 2021_Giovanni Guidi & Luca Aquino_Nuit du Jazz italien_2021-06-15©JP Jacquot

Giovanni Guidi & Luca Aquino©JP Jacquot

Le duo complice invite spectateurs et spectatrices à le suivre tout au long des 45′ d’une une suite qui enchaîne joutes soutenues et ballades délicates.

Les musiciens les entraînent dans leur Wonderful World et escaladent Over The Rainbow. Ils empruntent chemins escarpés ou sentiers romantiques et convoquent l’astre solaire avec des citations du thème des Beatles, Here come The Sun.

Piano tumultueux, lyrique ou cristallin. Fulgurances de la trompette, bruitisme du bugle. Les moments se succèdent, les lignes musicales du piano et de la trompette/du bugle se croisent. Les ambiances varient et le dialogue est riche. Soli intenses et poignants, prouesses techniques ou comptines délicates, tempo étiré ou rythme soutenu.

Une osmose parfaite s’établit entre le public attentif et le jazz d’atmosphère proposé par le duo dont les échanges modernes débordent d’inventivité. Une escapade italienne qui tient le public en haleine. Une suite sensible qui fait respirer le silence.

Le jazz virtuose, lyrique et flamboyant de Stefano Di Battista 4tet

La chaleur est tombée et un climat serein règne sur le Grand Théâtre quand le quartet de Stefano Di Battista s’installe sur scène dans un format resserré. Côté jardin, le piano tenu par Fred Nardin. En milieu et sur le devant de scène, le saxophoniste joue en avant de la contrebasse de Daniele Sorrentino et en grande proximité de la batterie du maître André Ceccarelli situé côté cour.

Echo#1-Nuits de Fourvière 2021_Stefano Echo#1-Nuits de Fourvière 2021_Stefano Di Battista 4tet-02_2021-06-16©JP Jacquot

Stefano Di Battista 4tet©JP Jacquot

Moitié français moitié italien, le quartet va revisiter en jazz, dix thèmes d’Ennio Morricone et reprendre la majeure partie du répertoire de l’album « Morricone Stories » enregistré en hommage au grand Maestro italien et sorti en avril 2021 chez Warner Music.

Le concert commence avec une brève version de Cosa avete Fatto a Solange ? qui permet d’apprécier la souplesse du soprano et le phrasé délié du piano. L’atmosphère s’alourdit ensuite avec une version du thème principal de Peur sur la ville. Après avoir sifflé le thème, Stefano Di Battista embouche le soprano alors que la section rythmique et le piano martèlent le rythme avec force. Le saxophone virtuose fait naître une impression de course éperdue dans la nuit sombre. Le registre grave du piano suggère la prégnance du danger mais le saxophone véloce explore le registre aigu et calme le jeu. Le quartet enchaîne avec La Cosa Buffa. Avec souplesse, le soprano rejoint le piano dont le toucher délicat et un solo inspiré déclenchent une salve d’applaudissements. Accompagné par le jeu tout en suspension des balais sur fûts et cymbales de la batterie, le chant désespéré du soprano sait se faire caressant et après un retour au thème le morceau se termine sur une fin interrogative.

Le groupe enchaîne avec Veruschka sur lequel le leader embouche son alto. Très concentré, Stefano Di Battista s’évade dans un chorus riche en nuances et d’une virtuosité inouïe. Il engage le quartet dans un tourbillon de notes puis passe le relais à Fred Nardin dont le chorus enflammé est porté par une rythmique imperturbable. Stimulé par ses échanges avec le piano, l’alto s’envole dans de voluptueuses flamboyances qui l’entraînent au firmament et déclenche chez l’audit.eur.rice une sensation vertigineuse.

Après les quatre premiers morceaux du concert, Stefano Di Battista fait part au public de son bonheur de le retrouver et exprime son émotion de remonter sur scène… « on est content d’être ici, ça fait plaisir, je me sens comme un bambino, grazie a tutti ! » Il expose ensuite le tribut que son groupe rend à Ennio Morricone, sans oublier de présenter son « quartet démocratique » composé pour moitié de Français et d’Italiens. Le soleil de Naples porté par Daniele Sorrentino, l’intelligence musicale d’André Ceccarelli et loue Fred Nardin pour ses talents d’interprète et d’arrangeur… « un pianiste incredibile qui sait aussi très bien cuisiner ! « 

Echo#1-Nuits de Fourvière 2021_Stefano Echo#1-Nuits de Fourvière 2021_Stefano Di Battista & Fred Nardin_2021-06-15©JP Jacquot

Stefano Di Battista & Fred Nardin©JP Jacquot

Le concert reprend avec Deborah’s theme, superbe ballade écrite pour le film « Il était une fois en Amérique ». L’alto expose la mélodie douce et soyeuse accompagné par le jeu aérien des balais et celui tout en délicatesse du piano. Porté par son inspiration, le saxophoniste développe un chorus chargé d’émotion et empreint d’une infinie tendresse. Un délice musical absolu !

Sur les traces de l’alto, le quartet s’élance alors dans la course éperdue de Metti, una sera a cena. Les notes virevoltent et tournoient puis s’assagissent avant de reprendre leur rythme éperdu. Le public demeure pantois devant les glissandos soyeux du saxophone acrobate et les sautillements joyeux des notes sur le clavier qui chavire littéralement de joie. Le piano entame ensuite l’introduction de Apertura della Caccia, très vite suivi par le soprano. Rejoints par la contrebasse et la batterie, les musiciens entament une douce promenade. Après un chorus lyrique du piano, les solistes rivalisent de délicatesse, soprano dans les aigus et clavier dans les médiums au-dessus du chatoiement feutré des balais et de la contrebasse sereine.

Alors que tombe la nuit sur Fourvière, le groupe entame Il grande silencio et le climat s’assombrit. Lumineux et exalté, l’alto déploie un chorus flamboyant qui inspire au pianiste un solo éblouissant salué par les clameurs du public. Le morceau se termine en douceur et se résout dans la tendresse. Le public ne cache pas son plaisir avec des applaudissements fournis et des cris d’enthousiasme.

Avec La donna della domenica, retour au soprano. Piano et basse créent la tension avec un schéma répétitif et l’ambiance se tend plus encore avec les roulements soutenus de la batterie et les graves entêtants du piano. Les musiciens rivalisent d’invention. Solo tourbillonnant du saxophone, basse ronflante, batterie entraînante, piano férocement tonique évocateur de la puissance du jeu d’un certain McCoy Tyner. La tension monte puis revient le rythme obsédant du thème initial avant que tout ne s’apaise.

Echo#1-Nuits de Fourvière 2021_Stefano Di Battista 4tet-02_2021-06-15©JP Jacquot

Stefano Di Battista 4tet©JP Jacquot

Stefano Di Battista salue le public auquel il exprime de nouveau son émotion « formidable » et le « plaisir d’être là ». Il remercie encore le Maestro pour les 550 compositions qu’il a écrites tout en regrettant de n’en jouer que dix. Le leader propose de terminer le concert avec Le thème du film « Le Bon, la Brute et le Truand » et il se demande aussi où est le truand sur scène. A vrai dire, ce 15 juin sur la scène du Grand Théâtre de Fourvière, ce sont quatre merveilleux musiciens de jazz qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes et offert un concert éblouissant empreint d’émotion et de passion.

Le quartet attaque Le Bon, la Brute et le Truand sur un tempo très rapide et installe un climat modal qui débouche sur une chevauchée éperdue. Poussé par le jeu percutant de la batterie, l’altiste entame un chorus foudroyant qui explore toute la palette sonore de son instrument avant de céder la place au piano dont le toucher percussif fait merveille et chauffe l’atmosphère à blanc. La transe coltranienne n’est pas loin et les applaudissements explosent.

Les contraintes horaires du couvre-feu semblent oubliées par le public qui réclame un rappel et se voit exhaussé par une reprise imprégnée de poésie et de douceur du thème Gabriel’s oboe du film « Mission ». Moment court mais précieux. Une « Nuit du Jazz italien » intense et sensible à la fois dont le public présent ce 15 juin 2021 dans le Grand Théâtre se souviendra avec émotion.

Avec tous nos remerciements à Jean-Pierre Jacquot et Jazz-Rhône-Alpes pour leurs photos qui restituent les ambiances de cette « Nuit du Jazz italien » dans le Grand Théâtre de Fourvière, le 15 juin 2021.
« Too Short » par Fabien Mary and The Vintage Orchestra

« Too Short » par Fabien Mary and The Vintage Orchestra

« Too Short », le premier album en big band de Fabien Mary réalisé avec The Vintage Orchestra est sorti le 28 mai 2021 sur le label jazz&people. Membre de l’orchestre depuis ses débuts, le trompettiste a composé et arrangé l’intégralité de la musique de ce disque. Répertoire original, couleurs chatoyantes, improvisations inspirées. Dix pièces inscrites dans la grande tradition du jazz orchestral. Du swing XXXL !

lire plus
Simon Bolzinger Trio – Jazz des cinq continents

Simon Bolzinger Trio – Jazz des cinq continents

Dans le cadre de Jazz des cinq continents, le pianiste Simon Bolzinger rend hommage en trio aux musiques du continent latino-américain, le 20 juin 2021 à 20h au Musée Provençal de Marseille. Son album « Ritmos Queridos » opère la fusion entre musiques traditionnelles d’Amérique du Sud et Jazz. Promesses d’un voyage musical épicé en Amérique du Sud.

lire plus
Echo#1-Nuits de Fourvière 2021

Echo#1-Nuits de Fourvière 2021

Le 15 Juin à 20h00, le Grand Théâtre de Fourvière accueille la « Nuit du Jazz italien ». En raison du contexte sanitaire, le trompettiste Enrico Rava n’est pas présent. Il est remplacé par le duo formé du pianiste Giovanni Guidi et le trompettiste Luca Aquino. La seconde partie de soirée a permis de s’immerger dans le projet hommage à Ennio Morricone rendu par le saxophoniste Stéfano Di Battista et ses compères. Cette soirée italienne entre sensibilité et flamboyance a conquis un public enthousiaste.

lire plus
Jazz à Vienne 2021 – Modifications de la programmation

Jazz à Vienne 2021 – Modifications de la programmation

Malgré l’adversité, le jazz triomphe

Depuis plusieurs mois, Jazz à Vienne fait tout pour maintenir sa 40ème édition. Dans le contexte sanitaire actuel les difficultés sont nombreuses et des tournées d’artistes sont annulées. La programmation de certaines soirées du Théâtre Antique en est donc modifiée. Cependant toute l’équipe du festival demeure mobilisée pour faire face aux changements et proposer de nouveaux concerts. Le jazz va vivre live à Vienne !

Après Marcus Miller, c’est au tour de Jamie Cullum, Portico Quartet, Seu Jorge et Maceo Parker d’annuler leurs tournées. Devant cette série de contre-temps, les organisateurs de Jazz à Vienne se démènent et réorganisent la programmation du festival pour que le jazz vive au Théâtre Antique en 2021.

Après la réorganisation de la soirée 04 du juillet 2021 qui voit le guitariste Raul Midón ouvrir la soirée puis le batteur Manu Katché recréer sa célèbre émission « One Shot Not » sur la scène du Théâtre Antique de Vienne, le festival Jazz à Vienne annonce de nouvelles modifications de sa programmation.

23 juin : : soirée annulée

En raison de l’annulation de la tournée européenne du pianiste et chanteur britannique Jamie Cullum, son concert du 23 juin est annulé. Il est reporté à 2022.

Les festivaliers ayant réservé des billets pour cette soirée peuvent le conserver pour 2022 ou demander le remboursement.

24 juin : soirée annulée

Le groupe londonien Portico Quartet ayant annulé sa tournée, la soirée du 24 juin est annulée. En revanche, le concert de Tigran Hamasyan est décalé au 06 juillet.

Les festivaliers ayant réservé des billets pour le 24 juin ont la possibilité de conserver leur billet pour le 06 juillet 2021 ou de demander le remboursement.

26 juin : Chico César en 2ème partie de soirée

Chico Cesar - Jazz à Vienne 2021-ModificationsA la suite de l’annulation de tournée européenne de Seu Jorge, c’est Chico César qui se produira durant la deuxième partie de la soirée du 26 juin.

Lucas Santtana avec João Selva & Baptiste Herbin assureront toujours la première partie de soirée.

Les festivaliers ayant réservé des billets pour cette soirée ont la possibilité de conserver leur billet ou de demander le remboursement.

01 juillet : De Luxe / Bokanté

- Jazz à Vienne 2021-ModificationsNubiyan Twist annule sa tournée européenne.

Pour la soirée du 01 juillet, c’est Bokanté avec ses invités Mailka Tirolien & Michael League qui remplace le groupe au pied levé.

Après leur prestation, place aux six compères de Deluxe qui ne manqueraient ce rendez-vous pour rien au monde !

03 juillet : Soirée Funk avec Brooklyn Funk Essential & Martha High

Brooklyn Funk Essentials - Jazz à Vienne 2021-ModificationsMaceo Parker annule sa tournée européenne. Il est remplacé par le groupe Brooklyn Funk Essentials.

La chanteuse américaine Martha High, choriste de James Brown, ouvrira cette grande soirée funk.

Les festivaliers ayant réservé des billets pour cette soirée ont la possibilité de conserver leur billet ou de demander le remboursement.

06 juillet : Youn Sun Nah & Ulf Walkenius duo - Anne Pacéo - Tigran Hamasyan trio

Virtuose et improvisatrice hors pair, la chanteuse coréenne Youn Sun Nah est devenue ces dernières années l’une des figures majeures de la scène jazz actuelle et elle a déjà fasciné le public viennois lors de sa venue en 2017. Le légendaire guitariste suédois Ulf Wakenius, dernier guitariste d’Oscar Peterson, est un musicien capable aussi bien de créer les climats les plus intimistes que de faire sonner les six cordes de son instrument comme un orchestre. Ensemble, ils composent un duo unique, explorant un répertoire au-delà des frontières musicales et développant une complicité quasi télépathique sur scène.

Initialement annoncée le 23 juin, la batteuse cheffe d’orchestre et compositrice, Anne Pacéo, est programmée le 06 juillet sur la scène du Théâtre Antique. Cette musicienne solaire a déjà développé de multiples projets artistiques qui ont marqué les esprits et ouvert des perspectives inouïes d’aujourd’hui et de demain. Elle vient accompagnée des vocalistes Ann Shirley et Florent Mateo, du guitariste Pierre Perchaud, du saxophoniste Christophe Panzani et du claviériste Tony Paeleman.

Le pianiste Tigran Hamasyan, à l’origine programmé le 24 juin, complète la programmation de ce 06 juillet qui devrait ravir les jazzophiles amateurs de musiques créatives. Le public va pouvoir découvrir ce musicien devenu un maître de son instrument et aujourd’hui au sommet de sa maturité artistique. Avec à ses côtés, le bassiste Marc Karapetian et le batteur Arthur Hnatek, le pianiste va présenter le répertoire de son dernier album « The Call Within ».           

La levée du couvre-feu dès le 20 juin permet à tous les concerts de retrouver leurs horaires habituels. Les festivaliers vont pouvoir vibrer au rythme de tous les jazz !

« Too Short » par Fabien Mary and The Vintage Orchestra

« Too Short » par Fabien Mary and The Vintage Orchestra

« Too Short », le premier album en big band de Fabien Mary réalisé avec The Vintage Orchestra est sorti le 28 mai 2021 sur le label jazz&people. Membre de l’orchestre depuis ses débuts, le trompettiste a composé et arrangé l’intégralité de la musique de ce disque. Répertoire original, couleurs chatoyantes, improvisations inspirées. Dix pièces inscrites dans la grande tradition du jazz orchestral. Du swing XXXL !

lire plus
Simon Bolzinger Trio – Jazz des cinq continents

Simon Bolzinger Trio – Jazz des cinq continents

Dans le cadre de Jazz des cinq continents, le pianiste Simon Bolzinger rend hommage en trio aux musiques du continent latino-américain, le 20 juin 2021 à 20h au Musée Provençal de Marseille. Son album « Ritmos Queridos » opère la fusion entre musiques traditionnelles d’Amérique du Sud et Jazz. Promesses d’un voyage musical épicé en Amérique du Sud.

lire plus
Echo#1-Nuits de Fourvière 2021

Echo#1-Nuits de Fourvière 2021

Le 15 Juin à 20h00, le Grand Théâtre de Fourvière accueille la « Nuit du Jazz italien ». En raison du contexte sanitaire, le trompettiste Enrico Rava n’est pas présent. Il est remplacé par le duo formé du pianiste Giovanni Guidi et le trompettiste Luca Aquino. La seconde partie de soirée a permis de s’immerger dans le projet hommage à Ennio Morricone rendu par le saxophoniste Stéfano Di Battista et ses compères. Cette soirée italienne entre sensibilité et flamboyance a conquis un public enthousiaste.

lire plus
Jazz à Vienne 2021 – Modifications de la programmation

Jazz à Vienne 2021 – 04 juillet

Manu Katché recrée One Shot Not au Théâtre Antique

Suite à l’annulation de la tournée européenne de Marcus Miller, les deux concerts du bassiste programmés les 04 et 06 juillet 2021 dans le cadre de Jazz à Vienne 2021 sont annulés. Les organisateurs du festival communiquent à propos de la soirée du 04 juillet. La soirée ouvre avec le guitariste Raul Midón puis le batteur Manu Katché recrée sa célèbre émission « One Shot Not » sur la scène du Théâtre Antique de Vienne.

La neuvième venue de Marcus Miller au Théâtre Antique de Vienne n’aura pas lieu… exit ses concerts des 04 et 06 juillet 2021. Le bassiste annule en effet sa tournée européenne en raison des incertitudes liées aux conditions de voyage Europe/Etats-Unis alors que sévit encore l’épidémie de coranovirus.

06 juillet : soirée annulée

Si Jazz à Vienne annule la soirée du 06 juillet (les spectateurs ayant déjà des billets pour ce soir-là seront remboursés), l’organisation propose une programmation pour celle du 04 juillet.

04 juillet : Raul Midón - Manu Katché

En première partie

Le vocaliste et guitariste Raul Midón ouvre la soirée. A n’en pas douter, cet adepte du fingerpicking va faire vibrer le public des gradins.

En seconde partie

Manu Katché à Jazz à Vienne 2021 - 04 juillet

Manu Katché©Arno Lam

Le batteur Manu Katché va recréer, sur la scène du Théâtre Antique, l’atmosphère conviviale et chaleureuse de son émission « One Shot Not » qu’il a présentée pendant plus de quatre ans sur la chaîne Arte.

Après avoir fait résonner son groove unique aux côtés de Michel Jonasz, Alain Souchon, Stephan Eicher, Laurent Voulzy ou encore Véronique Sanson, Manu Katché a participé à l’album culte de Peter Gabriel, « So ». A la suite de cela, il a côtoyé nombre de stars anglo-saxonnes puis Sting, Tears For Fears, Joni Mitchell, Joe Satriani, Robbie Robertson, et bien d’autres encore, l’invitèrent à jouer sur leur disque. Depuis, il est revenu au jazz et l’on ne compte plus ses participations sur le label ECM, tant sur des albums de Jan Garbarek, de Dominic Miller que sur les siens propres tels que Playground (2007), Third Round (2010), Manu Katché (2012), Touchstone for Manu (2014), Neighbourhood (2019). Sans oublier son dernier et dixième album, le très soul et groovy « The Scope » (Anteprima Productions /Bendo Music) sorti en 2019.

Autres changements : 09 & 10 juillet

Le 09 juillet, pour la « Soirée Blues », Zac Harmon est remplacé par Neal Black and The Healers & Fred Chapellier avec en spécial guest, Greg Zlap. Les deuxième et troisième parties de soirée restent inchangées avec la présence de Paul Personne et des Lowland Brothers.

Une autre modification concerne la All Night Jazz du 10 juillet. Miossec ne sera pas présent pour le concert hommage à Rachid Taha. C’est Rodolphe Burger qui assurera la prestation. Guitariste, chanteur et fondateur du groupe Kat Onoma, Rodolphe Burger a collaboré avec Rachid Taha et sera sur scène pour ce concert hommage à Rachid Taha aux côtés des autres invités, Amel Zen, Julien Jacob, Yegba Likoba, Sofiane Saidi, Habib Farroukh & Hamza Bencherif.

« Too Short » par Fabien Mary and The Vintage Orchestra

« Too Short » par Fabien Mary and The Vintage Orchestra

« Too Short », le premier album en big band de Fabien Mary réalisé avec The Vintage Orchestra est sorti le 28 mai 2021 sur le label jazz&people. Membre de l’orchestre depuis ses débuts, le trompettiste a composé et arrangé l’intégralité de la musique de ce disque. Répertoire original, couleurs chatoyantes, improvisations inspirées. Dix pièces inscrites dans la grande tradition du jazz orchestral. Du swing XXXL !

lire plus
Simon Bolzinger Trio – Jazz des cinq continents

Simon Bolzinger Trio – Jazz des cinq continents

Dans le cadre de Jazz des cinq continents, le pianiste Simon Bolzinger rend hommage en trio aux musiques du continent latino-américain, le 20 juin 2021 à 20h au Musée Provençal de Marseille. Son album « Ritmos Queridos » opère la fusion entre musiques traditionnelles d’Amérique du Sud et Jazz. Promesses d’un voyage musical épicé en Amérique du Sud.

lire plus
Echo#1-Nuits de Fourvière 2021

Echo#1-Nuits de Fourvière 2021

Le 15 Juin à 20h00, le Grand Théâtre de Fourvière accueille la « Nuit du Jazz italien ». En raison du contexte sanitaire, le trompettiste Enrico Rava n’est pas présent. Il est remplacé par le duo formé du pianiste Giovanni Guidi et le trompettiste Luca Aquino. La seconde partie de soirée a permis de s’immerger dans le projet hommage à Ennio Morricone rendu par le saxophoniste Stéfano Di Battista et ses compères. Cette soirée italienne entre sensibilité et flamboyance a conquis un public enthousiaste.

lire plus