Le trompettiste Pierre Drevet signe « EchangƎ »

Le trompettiste Pierre Drevet signe « EchangƎ »

Swing grand format

Le trompettiste, compositeur et arrangeur Pierre Drevet signe le superbe « EchangƎ ». Enregistré live avec le Brussels Jazz Orchestra et la chanteuse Claire Vaillant, l’album délivre une musique flamboyante où la richesse et la joie du partage sont perceptibles. Compositions originales, arrangements éclatants, splendides envolées des solistes. Du swing grand format dont l’écoute déclenche l’enthousiasme. A partager sans réserve.

couverture de l'album Echange de Pierre Drevet, Claire Vaillant et le Brussels Jazz OrchestraSorti le 19 juin 2020, l’album « EchangE » (Label Lilananda/InOuïe Distribution) fait partie de ces disques addictifs que l’on écoute en boucle et que l’on aime à partager. Tous les arrangements sont à porter au crédit de Pierre Drevet qui a aussi composé la majeure partie du répertoire hormis le titre GK de Gaël Horellou.

Le leader a invité la chanteuse Claire Vaillant et le Brussels Jazz Orchestra (BJO), l’un des plus éminents big bands européens, à venir à Vienne en Isère pour une résidence de quatre jours à l’issue de laquelle l’ensemble des protagonistes se sont produits en concert le 27 octobre 2019, dans la salle du Manège, en ouverture du Forum JAZZ(s)RA.

Porté par une énergie et un swing de chaque instant, « EchangE » offre une musique à la dimension orchestrale somptueuse. Les huit titres aux arrangements hauts en couleur permettent d’apprécier les superbes envolées des solistes et les dialogues inspirés entre voix et bugle/trompette.

Pierre Drevet, le BJO et Claire Vaillant

Trompettiste, bugliste, compositeur et arrangeur, Pierre Drevet a été professeur, au Conservatoire de Chambéry où il donnait des cours au sein du Département Jazz. SiPierre Drevet se prévaut de 35 années de pédagogie, le musicien a aussi mené une riche activité sur scène et en studio.

Après un passage dans les orchestres de variété (Michèle Torr années 1984-1985) puis dans le groupe « Horn Stuff » créé avec André Manoukian, le trompettiste et bugliste Pierre Drevet a joué dans l’Orchestre National de Jazz (1994-1995) sous la direction musicale de Laurent Cugny.

En juin 2018, il a sorti « Bossa 2.0 » porté à la fois par le « Lilananda Jazz Quintet » auquel participe Claire Vaillant, et par un quatuor à cordes classique, le Quatuor Varèse. Pour cet album qui revisite la bossa nova, Pierre Drevet a conçu, pour le quintet et le quartet, des arrangements très modernes de thèmes de Jobim, Nascimento, Bosco, Buarque.

En 2001, Pierre Drevet a remplacé le trompettiste titulaire du BJO pour un concert avec Maria Schneider à Dublin en Irlande et depuis 2003 il est membre permanent de la section de trompettes du Brussels Jazz Orchestra, dont Franck Vaganée est le directeur artistique. Ce somptueux orchestre s’inscrit dans la grande tradition des big bands mais sa couleur orchestrale n’en est pas moins des plus modernes.

Sur l’album « EchangƎ », Pierre Drevet est entouré des dix-sept autres musiciens du BJO qui compte une section de 5 saxophones, 4 pupitres de trompettes ou bugles, une section de 5 trombones, un piano ou Rhodes, une guitare, une basse et une batterie.

Autrice des textes de cinq des huit titres de l’album « EchangƎ », Claire Vaillant mêle sa voix aux instruments et complète la palette sonore de l’ensemble orchestral.

Au fil des morceaux

L’album ouvre avec EchangƎ au climat musical singulier et plaisant et à l’orchestration raffinée. Le chant de Claire Vaillant s’harmonise avec souplesse à la ligne mélodique exposée par le big band. Après l’improvisation ciselée et enflammée du saxophone ténor de Kurt Van Herck, la sonorité enthousiasmante du bugle de Pierre Drevet prend le relai.

Work In(n) Holiday irradie ensuite de couleurs chaudes et swinguantes. Si l’intervention du ténor est riche d’une vitalité tout en nuance, la guitare se fait caressante et la sonorité de trompette de Pierre Drevet évoque les raffinements de celle de Kenny Wheeler. Plus loin, l’orchestration du titre Encore K fait écho à la musique contemporaine alors quele chant de Claire Vaillant, pourvoyeur de poésie, tutoie les anges. Après le propos dense du saxophone baryton de Bo Van der Werf, les volutes de la trompette du leader propulsent la musique vers des cimes ensoleillées.

For Kenny rend hommage à la figure tutélaire que fut le trompettiste canadien Kenny Wheeler pour Pierre Drevet. La voix aérienne surfe sur la mélodie et scatte avec allégresse sur un tempo latin puis le solo volubile du bugle de Pierre Drevet et les inflexions groovy du trombone de Ben Fleerakkers enrichissent la ligne mélodique ornée de tuttis orchestraux.

Composition de haut vol de Pierre Drevet, LylPat met en lumière l’orchestre aux accents rutilants et valorise les solos enflammés du tromboniste Dree Peremans, de l’altiste Frank Vaganée, et du bassiste Bart De Nolf à la sonorité ronflante. L’orchestre propose ensuite la ballade GK, une composition de Gaël Horellou. Après l’introduction au piano de Nathalie Loriers très ravellienne, intervient la voix chatoyante et apaisante. Le bugle de Pierre Drevet dessine des arabesques de charme sur le jeu soyeux que tisse le piano.

Sur Aîcha, la voix agile s’insinue dans les intervalles serrés, en symbiose avec l’arrangement riche en couleurs. L’album se termine avec PlasticMusic qui permet de saisir une fois de plus, la parfaite osmose qui règne entre le chant et l’orchestre. Mené sur un tempo soutenu, ce morceau témoigne d’une effervescence orchestrale qui se termine en un véritable feu d’artifice.

« EchangƎ » propose une musique collective riche en échanges. Écriture précise, orchestrations dynamiques et colorées, chant souple et poétique, solistes virtuoses, chorus inspirés. L’oreille se régale de bout en bout et en redemande.

Le trompettiste Pierre Drevet signe « EchangƎ »

Le trompettiste Pierre Drevet signe « EchangƎ »

Le trompettiste, compositeur et arrangeur Pierre Drevet signe le superbe « EchangƎ ». Enregistré live avec le Brussels Jazz Orchestra et la chanteuse Claire Vaillant, l’album délivre une musique flamboyante où la richesse et la joie du partage sont perceptibles. Compositions originales, arrangements éclatants, splendides envolées des solistes. Du swing grand format dont l’écoute déclenche l’enthousiasme. A partager sans réserve.

lire plus
Les flamboyantes couleurs sonores de « Twins »

Les flamboyantes couleurs sonores de « Twins »

Premier projet du Collectif La Boutique, « Twins » est construit autour du répertoire de Jean-Remy Guédon. Le trompettiste Fabrice Martinez en assure la direction artistique et propose une relecture inspirée des titres, avec en invité, l’accordéon de Vincent Peirani. Orchestre rutilant et sonorités flamboyantes accrochent l’oreille.

lire plus
Gregory Porter présente « Concord »

Gregory Porter présente « Concord »

Après « Revival » découvert en janvier 2020, Gregory Porter présente « Concord ». Un clip et un nouveau single de son album « All Rise » dont la sortie est annoncée pour le 28 août 2020. Un autre titre fort réussi qui permet de retrouver avec bonheur la chaleureuse voix du crooner baryton.

lire plus
Les flamboyantes couleurs sonores de « Twins »

Les flamboyantes couleurs sonores de « Twins »

Collectif La Boutique, Fabrice Martinez & Vincent Peirani

Premier projet du Collectif La Boutique, « Twins » est construit autour du répertoire de Jean-Remy Guédon. Le trompettiste Fabrice Martinez en assure la direction artistique et propose une relecture inspirée des titres, avec en invité, l’accordéon de Vincent Peirani. Orchestre rutilant et sonorités flamboyantes accrochent l’oreille.

Membre du Collectif La Boutique, le trompettiste Fabrice Martinez a pris la direction du projet « Twins ». Il a invité l’accordéoniste Vincent Peirani à rejoindre les huit musiciens du collectif pour explorer 25 ans de répertoire composé par Jean-Remy Guedon pour l’orchestre Archimusic dont le Collectif La Boutique est l’héritier.

Ils proposent une lecture nouvelle des onze titres de « Twins » dont les riches couleurs orchestrales captivent l’attention. L’orchestre et l’accordéoniste s’invitent mutuellement sur des territoires qu’ils explorent ensemble.

Collectif la Boutique

Issue en droite ligne de l’orchestre créé en 1993 par le saxophoniste Jean-Remy Guédon, la compagnie musicale Archimusic compte un administrateur et huit musiciens qui travaillent dans une dynamique collective. Un quatuor de bois issus des grands orchestres classiques, deux solistes improvisateurs et une rythmique contrebasse-batterie issus du monde du jazz.

Ainsi le Collectif La Boutique réunit Emmanuelle Brunat (clarinette basse), Anaïs Reyes (basson), Vincent Arnoult (hautbois, cor anglais), Clément Duthoit (saxophones), Yves Rousseau (contrebasse), David Pouradier Duteil (batterie), Nicolas Fargeix (clarinette) et Fabrice Martinez (trompette, bugle).

Depuis 2018, Le Collectif la Boutique crée des projets qui vont du classique au jazz, du duo peinture-percussions au trio classique, en passant par le grand ensemble. Le collectif fédère autour de lui nombre d’artistes issus d’autres disciplines (compositeur, arrangeur, chorégraphe, comédie, peintre, etc…) parmi lesquels on peut citer entre autres, Andy Emler, Stanislas Kuchinski, Agnès Adam, Julie Desprairies, Marcel Gbeffa, Anne Vignal etr Djamile Mama Gao.

Via le dispositif Air Artistes, le Collectif la Boutique facilite la circulation des artistes à l’international, ce qui donne naissance à des projets qui se jouent des disciplines et des frontières.

Fabrice Martinez

Le trompettiste et bugliste assure la direction artistique du projet « Twins » qui réunit en grand ensemble les huit musiciens du Collectif la Boutique et leur invité, l’accordéoniste Vincent Peirani.

Membre du « Supersonic » de Thomas de Pourquery, complice de Daniel Humair et de Marc Ducret, le trompettiste a une solide expérience des grands orchestres puisqu’il a participé au Sacre du Tympan depuis 1998, à l’ONJ d’Olivier Benoit, au Grand Lousadzac de Claude Tchamitchian, au Méga-octet d’Andy Emler et à l’orchestre de cuivres de Paris de Pierre Gillet pendant 15 ans.

Fabrice Martinez a fait le choix de confier les parties écrites par Jean-Remy Guédon pour la voix, à l’accordéon de Vincent Peirani qui occupe une place centrale dans le projet « Twins ».

Indéniablement les ingénieurs du son Fred Soulard et Arnaud Pichard participent pour beaucoup à la dynamique sonore qui met en valeur l’orchestre de fort belle manière.

Au fil des plages

Sur la ligne mélodique de la contrebasse, la trompette insuffle en prélude un climat mélancolique au premier titre, L’intelligence qui déroule un tapis orchestral où se distingue le hautbois gracieux. L’accordéon voltige ensuite sur les crêtes de la félicité à laquelle l’oreille succombe.

L’album se poursuit avec Parfum, un titre plus vigoureux qui interpelle par sa rythmique et son climat étrange. La trompette électrise le titre par sa vitalité et son phrasé acrobatique. A partir d’un motif itératif lancinant de la contrebasse et de la percussion, l’accordéon entame sa complainte sur La Nature Universelle. Après une courte intervention du hautbois, la trompette déroule un florilège de sonorités flamboyantes sur un tempo de reggae. Le contraste des rythmes surprend et ravit tout à la fois.

Avec bonheur, le répertoire fait varier les atmosphères. Peur et Religion résonne comme la musique d’un film angoissant. Les envolées déchirantes du saxophone soprano exacerbent le climat oppressant de la composition. Le collectif se veut ensuite plus rassurant et invite l’oreille dans le monde chimérique de L’Imagination. Après les notes frivoles de l’accordéon que soutiennent le basson impérial et la section de soufflants, le propos orchestral accueille la trompette à la sonorité douce et vaporeuse.

Sur la ligne de basse majestueuse de Parrain adviennent alors les arabesques voluptueuses que dessine la clarinette. Le morceau se poursuit sur un tempo médium et la trompette interpelle par ses traits fulgurants qui stimulent l’orchestre.

L’accordéon revient sur Lois et Passions que l’orchestre dote d’une large palette de couleurs sonores. Les solistes en totale osmose apportent successivement leur contribution et la musique s’écoule comme une rivière de jouvence dans laquelle on prend plaisir à s’immerger. Darkniet dessine un paysage sonore sombre que l’expression du saxophone extravagant, l’accordéon et le collectif très libérés rendent encore plus inquiétant. Plus loin, Avis aux Vieux apporte un brin de fantaisie qui ne manque ni d’énergie ni d’allégresse. Le ténor muscle son discours après les interventions romantiques de l’accordéon et de la trompette.

Après un court dialogue de frivolité qu’échangent les soufflants, la trompette émerge des profondeurs de l’orchestre. Parméric se teinte de lumière avec les phrases célestes de l’accordéon qui s’envole tel un papillon. L’album se termine avec le voluptueux Spaciba. La clarinette se fait cajoleuse et sa virtuosité enivre. Soutenues par l’orchestre rutilant, les lames de l’accordéon pleurent et gravissent les sommets de l’extase.

TWINS - L’imagination from Collectif La Boutique on Vimeo.

Pour s’immerger dans l’ambiance de l’album « Twins », RV à Paris au Studio de l’Ermitage, le mercredi 09 décembre 2020 à 20h30 pour le concert qui permettra de retrouver sur la même scène les huit musiciens du Collectif La Boutique et Vincent Peirani.

Le trompettiste Pierre Drevet signe « EchangƎ »

Le trompettiste Pierre Drevet signe « EchangƎ »

Le trompettiste, compositeur et arrangeur Pierre Drevet signe le superbe « EchangƎ ». Enregistré live avec le Brussels Jazz Orchestra et la chanteuse Claire Vaillant, l’album délivre une musique flamboyante où la richesse et la joie du partage sont perceptibles. Compositions originales, arrangements éclatants, splendides envolées des solistes. Du swing grand format dont l’écoute déclenche l’enthousiasme. A partager sans réserve.

lire plus
Les flamboyantes couleurs sonores de « Twins »

Les flamboyantes couleurs sonores de « Twins »

Premier projet du Collectif La Boutique, « Twins » est construit autour du répertoire de Jean-Remy Guédon. Le trompettiste Fabrice Martinez en assure la direction artistique et propose une relecture inspirée des titres, avec en invité, l’accordéon de Vincent Peirani. Orchestre rutilant et sonorités flamboyantes accrochent l’oreille.

lire plus
Gregory Porter présente « Concord »

Gregory Porter présente « Concord »

Après « Revival » découvert en janvier 2020, Gregory Porter présente « Concord ». Un clip et un nouveau single de son album « All Rise » dont la sortie est annoncée pour le 28 août 2020. Un autre titre fort réussi qui permet de retrouver avec bonheur la chaleureuse voix du crooner baryton.

lire plus
Gregory Porter présente « Concord »

Gregory Porter présente « Concord »

Nouveau single de l’album « All Rise »

Après « Revival » découvert en janvier 2020, Gregory Porter présente « Concord ». Un clip et un nouveau single de son album « All Rise » dont la sortie est annoncée pour le 28 août 2020. Un autre titre fort réussi qui permet de retrouver avec bonheur la chaleureuse voix du crooner baryton.

Prévue à l’origine pour le 17 avril 2020, la sortie de l’album « All Rise » (Blue Note/Universal) a été reportée au 28 août 2020. Le clip Concord permet de patienter en attendant la sortie prochaine du sixième album studio du chanteur Gregory Porter.Gregory Porter avec Revival annonce la sortie de All Rise

Enregistré entre Los Angeles, Paris et Londres, ce nouvel opus marque le retour à l’écriture de Gregory Porter avec une nouvelle énergie, de nouveaux groove(s) et avec un nouveau producteur Troy Miller (Rag’n’Bone Man, Calvin Harris, Laura Mvula).

Sur « All Rise », la star internationale est entourée de Tivon Pennicot au saxophone soprano, Chip Crawford aux piano et Fender Rhodes, Jahmal Nichols à la basse, Emanuel Harold à la batterie et Troy Miller aux percussions. Les arrangements du London Symphony Orchestra Strings sont à porter au crédit de Troy Miller.

« All Rise »… les clips musicaux

Après le clip Revival à la tonalité gospel dévoilé le 17 janvier 2020 et présenté sur « Latins de Jazz » le 18 janvier 2020, le chanteur a proposé, en février 2020, le délicieux If Love Is Overrated, qu’il chante accompagné de la section de cordes du London Symphony Orchestra Strings.

On a aussi pu savourer en Avril 2020, le climat climat gospel-soul du clip Thank you.

En mai 2020, ce sont les ambiances disco des années 80 qu’évoquent le très léché Phoenix.

Juin 2020 a permis d’apprécier la pulsation funk du plus rythm and blues Mister Holland.

Le 23 juillet 2020, Gregory Porter présente Concord, une romance à la pulsation très soul qui évoque l’espace.

Du jazz à la planète Mars

Sur le clip de Concord, Demyan, le fils du chanteur, joue son propre rôle et Gregory Porter est revêtu d’une tenue d’astronaute.

Est-ce le talent de l’artiste ou la tenue qui a retenu l’attention de la National Aeronautics and Space Administration ? Sans doute les deux car la NASA invite officiellement Gregory Porter pour inaugurer le lancement de la mission historique, Mars 2020 Perseverance Rover, prévue le jeudi 30 juillet 2020 à partir de Cap Canaveral, en Floride. D’ailleurs, à l’occasion de la cérémonie de lancement retransmise en direct, le chanteur va interpréter, depuis chez lui en Californie, l’hymne patriotique américain, « America The Beautiful ».

Ainsi, Gregory Porter, vainqueur de deux Grammy Awards du meilleur album de jazz vocal, pour « Liquid Spirit » (2013)  et « Take Me To The Alley » (2016), devient partenaire de la NASA pour la mission sur Mars du rover Mars Perseverance lancé en direction du cratère de Jezero sur Mars. Il devient ainsi le premier artiste de jazz à être invité par la NASA à se produire pour le lancement d’une mission sur Mars.

Chez Gregory Porter, blues, soul, gospel, jazz et Rhythm and blues coexistent avec bonheur. Entre énergie et tendresse, groove et mélodies sont les marqueurs essentiels de ce baryton qui transcende les genres avec un talent sans pareil et enchante autant les amateurs de jazz qu’un plus large public.

Le 27 novembre 2020, RV avec le chanteur Gregory Porter à 20h sur la scène de l’Auditorium de Lyon pour un concert organisé en collaboration par l’Auditorium de Lyon et Jazz à Vienne, dans le cadre de la saison 2020/2021 de la salle lyonnaise.

Le trompettiste Pierre Drevet signe « EchangƎ »

Le trompettiste Pierre Drevet signe « EchangƎ »

Le trompettiste, compositeur et arrangeur Pierre Drevet signe le superbe « EchangƎ ». Enregistré live avec le Brussels Jazz Orchestra et la chanteuse Claire Vaillant, l’album délivre une musique flamboyante où la richesse et la joie du partage sont perceptibles. Compositions originales, arrangements éclatants, splendides envolées des solistes. Du swing grand format dont l’écoute déclenche l’enthousiasme. A partager sans réserve.

lire plus
Les flamboyantes couleurs sonores de « Twins »

Les flamboyantes couleurs sonores de « Twins »

Premier projet du Collectif La Boutique, « Twins » est construit autour du répertoire de Jean-Remy Guédon. Le trompettiste Fabrice Martinez en assure la direction artistique et propose une relecture inspirée des titres, avec en invité, l’accordéon de Vincent Peirani. Orchestre rutilant et sonorités flamboyantes accrochent l’oreille.

lire plus
Gregory Porter présente « Concord »

Gregory Porter présente « Concord »

Après « Revival » découvert en janvier 2020, Gregory Porter présente « Concord ». Un clip et un nouveau single de son album « All Rise » dont la sortie est annoncée pour le 28 août 2020. Un autre titre fort réussi qui permet de retrouver avec bonheur la chaleureuse voix du crooner baryton.

lire plus
Charles Tolliver est de retour avec « Connect »

Charles Tolliver est de retour avec « Connect »

Du hard bop énergique et ciselé

Le trompettiste Charles Tolliver est de retour avec « Connect » sur le label londonien indépendant Gearbox Records. Après un long silence discographique, le leader signe un album studio enregistré avec les très expérimentés new-yorkais Jesse Davis, Keith Brown, Buster Williams et Lenny White et la participation du britannique Binker Golding. Un opus énergique et ciselé. Quatre titres qui fleurent bon le hard-bop.

Après une carrière commencée dans les années 60 chez Blue Note au cours de laquelle il a côtoyé de nombreuses célébrités du jazz, le trompettiste, compositeur et arrangeur Charles Tolliver, aujourd’hui âgé de 78 ans, revient avec « Connect », son premier album studio depuis treize ans.couverture de l'album Connect de Charles Tolliver

Comme le titre de l’opus le laisse entendre, Charles Tolliver opère sur « Connect » un superbe lien entre le jazz new-yorkais et le jazz britannique. En effet, si le Charles Tolliver All Stars réunit autour du trompettiste les musiciens new-yorkais Jesse Davis au saxophone alto, Keith Brown au piano, Buster Williams à la contrebasse et Lenny White à la batterie, l’album met aussi en vedette le saxophoniste britannique Binker Golding sur deux morceaux.

La sortie de l’opus sortie est prévue le 31 juillet 2020 sur le label londonien indépendant Gearbox Records.

Charles Tolliver

Né en 1942 à Jacksonville en Floride, Charles Tolliver peut se prévaloir de porter plusieurs casquettes avec talent, trompettiste, chef d’orchestre, compositeur, arrangeur, créateur de label et éducateur.

Après avoir étudié à l’Université Howard, il déménage à New York en 1964. Au fil des ans, il développe un jeu de trompette très personnel, imprégné d’un fort sens de la tradition en côtoyant nombre de jazzmen de renom tels que Roy Haynes, Hank Mobley, Willie Bobo, Horace Silver, McCoy Tyner, Sonny Rollins, Booker Ervin, Gary Bartz, Herbie Hancock, The Gerald Wilson Orchestra, Oliver Nelson, Andrew Hill, Louis Hayes, Roy Ayers, Art Blakey & the Jazz Messengers, et Max Roach.

Il a commencé sa carrière professionnelle avec Jackie Mclean avec lequel il a enregistré l’album « It’s Time » (Blue Note). Le saxophoniste alto le convie aussi à participer à l’opus “Action” enregistré sous le même label.

Leader

Le tout premier enregistrement de Charles Tolliver sous son propre nom est « Paper Man » (Black Lion) enregistré en 1968 avec Herbie Hancock au piano, Gary Bartz au saxophone, Ron Carter à la contrebasse et Joe Chambers à la batterie. Le trompettiste a ensuite participé à nombre d’albums de hard bop au mitan des années 60. Il a aussi joué avec Gerald Wilson’s Orchestra à Los Angeles (1966-1967) et a été un membre du groupe de Max Roach (1967-1969).

En 1969, le trompettiste forme un quatuor appelé « Music Inc. » qui met souvent en vedette le pianiste Stanley Cowell et s’élargit quelquefois à la dimension d’un big band, « Music Inc & Big Band ».

Co-fondateur du label Strata-East Records

En 1971, Charles Tolliver et Stanley Cowell forment le label Strata-East Records lequel sort de nombreux beaux disques dans les années 1970 comme « Music Inc. », enregistré en novembre 1970 et « Impact » enregistré en janvier 1975 par le Big Band de Music Inc. de Charles Tolliver. Chose remarquable, pour ces albums, le leader compose, arrange, joue en solo et dirige lui-même.

Dans les années 70, Strata-East a enregistré des albums d’artistes de premier plan parmi lesquels entre autres Clifford Jordan, M’Boom, Cecil Payne, Sonny Fortune, Shirley Scott, Harold Vick. On note que « The Bottle » (1974) de Gil Scott-Heron constitue sans doute le plus grand succès du label Strata-East encore actif actuellement.

Au cours des années 80 et 90, Charles Tolliver poursuit ses tournées avec son petit groupe, « Music Inc. » et interprète à plusieurs reprises ses compositions et arrangements de grands ensembles en tant que soliste avec pratiquement tous les orchestres européens de radio/TV Jazz.

2007 et 2009

Les deux derniers enregistrements en leader de Charles Tolliver remontent au splendide « With Love » publié en 2007 chez Blue Note avec le Charles Tolliver Big Band et à l’album « Emperor March: Live at the Blue Note » (Halfnote Records) enregistré au Blue Note de New York avec son big band et sorti en 2009. On le retrouve aussi cette même année sur l’album « Introducing Keyon Harrold » de Keyon Harrold ‎où il intervient sur TMF Nuttz, le premier titre du disque.

2020

Après un long silence discographique, l’année 2020 marque le grand retour du légendaire trompettiste avec la sortie de « Connect » dont la sortie est annoncée le 31 juillet 2020 sur le label londonien indépendant Gearbox Records.

« Connect »

« Connect » constitue la première participation de Charles Tolliver au label Gearbox Records, basé à Londres et responsable des récentes sorties du légendaire pianiste, compositeur et arrangeur Abdullah Ibrahim, du duo saxophone-batterie « Binker & Moses », du quintet américain Butcher Brown, groupe très actuel, inspiré par le hip hop mais dont les racines remontent à la fusion électrique des années 70 et du tubiste Theon Cross.

Après contact avec Darrel Sheinman, fondateur du label Gearbox Records, Charles Tolliver a enregistré les quatre pistes de « Connect » à Londres en novembre 2019, dans la dynamique d’une tournée de concerts donnés par le Charles Tolliver All Stars en Europe et à Londres.

Enregistré aux Rak Studios et mixé par Tony Platt (ingénieur du son de Bob Marley, Jazz Jamaica All Stars, Abdullah Ibrahim), « Connect » réunit autour du trompettiste quelques-uns des meilleurs musiciens de la scène jazz new-yorkaise. En effet le Charles Tolliver All Stars compte le saxophoniste alto Jesse Davis, le pianiste Keith Brown, le contrebassiste Buster Williams et le batteur Lenny White. Avec la présence sur deux titres du saxophoniste ténor britannique Binker Golding, l’album relie New-York à Londres. S’il participe au revival de la scène jazz londonienne avec entre autres le duo « Binker & Moses » (saxophone/batterie), le virtuose instrumentiste possède plus d’une corde à son arc, ce dont témoigne sa participation à deux titres de « Connect » (Emperor March et Suspicion) où sa prestation s’enracine dans la grande tradition du jazz.

Les quatre compositions de « Connect » sont à porter au crédit de Charles Tolliver.

Au fil des pistes

La trame de Blue Soul se déroule telle une composition des Jazz Messengers de Art Blakey. Très groovy, le morceau s’échappe pourtant dans une modernité très libre, avec un piano très incisif et un solo de l’alto, qui, s’il demeure dans les canons les plus classiques s’avère intense et expressif. Avec un son cuivré et percutant, la trompette du leader captive l’oreille et affiche une maîtrise parfaite de sa sonorité.

Après un exposé collectif au tempo morcelé évocateur du plus pur jazz modal, Emperor March glisse sur un faux rythme de samba. Par son improvisation charnue et organique, le saxophone ténor dégage une tension aux accents félins qui enflamment le propos. L’alto y répond de manière plus lyrique alors que la trompette stimulée semble animée par un feu intérieur. Improvisation au phrasé souple, trilles égrenés dans le registre aigu. Le piano prend le relais avec véhémence et virtuosité et la batterie finalise le morceau dans un chorus polyrythmique transcendant.

Sur Copasetic, de pure obédience hard bop, la trompette délivre des inflexions free à la sonorité fauve. Avec exubérance, les chorus de l’alto et du piano s’enflamment tour à tour, et le morceau, le plus court de l’album, dégage une énergie joyeuse que le découpage rythmique dynamise.

Introduit par une superbe improvisation de contrebasse dont la ligne de basse permet de saisir la maîtrise développée par Buster Williams, Suspicion démarre à vive allure. Le collectif se retrouve dans un climat groovy que les rythmiciens entretiennent. Les solos successifs de la trompette, du ténor puis de l’alto et du piano explorent l’espace avec beaucoup de liberté et manifestent un enthousiasme qui tourne à l’emballement et se termine dans une euphorie collective à laquelle il est difficile de résister.

« En quatre titres, « Connect » propose un jazz hard bop assumé, entre tradition et modernité. Énergie et propos ciselés coexistent. Ça groove et ça gronde avec en point d’orgue, une belle euphorie musicale !

Le trompettiste Pierre Drevet signe « EchangƎ »

Le trompettiste Pierre Drevet signe « EchangƎ »

Le trompettiste, compositeur et arrangeur Pierre Drevet signe le superbe « EchangƎ ». Enregistré live avec le Brussels Jazz Orchestra et la chanteuse Claire Vaillant, l’album délivre une musique flamboyante où la richesse et la joie du partage sont perceptibles. Compositions originales, arrangements éclatants, splendides envolées des solistes. Du swing grand format dont l’écoute déclenche l’enthousiasme. A partager sans réserve.

lire plus
Les flamboyantes couleurs sonores de « Twins »

Les flamboyantes couleurs sonores de « Twins »

Premier projet du Collectif La Boutique, « Twins » est construit autour du répertoire de Jean-Remy Guédon. Le trompettiste Fabrice Martinez en assure la direction artistique et propose une relecture inspirée des titres, avec en invité, l’accordéon de Vincent Peirani. Orchestre rutilant et sonorités flamboyantes accrochent l’oreille.

lire plus
Gregory Porter présente « Concord »

Gregory Porter présente « Concord »

Après « Revival » découvert en janvier 2020, Gregory Porter présente « Concord ». Un clip et un nouveau single de son album « All Rise » dont la sortie est annoncée pour le 28 août 2020. Un autre titre fort réussi qui permet de retrouver avec bonheur la chaleureuse voix du crooner baryton.

lire plus
Avec « Trickster », Peter Rosendal signe un album inspiré

Avec « Trickster », Peter Rosendal signe un album inspiré

Rencontre imaginative aux confluences du jazz et du folk

Une des meilleures surprises de cet été 2020 réside en l’écoute de « Trickster ». En effet, il fait bon se délecter à l’écoute de cet album qui surprend autant qu’il enchante. Il transporte dans des contrées musicales stimulantes et imaginatives. Pour ce faire, le pianiste danois Peter Rosendal a associé le Big Band The Orchestra au groupe folk Trio Mio pour lesquels il a composé et arrangé un répertoire de neuf titres qui évoluent entre folk et jazz. Au-delà de sa richesse, la musique fascine par son imagination, sa fantaisie mais aussi par une mise en place précise et éclatante.

Au fil des ans, le pianiste de jazz, arrangeur, compositeur, invité du groupe folk ULC, et du Trio Mio, le Danois Peter Rosendal a été couvert d’éloges et de récompenses. couverture de l'album Trickster de Perter Rosendal with The Orchestra & Trio MioLoin de se contenter d’assumer le statut de pianiste de jazz qui lui est souvent attribué, le leader persévère dans sa volonté d’associer sans les dénaturer les musiques qui fondent son ADN de musicien, compositeur et arrangeur.

Dans son nouvel opus « Trickster » (Stunt Records/Una Volta Music) dont la sortie est annoncée pour le 24 juillet 2020, Peter Rosendal réunit le groupe folk Trio Mio dans lequel il s’exprime et le Big Band The Orchestra. La collaboration fonctionne à merveille sur les neufs titres que le leader a composés et arrangés pour les 22 instrumentistes. Avec une imagination inspirée par les musiques qui l’ont nourries, Peter Rosendal propose un album imaginatif qui emprunte au folk et au jazz. Ni du jazz, ni du folk, pas de reproduction, pas de trahison.

« Trickster », un album magique dont les sonorités font flirter tradition et avant-garde. A nulle autre pareille, la musique éclate d’une joie infinie et dépayse l’oreille dans un ailleurs inspiré et enchanteur. Loin de tous les formats ressassés et contraints, « Trickster » contribue par son humour, sa riche mise en place, ses éléments folkloriques et ses trouvailles rythmiques et mélodiques à enrichir le jazz sans pour cela le travestir. Une pure réussite !

Peter Rosendal

Né en 1976, Peter Rosendal a grandi dans les régions prospères de Jutland à Silkeborg, une ville historiquement célèbre pour son amour pour le jazz traditionnel. « A l’époque, je pensais que leur attitude envers cette musique était trop fondamentaliste. Je tenais à ce que les choses prennent une autre direction » se souvient le pianiste.le pianiste Peter Rosendal

Au cours des années, il persévère dans cette optique, refusant de prendre le parti du mimétisme. Pour lui, pas question de « reproduire ». Il diversifie les expériences et développe un langage musical singulier aux racines sont multiples.

Membre du groupe folklorique ULC, dont les disques ont été élus à deux reprises « Album de l’année » aux Danish Music Awards, il joue aussi du piano dans le Trio Mio, réputé pour sa capacité à préserver et à réinventer la musique folk. L’un des disques de son propre trio a été nommé « Jazz Release of the Year » aux Danish Music Awards. Au fil des ans, Peter Rosendal a été couvert de récompenses bien méritées et ce talentueux artiste aux multiples facettes a accumulé de nombreux prix et distinctions, notamment en ayant reçu une bourse de travail de trois ans de la Fondation nationale des arts du Danemark. Il a sorti un grand nombre d’album en son nom notamment « Pica-Pau », « Old Man’Kitchen » et « Love for Snail ».

« Trickster »

Inspiration

Pour l’album « Trickster », Peter Rosendal s’est inspiré de l’île de Fanø, au large de la côte ouest du sud du Jutland au Danemark, ainsi que de Belo Horizonte au Brésil. Outre la polka suédoise, Sønderhoning, nom donné à la fois aux résidents de la ville de Sønderho, à la musique et la danse locale, qui figure au cœur de son inspiration, les voyages au Brésil où le pianiste a côtoyé le légendaire clarinettiste Paulo Moura, ont aussi contribué à enrichir ses horizons musicaux.

« Je ne cherche pas à jouer du jazz sur un air folklorique… J’essaie de développer ces éléments folkloriques et d’appliquer de nouvelles couches, à la fois rythmiques et mélodiques, mais c’est probablement irrespectueux de la tradition pure… D’abord et avant tout, je veux développer mon propre univers”. Peter Rosendal

Les musiciens

Les membres du Trio Mio composé de Peter Rosendal au piano, Jens Ulvsand à la guitare et Kristine Heebøl au violon sont rejoints par ceux de The Orchestra conduit par Nikolai Bøgelund avec les trompettistes Erik Eilertsen, Jens Gotholdt, Maj Berit Guassora et Hendrik Jørgensen, les trombonistes Steen Hansen, Mia Engsager, Gustav Rasmussen, Niels Gerhardt, Kim Aagaard, Peter Fuglsang (clarinette et flûte), Kasper Wagner (flûte et flûte piccolo), Lars Møller ((saxophone ténor), Frederick Menzies (clarinette et clarinette basse), Anders Gaardmand (saxophone baryton et clarinette basse), Thor Madsen (guitare), Kaspar Vadsholt (basse fretless) et Jonas Johansen (batterie).

La pochette

L’opus doit son nom à Trickster, personnage central de la mythologie nordique. La pochette de l’album à porter au crédit de Paul Wilson et Nadja Rasmussen, vibre au diapason avec la tonalité musicale du répertoire. Mine hilare du bouffon fripon, décor ahurissant où se mêlent silhouettes d’animaux improbables, de musiciens, de clowns, de super héros et de personnages historiques.

Au fil des pistes

Sur Solstik 2, la clarinette à la sonorité cabotine fait des claquettes sur la mélodie au rythme du tambourin puis la masse orchestrale reprend le motif qui se déroule ensuite de manière exponentielle. Les éléments folkloriques se marient à merveille au big band jazz. On est ensuite saisi par le climat imaginatif de l’arrangement de Første brudestykke, thème traditionnel Sønderhoning, d’où émerge le souffle éruptif du saxophone ténor qui se déchaîne. Un véritable ravissement.

Changement de climat avec un arrangement du thème traditionnel Hu Hej Hummel i Æ vand où, en ouverture, le violon fait entendre une mélopée folklorique sur laquelle vient se greffer un motif musical avant-gardiste et fantaisiste que les musiciens reprennent tout en décalage. Haletant et surprenant ! Plus loin, Trio Mio propose Geddefiskeren, une danse folklorique au climat nostalgique jouée en contrepoint. A petits pas, The Orchestra intervient, se greffe sur la cadence musicale et embellit le propos musical qui prend une dimension magistrale.

Nouveau contraste avec Petuko, composition originale du leader dont l’écriture florissante tient l’oreille en suspens. Sur un tempo soutenu par une guitare qui sonne comme un banjo, tous les musiciens se répondent jusqu’à ce que le saxophone ténor fasse une échappée stratosphérique lors d’un court solo savoureux. Modernité, créativité et tradition jazz se croisent à merveille.

Soveåret démarre à partir d’un motif répétitif aux résonances folkloriques mais très vite, l’orchestre diversifie la palette sonore. Soutenu par une section de cuivres éclatants, le trombone éclaboussant fait rutiler les sonorités d’un jazz qui éclate avant que la mélopée ne reprenne ses droits. Avec son titre évocateur, LSD, composé par le pianiste, génère des ambiances colorées qui créent un univers sonore subtil où plusieurs strates instrumentales dessinent un millefeuille quasi hallucinogène. Un jazz expérimental totalement maîtrisé.

Advient alors The Triskster. Cette pièce qui donne son nom à l’album, illustre tout à fait la symbiose maîtrisée qui règne entre les différents genres musicaux. On est plongé dans un univers symphonique qui fait un clin d’œil à Gershwin. Le solo de la guitare étincelle et les arrangement sublimes brillent par leur originalité. Un sommet de musicalité.

Le voyage se termine avec Dieselvals. Le Trio Mio débute une ritournelle en forme de fugue sur laquelle la flûte s’envole et entraîne l’orchestre dans son sillage. La tête tourne et l’on se prend à danser sans aucune envie de s’arrêter.

Inspiré, l’album « Triskster » renouvelle les paysages du jazz. En cette période où les voyages par air, terre ou mer ne sont plus vraiment d’actualité, Peter Rosendal, Trio Mio & The Orchestra proposent une échappée à savourer avec délectation et sans restriction. Un périple musical qui ne laisse pas indifférent et dont on ne se lasse pas.

Le trompettiste Pierre Drevet signe « EchangƎ »

Le trompettiste Pierre Drevet signe « EchangƎ »

Le trompettiste, compositeur et arrangeur Pierre Drevet signe le superbe « EchangƎ ». Enregistré live avec le Brussels Jazz Orchestra et la chanteuse Claire Vaillant, l’album délivre une musique flamboyante où la richesse et la joie du partage sont perceptibles. Compositions originales, arrangements éclatants, splendides envolées des solistes. Du swing grand format dont l’écoute déclenche l’enthousiasme. A partager sans réserve.

lire plus
Les flamboyantes couleurs sonores de « Twins »

Les flamboyantes couleurs sonores de « Twins »

Premier projet du Collectif La Boutique, « Twins » est construit autour du répertoire de Jean-Remy Guédon. Le trompettiste Fabrice Martinez en assure la direction artistique et propose une relecture inspirée des titres, avec en invité, l’accordéon de Vincent Peirani. Orchestre rutilant et sonorités flamboyantes accrochent l’oreille.

lire plus
Gregory Porter présente « Concord »

Gregory Porter présente « Concord »

Après « Revival » découvert en janvier 2020, Gregory Porter présente « Concord ». Un clip et un nouveau single de son album « All Rise » dont la sortie est annoncée pour le 28 août 2020. Un autre titre fort réussi qui permet de retrouver avec bonheur la chaleureuse voix du crooner baryton.

lire plus