Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Intime climat d’estompe musicale

Trois ans après « Les âmes perdues » Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments », un album sur lequel il réitère son intérêt pour les duos saxophone ténor-piano(s). Pour renouveler le concept, il a recours aux tempéraments anciens qui modifient l’accordage des pianos sur quatre titres. Les tempéraments proposent des jeux de pistes qui brouillent les repères de l’oreille laquelle les déjoue pourtant. Elle se laisse captiver par un intime climat d’estompe musicale.

Christophe Panzani revient avec Les Mauvais tempéramentsAprès avoir capté des duos saxophone-piano auprès de sept pianistes « Les Âmes perdues » sorti en 2016 chez jazz&people, le saxophoniste Christophe Panzani revient le 08 novembre 2019 (pour la sortie digitale) avec « Les Mauvais Tempéraments » (jazz&people/PIAS).

Ce deuxième album approfondit les alliages de son saxophone avec le piano ou plutôt les pianos. Il explore par ailleurs d’autres pistes plus techniques pour renouveler les spectres sonores et diversifier l’inspiration.

Cette fois encore, Christophe Panzani parvient à ouvrir des fenêtres sur de nouveaux paysages musicaux.

Christophe Panzani

Curieux et ouvert à de nombreux univers musicaux, le poly-instrumentiste (saxophone, clarinette, flûte) Christophe Panzani fait partie de ces musiciens très sollicités de la scène française.

  • En effet celui qui fut Membre du Big Band de Carla Bley de 2002 à 2011, participe aussi à de nombreuses formations de jazz français, « Circles » et « Bright Shadows » d’Anne Paceo, Florian Pellissier 5tet, « Square One » de Matthis Pascaud, sans oublier le groupe du jeune pianiste Gauthier Toux.
  • Par contre cet ancrage jazz ne l’a pas empêché pas de regarder vers d’autres horizons musicaux. Ainsi il a été actif dans d’autres groupes aux esthétiques diverses, musique africaine avec Ousmane Danedj) ou oriental avec Fayçal Salhi, électro jazz et hip-hop avec ElectroDeluxe, Hocus Pocus, C2C, Gaël Faye, Milk Coffee & Sugar, Guts.
    Christophe Panzani revient

    Christophe Panzani © E. Lavin

  • Son ouverture musicale l’a aussi conduit à fonder et à s’impliquer dans trois groupes majeurs de l’underground parisien. The Drops, avec le guitariste italien Federico Casagrande avec quatre albums à leur actif, « Thiefs » dont il est co-leader avec le contrebassiste américain Keith Witty, un projet jazz hip-hop crédité de deux albums et le collectif « The Watershed » avec trois figures majeures de la nouvelle scène Jazz française, Karl Jannuska (batterie), Pierre Perchaud (guitare) et Tony Paeleman (claviers).
  • Il convient par ailleurs d’évoquer le LARGE Ensemble présenté sur la scène nationale de l’Arsenal à Metz après une résidence (2015/16). Le groupe a associé son quintet de jazzmen avec Vincent Peirani et Pierre Perchaud au quintet à vent Arte Combo et au quatuor à cordes Voce. Un projet à la confluence du jazz etde la musique contemporaine.
  • Enfin, c’est sous nom qu’en 2016 le saxophoniste sort « Les Âmes Perdues », un projet qui l’a conduit à recueillir chez sept pianistes des duos saxophone-piano enregistrés sur le piano personnel d’Edouard Ferlet avec lui-même, Leonardo Montana, Guillaume Poncelet, Tony Paeleman, Yonathan Avishai, Laia Genc et Dan Tepfer.

Le 08 novembre 2019 (pour la sortie digitale) puis le 23 novembre 2019 (pour la sortie physique), le saxophoniste donne une suite à ce premier album et Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments ».

Christophe Panzani va encore plus loin

Piano(s) et pianistes…

Le leader invite huit pianistes à partager avec lui la musique écrite pour cette occasion. Comme sur « Les âmes perdues », on retrouve, Edouard Ferlet, Leonardo Montana, Guillaume Poncelet, Tony Paeleman et Yonathan Avishai auxquels s’ajoutent Eric Legnini, Yael Naim et BIGYUKI. Cette fois encore, le disque est enregistré comme « à la maison », chez les pianistes (ou presque), sur leurs pianos ou ceux d’Edouard Ferlet. Pour diversifier les échanges, le ténor dialogue avec un, deux pianos, quatre mains sur un piano, des pianos différents.

… et une piste plus technique

De plus, le saxophoniste souhaite explorer d’autres horizons afin de diversifier l’inspiration. C’est ainsi que …

« En quête de moyens d’expression nouveaux, le saxophoniste a choisi une voie dans laquelle les jazzmen se sont rarement — sinon jamais — aventurés jusqu’à présent : celle des tempéraments anciens. Il n’est pas question ici de changer le diapason des instruments mais d’accorder le piano comme le font les clavecinistes et les spécialistes (notamment) de musique baroque, en respectant les rapports naturels entre les sons, ce qui permet d’éviter les « battements» entre harmoniques qui donnent parfois à l’oreille une sensation de fausseté ou de dureté. »

Sur quatre plages du répertoire Christophe Panzani fait donc le choix de délaisser l’accordage en tempérament dit égal des pianos et recourt à un accordage de sons anciens. Tout un programme, certes… et même un fort savant programme !

Certes, il s’agit d’un contexte pas forcément accessible d’emblée à une oreille novice. Pourtant, très vite elle saisit les nuances de cette musique ouverte et sensible. En effet, dans l’intimité des rencontres, se dégagent de surprenantes couleurs. Contrastes entre lumières tamisées et vifs éclats. Mystère émanant d’estompes sonores projetées en contre-jour. Ombres filtrées ou diffractées. Les émotions sont au rendez-vous.

Vous avez dit « tempéraments » ?

Au fil des siècles, les intervalles entre les notes ont été déterminés à partir de données purement mathématiques afin d’adapter clavecins, orgues puis piano aux autres instruments. Ainsi, différents systèmes de tempéraments se sont succédé au fil des époques faisant varier les accordages, les tonalités et les sons.

Aujourd’hui, par convention, règne en maître le tempérament dit égal qu’utilisent les accordeurs de piano. Ainsi les oreilles du 20ème et 21ème siècle se sont conditionnées et donc habituées aux effets sonores des pianos ainsi accordés… alors qu’à l’époque baroque les clavecins étaient accordés en tempérament Werckmeister III.

Christophe Panzani varie les accordages des pianos

Sur son album « Les Mauvais Tempéraments », Christophe Panzani varie les accordages des pianos et  ainsi les tempéraments créent des jeux de pistes en trompe l’oreille. En effet, le leader enregistre six pistes sur des pianos accordés en tempérament dit égal alors que pour les quatre autres plages, les pianos sont accordés en tempérament Werkmeister III.

A voir les réactions des pianistes Yonathan Avishai, Edouard Ferlet, Leonardo Montana et Tony Paeleman lorsqu’ils découvrent pour la première fois les pianos accordés en tempérament Werkmeister III, on comprend combien les variations d’accordage des sons transportent les pianistes et suscitent chez eux ces exclamations admiratives qui traduisent leur étonnement. Ils louent la beauté des couleurs magnifiques qui découlent de ce changement.

Tempérament Werkmeister III

Fréquemment utilisé à l’époque de Bach, le tempérament Werkmeister III (1691) sert de référence à l’accordeur des pianos que vont utiliser les pianistes les 28, 29 et 30 janvier 2019 au Studio d’Edouard Ferlet. C’est ainsi que les pianistes Yonathan Avishai, Edouard Ferlet, Leonardo Montana et Tony Paeleman enregistrent quatre morceaux.

  • Ahijado II avec Yonathan Avishai
  • Des âmes toutes faites (dédié à la mémoire d’Antoine de Saint-Exupéry) avec Tony Paeleman
  • Le Désordre des choses II (dédié à Tigran Hamasyan) joué à quatre mains par Yonathan Avishai et Leonardo Montana
  • Les Mauvais Tempéraments II joué à quatre mains par Edouard Ferlet et Leonardo Montana.
Tempérament dit égal

Les six autres titres du répertoire sont enregistrés sur des pianos accordés en tempérament dit égal.

  • L’Autre Miroir (dédié à Federico Casagrande) joué à deux pianos par Edouard Ferlet et Tony Paeleman
  • I Don’t Feel No Home (dédié à Daniel Romeo) enregistré avec Guillaume Poncelet dans son studio
  • Ravage (dédié à la mémoire de René Barjavel) enregistré avec BIGYUKI le 14 mai 2019 chez Keith Witty à Harlem, New York.

A ces trois compositions s’ajoutent des versions alternatives de trois titres :

  • Ahijado enregistré avec Eric Légnini, à son domicile
  • Le Désordre des choses avec Leonardo Montana et Yonathan Avishai sur deux pianos
  • Les Mauvais Tempéraments (dédié à Carla Bley) enregistré en mai 2019 avec Yael Naim, chez elle.

L’enregistrement, le mixage et mastering de l’album ont été assurés par Tony Paeleman.

Quelle écoute ?

Considérant la démarche de Christophe Panzini, musicien ouvert à nombre de formes artistiques, on décide de se distancier des données savantes communiquées. De facto, pour le musicien, ces variations d’accordage ne sont ni plus ni moins qu’une piste de plus pour interroger la musique, trouver de nouveaux arguments pour travailler plus encore le dialogue de son saxophone ténor avec le(s) piano(s).

On se questionne ensuite pour savoir ce qu’une oreille lambda va percevoir après l’écoute de l’album. Faute d’être celle d’un.e musicien.ne, est-elle en capacité de mesurer les différences qu’entraîne le nouvel accordage ? On prend donc le parti d’écouter en total lâcher prise pour mettre à distance les éléments techniques pas forcément accessibles aux non intiée.e.s.

Pourtant on demeure attentif aux trois titres qui se font écho comme en miroir, avec des pianos accordés en tempérament dit égal sur les trois premières plages l’album et des pianos accordés en tempérament Werkmeister III sur les trois dernières pistes.

Impressions musicales

Sur Les Mauvais tempérament I, le tendre souffle du saxophone s’étire au-dessus du piano (en tempérament égal) de Yael Naim dont le phrasé haché et hésitant fait planer un fort climat de doute avant de retrouver une douce tranquillité. Sur le piano (en tempérament Werkmeister III) les quatre mains de Yonathan Avishai & Leonardo Montana habillent d’un voile assez désespéré leur réponse au saxophone inquiet sur Les Mauvais Tempéraments II. Les spirales de notes soufflées semblent finalement rassurées par les tendres caresses du piano.

Difficile de déterminer une préférence pour l’un ou l’autre des deux Ahijado. Le dialogue entre le saxophone et le piano (accordé en tempérament dit égal) d’Eric Légnini invite à une tendre mélancolie porteuse d’interrogations qui se résolvent joyeusement sur un tempo ternaire alors que le ténor et le piano (en tempérament Werkmeister III) de Yonathan Avishai ouvrent des trouées bluesy, comme les respirations pointillistes d’un climat d’espérance.

Sur I Don’t Feel No Home les échanges entre le piano Guillaume Poncelet et le saxophone font évoluer le dialogue entre doute existentiel et rassurantes mélopées. On est saisi par la force des interactions des deux pianos entre lesquels le saxophone essaie de s’immiscer avec succès sur L’autre miroir. Le saxophone élève sa lamentation interrogative entre les deux pianos de Tony Paeleman et Edouard Ferlet. Magique échange !

Le piano énervé de BIGYUKI stimule le ténor et tous deux font de Ravage un morceau atypique qui réveille l’album par des couleurs que pimentent des effets électriques et électroniques. L’écoute de ce titre déclenche une déstabilisation de l’oreille déshabituée aux climats toniques.

De fait cela est plutôt salvateur et permet de mieux s’immerger ensuite dans les quatre titres enregistrés avec les pianos accordés en tempérament Werkmeister III. C’est le cas sur Des âmes toutes faites II qui balance entre les fêlures des interrogations du ténor et les réponses rassurantes du piano de Tony Paeleman avec des passages où règne une inconditionnelle entente. Le duo nourrit un inventif et bouleversant dialogue.

Avec une force très affirmée, les deux pianos (accordés en tempérament dit égal) tenus par Leonardo Montana et Yonathan Avishai conversent avec le saxophone qui calme le jeu et répond par de douces spirales. Le ténor ne s’en laisse pourtant pas compter sur Le Désordre des choses I qui se termine sur un climat plutôt tendu.

Par contre les quatre mains de Yonathan Avishai et Leonardo Montana sur un piano accordé en tempérament Werkmeister III s’amusent avec les dissonances et la rythmique sur Le Désordre des choses II, ce qui met le saxophone en ébullition, même si à la toute fin, le climat s’apaise, s’éclaire même. Piano et saxophone devisent alors plus gaiement.

Au final on se laisse captiver de bout en bout par les ambiances qui se succèdent et font varier les teintes musicales. Mystère et mélancolie s’invitent au fil de lentes processions et de douces promenades. Saxophone et pianos croisent propos questionnant et intimes confidences. Les atmosphères oscillent entre certitudes et interrogations. Pourtant rien de trop schizophrénique car l’ensemble de la musique distille une bienveillante tendresse… qui rend difficile le sevrage et engage à écouter en boucle les dix plages de l’album « Les Mauvais Tempéraments ».

Pour vivre les « Les Mauvais Tempéraments », rendez-vous à Paris le 27 janvier 2020 à 21h au Studio de l’Ermitage avec Christophe Panzani (saxophone ténor) et les pianistes Yonathan Avishai, Edouard Ferlet, Eric Legnini, Leonardo Montana et Tony Paeleman. En attendant, on ne se prive pas d’écouter encore et encore l’album et de le partager largement autour de soi.

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Le 15 novembre 2019, Laurent de Wilde sort « Three Trios », un coffret de trois albums enregistrés en trio. « Odd & Blue » (1989) un album introuvable depuis vingt ans. « Open Changes » (1993) qui a reçu le Prix Django Reinhardt la même année. « The Present » (2006) épuisé depuis une décennie. Il est aisé de percevoir combien, entre 1989 et 2006, le pianiste a élargi le langage du trio traditionnel en incorporant compositions et acquis issus de ses autres aventures. Un voyage au fil des ans qui permet de saisir l’évolution de son art au sein du trio, piano-contrebasse-batterie.

lire plus
Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Trois ans après « Les âmes perdues » Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments », un album sur lequel il réitère son intérêt pour les duos saxophone ténor-piano(s). Pour renouveler le concept, il a recours aux tempéraments anciens qui modifient l’accordage des pianos sur quatre titres. Les tempéraments proposent des jeux de pistes qui brouillent les repères de l’oreille laquelle les déjoue pourtant. Elle se laisse captiver par un intime climat d’estompe musicale.

lire plus
Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Après les avoir invités en 2017 à l’occasion de la sortie de son album « Think Back Op. 2 », le pianiste Edouard Ferlet retrouve Naissam Jalal, Sonny Troupé et Guillaume Latil pour travailler autour de l’improvisation idiomatique. Après deux résidences, ces quatre artistes issus de galaxies aux esthétiques différentes apprennent à se connaître. L’album « altérité » résulte de leur collaboration et donne à écouter une musique singulière, sans partition et sans montage. Une musique qui captive l’oreille.

lire plus
Coup de cœur… pour Yes! Trio & « Groove du Jour »

Coup de cœur… pour Yes! Trio & « Groove du Jour »

Swing, Vitalité et Modernité

Pas question en cet automne 2019 de passer à côté de « Groove du Jour ». Porteur de bout en bout d’un groove vibrant, d’un swing élastique et d’une modernité étonnante, cet opus est le fait du Yes! Trio qui réunit le batteur Ali Jackson, le contrebassiste Omer Avital et le pianiste Aaron Goldberg. Un grand « OUI » à cet album plein de vitalité qui donne la pêche et le sourire !

couverture de l'album Groove du Jour du Yes! TrioAu début des années 1990, Ali Jackson (batterie), Aaron Goldberg (piano) et Omer Avital (contrebasse) se sont connus à New-York où ils ont appris et pratiqué un jazz plein de vitalité et de swing. Chacun a ensuite mené avec brio sa propre carrière.

Après « Yes ! », un premier disque gravé par Yes! Trio en 2009, les talentueux musiciens se sont de nouveau réunis en studio en 2018 pour enregistrer le tonique « Groove du Jour » (jazz&people/PIAS).

De bout en bout des dix titres de « Groove du Jour », Yes! Trio propose une musique joyeuse et exaltante que l’on ne se lasse pas d’écouter. Avec enthousiasme on dit « Oui » à ce jazz vibrant qui porte haut l’esprit et les couleurs du swing.

Yes! Trio

Avant de devenir les pointures internationales qu’ils sont aujourd’hui, le pianiste Aaron Goldberg, le contrebassiste Omer Avital et le batteur Ali Jackson se sont rencontrés à New-York au début des années 1990. Animés d’un même esprit et de l’envie de jouer, ils ont alors appris de leurs aînés et ont capté la vitalité du swing qui depuis figure dans leur ADN.

Trois jeunes musiciens…

  • Né en 1976 d’un père contrebassiste de jazz, Ali Jackson a reçu durant son adolescence des conseils de Max Roach, Donald Byrd et Betty Carter. Avant de quitter Détroit pour s’installer à New-York, il avait déjà accompagné Aretha Franklin.
  • De son côté, Aaron Goldberg est issu de Boston. Né en 1974, il découvre le jazz au lycée et bénéficie ensuite de l’enseignement de Jerry Bergonzi.
  • Né en Israël en 1971 de parents d’origine marocaine et yéménite, Omer Avital fréquente le lycée Thelma-Yellin de Tel Aviv, véritable pépinière du jazz israélien avant de gagner New-York.

… se rencontrent à New-York…

Le batteur et le pianiste se sont croisés en 1991 lors d’auditions passées à la Manhattan School of Music. Le contrebassiste a quant à lui rencontré Aaron Goldberg en 1992 sur les bancs de la New School for Jazz and Contemporary Music et a connu Ali Jackson au cours d’une tournée en Europe. En 1995 Omer Avital joue régulièrement au Smalls Jazz Club au sein de différents groupes et c’est dans ce club que les trois musiciens se rapprochent vraiment.

… mènent leur carrière personnelle

Entre temps chaque membre du Yes! Trio a mené une brillante carrière personnelle comme sidemen et/ou leader.

  • Ali Jakson s’est illustré au sein du Jazz at Lincoln Center Orchestra sous la direction de Wynton Marsalis et a aussi joué avec Dee Dee Bridgewater, Kurt Rosenwinkel ou Jacky Terrasson.
  • De son côté, Aaron Goldberg a aussi travaillé auprès de Wynton Marsalis puis, à la fin des années 90, s’est illustré dans le quartet du saxophoniste Joshua Redman. Il a aussi collaboré avec Freddie Hubbard, Nicholas Payton, Kurt Rosenwinkel et a constitué plusieurs trios dont le dernier en date réunit à ses côtés le contrebassiste Matt Penman et le batteur Leon Parker.
  • Après avoir côtoyé Roy Haynes ou Jimmy Cobb lors de son arrivée à New-York, Omer Avital a développé un tempérament de leader. Après trois ans passés en Israël où il étudie le oud, il s’immerge dans les musiques traditionnelles du Proche-Orient et après avoir fondé Yemen Blues, il dirige plusieurs autres groupes où il mêle le jazz à la musique de ses racines. « Abutbul Music » (2016), « Avital meets Avital » (2017) et « Qantar » (2018), ses trois derniers opus témoignent de la richesse et de la diversité de son inspiration.

… et en 2019, sort « Groove du Jour »

S’il a fallu plus de quinze ans à Ali Jackson, Aaron Goldberg et Omer Avital pour graver « Yes » en 2009, leur premier disque sorti en 2012, les trois musiciens n’ont pas attendu pas aussi longtemps pour envisager leur deuxième album. En effet, riches de leurs origines et de leurs cultures différentes, ils se sont retrouvés en octobre 2018 au studio de Meudon où ils ont enregistré les dix pistes de leur deuxième album, « Groove du Jour » sorti le 11 octobre 2019 chez jazz&people.

Riche de vibrations inspirées et irrigué d’une joyeuse énergie, « Groove du Jour » baigne dans le swing du début à la fin de ses cinquante-neuf minutes. Le jazz de Yes! Trio ne se prend pas la tête et circule avec chaleur entre les trois musiciens.

Au fil des titres

Tradition et modernité font bon ménage sur « Groove du Jour ». Les dix plages sont habitées par un groove dynamique qui ne se dément à aucun moment.

Dès le premier titre composé par Ali Jackson, le décor est posé, on baigne dans un swing qui explose tout au long des marches de cet Escalier que le trio dévale et grimpe joyeusement. Un riff de contrebasse profile une élégante mélodie, la batterie propulse un groove à toute épreuve, le piano chante avec gaieté, Yes! Trio a posé le décor mais beaucoup reste encore à dire.

Le piano entame ensuite un motif musical qui libère C’est Clair et sa chatoyante mélodie composée par Omer Avital. On se prend à fredonner sur les harmonies bluesy et on en vient à marquer le tempo quand le batteur se saisit du tambourin pour accompagner un piano funky soutenu par la solide ligne de basse.

C’est ensuite avec une grande modernité que le trio se réapproprie Dr Jackle, la superbe composition du saxophoniste alto Jackie McLean reprise par Miles Davis sur l’album « Milestones » (1958) avec John Coltrane et Cannonball Adderley. Après un remarquable chorus, le piano éclate de joie sur un tempo bop de fou. La contrebasse voltige avec aisance et sensibilité avant que la batterie ne démontre son savoir et sa réactivité dans un 4/4 explosif.

Plus tard, Yes! Trio pose aussi son empreinte sur I’ll Be Seeing You, la très populaire composition de Samuel Fain. La ballade se teinte d’abord d’une tendre nostalgie avant de gagner en intensité dans la dernière partie que l’on peut sans hésiter qualifier de sublime. Vient alors le temps de se laisser transporter par les échos moyen-orientaux de Muhammad’s Market. La composition d’Omer Avital sonne plutôt funky et sert de tremplin au piano virtuose.

Le trio explore ensuite avec une grande liberté le très rythmique Claqué proposé par Ali Jackson. Sur le battement pulsatile de la batterie et le motif bluesy de la contrebasse, le piano métamorphose le thème de Claqué en un riff entêtant. Sur Tokyo Dream on prend toute la mesure de la virtuosité des trois protagonistes. Le solo inspiré et lyrique d’Omer Avital confirme que le contrebassiste fait partie des grands maîtres de la contrebasse jazz. Très à l’aise sur sa composition, Aaron Golberg truffe son discours de citations et tel un acrobate virtuose se promène avec souplesse sur le clavier et stimule la batterie qui donne le meilleur de lui-même.

Vient alors le moment de se laisser séduire par la fraîcheur de Groove du Jour, le thème d’Ali Jackson qui donne son nom à l’album. Stimulé par une rythmique énergique et en totale cohésion, le piano groove avec décontraction et humour.

A peine le temps de souffler, on est happé par la cadence de batucada que la batterie impulse à Flow. Le thème complexe d’Omer Avital est exposé à vive allure par le piano avant que la contrebasse ne s’envole dans un solo aérien et véloce où l’on capte des clins d’oeil à Giant Steps. Le piano prend la suite et fait circuler le swing à grand flot sur ce morceau d’Omer Avital avant que la batterie ne clôture la piste par un feu d’artifice de samba. On en ressort comme enivré !

L’album se termine par Bed Stuy, une autre composition du contrebassiste. Le piano au jeu éloquent colle au beat qu’impulsent les rythmiciens. Un parfait exemple de l’osmose qui règne au sein du Yes! Trio.

Sans passéisme complaisant, les trois musiciens du Yes! Trio mettent leur technique au service d’un jazz chaleureux qui swingue avec souplesse entre tradition et modernité. Porteur d’énergie, libre et inventif, « Groove du Jour », ne manque pas de nuance et s’écoute jusqu’au bout de la nuit.

Si l’on ne peut que se louer de la qualité de l’enregistrement qui met autant en valeur chacun des trois protagonistes du Yes! Trio il est vraiment tentant d’aller écouter live Ali Jackson (batterie), Aaron Goldberg (piano) et Omer Avital (contrebasse) le 03 décembre 2019 à Paris dans la salle du New Morning dans le cadre du Festival Jazz’N’Klezmer qui propose d’écouter Le Petit Mish-Mash en première partie dès 20h.

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Le 15 novembre 2019, Laurent de Wilde sort « Three Trios », un coffret de trois albums enregistrés en trio. « Odd & Blue » (1989) un album introuvable depuis vingt ans. « Open Changes » (1993) qui a reçu le Prix Django Reinhardt la même année. « The Present » (2006) épuisé depuis une décennie. Il est aisé de percevoir combien, entre 1989 et 2006, le pianiste a élargi le langage du trio traditionnel en incorporant compositions et acquis issus de ses autres aventures. Un voyage au fil des ans qui permet de saisir l’évolution de son art au sein du trio, piano-contrebasse-batterie.

lire plus
Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Trois ans après « Les âmes perdues » Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments », un album sur lequel il réitère son intérêt pour les duos saxophone ténor-piano(s). Pour renouveler le concept, il a recours aux tempéraments anciens qui modifient l’accordage des pianos sur quatre titres. Les tempéraments proposent des jeux de pistes qui brouillent les repères de l’oreille laquelle les déjoue pourtant. Elle se laisse captiver par un intime climat d’estompe musicale.

lire plus
Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Après les avoir invités en 2017 à l’occasion de la sortie de son album « Think Back Op. 2 », le pianiste Edouard Ferlet retrouve Naissam Jalal, Sonny Troupé et Guillaume Latil pour travailler autour de l’improvisation idiomatique. Après deux résidences, ces quatre artistes issus de galaxies aux esthétiques différentes apprennent à se connaître. L’album « altérité » résulte de leur collaboration et donne à écouter une musique singulière, sans partition et sans montage. Une musique qui captive l’oreille.

lire plus
David Bressat revient avec « True Colors »

David Bressat revient avec « True Colors »

Arc-en-ciel musical entre pastel et flamboyance

Toujours à la tête de son superbe quintet avec lequel il a sorti le vibrant « Alive ! » en 2017, le pianiste et compositeur David Bressat revient avec « True Colors ». Enregistré live en juin 2019 au Crescent, ce deuxième opus explore une harmonieuse palette de couleurs musicales. Entre flamboyance et pastel, un arc-en-ciel musical d’échappées lumineuses et de crépusculaires confidences.

Capté live au Crescent, l’album « True Colors » à sortir le 01 novembre 2019, confirme le choix de David Bressat de privilégier la dynamique et les interactions, ce dont témoignait déjà en 2017, le superbe « Alive ! » enregistré en direct dans le même club mâconnais avec le saxophoniste Eric Prost, le trompettiste Aurélien Joly, le contrebassiste Florent Nisse et le batteur Charles Clayette, déjà présents autour du pianiste et compositeur David Bressat.

Un quintet dynamique

Perceptible de bout en bout de l’album, la dynamique et l’enthousiasme qui règne au sein du quintet constitue en quelque sorte la toile de fond sur laquelle les musiciens peignent et font vibrer les couleurs de leur musique.

Selon la teneur des compositions, la palette de couleurs des artistes évolue. Au gré des mélodies, les traits des improvisations varient. De souples ils deviennent tendus, pointillistes ou épais. En fonction des harmonies, les teintes des accompagnements changent de dominante, se parent d’ombres ou de lumière. Changements de tempi et syncopes contribuent à pigmenter la musique de contrastes, à faire varier perspective et profondeur de champ.

Les sept plages de « True Colors » (Obstinato/Inouïes Distribution) témoignent de la complicité qui unit David Bressat, Eric Prost, Aurélien Joly, Florent Nisse et Charles Clayette. Comme des coloristes exaltés ou recueillis, les cinq compères teintent leur inspiration de couleurs musicales changeantes. En profonde harmonie, ils tissent des échanges lumineux adoucis de subtiles nuances ou zébrés d’effervescents contrastes. Le public ne s’y trompe pas et réagit au fil des cinquante-trois minutes de l’album.

Un répertoire arc-en-ciel

Après une courte introduction au piano, les deux soufflants exposent en contrepoint la mélodie bleu turquoise de Holi suivie d’un chorus de piano d’où émerge le solo flamboyant du ténor aux inflexions coltraniennes sur une spirale modale soutenue par la rythmique. Le chorus incandescent de la batterie déclenche les vivas du public avant un retour au thème et une fin qui rassemble le groupe

David Bressat revient avec l'album True ColorsTrès découpé, Triangulo se teinte de pourpre sous le souffle impétueux de la trompette. Le ténor plus velouté adoucit la couleur que le solo organique du piano contribue à raviver. De Soleil Doré émane une douce lueur crépusculaire; le piano mélancolique et bucolique inspire de douces lignes musicales aux soufflants. La pureté du chorus de contrebasse évoque la transparence d’un cristal autour duquel le piano esquisse un solo dont la texture tout en délicatesse évoque la lueur délicate du crépuscule.

Brodée par le piano, le saxophone et la trompette, la mélodie de True Colors projette une couleur dynamique, un bordeaux chaleureux que le piano illumine par un chorus aux harmonies latines. La trompette lyrique pose ensuite des reflets irisés que la section rythmique éclabousse de mille pointillés.

Ballade subtile, Daum Vole dévoile ses transparences après une introduction du piano au jeu délicat où se manifestent de subtiles influences classiques. le ténor ajoute de chatoyants reflets. Tel un oiseau coulé dans un cristal pastel, le bugle déploie un souffle inspiré d’une douce tendresse qui inspire à la contrebasse un chorus proche de la Grâce.

L’atmosphère change tout à fait avec Une Belle Virée dont le tempo hard bop vire au rouge, un rouge joyeux, vital et tonique que projette le ténor sur une improvisation frénétique qui engage le piano à poursuivre par un jeu exalté. Il n’en faut pas moins à la trompette pour se survolter durant un solo ardent lequel déclenche la fougue de la batterie. Le public adhère à cette dynamique éclaboussure colorée.

De bienveillantes vibrations orangées émanent de Flow. Sur ce dernier titre les musiciens dialoguent tour à tour et se retrouvent dans une dynamique groupale apaisée.

David Bressat revient de belle manière avec « True Colors ». L’album met en lumière un jazz contemporain au spectre coloriste mouvant. Comme des peintres inspirés, les musiciens explorent une palette de couleurs qui explosent ou se fondent au fil des sept titres du répertoire arc-en-ciel
… les couleurs évoquées dans cette chronique sont redevables à une perception tout à fait subjective. Libre à chacun.e d’y projeter ses propres pigments !

Pour vivre en direct la musique de « True Colors » et retrouve rDavid Bressat (piano), Eric Prost (saxophone ténor), Aurélien Joly (trompette, bugle), Florent Nisse (contrebasse) et Charles Clayette (batterie), quelques concerts se profilent avant la tournée du quintet en Inde. Rendez-vous le 01 novembre 2019 à 21h au Crescent à Mâcon, le 02 novembre 2019 à l’Embarcadère de Montceau-les-Mines, le 16 novembre 2019 au Théâtre de Roanne, le 23 novembre 2019 à 21h à Lyon au Périscope, le 04 décembre 2019 à 21h au Sunside à Paris et à Bourg-en-Bresse le 06 décembre 2019 à 21h à la Ferme à Jazz.

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Le 15 novembre 2019, Laurent de Wilde sort « Three Trios », un coffret de trois albums enregistrés en trio. « Odd & Blue » (1989) un album introuvable depuis vingt ans. « Open Changes » (1993) qui a reçu le Prix Django Reinhardt la même année. « The Present » (2006) épuisé depuis une décennie. Il est aisé de percevoir combien, entre 1989 et 2006, le pianiste a élargi le langage du trio traditionnel en incorporant compositions et acquis issus de ses autres aventures. Un voyage au fil des ans qui permet de saisir l’évolution de son art au sein du trio, piano-contrebasse-batterie.

lire plus
Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Trois ans après « Les âmes perdues » Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments », un album sur lequel il réitère son intérêt pour les duos saxophone ténor-piano(s). Pour renouveler le concept, il a recours aux tempéraments anciens qui modifient l’accordage des pianos sur quatre titres. Les tempéraments proposent des jeux de pistes qui brouillent les repères de l’oreille laquelle les déjoue pourtant. Elle se laisse captiver par un intime climat d’estompe musicale.

lire plus
Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Après les avoir invités en 2017 à l’occasion de la sortie de son album « Think Back Op. 2 », le pianiste Edouard Ferlet retrouve Naissam Jalal, Sonny Troupé et Guillaume Latil pour travailler autour de l’improvisation idiomatique. Après deux résidences, ces quatre artistes issus de galaxies aux esthétiques différentes apprennent à se connaître. L’album « altérité » résulte de leur collaboration et donne à écouter une musique singulière, sans partition et sans montage. Une musique qui captive l’oreille.

lire plus
Clin d’œil à Line Kruse & « Invitation »

Clin d’œil à Line Kruse & « Invitation »

Musique orchestrale et jazz latin

Sur son cinquième album « Invitation », la violoniste et compositrice d’origine danoise, Line Kruse continue à se jouer des frontières musicales. Elle convie des pointures de la scène cubaine jazz actuelle à rejoindre une section de treize pupitres de cordes. Avec une aisance déconcertante son écriture et ses arrangements combinent musique orchestrale et jazz latin. Ce nouvel opus structure plus encore les frontières de l’identité musicale singulière de Line Kuse.

Après l’ambitieux et fort réussi « Hidden Stone » (Continuo Jazz/UVM) paru en 2018, la violoniste, compositrice, cheffe d’orchestre et arrangeuse Line Kruse poursuit sa démarche musicale innovante avec « Invitation » (Continuo Jazz/UVM) sorti le 25 octobre 2019.

Sur « Invitation » le violon de Line Kruse convie le trio du pianiste Harold López Nussa augmenté et le percussionniste Yaroldi Abreu Robles, sollicite treize pupitres de cordes et la voix de l’étoile montante du chant cubain Daymé Arocena, la flûte de Orlando « Maraca » Valle, la trompette de Nicolas Folmer et la guitare de Louis Winsberg.

En rapprochant les énergiques nappes harmoniques des cordes et la rythmique jazz développée par quelques-unes des pointures les plus inspirées de la scène jazz cubaine actuelle, Line Kruse déploie de nouvelles couleurs musicales. Au final l’écriture subtile et les arrangements somptueux tissent une musique aux drapés délicats et aux profondes nuances.

« Invitation »

couverture de l'album Invitation de la violoniste Line KruseRedevable à celui de la composition de Bronisław Kaper et Paul Francis Webster, le titre de l’album, « Invitation », fait aussi référence à ces invitations successives qui ont permis à Line Kruse de réunir des musiciens de Cuba et de France. En effet, Line Kruse s’est elle-même invitée à La Havane pour enregistrer en décembre 2018 au PM Studio avec la fine fleur du jazz Cubain et a aussi convié des musiciens français dans l’aventure. La violoniste a ensuite invité et dirigé en 2019, une section de treize pupitres de cordes (sept violons parmi lesquels celui tenu par Mathias Levy, trois altos et trois violoncelles) à Paris au Studio Saint-Germain.

Ainsi, après mixage et mastérisation, l’album « Invitation » propose l’écoute d’un répertoire de neuf titres au fil desquels la violoniste leader s’exprime entourée du pianiste Harold López Nussa qui réunit autour de lui les membres de son trio, le contrebassiste Gastòn Joya et le batteur Ruy Adriàn López Nussa rejoints par le percussionniste Yaroldi Abreu Robles. Le flûtiste virtuose et inspiré Orlando « Maraca » Valle et la chanteuse Daymé Arocena découverte en France aux côtés de Roberto Fonseca lors de sa tournée de l’été 2017. Le trompettiste Nicolas Folmer et le guitariste Louis Winsberg sont aussi de la fête sur quelques titres. On note aussi, au sein des chœurs, la participation de Joel Hierrezuelo friand lui-même de croiser les cultures comme il a l’a si bien fait sur « Zapateo Suite ».

Au fil des pistes

Le répertoire de l’album « Invitation » propose différentes ambiances sonores qui allient avec élégance les influences issues des rythmes cubains savants ou populaires, des compositeurs russes du début du XXe siècle et les fondamentaux du jazz. Tous les arrangements sont à porter au crédit de la violoniste laquelle a par ailleurs composé cinq des titres de l’album.

Le jeu effervescent et éclatant du violon céleste de Line Kruse illumine Canción d’un lyrisme vibrant. Les arrangements des cordes impressionnent par leur réactivité et leurs envols aériens tout au service des improvisations de Line Kruse. Après un prologue violon-piano qui coule sur Agua comme un hommage à l’Eau, l’ode se transforme en un chant passionné qu’élève le lyrique piano porté par une section rythmique véhémente.

Sur Ahora (Daymé Arocena/Line Kruse), on se laisse immerger avec bonheur dans les polyrythmies qu’instruments rythmiques et piano tressent avec les cordes. La voix chaude et puissante de Daymé Arocena, le violon stratosphérique de Line Kruse et la flûte insaisissable d’Orlando « Maraca » Valle s’en donnent à cœur joie et dynamisent ce morceau au groove indéniable. Truffé de ruptures rythmiques complexes, Wednesday propose une fantaisie jazz qui fait dialoguer trompette bouchée, violon et piano alors que la section rythmique s’amuse de belle manière.

Sur un tempo de tango peu académique, les cordes exposent la mélodie de Tres Cosas que le piano transforme ensuite en mambo sur lequel violon et flûte se livrent à d’audacieux jeux acrobatiques. On se laisse porter par ce morceau peu conformiste. Revisité par Line Kruse, le second mouvement du concerto pour violon de Prokofiev, Andante Assai, combine la guitare de Louis Winsberg, le violon de Line Kruse, les nappes des cordes et les accents rythmiques du trio. Un romantisme inattendu qui ne manque pas de charme.

L’écriture très orchestrale de Tema met en orbite la trompette de Nicolas Folmer. Denses et profondes, les ambiances suggèrent d’oniriques images. Métamorphosée par le chant voilé et grave de Daymé Arocena et par le violon translucide et interrogatif de Line Kruse, Invitation (Bronisław Kaper/Paul Francis Webster) se pare de mystère sur un tempo étiré comme en suspension. C’est par un contraste saisissant entre la profondeur du chorus de contrebasse et les sensibles aigus du violon que Line Kruse choisit de terminer l’album, avec une version de l’hymne national civil du Danemark, Det er et Yndigt Land qu’elle a arrangé en guise de clin d’œil plein de charme à son pays natal.

« Invitation », un collier de neuf perles musicales somptueuses dont les reflets allient l’héritage classique de Line Kruse, sa passion pour les compositeurs russes du début du XXe siècle et les rythmes populaires et savants de la musique cubaine. L’album développe de nouvelles couleurs aux effervescences dynamiques. Servi par la souplesse et la dynamique des cordes alliées à la polyrythmie cubaine, le violon céleste de Line Kruse accomplit des prouesses et vibre de lyrisme ou plane comme suspendu au firmament.

<

Rendez-vous avec Line Kruse, à 20h30 le 26 octobre 2019 à Paris pour le concert de sortie de l’album sur la scène du Bal Blomet. La violoniste sera sur sur un scène avec Harold Lopez Nussa (piano), Ruy Adrian Lopez Nussa (batterie) , Daymé Arocena (voix), Christophe Wallemme (contrebasse), Abraham Mansfarroll-Rodriguez (percussions) et treize pupitres de cordes.

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Le 15 novembre 2019, Laurent de Wilde sort « Three Trios », un coffret de trois albums enregistrés en trio. « Odd & Blue » (1989) un album introuvable depuis vingt ans. « Open Changes » (1993) qui a reçu le Prix Django Reinhardt la même année. « The Present » (2006) épuisé depuis une décennie. Il est aisé de percevoir combien, entre 1989 et 2006, le pianiste a élargi le langage du trio traditionnel en incorporant compositions et acquis issus de ses autres aventures. Un voyage au fil des ans qui permet de saisir l’évolution de son art au sein du trio, piano-contrebasse-batterie.

lire plus
Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Trois ans après « Les âmes perdues » Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments », un album sur lequel il réitère son intérêt pour les duos saxophone ténor-piano(s). Pour renouveler le concept, il a recours aux tempéraments anciens qui modifient l’accordage des pianos sur quatre titres. Les tempéraments proposent des jeux de pistes qui brouillent les repères de l’oreille laquelle les déjoue pourtant. Elle se laisse captiver par un intime climat d’estompe musicale.

lire plus
Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Après les avoir invités en 2017 à l’occasion de la sortie de son album « Think Back Op. 2 », le pianiste Edouard Ferlet retrouve Naissam Jalal, Sonny Troupé et Guillaume Latil pour travailler autour de l’improvisation idiomatique. Après deux résidences, ces quatre artistes issus de galaxies aux esthétiques différentes apprennent à se connaître. L’album « altérité » résulte de leur collaboration et donne à écouter une musique singulière, sans partition et sans montage. Une musique qui captive l’oreille.

lire plus
Céline Bonacina invite au voyage avec « Fly Fly »

Céline Bonacina invite au voyage avec « Fly Fly »

Ferveur ardente et tendre douceur

Avec le titre de son cinquième opus, « Fly Fly », la saxophoniste Céline Bonacina annonce la couleur, celle du voyage. La musique évoque des paysages qui servent de prétexte aux envols des saxophones baryton et soprano. Les mélodies se parent de superbes couleurs dont le jaune a visiblement la préférence du groupe. Le répertoire balance entre groove énergique et murmure raffiné, explosions coloristes et caresses aériennes. Un régal intégral !

couverture de l'abum Fly Fly de Céline BonacinaLe 18 octobre 2019, la saxophoniste Céline Bonacina revient avec un nouveau groupe et un cinquième album « Fly Fly » (Cristal Records/Sony Music Entertainment).

Elle retrouve le contrebassiste canadien Chris Jennings déjà présent à ses côtés dans le Crystal Quartet. Le toucher nuancé de Jean-Luc Di Fraya fait merveille car le volcanique batteur se mue aussi en un délicat percussionniste. Invité sur six pistes, le guitariste Pierre Durand apporte quant à lui de brillantes couleurs.

« Fly Fly », un jazz moderne et coloré dont la force onirique réside autant dans sa ferveur ardente que dans sa tendre douceur. Sur l’album, des mélodies élégantes croisent des rythmiques énergiques, des climats raffinés flirtent avec des sonorités organiques.

Avec à son actif quatre albums et plus de vingt ans de carrière, Céline Bonacina s’est forgé un nom au saxophone baryton dont elle est devenue une instrumentiste reconnue.

Céline Bonacina, saxophoniste baryton

Après avoir commencé la musique à l’âge de 7 ans en conservatoire (Belfort, Besançon, Paris…), Céline Bonacina se spécialise au saxophone baryton, entre 1996 et 1998, en jouant dans les big bands parisiens. Durant sept ans passés à la Réunion, elle se produit et se fait remarquer dans de nombreux festivals de l’Océan Indien.

Quatre albums entre 2005 et 2016

De retour en métropole en 2005, elle sort « Vue d’en haut », un premier album enregistré à la Réunion. La critique salue ses compositions interprétées aux saxophones baryton, alto et soprano. Elle crée ensuite le Céline Bonacina Trio.

En 2010 elle enregistre son deuxième album « Way of Life » avec le bassiste Nicolas Garnier et le batteur Hary Ratsimbazafy. Elle invite le guitariste Nguyên Lê, musicien phare du label ACT. Séduit, le label allemand publie le disque de la saxophoniste et sort aussi le suivant en 2013, « Open Heart », enregistré avec Hary Ratsimbazafy et le bassiste Kevin Reveyrand. Le trio est rejoint par des invités, Himiko Paganotti (chant), Pascal Schumacher (vibraphone, glockenspiel) et Mino Cinelu (percussions).

2016 voit la parution d’un quatrième opus, « Crystal Rain » (Cristal Records/Sony Music Entertainment) avec à la batterie Asaf Sirkis. Ce disque est marqué par une belle complicité de Céline Bonacina avec le pianiste britannique Gwilym Simcock et le contrebassiste Chris Jennings. Très active en live où elle excelle, Céline Bonacina est par ailleurs très investie dans des activités pédagogiques diversifiées.

La reconnaissance

Au fil des ans, des concerts et des albums, la réputation de la saxophoniste dépasse les frontières de la France. En effet, depuis 2013 où elle a été sacrée « Jeune talent ADAMI », Céline Bonacina est élue « Rising Star » en 2017, 2018 et 2019 par le magazine américain « Downbeat » et obtient en 2019 le Prix du Public au BMW Welt Award de Munich.

« Fly, Fly », une invitation au voyage

« Cet album présente mes nouvelles compositions ainsi que celles de Chris Jennings. D’influences multiples, leur point de rencontre est le voyage. On y retrouve l’évocation de paysages et de souvenirs, de lieux où nous avons séjourné, de moments forts de nos vies respectives ; l’expression sonore de sentiments et d’émotions, et sans doute la symbolique d’une quête plus vaste. » Céline Bonacina

le quartet Fly Fly de Céline Bonacina

Le quartet Fly Fly de Céline Bonacina© Nathalie Courau-Roudier

La contrebasse lyrique de Chris Jennings s’allie au jeu volubile et groovy des saxophones de Céline Bonacina. Le très nuancé Jean-Luc Di Fraya fait murmurer ou tonner percussions et batterie. Sa voix et celle de la leader colorent plusieurs morceaux auxquels elles ajoutent une touche de musiques du monde. Sur quelques plages, les phrasés audacieux et sidérants du guitariste Pierre Durand posent des traits de couleurs contrastés.

Enregistré par Mathieu Nappez à l’Alhambra Studios de Rochefort-sur-Mer, l’album a été mixé par Nguyên Lê au Studio Louxor de Paris et masterisé par Bruno Gruel à Elektra Mastering de Servon.

Le répertoire propose un voyage en treize titres-escales dont huit sont redevables à la saxophoniste et cinq au contrebassiste.

Sur le lumineux Still Running souffle un vent de liberté gorgé à la fois d’énergie et de finesse. La mélodie court à en donner le tournis puis passe le relais aux trois mouvements de Care Her Gone qui voyage dans des paysages tout à tour chantants, aériens et groovy. Ivre Sagesse débute par une introduction quasi mystique égrenée par le baryton et la contrebasse. Le saxophone esquisse ensuite un motif répétitif qui s’embrase et inspire un solo pulsatile à la batterie. Du Haut de Là ouvre avec un duo baryton-contrebasse puis le trio entame un climat baroque où le saxophone virtuose et fougueux virevolte.

La saxophoniste Céline Bonacina

Céline Bonacina©© Nathalie Courau-Roudier

La présence de la guitare électrique fait souffler un vent paisible sur An Angel’s Caress auquel le baryton apporte un climat vaporeux. Après cette escale angélique, le songe se poursuit par An Angel’s Whisper, comme une quête spirituelle dans un univers bucolique voisin du monde sonore de Garbarek. Le quartet entre en parfaite symbiose sur Tack Sa Mycket. La mélodie du soprano envoutant s’élève comme une incantation que renforce le chant de la guitare. Après cette offrande spirituelle, High Vibration explore un monde plus organique. La guitare part dans une improvisation fascinante qui stimule le baryton à son tour sidérant.

Après la brève parenthèse cosmique de Vide Fertile où le baryton métamorphosé, les percussions et l’archet dialoguent advient le groovy Borderline qui fait se confronter une guitare décoiffante de virtuosité, un baryton enflammé et un batteur volcanique. Le voyage continue ensuite avec Fly Fly to the Sky où le baryton prend la barre et alterne entre douceur et force avec quelques échappées libres du côté du free.

Sur Friends & Neighbours Too, le quartet adopte une pulsation funky qui débouche sur un dialogue soul et punchy entre baryton et guitare. On en redemanderait volontiers mais l’album se termine avec les résonances orientales de Cameos Carving, soutenu par une batterie puissante et une contrebasse lyrique. Pour finir, le fervent soprano fraternise avec le saz.

On ne se lasse pas de voyager au gré des paysages colorés du magique « Fly Fly » où l’énergie des rythmiques vivifiantes coexiste avec la douceur des climats oniriques.

Pour vivre en live les ambiances de « Fly Fly », quelques concerts se profilent. RV pour le concert de sortie de l’album avec Céline Bonacina (saxophone baryton, soprano), Chris Jennings (contrebasse) et Jean-Luc Di Fraya (percussions, batterie) à Paris le 21 novembre 2019 à 21h au Studio de l’Ermitage, le 22 novembre 2019 à Nantes au Trempolino dans le cadre du festival Jazz Tempo en partenariat avec Nantes Jazz Action. ICI pour tout savoir des concerts de Céline Bonacina.

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Le 15 novembre 2019, Laurent de Wilde sort « Three Trios », un coffret de trois albums enregistrés en trio. « Odd & Blue » (1989) un album introuvable depuis vingt ans. « Open Changes » (1993) qui a reçu le Prix Django Reinhardt la même année. « The Present » (2006) épuisé depuis une décennie. Il est aisé de percevoir combien, entre 1989 et 2006, le pianiste a élargi le langage du trio traditionnel en incorporant compositions et acquis issus de ses autres aventures. Un voyage au fil des ans qui permet de saisir l’évolution de son art au sein du trio, piano-contrebasse-batterie.

lire plus
Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Trois ans après « Les âmes perdues » Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments », un album sur lequel il réitère son intérêt pour les duos saxophone ténor-piano(s). Pour renouveler le concept, il a recours aux tempéraments anciens qui modifient l’accordage des pianos sur quatre titres. Les tempéraments proposent des jeux de pistes qui brouillent les repères de l’oreille laquelle les déjoue pourtant. Elle se laisse captiver par un intime climat d’estompe musicale.

lire plus
Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Après les avoir invités en 2017 à l’occasion de la sortie de son album « Think Back Op. 2 », le pianiste Edouard Ferlet retrouve Naissam Jalal, Sonny Troupé et Guillaume Latil pour travailler autour de l’improvisation idiomatique. Après deux résidences, ces quatre artistes issus de galaxies aux esthétiques différentes apprennent à se connaître. L’album « altérité » résulte de leur collaboration et donne à écouter une musique singulière, sans partition et sans montage. Une musique qui captive l’oreille.

lire plus
Jazz à Vienne Saison 19/20#2 – Auditorium de Lyon, Novembre 2019

Jazz à Vienne Saison 19/20#2 – Auditorium de Lyon, Novembre 2019

Herbie Hancock - Bobby McFerrin

Jazz à Vienne Saison 19/20#2 évoque les deux concerts coproduits par Jazz à Vienne et l’Auditorium-Orchestre National de Lyon sur la scène de l’Auditorium en novembre 2019. Le pianiste Herbie Hancock annoncé le 02 novembre 2019 et le chanteur Bobby McFerrin attendu le 18 novembre 2019. Gageons que les deux musiciens fassent une fois de plus rimer talent et générosité et déclenchent l’enthousiasme du public.

En novembre 2019, Jazz à Vienne et l’Auditorium-Orchestre National de Lyon coproduisent deux concerts proposés dans la Grande Salle de l’Auditorium de Lyon,

Jazz à Vienne Saison 19/20#2, Herbie Hancok, Bobby McFerrinJazz à Vienne Saison 19/20#2 donne rendez-vous au public avec deux figures prestigieuses de la sphère du jazz, Herbie Hancock et Bobby McFerrin. A eux deux, les musiciens cumulent 24 Grammy Awards, à raison de 14 décernés au premier et 10 au second.

A bientôt 80 ans, le légendaire pianiste natif de Chicago, Herbie Hancock figure parmi les plus respectés des musiciens de jazz et ses concerts constituent toujours un motif de réjouissance. La voix unique, le sourire et le charisme du chanteur Bobby McFerrin continuent à émouvoir celles et ceux qui l’écoutent.

Il serait vraiment dommage de se priver du plaisir de les voir et de les écouter.

Herbie Hancock- 02 novembre 2019 à l’Auditorium de Lyon

Plus de 50 ans de carrière

Jazz à Vienne Saison 19/20#2, le pianiste Herbie Hancock

Herbie Hancock©Douglas Kirkland

Entre le 20ième et le 21ème siècle, Herbie Hancock a conquis un véritable statut d’icône populaire.

Pianiste et compositeur aux multiples facettes, il a construit sa carrière en transcendant les limites et les genres. Depuis plus de cinq décennies, ce novateur perpétuel a diversifié ses approches qu’il a fait entendre sur disque et sur scène. D’une part Il a  ravi les amateurs de jazz acoustique avec ses nombreux groupes dont le fameux « VSOP » et d’autre part il a transporté les fans de jazz-fusion, de disco, de rock, de hip-hop, de funk avec entre autres, ses incursions avec les » Headhunters ».

Depuis le succès de Watermeloon Man gravé sur son premier album « Takin’ off » sorti en 1962 chez Blue Note, puis après son passage durant 5 années dans le quintet de Miles Davis entre 1963 et 1968, Herbie Hancock n’a eu cesse de renouveler son inspiration. Sa réputation n’a cessé de grandir et sa discographie de s’étoffer.

Quelques-unes de ses compositions comme Canteloupe Island, Maiden Voyage, Watermelon Man et Chameleon, figurent aujourd’hui parmi les standards repris par nombre de musiciens.

Titres et récompenses

Depuis le début de sa carrière, le pianiste et compositeur Herbie Hancock accumule les succès ce qui lui a valu nombre de titres et récompenses.

Difficile de ne pas évoquer l’historique « Maiden Voyage » (enregistré en 1965 et remastérisé en 1998), les multiples enregistrements du VSOP, ses duos avec Chick Corea, le superbe « A Tribute To Miles » récompensé d’un Grammy Award en 1994 suivi d’un autre, en 1996, pour la composition The New Standard de l’album « The New Standard » (1996), « River: The Joni Letters » qui a remporté deux Grammy Awards en 2007, celui de l’Album de l’année et du Meilleur album de Jazz contemporain et pour finir, « The Imagine Project » qui a lui aussi été récompensé de deux Grammy Awards en 2010.

Sans oublier l’album « ‘Round Midnight » (1986), BO du film du même nom de Bertrand Tavernier qui a reçu un oscar en 1987.

Nommé ambassadeur de bonne volonté de l’Unesco en 2011 Herbie Hancock est à l’origine du Jazz Day, véritable fête internationale qui honore la musique de jazz et ses valeurs, tous les 30 avril. Enfin, en février 2016, il a reçu un Grammy Award couronnant l’ensemble de sa carrière.

RV à 20h le samedi 02 novembre 2019 à l’Auditorium de Lyon, avec Herbie Hancock. Pour l’occasion, le pianiste et compositeur est annoncé à la tête d’un nouveau groupe qui réunit à ses côtés Elena Pinderhughes (flûte & voix), Lionel Loueke (guitare & chant), James Genus (basse) et Justin Tyson (batterie).

Pour se mettre en oreille… quelques échos de son dernier passage le 12 juillet 2017 sur la scène du Théâtre Antique de Vienne où il a revisité avec brio son héritage avec deux de ses légataires, le guitariste Lionel Loueke et le bassiste James Genus.

Bobby McFerrin - 18 novembre 2019 à l’Auditorium de Lyon

Jazz à Vienne Saison 19/20#2, le chanteur Bobby McFerrin

Bobby McFerrin©Carol Friedman

Au fil des années, ce chanteur atypique qu’est Bobby McFerrin a brouillé les frontières entre musique pop, musique savante et musique sacrée.

Issu d’une famille de chanteurs lyriques, il s’est distingué par une approche novatrice de l’harmonie, du rythme et de la mélodie avec sa seule voix. En effet, cet inventeur iconoclaste ne s’est pas contenté du succès planétaire que lui a valu son fameux Don’t Worry, Be Happy gravé en 1988 sur l’album « Simple Pleasures ».

Après avoir démarré sa carrière dans les années 70, il est passé du statut de vocaliste hyper doué et singulier à celui de prodige de la voix avant de devenir chef de chœur dirigeant des chorales aux formats variés. Ce natif de Manhattan a diversifié les rencontres et les formats, sur scène mais aussi sur disque. Ainsi on a pu l’écouter aux côtés du violoncelliste Yo-Yo Ma sur « Hush » (1992) ou de Chick Corea sur « The Mozart Sessions » (1996).

Son album « Circlesongs » sorti en 1997 constitue un jalon essentiel de sa carrière. Il a été suivi de « Beyond Words » (2002) puis de « VOCAbuLarieS » (2010) et enfin du fort singulier « about spirityouall » (2013) où il revisite les negrospirituals, comme en perpétuelle recherche des valeurs fondatrices dont ces chants sont porteurs, joie, rédemption et liberté.

A côté de son cursus vocal il a été nommé en 1994 à la direction musicale du Saint Paul Chamber Orchestra du Minnesota.

RV à 20h le lundi 18 novembre 2019 à l’Auditorium de Lyon, pour un moment riche en émotions avec le magicien Bobby McFerrin. Pour l’occasion, le chanteur vient entouré de Gil Goldstein (direction, arrangements, piano, accordéon), David Mansfield (violon, mandoline, guitare). Des invités spéciaux sont annoncés.

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Le 15 novembre 2019, Laurent de Wilde sort « Three Trios », un coffret de trois albums enregistrés en trio. « Odd & Blue » (1989) un album introuvable depuis vingt ans. « Open Changes » (1993) qui a reçu le Prix Django Reinhardt la même année. « The Present » (2006) épuisé depuis une décennie. Il est aisé de percevoir combien, entre 1989 et 2006, le pianiste a élargi le langage du trio traditionnel en incorporant compositions et acquis issus de ses autres aventures. Un voyage au fil des ans qui permet de saisir l’évolution de son art au sein du trio, piano-contrebasse-batterie.

lire plus
Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Trois ans après « Les âmes perdues » Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments », un album sur lequel il réitère son intérêt pour les duos saxophone ténor-piano(s). Pour renouveler le concept, il a recours aux tempéraments anciens qui modifient l’accordage des pianos sur quatre titres. Les tempéraments proposent des jeux de pistes qui brouillent les repères de l’oreille laquelle les déjoue pourtant. Elle se laisse captiver par un intime climat d’estompe musicale.

lire plus
Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Après les avoir invités en 2017 à l’occasion de la sortie de son album « Think Back Op. 2 », le pianiste Edouard Ferlet retrouve Naissam Jalal, Sonny Troupé et Guillaume Latil pour travailler autour de l’improvisation idiomatique. Après deux résidences, ces quatre artistes issus de galaxies aux esthétiques différentes apprennent à se connaître. L’album « altérité » résulte de leur collaboration et donne à écouter une musique singulière, sans partition et sans montage. Une musique qui captive l’oreille.

lire plus