Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon

Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon

Jazz, Musiques Actuelles et du Monde… de riches promesses

En 2025, l’Auditorium de Lyon a 50 ans et pour fêter cet anniversaire, l’institution annonce une programmation 2024/2025 alléchante, avec pas moins de 170 concerts. Du côté du Jazz et des Musiques actuelles se profilent d’intenses moments musicaux avec Bernard Lavilliers, Thibault Cauvin & -M-, Crosscurrents Trio, Souad Massi, Dominique A, Bethmann/Legnini/Trotignon/Bojan Z, Brad Mehldau, Samara Joy, Anouar Brahem Quartet. De quoi réjouir le public !

Entre le 30 janvier et le 22 mars 2025, l’Auditorium de Lyon soufflera ses 50 bougies lors d’une dizaine de rendez-vous musicaux qui lui sont dédiés ainsi qu’une exposition photo pour retracer ses cinquante premières années.

A l’occasion de ses 50 ans…

Après plus d’un an de travaux la salle Proton-de-la Chapelle rouvre ses portes avec une semaine inaugurale, du 21 au 26 octobre avec une programmation jeune public. Cette programmation 2024/25 est aussi une saison exceptionnelle pour l’orgue et sa nouvelle console, avec à la clef 9 concerts et 3 « petits concerts d’orgue » qui mettent l’accent sur des œuvres importantes de l’histoire de l’orgue de l’Auditorium.Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon - Visuel_Saison_24-25

Cette saison l’Auditorium-Orchestre National de Lyon souhaite mieux irriguer le territoire, lever les barrières culturelles et favoriser la circulation des publics. A cette fin, il propose des événements construits en partenariat avec les institutions suivantes le musée des Beaux-Arts de Lyon, Les Subs, le musée des Confluences, le Palais de la Mutualité, le Centre commercial Westfield La Part-Dieu, la Villa Gillet et les Nuits de Fourvière. Ainsi, de nombreux concerts et spectacles jeune public se déploieront dans les musées et autres lieux culturels de l’agglomération alors que l’Auditorium accueillera des expositions, rencontres littéraires, conférences.

Cet anniversaire ne peut se dissocier de celui de Ravel dont l’Auditorium porte le nom. Le compositeur et son répertoire seront à l’honneur avec l’ensemble de son répertoire de musique de chambre qui sera joué à l’occasion d’un Marathon Ravel le 22 mars 2025 ainsi qu’une création autour « Boléro pour Ravel » d’Ibrahim Maalouf les 06 et 07 mars 2025 à 20h avec l’ONL conduit par Nikolaj Szeps-Znaider.

La saison 2024/2025

Nicolas Droin (directeur général), Laurent Joyeux (délégué artistique) et Laurent Croizier (secrétaire général) identifient 2 fils rouges dans la nouvelle saison 2024/2025 de l’Auditorium-Orchestre National de Lyon :

  • « America » autour de la musique américaine avec 11 concerts qui honorent 17 compositeurs et compositrices : Samuel Barber, Amy Beach, Leonard Bernstein, Tyondal Braxton, Aaron Copland, Bryce Dessner, George Gershwin, Philip Glass, Charles Ives, Jlin, Gabriel Kahane, Cindy McTee, Conlon Nancarrow, Florence Price, Paul Schoenfield, Daniel Slatkin et Leonard Slatkin.
  • « Escapade à Vienne » avec 23 concerts à la découverte de Gustav Mahler, Anton Bruckner, Wolfgang Amadeus Mozart, Johannes Brahms, Anton Webern, Ludwig van Beethoven, Johann Strauss fils, Franz Schubert ou encore Alban Berg

L’Auditorium-Orchestre National de Lyon invite des ensembles de France et d’ailleurs et propose des concerts symphoniques, des récitals, des concerts d’orgue, des concerts de Musique de Chambre, des Ciné-Concerts, des concerts « Jazz, Musiques Actuelles et du Monde » des concerts découverte, des concerts Jeune Public et des concerts Découverte.

Concerts « Jazz, Musiques Actuelles et du Monde »

Parmi les 170 concerts de sa programmation 2024/2025, 10 projets s’inscrivent au cœur de la rubrique « Jazz, Musiques Actuelles et du Monde ».

Avec l’Orchestre National de Lyon (ONL)

Bernard Lavilliers retrouve l’ONL pour deux concerts à l’Auditorium de Lyon, les 26 et 27 septembre 2024 à 20h et un troisième le 28 septembre au Zénith de Saint-Étienne. Sur l’album « Métamorphoses » paru en novembre 2023 l’artiste stéphanois revisite 14 titres issus de cinq décennies de son répertoire. Il avait déjà partagé la scène avec l’ONL en 2006 pour son spectacle « Lavilliers chante Ferré ». Il décrivait ainsi sa connivence avec l’ONL : « C’est un orchestre très ouvert qui considère la musique classique non pas comme une chapelle, mais comme un grand forum. » L‘ONL sera dirigé par Bastien Stil sur des arrangements de Cyrille Aufort.

Pour la chanteuse franco-algérienne Souad Massi, il s’agit de sa première rencontre avec l’ONL qui sera dirigé par Dirk Brossé. Son style enraciné dans la musique arabo-andalouse marie la musique folk et le chaâbi algérien avec la chanson et le rock. À l’invitation du festival de Saint-Denis et de l’Auditorium, le 29 novembre 2024 à 20h, Souad Massi interprète son premier récital symphonique et revisite les joyaux de sa discographie, du séminal Raoui au récent Sequana, dans des versions originales.

Grands invités pour rencontres rares à l’Auditorium

Dominique A incarne le renouveau la scène chanson et depuis trente ans, ce chanteur-poète chronique les tourments du monde avec une écriture exigeante et un soin aigu dans le choix des arrangements. Il revisite son répertoire avec l’Orchestre de chambre de Genève et sur scène le 30 novembre 2024 à 20h, ils devraient alterner titres emblématiques et raretés de son répertoire. Sans aucun doute, le mariage sera heureux entre le style élégant du chanteur et la puissance orchestrale de l’orchestre.

Le guitariste classique Thibault Cauvin & le talentueux Matthieu Chedid alias -M- ont enregistré ensemble un disque intitulé « L’Heure miroir ». Ils s’étaient déjà rencontrés en 2018 sur l’album « Cities II ». Après cette première collaboration les deux virtuoses de la guitare se retrouvent le 12 octobre  2024 à 20h pour un voyage musical sans boussole sur les rives du classique, de la chanson, avec des reprises pop et des compositions originales. Un voyage instrumental, intimiste et inédit.

Jazz et Musiques du Monde

Étoile montante du jazz vocal, la jeune chanteuse new-yorkaise Samara Joy a été bercée par la soul, le rhythm’n’blues et le gospel avant de rencontrer le jazz. Elle donnera son premier concert à l’occasion de la sortie de son nouvel album « Linger Awhile » sur une scène lyonnaise. Son concert du 10 mars 2025 à 20h s’annonce comme un temps fort de la saison 2024/2025 de l’Auditorium. La chanteuse se produira avec Luther Allison (piano), Michael Migliore (contrebasse) et Evan Sherman (batterie). Des promesses de swing.

Après avoir déjà mis en résonance les œuvres de Bach avec ses propres compositions et improvisations dans After Bach, sur disque et à la scène, le pianiste Brad Mehldau érige un pont invisible entre la musique de Gabriel Fauré et ses propres compositions. Empreint de culture musicale classique et compositeur d’un Concerto pour piano et orchestre interprété avec l’Orchestre national de Lyon en 2019, Brad Mehldau sera sur la scène de l’Auditorium le 10 février 2025 à 20h. Le pianiste confronte aujourd’hui son univers à celui de Gabriel Fauré, dont il admire l’harmonie et les textures si caractéristiques : quatre pièces originales de sa main dialogueront avec quatre Nocturnes du compositeur français, dont on célèbre en novembre 2024 le centenaire de la disparition. La seconde partie du concert fera entendre des pièces contemporaines apparentées dans leur écriture à celles de Fauré, dont Brad Mehldau annoncera les titres sur scène.

PianoForte, ce sont quatre grands pianistes qui sont invités à se produire le 25 janvier 2025 à 20h. Chacun d’entre eux a reporté une Victoire du Jazz : il s’agit de Bethmann/Legnini/Trotignon/Bojan Z. Ils se partagent 2 pianos et 2 Fender Rhodes pour une rencontre inédite et alléchante. Du jazz à huit mains qui explorera un répertoire large, du tango à Ravel, du jazz au blues.

Le 09 novembre 2024 à 20h, c’est un trio de maîtres qui est annoncé sur la scène de l’Auditorium. En effet Crosscurrents Trio réunit le saxophoniste Chris Potter, le contrebassiste Dave Holland et le percussionniste Zakir Hussain. Comme son nom l’indique le groupe croise les courants et cultive les flux de charges positives entre la quintessence du jazz et la musique indienne. Le courant passe entre ces trois complices qui mettent leur talent au service d’une créativité sans cesse renouvelée.

C’est le Anouar Brahem Quartet qui ferme la programmation Jazz et Musiques du Monde, lors du concert du 29 avril 2025 à 20h. Entouré des Britanniques Dave Holland (contrebasse) et Django Bates (piano) le oudiste Anouar Brahem a invité Anja Lechner (violoncelle) à les rejoindre. Avec eux il réinvente la tradition musicale arabe millénaire du oud en la confrontant aux musiques occidentales et au jazz. L’année 2025 verra la sortie d’un nouvel album du quartet : la promesse d’un nouveau voyage intime entre pudeur et sensualité.

Les cinq concerts de cette rubrique Jazz et Musiques du Monde sont organisés en coproduction avec « Jazz à Vienne ».

Les spectacles de Jazz, de Musiques Actuelles et du Monde de la saison 2024-25 de l’Auditorium - Orchestre National de Lyon, 10 rendez-vous à ne rater sous aucun prétexte ! La saison 2024/25 de l’Auditorium - Orchestre National de Lyon est en ligne sur le site internet de l’Auditorium de Lyon.

Kenny Barron revient avec « Beyond this Place »

Kenny Barron revient avec « Beyond this Place »

Pianiste et compositeur récompensé neuf fois aux Grammy Awards, Kenny Barron a collaboré avec les plus grands noms du jazz. Au sommet de son art, revient à la tête d’un quintet multigénérationnel avec « Beyond this Place » (Artwork Records/Pias). Neuf plages où swing et délicatesse se croisent avec bonheur. Un opus raffiné, irisé de grâce et d’élégance.

lire plus
Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon

Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon

En 2025, l’Auditorium de Lyon a 50 ans et pour fêter cet anniversaire, l’institution annonce une programmation 2024/2025 alléchante, avec pas moins de 170 concerts. Du côté du Jazz et des Musiques actuelles se profilent d’intenses moments musicaux avec Bernard Lavilliers, Thibault Cauvin & -M-, Crosscurrents Trio, Souad Massi, Dominique A, Bethmann/Legnini/Trotignon/Bojan Z, Brad Mehldau, Samara Joy, Anouar Brahem Quartet. De quoi réjouir le public !

lire plus
Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

En Bourgogne du Sud, du 17 au 24 août 2024, le festival « Jazz Campus en Clunisois » donne rendez-vous à un large public pour vivre au rythme du jazz et des musiques improvisées. Fidèle aux valeurs de ses origines, le festival demeure toujours aussi vivace et ancré dans ses racines. Dans des lieux patrimoniaux de Cluny et du Clunisois, il propose un large panorama de la diversité d’expressions que recouvre le mot jazz aujourd’hui, cette musique ouverte, généreuse, libre et créative. En perspective, de nombreuses émotions à partager dans la bonne humeur.

lire plus
Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

Du jazz ouvert et généreux, libre et créatif

En Bourgogne du Sud, du 17 au 24 août 2024, le festival « Jazz Campus en Clunisois » donne rendez-vous à un large public pour vivre au rythme du jazz et des musiques improvisées. Fidèle aux valeurs de ses origines, le festival demeure toujours aussi vivace et ancré dans ses racines. Dans des lieux patrimoniaux de Cluny et du Clunisois, il propose un large panorama de la diversité d’expressions que recouvre le mot jazz aujourd’hui, cette musique ouverte, généreuse, libre et créative. En perspective, de nombreuses émotions à partager dans la bonne humeur.

Créé en 1977 par le contrebassiste et compositeur Didier Levallet (ancien directeur de l’Orchestre National de Jazz), le festival « Jazz Campus en Clunisois », privilégie depuis 47 ans, le rapport entre la création la plus actuelle et les pratiques amateurs ou pré- professionnelles. En effet, chaque année à la fin de l’été, « Jazz Campus en Clunisois » regroupe un stage de jazz et un festival qui présente un bouquet de concerts alléchants. Cerise sur le gâteau, les réjouissances artistiques sont compatibles avec l’exploration du patrimoine, des paysages verdoyants et des nombreuses richesses gastronomiques et œnologiques du sud de la Bourgogne.

Destiné à un large public, ce festival de jazz et de musique improvisée, un plus anciens de l’hexagone, propose une programmation musicalement indiscutable. Inscrit dans le vaste champ des musiques de jazz d’aujourd’hui, « Jazz Campus en Clunisois » fait la part belle à ce qui se fait de plus innovant et inventif, espiègle ou impertinent. Aujourd’hui, comme le précise Didier Levallet, directeur artistique du festival, « d’anciens stagiaires voient leurs talents reconnus et soutenus nationalement par la profession… qui font la scène créative d’aujourd’hui ». En 2024, une ancienne stagiaire sera présente, la violoncelliste Adèle Viret.

Du 17 au 24 août 2024,, le festival « Jazz Campus en Clunisois » dure 8 jours et propose 13 concerts, 9 ateliers de stage et 5 soirées de Jam.

Affiche - Jazz Campus en Clunisois 2024 – La ProgrammationDidier Levallet a pris en compte  » l’accroissement remarquable de la présence féminine dans les ensembles de cette musique. » Il a d’ailleurs depuis longtemps « anticipé - et favorisé - cette significative évolution, qui aujourd’hui se vit comme une évidence ».

En 2024 :

  • 11 jazzwomen figurent dans la programmation du festival :
    • 3 chanteuses, Laura Tejeda, Elena Duni et Maria-Laura Baccarini
    • 1 tromboniste et chanteuse, Christiane Bopp
    • 2 pianistes, Anne Quillier et Sophia Domancich
    • 1 violoncelliste, Adèle Viret
    • 1 hautboïste, Ariane Bacquet
    • 1 accordéoniste, Julia Sinoimeri
    • 1 saxophoniste, Camille Maussion
    • 1 contrebassiste, Sarah Murcia
  •  
  • 3 musiciennes animent des ateliers de stage :
    • Lisa Cat-Berro  : Jazz et musique folk
    • Camille Maussion : L’improvisation, terrains de jeux
    • Laura Tejeda : Lâcher de voix.

Les stages

Outre les concerts, Jazz Campus en Clunisois 2024 propose des stages qui se déroulent du 17 au 24 août 2024 offrent aux jeunes instrumentistes, musiciens amateurs et futurs professionnels, une ouverture sur la pratique d’ensemble : classe d’orchestre, improvisation et création collectives, jeu de groupe, exploration d’un répertoire, fanfare.

Les Stages…. Une invitation à faire de la musique ensemble

Les ateliers 2024 sont animés par Pascal Berne (Campus Arkestra), Lisa Cat-Berro (Jazz et musique folk), Pierre Durand (Groove et harmonie), Camille Maussion (L’improvisation, terrains de jeux), François Merville (Déployer sa créativité) et Laura Tejeda (Lâcher de voix), sans oublier l’atelier Fanfare animé par Michel Deltruc et Etienne Roche, l’atelier « Jeune Public » (Minimalisme et musique répétitive) animé par Benoît Garnica du 20 au 23 août 2024 sous forme d’un camp “Jazz”, en direction des jeunes de 06 à 10 ans.

A l’issue de ces stages sont prévus des concerts de restitution dans le Parc Abbatial, le vendredi 23 août 2024 de 14h à 18h.

La programmation

Samedi 17 août

Black is the colour - Jazz Campus en Clunisois 2024 – La ProgrammationLe festival ouvre à 20h30 au Farinier de l’Abbaye avec « Black is the colour » proposé par le trio formé de Laura Tejeda (voix), Pascal Berne (contrebasse) et François Raulin (piano).

En référence aux petites formes poétiques des Haïkus japonais, des Folk songs de Luciano Berio, du travail de Carla Bley autour des hymnes révolutionnaires, ou simplement des chants du monde, le trio revisite des mélodies d’origines diverses, souvent ancrées dans la mémoire, consciente ou enfouie de chacun, qui toutes nous ont touchées et émues à leurs découvertes.

Une quintessence de l’aventure clunisoise.

Dimanche 18 août

François Couturier Jazz Campus en Clunisois 2024 – La ProgrammationÀ 20h30 au Farinier de l’Abbaye, est annoncé le pianiste François Couturier.

Pour lui, « Ne rien s’interdire…La musique que je joue est inclassable. Un thème très mélodique, une chanson, et ensuite une partie improvisée, déstructurée et atonale.J’écrivais, il a plusieurs années : je suis aussi attiré par le foisonnement de Cecil Taylor que par la “note” de Monk, j’ai appris d’eux qu’il faut tenter d’atteindre le seuil où ce que l’on joue, avec ses propres moyens,devient une nécessité. Phrase toujours d’actualité même si l’esthétique de ma musique est en perpétuel mouvement… ».

Sans effet de style, son art « sublime l’esprit du jazz ».

Lundi 19 août

À 20h30 au Théâtre les arts, la pianiste, compositrice et cheffe d’orchestre Anne Quillier présente son nouvel opus « Hirsute », un univers musical onirique. À ses côtés le saxophoniste Damien Sabatier, le clarinettiste Pierre Horckmans, le contrebassiste Michel Molines et le batteur Guillaume Bertrand.

« HIRSUTE c’est un microcosme, un voyage musical intérieur, qui témoigne des péripéties d’un quotidien troublé tout en gardant les pieds dans les étoiles. Chaque composition est une petite histoire dans laquelle on peut se réfugier pour faire ce que l’on veut…il s’agit juste d’un petit cri de liberté. »

Une très convaincante déclaration sensible du pouvoir de l’imagination.

Mardi 20 août

C’est à partir de 20h30 au Théâtre Les Arts de Cluny que se déroulent les deux concerts de la soirée.

  • En ouverture, le Adèle Viret quartet, avec elle-même au violoncelle, Oscar Viret à la trompette, Wajdi Riahi au piano et Pierre Hurty à la batterie. Musicienne multi- diplômée de conservatoires internationaux et ancienne stagiaire du festival, la violoncelliste présente ainsi son projet :

« L’instrumentation de ce quartet se veut singulière, et elle nous emmène au creux d’une atmosphère toute chambriste où le partage des rôles, les relais, les permutations, sont aussi indispensables qu’une généreuse dose de malice et d’audace. On navigue en tendresse entre des horizons qu’on dirait parfois baignés de rivages méditerranéens, et d’autres où le ciel se fait plus incertain, tempétueux peut-être, comme un orage inondant les Flandres, à moins qu’il ne s’agisse déjà là de préludes à la rêverie, ou d’invitations à la fugue. Au gré des éclats, des pas de deux, puis trois puis quatre, on embarque, et chemin faisant résonnent en nous marées d’équinoxe, grands espaces, et autres roulez-jeunesse ! »

  • La soirée se poursuit avec le projet « Les jours rallongent » présenté par Christiane Bopp (trombone, voix), Denis Charolles (batterie) et Sophia Domancich (piano). Les voix singulières de ces trois instrumentistes de haut vol naviguent entre emballements et douceurs. Avec maîtrise le trio délivre son chant aventureux dans un équilibre parfait.

 

Une soirée à ne rater sous aucun prétexte.

Mercredi 21 août

  • Noms d'Oiseaux - Jazz Campus en Clunisois 2024 – La ProgrammationÀ 10h00, à la ludothèque la LudoVerte, Ariane Bacquet (hautbois) et Julia Sinoimeri (accordéon) présentent « Noms d’oiseaux », un concert de 30 minutes pour les bébés.

Les deux instrumentistes explorent leurs instruments de façon inédite et partent à la recherche de nouveaux sons et mélanges de timbres.

  • En soirée, à 21h, la chanteuse d’origine albanaise Elina Duni se produit avec le guitariste Rob Luft, le contrebassiste Patrice Moret, le batteur Viktor Filipovski et le trompettiste Matthieu Michel. Chanteuse de l’universalité des exils, elle chante avec aisance en neuf langues. Un programme qui mélange chants folkloriques albanais et méditerranéens, ballades de jazz intemporelles, chansons françaises, airs folks américains et d’autres surprises encore.

L’émotion sera de la partie.

Jeudi 22 août

  • À 19h, le saxophoniste flamand Robin Verheyen investit les Écuries Saint-Hugues où il présente son projet « Playing the room », une déclinaison de son dernier disque, enregistré à Bruges.

Promesses d’une immersion sensorielle au sein des couleurs musicales qu’aime à créer le musicien.

 Trio Courtois-Erdmann-Fincker - Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

Courtois-Erdmann-Fincker©Christophe Charpenel

  • À partir de 21h, la soirée se poursuit au Théâtre Les Arts avec le trio Vincent Courtois (violoncelle) / Daniel Erdmann (saxophone) / Robin Fincker (saxophone clarinette). Le trio revient à Cluny où il s’est produit en 2015. Au programme « Lines for lions », une nouvelle création dont le titre fait référence à une composition de Gerry Mulligan. Le trio confronte son expérience commune, sa complicité et surtout son son unique à ses naturelles réminiscences de jazz West-Coast.

Tout un programme en perspective, avec une musique nourrie de ses multiples références.

Vendredi 23 août

À 14h00 aux Écuries Saint-Hugues, restitution des ateliers du stage : stagiaires et musiciens formateurs des ateliers présentent au public le résultat du travail accompli durant le stage.

Une fête de la musique (… au mois d’août) à partager sans modération et en toute convivialité.

Dès 20h30, le festival propose une soirée en deux parties au Théâtre Les Arts.

  • En ouverture, « Néon » avec Mathias Lévy (violon, composition), Camille Maussion (saxophone), Pierre Tereygeol (guitare, voix, composition) et Eric Perez (batterie, sampler, human bass). Création librement inspirée de l’œuvre du peintre Paul Klee dans son approche de l’espace, de la symétrie, de la répétition et des formes géométriques. A la recherche de la transe, les quatre leaders-compositeurs développent avec énergie improvisations rythmiques, mélodies déjantées, séquences minimalistes.

Un jazz résolument tourné vers le futur et émancipé des chapelles et des dogmes.

  • Unfolding - Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

    Unfolding©Jerome-Prebois-

    En deuxième partie de soirée, place à « Unfolding », une création musicale de François Merville (batterie) et Maria Laura Baccarini (chant) avec Bruno Ruder (piano) et Bruno Ducret (violoncelle) inspirée par des textes poétiques de Dorothée Zumstein.

« Soit un engrenage mis en œuvre entre la voix et les instruments s’ajustant entre eux comme autant de roues dentées, sous le regard et les gestes du batteur-arrangeur qui, comme un horloger l’œil sur ses mécanismes, veille à la parfaite distribution et coordination des parties, d’homophonie en polyphonie, tout en improvisant sa propre partie avec un sens du trait et de la couleur digne de ce que l’on appelle Les Beaux-Arts »

Un jazz transversal qui croise chansons, ritournelles chantées ou parlées et improvisations.

Samedi 24 août

  • Rendez-vous à 12h30 aux Écuries Saint-Hugues pour un concert pique-nique gratuit avec Laurent Clouet (saxophone), Loïc Vergnaux (clarinettes), François Gozlan (guitare), Teddy Moire (contrebasse) et Benoît Joblot (batterie) présentent leur projet « La pêche ». Le quintet d’inspiration balkanique débridée invite à le suivre dans un voyage tous azimuts, des bords de la Mer Noire aux rives mexicaines.

Avec leur musique jubilatoire… que la fête commence !

  • « Jazz Campus en Clunisois » boucle sa programmation 2024 au Théâtre les arts avec le projet « India » du Louis Sclavis quintet programmée à partir de 21h. Avec Benjamin Moussay (piano), Christophe Lavergne (batterie), Olivier Laisney (trompette), Sarah Murcia (contrebasse), le saxophoniste/clarinettiste présente un jazz ponctué de réminiscences, d’influences d’Asie et de rythmes de la sono-mondiale.
    « Le son de cet orchestre m’a permis d’aller chercher les thèmes aussi bien du côté du jazz que du monde des fanfares ou des ensembles de rue. J’ai appelé ce nouvel opus INDIA, en référence au titre de l’album enregistré avec mon premier groupe en tant que leader, CHINE. Cette musique est faite de mélodies, de danses et d’improvisations soutenues par des pulsations et des rythmes obstinés. J’ai de lointains souvenirs d’un théâtre sur les docks de Calcutta, d’un long train dans la campagne, d’une nuit à Kali temple, d’une fanfare pendant les fêtes de Ganesh… Je souhaite faire entendre les sons d’un lieu lointain qui serait plus un songe qu’une réalité. » Louis Sclavis.

Une aventure sonore enchanteresse.

Une fois de plus, la programmation attractive et diversifiée de « Jazz Campus en Clunisois » n’en finit pas d’étonner et de ravir. En 2024, cet évènement demeure un festival à dimensions humaines et continue à mettre en regard l’appropriation de l’improvisation et de la musique de jazz avec ses manifestations les plus abouties.

Kenny Barron revient avec « Beyond this Place »

Kenny Barron revient avec « Beyond this Place »

Pianiste et compositeur récompensé neuf fois aux Grammy Awards, Kenny Barron a collaboré avec les plus grands noms du jazz. Au sommet de son art, revient à la tête d’un quintet multigénérationnel avec « Beyond this Place » (Artwork Records/Pias). Neuf plages où swing et délicatesse se croisent avec bonheur. Un opus raffiné, irisé de grâce et d’élégance.

lire plus
Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon

Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon

En 2025, l’Auditorium de Lyon a 50 ans et pour fêter cet anniversaire, l’institution annonce une programmation 2024/2025 alléchante, avec pas moins de 170 concerts. Du côté du Jazz et des Musiques actuelles se profilent d’intenses moments musicaux avec Bernard Lavilliers, Thibault Cauvin & -M-, Crosscurrents Trio, Souad Massi, Dominique A, Bethmann/Legnini/Trotignon/Bojan Z, Brad Mehldau, Samara Joy, Anouar Brahem Quartet. De quoi réjouir le public !

lire plus
Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

En Bourgogne du Sud, du 17 au 24 août 2024, le festival « Jazz Campus en Clunisois » donne rendez-vous à un large public pour vivre au rythme du jazz et des musiques improvisées. Fidèle aux valeurs de ses origines, le festival demeure toujours aussi vivace et ancré dans ses racines. Dans des lieux patrimoniaux de Cluny et du Clunisois, il propose un large panorama de la diversité d’expressions que recouvre le mot jazz aujourd’hui, cette musique ouverte, généreuse, libre et créative. En perspective, de nombreuses émotions à partager dans la bonne humeur.

lire plus
« La Dolce Vita » selon Stefano Di Battista

« La Dolce Vita » selon Stefano Di Battista

Entre ferveur et nostalgie

Trois ans après « Morricone Stories » dédié à Ennio Morricone, le saxophoniste italien Stefano Di Battista est de retour avec « La Dolce Vita », un nouveau projet ancré dans la culture populaire de son pays. En quintet, il fait résonner sous un nouveau jour douze chansons italiennes emblématiques de l’âge d’or de l’Italie. L’album navigue entre ferveur et nostalgie.

Très attaché à la mélodie, Stefano Di Battista est un maître du son, un magicien du timbre, un virtuose de l’improvisation. Après avoir publié « Morricone Stories » en 2021 chez Warner Music, le saxophoniste revient avec « La Dolce Vita » dont la sortie est annoncée pour le 03 mai 2024 chez Warner Music. Pour l’occasion, le quartet composé du pianiste Fred Nardin, du contrebassiste Daniele Sorrentino et du batteur André Ceccarelli, s’étoffe et devient quintet avec la participation du trompettiste Matteo Cutello."La Dolce Vita" selon Stefano Di Battista

Sur « La Dolce Vita », Stefano Di Battista célèbre la splendeur de la grande musique italienne d’hier, la fait scintiller, un peu comme s’il tentait de la rendre éternelle. En effet, pour lui, l’album a pour but « d’explorer une partie de l’immense et merveilleux répertoire italien depuis la Dolce Vita et de l’offrir au public contemporain ». Il explique que « ces compositions incarnent la culture italienne et l’art de nos grands compositeurs, en soulignant l’âge d’or incontestable de l’Italie et l’héritage de ces années qui vit encore en nous aujourd’hui ».

Au fil des douze plages de « La Dolce Vita », le quintet du fougueux et lyrique Stefano Di Battista navigue entre ferveur et nostalgie. Le groupe fait résonner sous un nouveau jour les thèmes rendus célèbres par Paolo Conte, Andrea Bocelli, Lucio Dalla et rend aussi hommage à des compositeurs comme Renato Carosone ou Armando Trovajoli.

Dès le premier titre, La vita è bella on savoure l’impétuosité de l’alto de Stéfano Di Battista, la flamboyance de la trompette de Matteo Cutello et la fluidité du style pianistique de Fred Nardin. Sur Con te partirò écrit par Francesco Sartori et Lucio Quarantotto et popularisé par Andrea Bocelli, le saxophoniste embouche le soprano et impressionne par sa vélocité, sa générosité et son aisance dans les aigus.

Plus loin, le quintet revitalise Tu vuò fa l’americano, cette chanson italo-américaine de Renato Carosone dans lequel swing et boogie-woogie se mêlent allègrement sur un tempo de foxtrot. L’alto s’envole, pétille de mille étincelles et dialogue avec la trompette à la sonorité rutilante au-dessus du jeu brillant, précis et délicat du pianiste.

Sur la superbe mélodie de Roma nun fa’ la stupida stasera composé par Armando Trovaioli, le soprano captive l’oreille qu’il enivre par la magie de son timbre et ses aigus flamboyants. Sur un rythme de Jazz New-Orleans, le quintet insuffle une dimension festive à La dolce vita écrite par le compositeur Nino Rota pour le film « La Dolce Vita » (1960) de Fedérico Fellini. Alors que la trompette ponctue son jeu d’effets de glissando, au soprano, le saxophoniste s’exprime avec une sonorité droite et pleine avec le piano en contrepoint.

On ne résiste pas à l’écoute de Via con me, la chanson de Paolo Conte transfigurée par l’arrangement orchestral des soufflants survoltés et du piano inspiré et les exaltantes improvisations collectives. Un grand moment !

Le climat change du tout au tout sur Una lacrima sul viso de Bobby Solo. Sur cette mélodie d’amour, l’alto et le piano s’expriment avec un tendre lyrisme et le jeu étincelant de Stéfano Di Battista redonne de la splendeur à ce titre. Sur la ballade Sentirsi solo écrite par Piero Umiliani pour « Fiasco in Milan », l’alto et la trompette recréent l’atmosphère mélancolique, dépouillée et captivante d’un film noir, un univers sonore qui n’est pas sans évoquer celui de Chet Baker lorsqu’il jouait le thème avec Piero Umiliani.

Stefano Di Battista chante littéralement dans son alto sur la version que le quintet donne de Volare de Domenico Modugno. A l’alto, il apporte un souffle de fraîcheur. Son discours est limpide et son propos d’une clarté et d’une tendresse inimitables. Il apporte même un brin d’exaltation dans son interprétation allant jusqu’au paroxysme dans les aigus. Le soprano métamorphose ensuite La califfa, la composition d’Ennio Morricone à laquelle il redonne vie. Un délicat enchantement.

Plus tard, le quintet sublime Amarcord, composé par Nino Rota pour le film de Federico Fellini. Le groove et le swing sont au rendez-vous sur le thème qu’exposent les soufflants. Les improvisations successives font de superbes incursions dans le monde du bop.

L’album se termine avec une version magnifique de Caruso écrite en 1986 par Lucio Dalla. Dimension orchestrale subtile mais avérée, sonorité majestueuse de la trompette, envolées étincelantes du soprano, accords mélancoliques du piano. Un moment sensible, nostalgique et irrésistible !

Pour écouter live la musique de « La Dolce Vita » avec Stefano Di Battista (saxophones), Matteo Cutello (trompette), Fred Nardin (piano), Daniele Sorrentino (contrebasse) et André Ceccarelli (batterie), quelques rendez-vous se profilent : le 14 juin 2024 à 20h30 à Hardelot dans le cadre du Jazz’Opale Festival, le 07 juillet 2024 à 21h à Grabels dans le cadre de L’Instant Jazz à Grabels et le 27 juillet 2024 à 20h à Dinant dans le cadre du Dinant Jazz Festival.

Kenny Barron revient avec « Beyond this Place »

Kenny Barron revient avec « Beyond this Place »

Pianiste et compositeur récompensé neuf fois aux Grammy Awards, Kenny Barron a collaboré avec les plus grands noms du jazz. Au sommet de son art, revient à la tête d’un quintet multigénérationnel avec « Beyond this Place » (Artwork Records/Pias). Neuf plages où swing et délicatesse se croisent avec bonheur. Un opus raffiné, irisé de grâce et d’élégance.

lire plus
Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon

Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon

En 2025, l’Auditorium de Lyon a 50 ans et pour fêter cet anniversaire, l’institution annonce une programmation 2024/2025 alléchante, avec pas moins de 170 concerts. Du côté du Jazz et des Musiques actuelles se profilent d’intenses moments musicaux avec Bernard Lavilliers, Thibault Cauvin & -M-, Crosscurrents Trio, Souad Massi, Dominique A, Bethmann/Legnini/Trotignon/Bojan Z, Brad Mehldau, Samara Joy, Anouar Brahem Quartet. De quoi réjouir le public !

lire plus
Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

En Bourgogne du Sud, du 17 au 24 août 2024, le festival « Jazz Campus en Clunisois » donne rendez-vous à un large public pour vivre au rythme du jazz et des musiques improvisées. Fidèle aux valeurs de ses origines, le festival demeure toujours aussi vivace et ancré dans ses racines. Dans des lieux patrimoniaux de Cluny et du Clunisois, il propose un large panorama de la diversité d’expressions que recouvre le mot jazz aujourd’hui, cette musique ouverte, généreuse, libre et créative. En perspective, de nombreuses émotions à partager dans la bonne humeur.

lire plus
« Mères Océans » de Christophe Panzani

« Mères Océans » de Christophe Panzani

Poème musical intime

Le saxophoniste Christophe Panzani présente son nouveau projet, « Mères Océans ». Une musique intime où alternent douceur et puissance, acoustique et électronique. Les émotions subtiles sont portées par des mélodies de rêve. Un poème musical intimé dédié à sa mère disparue.

Sacré révélation jazz aux Victoires de la musique en 2020, le saxophoniste Christophe Panzani revient avec son nouveau projet « Mères Océans » (The Drops Music/L’Autre Distribution). Il invite à le suivre dans le monde de ses souvenirs d’enfance qu’il évoque avec des notes de musique."Mères Océans" de Christophe Panzani - Visuel de l'album Mères Océans de Christophe Panzani

C’est en hommage à sa mère disparue que Christophe Panzani intitule son album « Mère Océans ». Alors qu’elle était malade, il a composé pour « lui parler… lui dire tout »… « avant qu’elle n’entende plus, qu’elle ne voit plus, qu’elle ne ressente plus ». Il « n’avai[t] rien d’autre que la musique pour essayer de lui dire… ». Il a envoyé la musique à son père pour qu’il fasse écouter à sa mère.

Ainsi, sans les mots, par la musique, il accompagne sa mère, lui parle, évoque des souvenirs comme le gâteau aux noix, les baies sauvages la mer et les plages. Après sa disparition, il a décidé que cette musique deviendrait un disque et l’a enregistrée en studio accompagné dans ce processus par son ami Tony Paeleman.

Christophe Panzani

Poly-instrumentiste (saxophone ténor, clarinette, flûte), compositeur et arrangeur, Christophe Panzani ne se réclame vraiment d’aucune chapelle, ne se limite à aucun style et transgresse les frontières des genres, n’hésitant pas à se remettre en question.

Très jeune, il a joué dans le Big Band de Carla Bley et élaboré des projets avec Michael Rodriguez, Dan Tepfer, Aaron Parks et Keith Witty avec qui il fonde le groupe Thiefs.

Musicien très demandé de la scène jazz française, le saxophoniste s’est produit aux côtés de Anne Pacéo, Hugh Coltman, Matthis Pascaud, Florian Pelissier, Jean-Pierre Como. Il a aussi été très présent sur la scène hip-hop française auprès entre autres de Gaël Faye et Hocus Pocus et a par ailleurs collaboré avec Yaël Naïm.

Comme leader, Christophe Panzani s’est produit sur les grandes scènes françaises et internationales. Il a enregistré des albums en tant que leader ou co-leader parmi lesquels, « Les âmes perdues » sorti en 2016 chez Jazz&People et « Les Mauvais Tempéraments » (Jazz&People/PIAS) paru en 2019.

Le 29 mars 2024, il publie « Mères Océans » (The Drops Music/L’Autre Distribution) qu’il enregistre au saxophone ténor avec aux claviers Tony Paeleman, au piano Enzo Carniel sur Tempus Fugit et À Pas Lents et à la batterie Guilhem Flouzat et Antoine Pierre sur Tempus Fugit et Les Corps Chauds. Claviers et batteries, sons électroniques et synthétiseurs contribuent à impulser une belle dynamique à l’album.

Au fil des titres

Piano et saxophone ténor exposent à l’unisson la mélodie de la ballade A Pas Lents. Elle résonne tel un cantique. Épurée, la musique se fait intime et mystérieuse. Puis les caresses des ballets sur la batterie interviennent en douceur. Sans mots, l’émotion s’installe à l’écoute de la sonorité ronde, lisse et chaleureuse du ténor qui dialogue avec les notes perlées du piano lyrique de Enzo Carniel.

Plus loin, les arpèges du piano de Tony Paeleman sous-tendent le phrasé morcelé et le timbre acéré du ténor qui tisse un motif itératif. L’atmosphère sautillante suggère tout à fait une promenade bucolique dans les sous-bois pour ramasser Les Baies Sauvages.

Après une cloche qui résonne sur l’introduction du titre Les Corps Chauds, la musique s’élève et enfle. Sur le motif répétitif joué au piano le ténor souffle avec puissance. L’oreille est touchée par son chant riche en émotions.

A partir d’un motif de piano, le saxophone ténor et son écho content Le Gâteau Aux Noix, une berceuse à la mélodie apaisante sur laquelle le ténor se fait voluptueux.

Sans Les Mots met en exergue la tendresse et la nostalgie des propos du ténor aux accents élégants au-dessus des arabesques du piano. D’une grande pureté, sa sonorité lisse et aérienne laisse planer une fêlure.

Tel un souffleur de rêves accompagné par les sonorités électroniques, Christophe Panzani poursuit sa quête à la recherche de l’émotion Sur What Matters, il livre un univers onirique intemporel au-dessus des frappes de la batterie et des notes que le piano délivre en cascade.

Sur un rythme soutenu, Tempus Fugit donne à écouter en boucle les arpèges du piano puis les nappes sonores du synthé. Les sonorités stratosphériques du ténor étoffent ensuite les envolées du piano de Enzo Carniel.

Étrange atmosphère que celle de Rouges, Petites, Taches. Plusieurs enregistrements des sons du ténor résonnent en contrepoint sur la ritournelle sans fin du piano. L’album se termine par un dernier chant épuré, Regarder la Mer S’Éloigner. Sorte de Requiem qui ne dit pas son nom, le morceau est riche d’une spiritualité qui célèbre l’universel éclairé par le scintillement des cymbales.

Pour écouter live la musique de « Mères Océans » et retrouver Christophe Panzani (saxophone ténor), Tony Paeleman (clavier), Enzo Carniel (piano) et Guilhem Flouzat (batterie), deux rendez-vous se profilent : à Millau le 20 avril 2024 à 20h30 au Théâtre de la Maison du Peuple dans le cadre du Millau Jazz Festival et à Paris, le 06 juin 2024 à 20h au Son de la Terre, Port Montebello.

Kenny Barron revient avec « Beyond this Place »

Kenny Barron revient avec « Beyond this Place »

Pianiste et compositeur récompensé neuf fois aux Grammy Awards, Kenny Barron a collaboré avec les plus grands noms du jazz. Au sommet de son art, revient à la tête d’un quintet multigénérationnel avec « Beyond this Place » (Artwork Records/Pias). Neuf plages où swing et délicatesse se croisent avec bonheur. Un opus raffiné, irisé de grâce et d’élégance.

lire plus
Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon

Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon

En 2025, l’Auditorium de Lyon a 50 ans et pour fêter cet anniversaire, l’institution annonce une programmation 2024/2025 alléchante, avec pas moins de 170 concerts. Du côté du Jazz et des Musiques actuelles se profilent d’intenses moments musicaux avec Bernard Lavilliers, Thibault Cauvin & -M-, Crosscurrents Trio, Souad Massi, Dominique A, Bethmann/Legnini/Trotignon/Bojan Z, Brad Mehldau, Samara Joy, Anouar Brahem Quartet. De quoi réjouir le public !

lire plus
Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

En Bourgogne du Sud, du 17 au 24 août 2024, le festival « Jazz Campus en Clunisois » donne rendez-vous à un large public pour vivre au rythme du jazz et des musiques improvisées. Fidèle aux valeurs de ses origines, le festival demeure toujours aussi vivace et ancré dans ses racines. Dans des lieux patrimoniaux de Cluny et du Clunisois, il propose un large panorama de la diversité d’expressions que recouvre le mot jazz aujourd’hui, cette musique ouverte, généreuse, libre et créative. En perspective, de nombreuses émotions à partager dans la bonne humeur.

lire plus
Nuits de Fourvière 2024 – La programmation

Nuits de Fourvière 2024 – La programmation

Deux mois de fête pour toutes et tous

​Festival international de la Métropole de Lyon, Les Nuits de Fourvière 2024 font dialoguer musique, cirque, danse et théâtre. En invitant des têtes d’affiche mais aussi la nouvelle génération, le festival s’engage pour que la création rencontre tous les publics du 30 mai au 25 juillet 2024. Deux mois de fête pour toutes et tous !

E- Durand & V. AngladeLes Nuits de Fourvière 2024 invitent à se laisser surprendre par la diversité des regards artistiques que portent Vincent Anglade et Emmanuelle Durand, les nouveaux codirecteurs du festival.

Ainsi, leur première édition des Nuits de Fourvière propose deux mois de fête, du 30 mai au 25 juillet 2024 sur 13 lieux de spectacles, sur le site des Théâtres romains de Fourvière, Grand Théâtre et Odéon, mais également hors les murs dans la métropole de Lyon, au Théâtre National Populaire de Villeurbanne, au Théâtre des Célestins, à l’Opéra de Lyon, au Musée des Confluences, à Vaulx-en-Velin, place de la Nation et au Planétarium, aux SUBS, à l’ENSATT, au Lycée Saint-Just, sans oublier le Domaine de Lacroix-Laval à Marcy l’Etoile et le Pôle Pixel -Studio 24 à Villeurbanne.

Le festival poursuit et amplifie le projet d’Académie des Nuits. Cette année 30 collégiens de Vaulx-en-Velin et Vénissieux sont accueillis pour une immersion d’une semaine, leur permettant notamment de découvrir l’univers et les différents métiers du spectacle. Par ailleurs, en partenariat avec la Zone d’Expression Prioritaire (ZEP), Les Nuits de Fourvière 2024 initient un cycle d’ateliers d’écriture et de rencontres en lien avec la programmation du festival. Ce projet à long terme sur l’écriture de soi réunit près d’une centaine de participants de tous âges et horizons autour du thème « Faire corps ».

Des nouveautés émaillent le programme des Nuits de Fourvière 2024. D’une part la création des « Petites Nuits », un festival destiné aux plus petits, à découvrir en famille avec une programmation de spectacles et d’ateliers mêlant danse, musique, cirque et théâtre et d’autre part les « Samedis des Nuits », six soirées aux ambiances variées, du Battle Hip-Hop à l’afrogroove de Cimafunk, en passant par le rap de Dinos et Lala &ce, ou la pop de l’Impératrice et Kiddy Smile, où le Théâtre de l’Odéon se transforme en terrasse conviviale pour que le public profite des soirées thématiques au Grand Théâtre.

Du 30 mai au 25 juillet 2024, le festival international de la Métropole de Lyon propose plus de 120 spectacles de musique, cirque, danse et théâtre. 60 spectacles dont 14 créations originales, co-productions ou premières françaises. Des promesses de surprises et de découvertes pour deux mois de vibrations festives pour toutes et tous.

Musique

La scène musicale française

Des artistes déjà consacrés et de nouveaux noms à découvrir dans les Nuits de Fourvière 2024.

Nuits de Fourvière 2024 – Alain, Ours & Pierre SouchonDes noms très connus parmi lesquels Alain Souchon (24 et 25 juin), Véronique Sanson (14 juin), Louise Attaque (05 juin), Mathieu Chedid et Thibault Cauvin (12 juillet), IAM (09 juillet) ou MC Solaar (06 juin) seront au Grand Théâtre, tout comme le duo électrique Justice (17 juin).    

Présente il y a 2 ans en première partie de Juliette Armanet, Zaho de Sagazan (26 juin) revient les bras chargés de quatre Victoires de la Musique. On retrouve Grand Corps Malade (20 juin), Air (18 juin) qui vient jouer son album culte « Moon Safari » et aussi, Arthur Teboul et Baptiste Trotignon (18 juillet) qui reprennent les répertoires de S. Gainsbourg, G. Brassens, D. Higelin, B. Fontaine, Barbara et H. Salvador.

Musique en scène

Musique et spectacle vivant se mêlent au fil des Nuits de Fourvière 2024 pour ne faire qu’un.

Nuits de Fourvière 2024 – Katia & Maria LabèqueJoey Starr et le metteur en scène David Bobée présentent « Black Label » (02 juin), un spectacle littéraire, chorégraphique et mis en musique par Sélène Saint-Aimé. « Protest Song » (10 juin) réunit Jeanne Added, Camélia Jordana, L et Sandra Nkaké dans un mouvement de résistance et d’espoir mis en scène par Phia Ménard.

Dans la « Trilogie Cocteau » (28 juin), les sœurs Katia et Marielle Labèque reprennent les suites pour deux pianos adaptées des opéras de Philip Glass autour des films de Cocteau, le tout dirigé par Cyril Teste.

Enfin, « Piano piano » (16 juin) permet de retrouver Babx et Adrien Mondot dans une pièce musicale où les deux artistes flânent entre abstraction et impressionnisme.

Les grands classiques

Les Nuits de Fourvière 2024 proposent de retrouver les grands classiques en version orchestrale ou revisitée.

ONLAinsi, au Grand Théâtre, L’Orchestre National de Lyon va interpréter la « Symphonie Fantastique » de Berlioz (13 juin), avec en ouverture, les 150 enfants de l’Orchestre Démos Lyon Métropole. Plaisir d’un Ciné-concert au Grand Théâtre (15 juillet) avec la projection du film « Whiplash » de Damien Chazelle accompagné en live par le Multiquarium Big Band de Benoit Sourisse et André Charlier.

A l’Odéon, le danseur de flamenco Israel Galván s’approprie « Le Sacre du Printemps » de Stravinsky dans une version transcrite pour deux pianos. A l’Odéon le pianiste Brad Mehldau se produit en solo (23 juin) autour du répertoire des Beatles et au Grand Théâtre, la musique de la « Trilogie Cocteau/Philip Glass » est interprétée par Katia et Marielle Labèque, dans une mise en scène de Cyril Teste.

Les invités internationaux

Les invités internationaux invitent à venir danser sur l’électro-funk de Nile Rodgers (27 juin), l’électro-pop du quintet australien Parcels (04 juillet) ou la dance-punk de LCD Soundsystem (08 juillet).
Côté rock, le Grand Théâtre accueille cette année les guitares explosives de King Gizzard & The Lizard Wizard (03 juin), l’énergique quintet anglais Idles (05 juillet), PJ Harvey (04 juin) et Patti Smith (16 juillet) et le lieu se transforme en un écrin étoilé pour les voix solaires d’Angus & Julia Stone (07 juin), lunaire de James Blake (17 juillet) ou envoûtante de Cat Power (11 juillet).

Sans oublier deux autre rendez-vous au Grand Théâtre : avec la « Symphonie Africaine » de Angélique Kidjo & l’Orchestre National de Lyon (19 juin) et avec Simple Minds (10 juillet) qui joue le répertoire de leur album culte New Gold Dream.

Cirque

En Piste !… avec le Cirque présent une année de plus aux Nuits de Fourvière.

Vibrations assurées en ouverture du festival au Grand Théâtre, avec « The Pulse » de la Cie Gravity & Other Myths (30 et 31 mai, 01 juin), un spectacle à couper le souffle qui regroupe une vingtaine d’acrobates et un chœur de trente choristes. Pour la première fois en Europe, Brigitte Poupart invite dans une déambulation au Studio 24 à Villeurbanne où elle présente « Jusqu’à ce qu’on meure » (du 25 juin au 02 juillet), un spectacle hors norme qui mêle danse, théâtre, cirque et musique avec un set de Romane Santarelli.

Rendez-vous comme chaque année au village de cirque des Nuits, au Domaine de Lacroix-Laval, avec « Swing » du Circus Ronaldo (du 27 juin au 07 juillet) et « Décrochez-moi-ça » de Bêtes de Foire (du 27 juin au 07 juillet).

Danse

Plusieurs propositions célèbrent la danse qui sort le grand jeu pour les Nuits de Fourvière 2024.

Möbius Morphosis » de Rachid Ouramdane réunit le Ballet de l’Opéra de Lyon, la maîtrise de Radio France et les circassiens de la Cie XY (02 et 03 juillet) soit près de 100 personnes sur scène pour la première au Grand Théâtre.

Dans sa nouvelle création « Beauséjour » (23, 24 et 25 juillet), Mourad Merzouki explore l’art de vieillir à travers l’électro-tango de Müller et Makaroff (Gotan Project) et le breakdance, discipline qui devient olympique en 2024. Le skate entre lui aussi aux JO… et à l’Opéra de Lyon, avec « Skatepark » (04, 05 et 06 juillet) de la chorégraphe danoise Mette Ingvartsen. Nul doute que l’on soit séduit.e par « Le Sacre du printemps » (14 juillet) avec le danseur de flamenco Israel Galván et qu’on se laisse emporter dans « Le Grand Bal de l’amour » (06 juin) au Musée des Confluences, en écho à l’exposition « A nos amours ».

Théâtre

Aux Nuits de Fourvière 2024, le théâtre bouscule les codes… le classique devient contemporain, les mots d’aujourd’hui éclairent ceux d’hier.

Deux pièces classiques deviennent contemporaines sous l’œil de metteuses en scène. Ainsi on retrouve « Hamlet » de Christiane Jatahy (11, 12 et 13 juin) au Théâtre National Populaire de Villeurbanne et « Carmen » de Jeanne Desoubeaux (du 08 au 13 juillet) dans une version hors-les-murs au Lycée Saint-Just.

Après « Là » présenté en 2023, Baro d’Evel revient en 2024 à l’Odéon, avec sa dernière créations « Qui Som ? » (19 et 20 juillet) qui entame une réflexion autour de l’identité. Au Théâtre des Célestins de Lyon on retrouve la Cie 14:20 (du 06 au 14 juin) avec la danseuse Leïla KA dans le spectacle « On m’a trouvée grandie ». Le corps sera questionné avec « Black Label » de Joey Starr et David Bobée (02 juin) à l’Odéon.

Edouard BaerAu Grand Théâtre, Edouard Baer invite le public à participer au « Journal de Fourvière » (12 juin). La nouvelle génération théâtrale est accueillie aux SUBS avec « En une nuit – Notes pour un spectacle » (27 et 28 juin), une création collective lauréate du prix Impatience et à l’ENSATT et avec « Les forêts intérieures » (du 15 au 26 juin) mis en scène par Benjamin Lazar avec les étudiants de la 83ème promotion de l’ENSATT et ceux du CNSMD.

Les Petites Nuits

En 2024, les Nuits de Fourvière proposent Les Petites Nuits, à vivre en famille.

Quatre spectacles au croisement de la danse, de la musique, du cirque et du théâtre spécialement destinés au jeune public.

  •  « La poétique de l’instable » de la compagnie Arcosm (09 juin) au Grand Théâtre
  • « OctOpus » par la fanfare cirque du collectif Cheptel Aleïkoum (18 juin) à l’Odéon
  • « Loin de Garbo » (Epopée de swing et d’exil) par le Collectif de l’Autre Moitié (09 juillet) à l’Odéon
  • « Voyage Cosmopop » du musicien lyonnais Arandel (17 juillet) au Planétarium de Vaulx-en-Velin

Les Samedis des Nuits

Six Samedis, six soirées, six ambiances et la promesse d’une expérience festive et inédite au Grand Théâtre et sur le site de l’Odéon spécialement aménagé en terrasse.

Au programme de ces Samedis des Nuits :

  • Battle Hip-Hop avec Get Down ! (07 juin)
  • Funk & Soul avec Dabeull, Mahalia et Vaudou Game (15 juin)
  • la pop déjantée de l’Impératrice, Kiddy Smile et Clara Ysé avec le spectacle Let’s Dance (22 juin)
  • un dialogue culturel et musical inédit avec « De Kaboul à Bamako » interprété par la joueuse de oud Sulaf Elyas et le groupe d’éthio-jazz Arat Kilo avec Mamani Keita, Aïda Nosrat , Rusan Filiztek et Siar Hashimi (29 juin)
  • Nuit du Rap avec Dinos, Lala &ce et Marguerite Thiam (06 juillet)
  • Afrogroove avec Cimafunk, Femi Kuti & The Positive Force et Nana Benz du Togo (13 juillet).

Du 30 mai au 25 juillet 2024, le festival international de la Métropole de Lyon va encore une fois réunir les générations au cœur de l’été. La billetterie des Nuits de Fourvière 2024 ouvre le mercredi 13 mars à midi sur : https://www.nuitsdefourviere.com/bill... . Le programme exhaustif des Nuits de Fourvière 2024 est à consulter sur le site internet des Nuits de Fourvière, ICI.

Kenny Barron revient avec « Beyond this Place »

Kenny Barron revient avec « Beyond this Place »

Pianiste et compositeur récompensé neuf fois aux Grammy Awards, Kenny Barron a collaboré avec les plus grands noms du jazz. Au sommet de son art, revient à la tête d’un quintet multigénérationnel avec « Beyond this Place » (Artwork Records/Pias). Neuf plages où swing et délicatesse se croisent avec bonheur. Un opus raffiné, irisé de grâce et d’élégance.

lire plus
Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon

Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon

En 2025, l’Auditorium de Lyon a 50 ans et pour fêter cet anniversaire, l’institution annonce une programmation 2024/2025 alléchante, avec pas moins de 170 concerts. Du côté du Jazz et des Musiques actuelles se profilent d’intenses moments musicaux avec Bernard Lavilliers, Thibault Cauvin & -M-, Crosscurrents Trio, Souad Massi, Dominique A, Bethmann/Legnini/Trotignon/Bojan Z, Brad Mehldau, Samara Joy, Anouar Brahem Quartet. De quoi réjouir le public !

lire plus
Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

En Bourgogne du Sud, du 17 au 24 août 2024, le festival « Jazz Campus en Clunisois » donne rendez-vous à un large public pour vivre au rythme du jazz et des musiques improvisées. Fidèle aux valeurs de ses origines, le festival demeure toujours aussi vivace et ancré dans ses racines. Dans des lieux patrimoniaux de Cluny et du Clunisois, il propose un large panorama de la diversité d’expressions que recouvre le mot jazz aujourd’hui, cette musique ouverte, généreuse, libre et créative. En perspective, de nombreuses émotions à partager dans la bonne humeur.

lire plus
« Quartier Latin, Jazz Club du Rhône »

« Quartier Latin, Jazz Club du Rhône »

Un nouveau club de jazz à Saint-Romain-en-Gal

Bonne nouvelle pour la région Auvergne-Rhône-Alpes que l’ouverture à Saint-Romain-en-Gal d’un nouveau club de jazz … le « Quartier Latin, Jazz Club du Rhône », inauguré le lundi 04 février 2024 lors d’un hommage à Mario Stanchev. Porté par l’association « Jazz Club du Rhône » présidée par Jean-Paul Boutellier - Fondateur du Festival Jazz à Vienne, le projet est soutenu par le département du Rhône.

C’est dans l’enceinte du Musée et sites gallo-romains de Saint-Romain-en-Gal et plus précisément dans un espace de 130 places assises sur deux niveaux, avec une superbe terrasse sur le Rhône et la ville de Vienne que se situe le « Quartier Latin, Jazz Club du Rhône ». La séance inaugurale du 04 février 2024 propose un « Hommage à Mario Stanchev » avec la participation de certains de ses anciens élèves, Olivier Truchot, Thibault Saby, Camille Thouvenot, Philippe Khoury, Wilhelm Coppey.

« Quartier Latin »

logo Quartier Latin, Jazz Club du RhôneAprès la présentation de Martine Publié (Vice-Présidente du Département du Rhône, en charge de la culture du tourisme, de l’attractivité et de la vie associative), Jean-Paul Boutellier (président de l’association Jazz Club du Rhône) précise le contexte historique et territorial qui a généré le nom de l’association « Quartier Latin », lié à l’activité principale du musée par rapport à la civilisation latine. Il insiste par ailleurs sur le fait que le jazz s’est constitué dans les clubs où les musiciens se rencontrent, les clubs qui sont des lieux de transmission comme le furent ceux du Quartier Latin de Paris à la fin de la seconde guerre mondiale. Parmi les dix membres du Conseil d’Administration du Jazz Club du Rhône figurent deux artistes, le contrebassiste Pascal Berne et le trompettiste Hervé Salamone.

Jean-Paul Boutellier & Pascal BuensozAprès avoir révélé le logo de l’association créé par Pierre Marfour, Pascal Buensoz qui présente l’association et ses objectifs :

  • Accueillir à la fois des musiciens de Jazz locaux ou régionaux comme des musiciens de Jazz dont la carrière est nationale ou internationale.
  • Participer au dynamisme éducatif et culturel de ce territoire de Vienne Condrieu en pleine expansion démographique.
  • Fédérer un nouveau public à travers la mise en place d’une dynamique associative nouvelle et inclusive.

La programmation

Dans un premier temps, « Quartier Latin » propose une programmation bimensuelle, à raison d’un concert par mois avec des musiciens locaux ou régionaux et un concert par mois avec des groupes nationaux ou internationaux, le dimanche à 18h, pour permettre au public de profiter des activités du musée en journée, dans une logique de partenariats avec d’autres clubs favorisant ainsi la mobilité des artistes internationaux dans un cadre écologiquement responsable.

De mars à juin 2024, huit concerts vont jalonner la première saison du « Quartier Latin », Jazz Club du Rhône.

En mars, deux saxophonistes de grande renommée sont invités, Steve Coleman annoncé en quintet le 17 mars 2024 et Dmitry Baevsky avec Clovis Nicolas (contrebasse) et Jason Brown (batterie) le 24 mars 2024.

En avril, le club accueille deux projets. « Black is the Colour » une création de Pascal Berne avec le pianiste François Raulin et la chanteuse Laura Tejeda, le dimanche 07 avril, et le dimanche 28 avril, la chanteuse Estelle Perrault avec le pianiste Alain Jean Marie annoncé en trio avec Gilles Naturel (contrebasse) et Philipe Soirat (batterie).

Deux autres projets sont programmés en mai. Le dimanche 12 mai se produit le Jeb Patton trio avec Giorgos Antoniou (contrebasse), Lucas Santaniello (batterie) et le dimanche 28 mai est annoncée « Ghost Jazz Project », une création du trompettiste Hervé Salamone avec Pierre Baldy-Moulinier (trombone), Pierre Dessasis (saxophone, flûte, clarinette), Vincent Périer (saxophone), Wilhelm Coppey (piano), Christophe Lincontang (contrebasse) et Charles Clayette (batterie)

En juin, les grandes formations font vibrer le « Quartier Latin ». Dimanche 02 juin, place au « Alain Dumont Jubilé » avec de nombreux musiciens de la scène régionale de jazz parmi lesquels entre autres, Alain Dumont (batterie), Michel Perez (guitare), Jean-Charles Demichel (piano), Jérome Regard (contrebasse), Rodolfe Guillard (saxophone), Armand Reynaud (piano), Christophe Gauvert (contrebasse), Hervé Salamone (trompette), Thierry Seneau (trompette). La dernière date de la saison est animée par le « Patrick Bacqueville - Bacos Hot 7 Cruisers », orchestre habitué aux croisières jazz, qui fait revivre la musique des années 40 avec Patrick Bacqueville (trombone, voix), Malo Mazurié (trompette), Essaie Cid (saxophone alto), César Pastre (piano), Nicolas Peslier (guitare), Sébastien Girardot (contrebasse) et Stéphane Roger (batterie).

Rendez-vous le 15 février 2024 pour l’ouverture de la billetterie des huit concerts programmés entre mars et juin 2024 au « Quartier Latin, Jazz Club du Rhône » (mettre lien), nouveau lieu de vie du jazz situé dans l’enceinte du Musée et sites gallo-romains de Saint-Romain-en-Gal.

Kenny Barron revient avec « Beyond this Place »

Kenny Barron revient avec « Beyond this Place »

Pianiste et compositeur récompensé neuf fois aux Grammy Awards, Kenny Barron a collaboré avec les plus grands noms du jazz. Au sommet de son art, revient à la tête d’un quintet multigénérationnel avec « Beyond this Place » (Artwork Records/Pias). Neuf plages où swing et délicatesse se croisent avec bonheur. Un opus raffiné, irisé de grâce et d’élégance.

lire plus
Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon

Saison 2024/25 – Auditorium-Orchestre National de Lyon

En 2025, l’Auditorium de Lyon a 50 ans et pour fêter cet anniversaire, l’institution annonce une programmation 2024/2025 alléchante, avec pas moins de 170 concerts. Du côté du Jazz et des Musiques actuelles se profilent d’intenses moments musicaux avec Bernard Lavilliers, Thibault Cauvin & -M-, Crosscurrents Trio, Souad Massi, Dominique A, Bethmann/Legnini/Trotignon/Bojan Z, Brad Mehldau, Samara Joy, Anouar Brahem Quartet. De quoi réjouir le public !

lire plus
Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

Jazz Campus en Clunisois 2024 – La Programmation

En Bourgogne du Sud, du 17 au 24 août 2024, le festival « Jazz Campus en Clunisois » donne rendez-vous à un large public pour vivre au rythme du jazz et des musiques improvisées. Fidèle aux valeurs de ses origines, le festival demeure toujours aussi vivace et ancré dans ses racines. Dans des lieux patrimoniaux de Cluny et du Clunisois, il propose un large panorama de la diversité d’expressions que recouvre le mot jazz aujourd’hui, cette musique ouverte, généreuse, libre et créative. En perspective, de nombreuses émotions à partager dans la bonne humeur.

lire plus