Avec Olivier Conan, de l’Amphi à l’Opéra Underground

Avec Olivier Conan, de l’Amphi à l’Opéra Underground

Ouverture & « Hybridization » d’un projet Iconoclaste

Avec le sourire et une certaine pudeur, Olivier Conan, le nouveau patron de l’Amphi livre quelques pistes de compréhension sur son projet « Opéra Underground ». Influences croisées, mélanges de codes artistiques, ouverture de l’institution à la ville. Des promesses de découvertes alléchantes où le jazz a sa part.

C’est à Olivier Conan que le Directeur de l’Opéra de Lyon, Serge Dorny, a confié les clefs de l’Amphithéâtre en septembre 2017. Après avoir pris ses marques de septembre 2017 à avril 2018, Olivier Conan lève le voile, avec pudeur et sans forfanterie, sur son projet « Opéra Underground ».

Même s’il ménage un brin de mystère et entretient un suspens alléchant, Olivier Conan délivre aux lecteurs des « Latins de Jazz » des informations précieuses et éclairantes de cet « Opéra Underground » qui laisse augurer de belles découvertes.

Depuis de nombreuses années, avec François Postaire, l’Amphithéâtre de l’Opéra de Lyon a ouvert ses gradins à des musiques aux esthétiques éloignées de celles que propose l’honorable institution. Ainsi le lieu a quitté son statut confidentiel et gagné en attractivité…Amphi-Midi en libre accès, concerts de l’Amphi-Monde, résidences de l’Amphi-Jazz et de nombreux autres rendez-vous diversifiés.

Dans le même temps, il a aussi développé le versant estival de l’Amphi-Jazz avec 15 éditions d’un presque Jazz (F)estival du Péristyle. Enfin, jazz et musiques du monde sont entrés avec lui sur la pointe des pieds dans la Grande Salle de l’Opéra de Lyon. David Linx & Maria João (2008), Martial Solal (2016), Katia Guerreiro (2016), Daniel Humair (2017), Chemirani & Rhythm Alchemy (2017) et les frères Moutin (2018).

« Opéra Underground » …en trois mots. Un projet Iconoclaste caractérisé par son Ouverture et son Hybridization. Cet emploi du terme anglais synonyme d’hybridation témoigne de l’attache d’Olivier Conan aux cultures dans lesquelles il s’est immergé bien avant sa venue à Lyon.

De New-York à Lyon … le club « Barbès »

Avant de donner des clés explicites concernant son projet, Olivier Conan évoque brièvement sa trajectoire professionnelle entre la France et les États-Unis. Il quitte la France à 20 ans en 1984 pour aller vivre et entreprendre une carrière à New-York où il évolue entre deux pôles. La programmation de concerts et la vie de musicien. Ainsi, il a l’opportunité de rencontrer des « musiciens de différents mondes musicaux, jazz, musiques du monde, musiques hybrides, rock et musiques latines ».

le "Barbès" club créé et tenu par Olivier ConanIl y a 16 ans, à Brooklyn, il crée le « Barbès » un club avec un bar et une petite salle de concert pouvant accueillir environ 60 personnes. Pendant 16 ans, à raison de 2 à 3 concerts par soir, soit 200 concerts par an, Olivier Conan propose une « programmation foisonnante et éclectique mêlant jazz, musique colombienne et musique classique » avec de nombreux musiciens de la scène down-town.

Matt Moran, le vibraphoniste du Claudia Quintet qui depuis 15 ans mélange jazz et musique des Balkans dans une fanfare devenue la préférée de Boban Marković, la Slavic Soul Party. La violoniste Jenny Scheinman écoutée aux côtés de Bill Frisel a été en résidence toutes les semaines pendant 8 à 9 ans au « Barbès » où elle a mélangé jazz, musiques roots et america avant de rejoindre la côté Ouest.

Au fil des ans, le Barbès draine de nombreux musiciens et devient un club connu et reconnu. Aujourd’hui, Olivier Conan en assure toujours la programmation avec près de 1000 concerts par an. Grâce à ce réseau artistique qu’il entretient, il souhaite « insuffler à Lyon le brassage » qui existe à NY et présenter « des gens qui viennent de la tradition et d’autres qui s’en éloignent plus ».

Quelles musiques pour l’Opéra Underground de Lyon ?

Questionné quant aux musiques qu’il souhaite faire découvrir au public de Lyon, Olivier Conan  alimente d’abord un certain suspens avant de préciser ce qu’il souhaite programmer : « des musiques un peu pensées mais organiques en même temps ».

En effet, beaucoup des musiques qu’il dit aimer sont « ancrées dans une certaine tradition quel que soit le genre (classique, jazz, musique du monde) mais [elles sont] repensées, retravaillées puis déconstruites avec des transgressions et des emprunts ».

Interrogé relativement au terme de « Musiques Actuelles » dont le jazz fait partie, Oliver Conan sourit et botte en touche avec humour.

Dans la foulée, il précise qu’il n’est non plus « pas fou du mot fusion » car pour il lui recouvre le fait « d’apporte[r] dans son monde des éléments d’un autre monde sans réelle digestion artistique ». Il apprécie « les musiciens passionnés par la musique de leurs voisins, par des choses qu’ils ont découvertes, qui essaient de créer des nouveaux idiomes, qui inventent … leurs codes » avec des « emprunts et des inventions ». Il cite en exemple le groupe BCUC programmé par ses soins et qui a récemment fait un triomphe à l’Amphi.

Olivier Conan se loue du soutien dont il bénéficie sur le plan artistique au niveau de la direction de l’Opéra qui soutient l’idée de « décloisonnement et d’ouverture » de sa programmation et lui laisse « les mains très libres » pour « faire ce qu’il sait faire ».

« Opéra Underground » - Grande Salle et à Amphithéâtre

Certes, Olivier Conan concède que l’expression « Opéra Underground » utilisée pour caractériser le projet est sans doute un « mot valise… très lâche et très large » mais il a pour lui le mérite de recouvrir en même temps les « dimensions géographique et esthétique ».

En effet l’Amphi est une salle « littéralement souterraine » au sens géographique du terme. Mais c’est au cœur du projet « Opéra Underground » que réside le critère essentiel, celui de l’esthétique qualifiée par le nouveau boss de « plus underground que ce qui se fait sur la scène du 3ème étage ». Pour lui, plusieurs aspects essentiels président au projet.

« Ouvrir la maison au reste du monde »

Olivier Conan souhaite aller au-delà du genre bien établi que sert avec réussite cette grande institution culturelle qu’est l’Opéra de Lyon. Sa volonté est de « passer à tous les étages… du monde musical actuel » pour créer un « réseau des nouvelles cultures musicales ». Il va proposer « des choses [qui] apparemment viennent d’univers complètement différents, qui ne vont pas ensemble mais qui sont faites par des artistes… [dont les}… processus artistiques et les démarches… [sont]… assez semblables et qui pourraient tout à fait s’entendre et jouer ensemble sans problème ».

« Essayer d’être plus encore le miroir de la ville »

Le fait est avéré, une ville est une mosaïque de gens de cultures différentes. Olivier Conan souhaite « intégrer les musiques dans les schémas sociaux existants ». Il aspire à « faire sortir Lyon de sa vision intra-muros » et veut « représenter la ville dans toutes ses dimensions sans faire de démagogie ».

Ainsi, le 22 septembre 2018, la « célébration de l’album « Diwan » de Rachid Taha incarne cet aspect du projet. En effet, à l’occasion des vingt ans de « Diwan », le chanteur rock’ raï sera présent sur le grand plateau de la Grande Salle avec les cordes de l’Orchestre de l’Opéra pour lequel le producteur anglais Steve Hillage écrit des arrangements.

Une reconnaissance méritée pour Rachid Taha, qui a commencé à Lyon il y a 30 ans avec « Carte de Séjour » dans son club des pentes de la Croix-Rousse, « Les refoulés » et qui n’a pas alors été soutenu par les institutions culturelles de Lyon comme il l’espérait.

« Décloisonner les musiques »

Le principe de la résidence n’est pas reconduit d’emblée sur l’année à venir. Olivier Conan envisage plutôt des « cartes blanches » qui croisent les musiques et contribuent au « décloisonnement des musiques entre elles et aussi à l’intérieur même de chaque musique ».

Ainsi cette année le Quatuor à cordes Wassili (musiciens du master du CNSD) va dans un premier temps participer au programme de Melingo programmé dans la Grande Salle le 18 octobre 2018 pour la soirée « Partenos ». Outre les ambiances de Buenos-Aires évoquées par le chanteur argentin Daniel Melingo, Olivier Conan propose de découvrir la « musique à pleurer » du groupe Bloque Depressivo (boleros, valses) issu de Valparaiso.

Pour la saison 2018/2019, outre les partenariats avec les conservatoires, des spectacles jeune public, des rencontres et peut-être une série de documentaires ciblés l’Opéra Underground inclut du jazz international, français, américain, éthiopien ….

Loin de tout académisme, Olivier Conan souhaite faire découvrir au public le jazz tel qu’il le conçoit, une musique qui « comprend son passé, se construit et se repense tous les jours ». Dans la programmation, des pointures d’ici et d’ailleurs, Teddy Riley en duo, Marc Ribot avec le trio Ceramic Dog, Hailu Mergia, Louis Sclavis, Sarah Murcia et Kamilya Jubran et bien d’autres encore.

Sans doute une telle programmation « un peu plus éclectique [tant] sur le plan générationnel [qu’] esthétique » va-t-elle contribuer à « décloisonner les musiques », « ouvrir la maison au reste du monde » et « attirer un public représentatif de la ville ».

« Opéra Underground » - F’estival du Péristyle

Nul doute n’est permis, cet été encore, le Péristyle de l’Opéra va résonner d’échos musicaux. Olivier Conan prévoit « un mode un peu plus festival [tout en] conservant le caractère festif et communautaire » qu’a développé ce lieu.

La scène va changer d’orientation, prendre plus d’importance et bénéficier d’une sono plus puissante. Après un espace ouvert sur le devant de la scène, pour permettre à celles et ceux qui le souhaitent d’écouter avec attention et de vibrer en proximité avec les musiciens, le café estival de Péristyle conserve ses tables habituelles avec des relais sonores pour favoriser l’écoute à distance.

Conçu par Olivier Conan comme un « mélange de musique d’écoute et de musique festive », le F’estival du Péristyle conserve « le format mis en place par François Postaire avec 3 sets par jour et 3 soirées successives proposées à un musicien » (sauf exception calendaire). Vont se produire des musiciens régionaux mais aussi des « gens du monde entier avec lesquels [Olivier Conan] a déjà travaillé », ce qui devrait permettre de faire « découvrir des projets pas forcément encore connus du grand public ».

Concevant de travailler « autant que possible en interaction avec [s]es voisins » des autres salles/institutions/festivals du paysage lyonnais, Olivier Conan a rencontré la plupart des interlocuteurs lyonnais qui soutiennent des scènes souvent très définies (Périscope, Marché Gare, Clef de Voûte, Nuits de Fourvière…).

Pour l’été des partenariats se profilent entre le péristyle le CMTRA, JAZZ(s)RA et Jazz à Vienne. Ainsi le trio new-yorkais de guitares « Big Lazy » avec Steven Ulrich, qu’Olivier Conan « suit depuis plus de 20 ans » sera au Péristyle avec une exposition à Vienne sur Cybèle. Le Trio Corrente programmé au Club de Minuit dans le cadre de Jazz à Vienne est aussi présent au Péristyle.

Ainsi durant l’été 2018, le Péristyle de l’Opéra de Lyon promet la chaleureuse musique du bullerengue (musique afro-colombienne), de l’afrobeat, un bal italien, du jazz éthiopien, du jazz régional avec entre autres Watchdog, mais nul ne s’en plaindra, Olivier Conan propose du jazz new-yorkais comme celui du groupe « Endangered blood » avec Jim Black, Chris Speed, Oscar Noriega et Trevor Dunn, bassiste de John Zorn ancré dans une tradition jazz post bop classique mais qui joue avec Mike Patton et « a aussi « un pied aussi dans le monde du metal ».

Opéra Underground & Jazz

Avec celui qui se profile comme un importateur de talents, le jazz a de beaux jours devant lui sur les scènes de l’Opéra Underground. International, français, américain, éthiopien…

Propos recueillis auprès d’Olivier Conan à l’Opéra de Lyon le 12 avril 2018.

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Le 15 novembre 2019, Laurent de Wilde sort « Three Trios », un coffret de trois albums enregistrés en trio. « Odd & Blue » (1989) un album introuvable depuis vingt ans. « Open Changes » (1993) qui a reçu le Prix Django Reinhardt la même année. « The Present » (2006) épuisé depuis une décennie. Il est aisé de percevoir combien, entre 1989 et 2006, le pianiste a élargi le langage du trio traditionnel en incorporant compositions et acquis issus de ses autres aventures. Un voyage au fil des ans qui permet de saisir l’évolution de son art au sein du trio, piano-contrebasse-batterie.

lire plus
Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Trois ans après « Les âmes perdues » Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments », un album sur lequel il réitère son intérêt pour les duos saxophone ténor-piano(s). Pour renouveler le concept, il a recours aux tempéraments anciens qui modifient l’accordage des pianos sur quatre titres. Les tempéraments proposent des jeux de pistes qui brouillent les repères de l’oreille laquelle les déjoue pourtant. Elle se laisse captiver par un intime climat d’estompe musicale.

lire plus
Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Après les avoir invités en 2017 à l’occasion de la sortie de son album « Think Back Op. 2 », le pianiste Edouard Ferlet retrouve Naissam Jalal, Sonny Troupé et Guillaume Latil pour travailler autour de l’improvisation idiomatique. Après deux résidences, ces quatre artistes issus de galaxies aux esthétiques différentes apprennent à se connaître. L’album « altérité » résulte de leur collaboration et donne à écouter une musique singulière, sans partition et sans montage. Une musique qui captive l’oreille.

lire plus
Le Jazz de Robert Lapassade

Le Jazz de Robert Lapassade

Robert Lapassade, un Jazz « Body and Soul » plein de « Brio »

Homme de Radio, musicien et journaliste, Robert Lapassade est inscrit depuis longtemps dans le paysage du Jazz Rhône-Alpin. Son humour et son professionnalisme font de lui un personnage authentique, attachant et singulier.

Nous le remercions d’avoir accepté de répondre à quelques questions après un des « points-presse » qu’il anime pour le « festival Jazz à Vienne » depuis de nombreuses années. De ses réponses émerge le portrait sensible d’un amateur de musique groovy.

Nicole Videmann : Avant de commencer, peux-tu nous donner quelques éléments qui précisent ton rapport au jazz ?

Robert Lapassade : Robert-Lapassade_09072016_NVNatif de Léopoldville (devenu Brazzaville) au Congo Belge, j’ai vécu dans ce pays juste avant l’Indépendance jusqu’à l’âge de 7 ans. Même si j’en ai des souvenirs très flous, j’y ai emmagasiné des tas de choses. Des ambiances, des odeurs, des façons de vivre, un rythme de vie et les musiques. Tout ceci peut contribuer à expliquer que j’ai toujours aimé la musique qui puise ses racines dans le groove d’une manière générale, qu’il s’agisse d’une musique ethnique traditionnelle ou de la funk soul américaine. Ces premières influences sont sans doute déterminantes car j’aime un type de jazz qui a quelques unes de ses racines du côté de l’Afrique. De fait, ma façon de voir le jazz et de l’apprécier dépendent de ce terme groove. Je suis donc plus africain et afro-américain dans mon appréciation de la musique. C’est à dire que les formes de jazz puisées aux sources de la musique européenne me touchent moins spontanément.

NV : Quel est le premier souvenir qui a marqué ta relation au jazz ?

Robert Lapassade : Mes premiers souvenirs remontent à l’époque de mes 8 ou 9 ans. Ils se situent du côté du blues car le premier disque que j’ai entendu après l’avoir piqué dans la discothèque de  mon père c’est l’American Folk Blues Festival un 45 tours avec Willie Dixon, John Lee Hooker, Champion Jack Dupree et T-Bone Walker. Ça a été ma première « grosse baffe ». J’ai surtout focalisé au début sur John Lee Hooker et ensuite j’ai appréhendé Ella-Fitzgellard-Louis-Armstrong_couvle jazz traditionnel de la Nouvelle-Orléans dont mon père était fan. Chez moi à  l’époque on écoutait le duo Louis Armstrong-Ella Fitzgerald tous les dimanches matin et cela a imprégné ma façon d’écouter la musique.

Cela rejoint ce que j’ai dit précédemment. J’affectionne les choses positives dans la musique. Évidemment quand quelque chose est profondément sombre et sincère je peux vibrer mais j’aime surtout la joie, le soleil qu’amène la musique. Par exemple, si on prend  On the sunny side of the street, c’est un morceau que j’ai apprécié autant par sa musique que par ce que le titre évoque lui-mêm. C’est à dire que pour moi la musique est synonyme de bonheur et de mouvement.

J’ai ensuite acheté mon premier 45 touts à 13 ans et c’était Jimmy Hendricks. Il y a donc comme une continuité. Ainsi mes racines sont donc plus du côté du blues, de la pop et du rock que du  côté du jazz que j’ai commencé à apprécier seulement ensuite.

En effet, dans les années 70 s dans le rock j’ai apprécié les artistes qui faisaient des ponts avec la pop musique, des gens comme Miles Davis, Weather Report, ceux du Jazz-Rock mais j’ai aussi été fou d’Ornette Coleman, de Coltrane, de Gato Barbieri (époque « Bolivia ») qui m’a amené vers les musiques du Monde car j’ai beaucoup aimé ce que le jazz a fait des musiques traditionnelles, comme le fit Gato Barbieri.

J’aiRoland-Kirk aussi un gros souvenir de Roland Kirk, cet ovni qui m’a marqué. Je précise par ailleurs que dans les années 70, j’appréciais aussi les « minets » avec les pulls shetland jaune-citron au-dessus du nombril. On écoutait alors la Soul et les séries « Formidable Rythm & Blues » de cette époque produites par les états sudistes (Georgie, Texas, Louisiane, Alabama) en particulier, Otis ReddingWilson Pickett était mon idole et James Brown aussi. En fait, en 71, tout était bon.

NV : Quel est ton mode d’écoute préféré pour apprécier le jazz ?

Robert Lapassade : Cela a évolué avec le temps mais aujourd’hui j’écoute finalement plus la musique à travers les vidéos qu’à travers les disques. Il y a une quinzaine d’années lors de l’essor de l’Internet j’ai découvert U Tube et une myriade de documents, d’extraits de concerts, des émissions de télé, des artistes dont on n’avait jamais rien vu en Europe. Cela vaut autant pour le jazz que pour la pop musique dont on avait vu Woodstocks, Tommy (la Comédie musicale des Who). Les premiers films qui sont sortis à propos du rock étaient rarissimes et la distribution était aléatoire. On avait peu d’images et notre imaginaire se construisait à travers les pochettes de disques, les photos, les commentaires intérieurs que l’on dévorait. D’un seul coup à partir des années 2000 je me suis mis à dévorer tous ces clips dont on ne connaissait aucune image et j’ai gardé aujourd’hui ce tic de continuer à apprécier la musique en images, y compris les nouveautés. Je me moque du format. Je suis parti du vinyle au CD et aujourd’hui la musique dématérialisée sur mon ordi me convient même si je regrette la perte de l’objet vinyle et de ses pochettes. Avec la vidéo j’ai la perception du son mais aussi celle de l’image du musicien, de ce que le personnage dégage musicalement. Cela me convient et m’aide à mieux le percevoir. C’est peut-être ce qui explique que j’aime moins la musique électronique où les personnalités s’éclipsent au profit de la musique.

NV : Quelle est dans l’absolu la forme de jazz que tu écoutes avec le plus de plaisir ?

Robert Lapassade : …. Je suis embarrassé pour répondre car je suis éclectique et de plus je m’ennuie vite. En une heure il me faut écouter plusieurs types de musique.Ornette-Coleman_JAV-03072008_NV

En fait, j’ai beaucoup aimé quand le jazz a essayé de trouver l’esprit de la fusion, comme Miles Davis l’avait fait. Là j’ai retrouvé mon goût pour le groove, les improvisations, les instrumentistes, la compétencs et la créativité des musiciens de jazz. J’ai bien aimé ce jazz là mais je reviens facilement au jazz plus classique. En effet, même s’il se fait aujourd’hui des formes merveilleuses de musiques avec de supers musiciens et de supers enregistrements. je préfère tout de même écouter les modèles originaux, c’est à dire Ornette Coleman qui reste un maître, Thelonious-MonkMiles Davis période cool et aussi par exemple Randy Weston pour le rapport qu’il a eu avec les musiques ethniques.

…. En fait et je le dis rarement mais mon musicien préféré dans le jazz c’est Thelonious Monk car il est à la fois un personnage et une musique et j’adore sa musique. C’est implacable rythmiquement, en quelque sorte, je dirais que ça groove. ….En fait j’aime les allumés dans le jazz, Sun Ra, Pharoah Sanders.

NV : Quel est l’instrument de musique auquel tu es le plus attaché ?

Robert Lapassade : Dans le jazz, c’est le saxophone que je préfère. En fait j’aime la voix humaine, le chant et du coup pour moi, le saxophone s’en rapproche beaucoup et c’est pour cela qu’il est mon instrument préféré. Je préfère le ténor et surtout le baryton et dont  les sons graves qui me touchent vraiment.

NV : Quand tu es en pleine forme, quels musiciens, quels styles de musique, disques ou titres écoutes-tu volontiers ?

Robert Lapassade : … Il m’est difficile de répondre car ceci va à l’encontre de ce que je fais. Je ne le réécoute un disque que dix ans après, juste  pour le redécouvrir. Bien sûr quand j’étais gamincela je faisais cela, écouter un album jusqu’à l’user mais plus aujourd’hui.

NV : Pour le formuler autrement, quelle musique associerais-tu au terme « bonheur » ?

Robert Lapassade : Sitting on the Dock of the Bay d’Otis Redding, cela me bluffe même 45 ans après, cela re-déclenche des bonnes émotions.

J’aime aussi tous les morceaux de James Brown (jusque dans les années 80), cela me « file la patate » quoi qu’il arrive. Bob Dylan me permet de me poser et de faire un peu d’introspection, j’en suis un fan depuis toujours. Enfin apprécie au dessus-de tout David Crosby, If I could only remermber my name, un album avec un coucher de soleil. La pureté à l’état brut. C’est mon disque de chevet !Couv ifIcouldonly remerber my name

Certes tout cela est certes un peu éloigné du jazz mais j’y suis venu après 25 ans voire 30 ans d’écoute de musique rock et soul. En fat le jazz est pour moi significatif de « confort ». Je m’explique, j’aime le côté feutré du jazz. C’est ce que j’écoute quand j’ai envie de me sentir « confortable » mais je ne l’associe pas forcément au « plaisir » et à la « profondeur ».

En fait ce serait plutôt des râgas qui me rendraient le plus heureux et m’apporteraient la sérénité.

NV : Quelle serais ta démarche pour sensibiliser au jazz une de tes connaissances  ?

Robert Lapassade : Par facilité je lui ferai écouter un disque jazz manouche qui a pour qualité principale d’apporter la joie de vivre par son swing et ses mélodies. A moins que je ne lui propose de visionner par exemple le film « Latcho drom ». Je lui ferai ensuite écouter les grands saxophonistes en commençant par Coleman Hawkins puis la musique de Duke Ellington et pour finir Thelonlious Monk.

NV : Pour quel musicien serais-tu capable de faire des milliers de kilomètres ?

Robert Lapassade : Cela aurait pu être Prince CharlesLloyd_JAV-09072013_NV… en prenant une comète même si, par bonheur j’ai pu le voir trois fois à Paris.

En fait je me déplacerais volontiers pour écouter Charles Lloyd. Pour dire vrai, aujourd’hui quand j’écoute un concert, trois titres suffisent à me combler. Je préfère continuer ensuite à l’apprécier en solitaire chez moi (quand il existe des témoignages de cette musique bien sûr).

NV : Quelle musique de jazz écoutes-tu rarement ?

Robert Lapassade : Le Dixieland et le style New-Orleans, même s’il a été ma première tendresse et si bien sûr j’aime encore  la voix de Louis Armstrong mais en dehors de lui ….

NV : Quels sont les trois albums fétiches dont tu ne te séparerais-pas ?

Robert Lapassade : Pour répondre en biaisant un peu, je garderais trois albums de compilations. une compilation de jazz, une compilation de soul-funk et une compilation de rock avec du folk et du rock progressif. Bien sûr je m’occuperais moi-même de faire ces compilations pour être sûr d’y trouver uniquement ce que j’apprécie !

NV : Quels seraient les trois artistes que tu souhaiterais réunir pour une affiche de concert inédite ?

Robert Lapassade : … ce n’est pas simple. Je pense au saxophoniste ténor américain David Murray associé à Félix Wazekwa, chanteur de rumba zaïrois qui s’exprime en lingala et pour finir Selwyn Birchwood (celui qui ouvre la soirée blues de « Jazz à Vienne »)

NV : Quels sont les trois mots qui définissent « ton » jazz ?

Robert Lapassade : Pour moi j’associe le jazz au mot « Brio » et à une dimension qui regrouperait les termes » viscéral » et « spirituel ».

NV : Est-ce que l’expression « Body and Soul » pourrait convenir ?

Robert Lapassade : C’est tout à fait cela. En effet, le jazz que j’aime c’est lorsque le musicien exprime avec toute l’énergie de son corps ce qui habite son âme au plus profond et cela bien sûr, avec brio.

Propos recueillis le 09 juillet 2016 au Festival "Jazz à Vienne"
Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Le 15 novembre 2019, Laurent de Wilde sort « Three Trios », un coffret de trois albums enregistrés en trio. « Odd & Blue » (1989) un album introuvable depuis vingt ans. « Open Changes » (1993) qui a reçu le Prix Django Reinhardt la même année. « The Present » (2006) épuisé depuis une décennie. Il est aisé de percevoir combien, entre 1989 et 2006, le pianiste a élargi le langage du trio traditionnel en incorporant compositions et acquis issus de ses autres aventures. Un voyage au fil des ans qui permet de saisir l’évolution de son art au sein du trio, piano-contrebasse-batterie.

lire plus
Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Trois ans après « Les âmes perdues » Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments », un album sur lequel il réitère son intérêt pour les duos saxophone ténor-piano(s). Pour renouveler le concept, il a recours aux tempéraments anciens qui modifient l’accordage des pianos sur quatre titres. Les tempéraments proposent des jeux de pistes qui brouillent les repères de l’oreille laquelle les déjoue pourtant. Elle se laisse captiver par un intime climat d’estompe musicale.

lire plus
Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Après les avoir invités en 2017 à l’occasion de la sortie de son album « Think Back Op. 2 », le pianiste Edouard Ferlet retrouve Naissam Jalal, Sonny Troupé et Guillaume Latil pour travailler autour de l’improvisation idiomatique. Après deux résidences, ces quatre artistes issus de galaxies aux esthétiques différentes apprennent à se connaître. L’album « altérité » résulte de leur collaboration et donne à écouter une musique singulière, sans partition et sans montage. Une musique qui captive l’oreille.

lire plus
Le Jazz de Benjamin Tanguy

Le Jazz de Benjamin Tanguy

Le Jazz de Benjamin Tanguy : Liberté, Inspiration, Rencontres

Benjamin Tanguy vit une passion pour le Jazz qu’il a découvert enfant auprès de son oncle, organisateur de concerts. Cette musique lui rend bien son investissement puisqu’il est aujourd’hui coordinateur artistique de la programmation musicale de la 36ème édition du « Festival Jazz à Vienne ».

Avant d’exercer cette fonction de coordinateur artistique de la programmation musicale des scènes de Jazz à Vienne, Benjamin Tanguy a vécu dans le sein de cette musique dont il a exploré les univers multiples. Il a été attentif à l’ensemble des styles qu’il a découverts au fil des années. C’est le regard de ce trentenaire amateur de jazz que nous avons souhaité connaître et nous le remercions d’avoir accepté de nous livrer la vision qu’il porte sur cette musique.

160_elvinjonesBaigné dans le jazz depuis son enfance, Benjamin Tanguy écoutait beaucoup de vinyles. Il fréquentait assidûment les médiathèques et lisait avec grand intérêt la presse spécialisée jazz.  C’est à l’âge de 10 ans qu’il « a eu le déclic pour le jazz » lors de l’écoute d’un concert du batteur Elvin Jones en Suisse. Cet icône charismatique de la batterie a imprimé son influence sur le monde du jazz et même celui du rock par sa maîtrise de la polyrythmie. Sans doute a-t-il aussi marqué la perception de Benjamin pour la dimension rythmique de la musique.

Actuellement Benjamin Tanguy pratique tous les modes d’écoute du jazz : vinyle, CD, streaming, mp3, clips mais aussi bien sûr la musique « live » des concerts. S’il a pratiqué le saxophone alto, c’est un autre saxophone qui a sa préférence : le sax ténor. Sa réponse fuse lorsque nous lui demandons quel est le style de jazz qu’il préfère aujourd’hui. Ses goûts vont vers ce qu’il nomme « les fils du jazz », toutes ces musiques qui incarnent actuellement la dimension politique et sociétale que le jazz a toujours incarné et les courants sont nombreux, hip-hop, groove, le jazz tel qu’il est aujourd’hui pratiqué à New-York, …

Un jour de pleine forme, ce sont les musiques brésiliennes qu’il écoute, celles de João Gilberto, de Chico Buarque entre autres. Son goût pour ces musiques l’a ainsi conduit cette année à nous faire découvrir une pépite, le chanteur et guitariste brésilien Tigana Santana, programmé au Club de Minuit le 09/07/16 à 00h. Par contre il lui arrive de moins en moins souvent de se surprendre à chantonner un air de jazz. Son dernier souvenir remonte à la période qui a suivi le concert donné durant le festival « Jazz à Vienne » de 2009 par Roy Hargrove avec son RH Factor en hommage au trompettiste Freddie Hubbard (disparu l’année précédente). Il s’est entendu chantonner les riffs qui avaient émaillé le concert.

Pour Benjamin Tanguy, sensibiliser une connaissance au jazz est chose simple. Cela consiste à lui faire écouter des musiques que proposent les « fils du jazz ». Pour lui « le jazz est partout, dans toutes les musiques ». Ainsi, après avoir été familiarisé à l’écoute de ces « musiques populaires », la personne pourra envisager d’aller, de fil en aiguille, vers un une autre forme de jazz. Donc le jazz d’aujourd’hui peut représenter un pont qui permettrait d’approcher plus globalement le jazz. Ce pourrait être par exemple Kamasi Washington, ce saxophoniste qui en 2015 a gravé « Epic », un triple CD au succès retentissant.

 

Il serait tout aussi pertinent pour lui de proposer une écoute du concert de Beyonce « live » avec The Roots, ou un clip de Kendrick Lamark ou des Snarky Puppy dont le premier album studio « Culcha Vulcha » va sortir le 06 mai chez Ground up/UNiversal Classic.

Dans la mesure où le statut professionnel de Benjamin Tanguy le conduit à se déplacer souvent et loin pour é160_couv_john_coltrane_a_love_supremecouter des musiciens dans la perspective de  programmations éventuelles, nous ne le questionnons pas quant à l’artiste qui le ferait parcourir de longues distances. Par contre il nous confie qu’il aurait volontiers traversé l’océan pour écouter Jimmy Scott et il aurait apprécié d’assister à un concert de John Coltrane. Aujourd’hui, il écoute rarement du « jazz improvisé trop libre », autrement dit du « free jazz » qui met en scène  des performances avant tout techniques et dont le propos n’est plus en adéquation avec le contexte sociétal actuel.

Au regard de son devoir de réserve de p160_KolnConcert-Keith-Jarret_couv-1rogrammateur, il ne répondra pas à la question de l’affiche idéale d’un concert hypothétique, ce qui est tout à fait compréhensible. Par contre Benjamin répondra sans hésitations quant aux tryptique des albums fétiches dont il ne se séparerait pas. Il évoque d’abord un album représentatif du jazz modal post-bop, un opus icônique, le disque « Love Supreme » du saxophoniste John Coltrane, album sorti en 1965 chez « 160_moaning-artBlakey_couvImpulse ». Il cite ensuite le disque « Köln Concert » du pianiste Keth Jarrett enregistré en direct en 1975 chez ECM. Il s’agit d’un concert en piano solo totalement improvisé. Enfin Benjamin fait référence à un album de hard-bop, « Moanin' » enregistré par le batteur Art Blakey avec les Jazz Messengers en 1958 sous le label Blue Note. Funky en diable !

Pour terminer, Benjamin Tanguy accepte de préciser les « trois mots » qui définiraient sa vision actuelle du jazz. Après une réflexion très rapide les termes s’enchaînent pour caractériser un jazz qu’il voit libre, inspiré et précurseur de rencontres.

Lors de la 36ème édition du « Festival Jazz à Vienne », vous aurez sans doute l’occasion d’apercevoir Benjamin Tanguy et nous gageons que vous apprécierez les concerts programmés par celui qui est le coordinateur artistique de la programmation. Il est important de savoir que ses goûts ne sont pas « sous influence ». Il se prévaut d’un « goût indépendant », se garde de fonctionner par « coup de cœur » et veille à conserver une oreille très attentive aux  musiques qu’il écoute et analyse.

Propos recueillis le jour du Jazz Day, 30 avril 2016.

 

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Le 15 novembre 2019, Laurent de Wilde sort « Three Trios », un coffret de trois albums enregistrés en trio. « Odd & Blue » (1989) un album introuvable depuis vingt ans. « Open Changes » (1993) qui a reçu le Prix Django Reinhardt la même année. « The Present » (2006) épuisé depuis une décennie. Il est aisé de percevoir combien, entre 1989 et 2006, le pianiste a élargi le langage du trio traditionnel en incorporant compositions et acquis issus de ses autres aventures. Un voyage au fil des ans qui permet de saisir l’évolution de son art au sein du trio, piano-contrebasse-batterie.

lire plus
Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Trois ans après « Les âmes perdues » Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments », un album sur lequel il réitère son intérêt pour les duos saxophone ténor-piano(s). Pour renouveler le concept, il a recours aux tempéraments anciens qui modifient l’accordage des pianos sur quatre titres. Les tempéraments proposent des jeux de pistes qui brouillent les repères de l’oreille laquelle les déjoue pourtant. Elle se laisse captiver par un intime climat d’estompe musicale.

lire plus
Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Après les avoir invités en 2017 à l’occasion de la sortie de son album « Think Back Op. 2 », le pianiste Edouard Ferlet retrouve Naissam Jalal, Sonny Troupé et Guillaume Latil pour travailler autour de l’improvisation idiomatique. Après deux résidences, ces quatre artistes issus de galaxies aux esthétiques différentes apprennent à se connaître. L’album « altérité » résulte de leur collaboration et donne à écouter une musique singulière, sans partition et sans montage. Une musique qui captive l’oreille.

lire plus
Le Jazz de Paul Gonnet

Le Jazz de Paul Gonnet

Paul Gonnet fait rimer Jazz avec Intensité, Evasion & Partage

Les notes de jazz résonnent depuis longtemps dans la vie de Paul Gonnet. Durant son enfance et son adolescence il a découvert les différentes facettes de cet art musical toujours présent dans son univers actuel.

Attentif et curieux Paul Gonnet fréquente assidûment les concerts et les festivals qu’il chronique depuis de nombreuses années sur les radios (Trait d’Union, Fréquence Jazz, Lyon Première) et télévisions (TLM). Aujourd’hui il a intégré la rédaction de Jazz’in Lyon et continue à mettre sa plume au service du jazz.

Dans notre rubrique « En trois mots », nous tenions à présenter le regard que Paul Gonnet porte sur le jazz. Animé par un intérêt dont l’intensité ne faiblit pas dans le temps, il pratique une écoute attentive en direction de toutes les musiques du Jazz et porte un avis distancié et argumenté sur ce qu’il entend.

SDjangoRheinhardton baptême de jazz remonte à son enfance. En effet, c’est son grand-père qui a été en quelque sorte son passeur, celui qui a initié son premier contact avec le jazz et plus précisément avec la musique de Django RheinhardtStanGetz-1_1981_NV. L’adolescence l’a guidé vers d’autres mondes, celui du reggae et du funk (entre autres) et vers l’âge de seize ans il commence la pratique du saxophone. Deux grandes pointures du saxophone ténor l’ont alors interpelé, deux musiciens dont les esthétiques et les sons se situent presque aux antipodes. Stan Getz au son velouté et raffiné (« Voyage ») et ArchiShepp_couv-trouble in mindArchie Shepp au son plus rauque et plus brut (« Trouble in Mind »). C’est ensuite vers le discours plus orientalisant du  saxophoniste Yussef Lateef  (« Eastern Sound ») que son écoute est attirée.YusefLateef_EasternSounds_couv

Ce sont les concerts qui constituent aujourd’hui son mode d’écoute idéale et même s’il affectionne encore le saxophone, son instrument préféré est le piano .

Interrogé quant au style de jazz qui lui plaît actuellement, il prend le temps de réfléchir avant d’évoquer le style hard-bop tel que le pratique aujourd’hui les Messengers Legacy, ce groupe constitué d’anciens MessengersLegacy_07092015_JAV_NV_membres des Jazz Messengers d’Art Blakey. Leur concert du 09 juillet 2015 durant le Festival Jazz à Vienne l’a impressionné par la qualité et l’enthousiasme de ces musiciens qui contribuent à garder vivante l’âme de cette musique sans la dénaturer. Un revival bon teint !

Un jour de pleine forme Paul aime écouter Jimmy Smith, l’incomparable organiste, et plus précisément le CD « The Sermon ! «  (1957). Nous vous proposons une écoute du titre éponyme avec Lee Morgan (tpt), Tina Brooks (ts), Lou Donaldson (as), Jimmy Smith (org), Kenny Burrell (guit) et Art Blakey (dr). Rien de mieux qu’un tel concentré de bonne humeur et d’énergie pour doper notre forme.

Lorsqu’il lui arrive de chantonner un air, c’est du côté d’un certain Serge Gainsbourg que le conduisent les notes et plus précisément, le thème « Læticia » ou encore « Black Trombone ». Après réflexion, il évoque l’album « Utopies » du Hadouk trio dont il aime à chantonner n’importe quel titre. Nous vous proposons donc d’écouter quelques mesures de « Toupie valse » où l’on retrouve Didier Malherbe (doudouk, fl, cl, sax), Loy Ehrlich (hajouj, kora, ..) et Steve Shehan (perc). Un peu d’ethno-jazz peut-être salutaire et dépaysant !

Sans hésiter Paul propose plusieurs titres d’albums pour sensibiliser au jazz une connaissance proche de lui. Revient alors le disque « Trouble in Mind » d’Archie Shepp, déjà évoqué plus haut, mais la palette d’écoute proposée s’élargit avec l’album « Sketches of Spain » (1959) de Miles Davis et enfin le titre « Autumn Leaves » gravé sur le disque « Something Else » de Cannonball Adderley enregistré en 1958 lorsque le saxophoniste faisait partie du sextet de Miles Davis. On y retrouve, Miles Davis (tpt), Cannonball Adderley (as), Hank Jones (p),  Sam Jones (cb) et Art Blakey (dr). Là encore nous succombons au plaisir de l’écoute du standard « Autumn Leaves » immortalisé de belle manière par les musiciens cités.

Paul Gonnet n’est vraiment pas à court d’idées pour sensibiliser un néophyte et le conduire vers le jazz. Il n’est pas interdit de penser qu’il a souvent pratiqué une telle démarche. Avec un dernier CD, il se propose d’introduire le candide dans le monde du latin-jazz, celui de la salsa avec le CD « Acid » que Ray Baretto a enregistré en 1968. Nous ne pouvons pas résister à l’envie de proposer l’écoute du titre éponyme.

V.TsabropoulosPaul serait capable de se déplacer loin et même de traverser l’Europe pour rejoindre la Grèce afin d’écouter le pianiste Vassilis Tsabropoulos Imprégné de musiques traditionnelles grecques et byzantines, ce musicien a enregistré deux CD en piano solo dont le dernier « The promise » (ECM/Universal) en 2009 et il a aussi gravé deux autres opus avec Anja Lechner (violoncelle) et un autre avec Arild Andersen (cb). Ainsi Paul nous dit de nouveau son intérêt pour les musiques que l’on peut appeler musiques du monde, celles qui participent autrement dit au courant de l’ethno-jazz. Par contre il écoute rarement les musiques qui s’inscrivent dans le courant hip-hop, pas plus que l’électro-jazz ni même les musiques de tendance noise ou trash.

C’est  très spontanément qu’il formule trois noms pour inscrire à l’affiche du concert idéal qu’il aimerait voir sur scène. Il réunirait le pianiste Ahmad Jamal, le contrebassiste Dave Holland et le saxophoniste John Surman. Ce rapprochement hypothétique ferait se côtoyer des musiciens qui ont en commun le sens de l’esthétique. Un jour peut-être, qui sait …?

Avant de nous séparer, Paul accepte de définir « en trois mots » sa vision du jazz. Il associe cette musique à la notion d’intensité et envisage que le jazz soit un vecteur propice à  l’évasion et au partage. Ainsi pour lui, le jazz est dépaysement, génère le mouvement vers un ailleurs, un ailleurs qui inclut un autre avec lequel la musique se partage intensément.

Si votre « ciel de jazz » accueille toutes les musiques et les ambiances évoquées par Paul Gonnet, il n’est pas exclu que vous côtoyez prochainement les même scènes de musique que lui. Assis côte à côte, vous pourrez alors échanger vos impressions.

Propos recueillis le jour du Jazz Day, 30 avril 2016.
Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Le 15 novembre 2019, Laurent de Wilde sort « Three Trios », un coffret de trois albums enregistrés en trio. « Odd & Blue » (1989) un album introuvable depuis vingt ans. « Open Changes » (1993) qui a reçu le Prix Django Reinhardt la même année. « The Present » (2006) épuisé depuis une décennie. Il est aisé de percevoir combien, entre 1989 et 2006, le pianiste a élargi le langage du trio traditionnel en incorporant compositions et acquis issus de ses autres aventures. Un voyage au fil des ans qui permet de saisir l’évolution de son art au sein du trio, piano-contrebasse-batterie.

lire plus
Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Trois ans après « Les âmes perdues » Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments », un album sur lequel il réitère son intérêt pour les duos saxophone ténor-piano(s). Pour renouveler le concept, il a recours aux tempéraments anciens qui modifient l’accordage des pianos sur quatre titres. Les tempéraments proposent des jeux de pistes qui brouillent les repères de l’oreille laquelle les déjoue pourtant. Elle se laisse captiver par un intime climat d’estompe musicale.

lire plus
Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Après les avoir invités en 2017 à l’occasion de la sortie de son album « Think Back Op. 2 », le pianiste Edouard Ferlet retrouve Naissam Jalal, Sonny Troupé et Guillaume Latil pour travailler autour de l’improvisation idiomatique. Après deux résidences, ces quatre artistes issus de galaxies aux esthétiques différentes apprennent à se connaître. L’album « altérité » résulte de leur collaboration et donne à écouter une musique singulière, sans partition et sans montage. Une musique qui captive l’oreille.

lire plus
Le Jazz de Marion Tisserand

Le Jazz de Marion Tisserand

 

Marion Tisserand voit le Jazz en Lumière, Partage & Amour

 

Pour  Marion Tisserand, Jazz et Photo sont inséparables. C’est le jazz qui l’a menée sur les chemins de la photographie et aujourd’hui elle demeure fidèle à cette musique que son travail photographique magnifie.

C’est à double titre que nous nous avons souhaité présenter Marion dans le premier article de cette rubrique, « En trois mots ». D’une part elle est femme, dans le monde de la photo-jazz qui est plutôt masculin, et d’autre part elle est la lauréate du « Jazz World Photo 2016 » qu’elle a remporté avec un magnifique cliché de Renaud Garcia-Fons immortalisé lors du Crest jazz Vocal 2015. Mieux que tout discours, son site présente et valorise son travail. Précisons aussi qu’elle est nominée au titre des « Jazz Journalism Awards » dans la catégorie « Photo Jazz de l’année » avec un cliché de Marcus Miller cadré lors du festival « Jazz à Vienne » (résultats à venir le 14 juin). Ces deux reconnaissances officielles viennent saluer avec véracité un talent déjà plus que confirmé. Les deux photos évoquées figurent sur la page d’accueil du site de Marion Tisserand.

Tutu_couvSon premier contact avec le jazz remonte aux années 90 et à la découverte de Miles Davis via le répertoire de l’album « Tutu ». Elle nous précise être une absolue inconditionnelle de cet artiste (trompettiste, compositeur, arrangeur, ….) qui incarne aussi, le style de jazz qu’elle préfère.

Aujourd’hui elle affectionne l’écoute du jazz sur disque vinyle. Par contre elle privilégie l’écoute « live » pour ce qui concerne les musiques d’aujourd’hui ce qui lui permet bien sûr de profiter de la musique et de se consacrer à la photographie des musiciens sur scène. Interrogée quant à son instrument préfèré, elle cite sans hésiter la contrebasse. Il serait tentant de dire que l’instrument lui rend la politesse au regard des lauriers reçus avec la photo de Renaud Garcia-Fons et sa contrebasse.

Red&BlackLight_couvLes jours de pleine forme, elle fait tourner en boucle un des deux derniers albums de Ibrahim Maalouf, « Red & Black LIght ». A n’en pas douter la journée d’ouverture du 28 juin que le Festival « jazz à Vienne » 2016 consacre à cet artiste va prodiguer à Marion l’occasion de cibler le trompettiste dans son objectif. S’il lui arrive de chantonner un air à Aurora_A-Cohen_couvun moment ou à un autre de sa journée ce peut être « Moretika » un titre du CD « Aurora » d‘Avishai Cohen (le contrebassiste) à moins que ce ne soit un des multiples thèmes d’Ibrahim Maalouf ne l’habite ou encore un des nombreux titres de Miles.

Questionnée quant à la manière qu’elle adopterait pour TrioInTokyo_MPetrucciani_couvsensibiliser une personne de son entourage au jazz, elle envisage deux options. Soit faire écouter l’album « Trio in Tokyo » de Michel Petrucciani enregistré en 1997 avec Steve Gadd et Anthony Jackson. Soit engager la personne à assister un concert d’électro-jazz, comme par exemple une prestation d’Eric Truffaz ou de Julien Lour120_Truffaz-2au. Elle a souvent ainsi procédé avec ses proches et elle nous garantit que cela fonctionne pratiquement à tous les coups.

120_Avishai NB_modifié-1Marion Tisserand a déjà eu l’occasion de photographier de nombreux artistes des scènes jazz mais elle serait prête à se déplacer très loin pour écouter et capter l’essence de la musique d’Avishai Cohen (le trompettiste), Renaud Garcia-Fons et Ibrahim Maalouf  Aujourd’hui c’est sans doute le jazz manouche qui attire le moins son attention.

En fin d’entretien, Personnal Mountains_KeithJarrett_couvnous demandons à Marion de nous indiquer ses trois albums fétiches. Pour faire suite avec ses propos précédents, elle désigne « Tutu » de Miles Davis, « Trio à Tokyo » de Michel Petrucciani et rajoute l’album « Personal Mountains » de Keith Jarrett.

Nous proposons ensuite à Marion d’imaginer l’affiche d’un concert idéal qu’elle souhaiterait voir se réaliser sur scène demain. Sa réflexion est rapide : réunir sur le même plateau Erik Truffaz, Ibrahim Maalouf et Avishai Cohen (le trompettiste). Ainsi le concert rassemblerait quelques-uns des musiciens qu’elle apprécie aujourd’hui et sans doute verrons-nous prochainement des clichés des deux premiers musiciens  cités puisqu’ils seront présents dans l’édition du Festival Jazz à Vienne auquel Marion Tisserand est fidèle. A ce propos il est tout à fait intéressant de revoir et écouter le reportage publié sur CultureBox et réalisé en 2015 par Odile Morain, « Jazz à Vienne : Marion Tisserand, le marathon d’une photographe indépendante ».

Nous tenons à remercier Marion Tisserand de nous avoir permis d’utiliser ses photographies d’Avishai Cohen et Erik Truffaz pour illustrer cet article.

Avant de nous quitter, Marion accepte de nous confier les « trois mots » qu’elle emploierait pour définir sa vision du jazz. Sa réponse fuse. Au mot mot jazz elle associe celui de la lumière, ses ombres, ses contre-jours et ses contrastes, celui de partage qui existe entre le public, les musiciens et les photographes enfin celui de l’amour, son amour pour cette musique, mais aussi celui qu’elle dit devoir au public et aux musiciens. Ses photos se font l’écho de cette conception.

Vous croiserez sûrement Marion Tisserand et son matériel photo lors concerts jazz de la région. A vous de la reconnaître !

Propos recueillis le jour du Jazz Day, 30 avril 2016.

 

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Laurent de Wilde sort « Three Trios »

Le 15 novembre 2019, Laurent de Wilde sort « Three Trios », un coffret de trois albums enregistrés en trio. « Odd & Blue » (1989) un album introuvable depuis vingt ans. « Open Changes » (1993) qui a reçu le Prix Django Reinhardt la même année. « The Present » (2006) épuisé depuis une décennie. Il est aisé de percevoir combien, entre 1989 et 2006, le pianiste a élargi le langage du trio traditionnel en incorporant compositions et acquis issus de ses autres aventures. Un voyage au fil des ans qui permet de saisir l’évolution de son art au sein du trio, piano-contrebasse-batterie.

lire plus
Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments »

Trois ans après « Les âmes perdues » Christophe Panzani revient avec « Les Mauvais Tempéraments », un album sur lequel il réitère son intérêt pour les duos saxophone ténor-piano(s). Pour renouveler le concept, il a recours aux tempéraments anciens qui modifient l’accordage des pianos sur quatre titres. Les tempéraments proposent des jeux de pistes qui brouillent les repères de l’oreille laquelle les déjoue pourtant. Elle se laisse captiver par un intime climat d’estompe musicale.

lire plus
Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Clin d’œil à Edouard Ferlet & « altérité »

Après les avoir invités en 2017 à l’occasion de la sortie de son album « Think Back Op. 2 », le pianiste Edouard Ferlet retrouve Naissam Jalal, Sonny Troupé et Guillaume Latil pour travailler autour de l’improvisation idiomatique. Après deux résidences, ces quatre artistes issus de galaxies aux esthétiques différentes apprennent à se connaître. L’album « altérité » résulte de leur collaboration et donne à écouter une musique singulière, sans partition et sans montage. Une musique qui captive l’oreille.

lire plus