Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Une alchimie musicale éclatante

Rarement groupe n’a aussi bien porté son nom que le Youpi Quartet. En effet, ce groupe fusionnel offre une musique à la fois énergique et enchanteresse. Sans instrument harmonique, le quartet complice réunit les souffles de la flutiste Émilie Calmé et de l’harmoniciste Laurent Maur et la performante paire rythmique composée du bassiste Ouriel Ellert et du batteur Curtis Efoua. L’oreille savoure l’éclatante alchimie musicale de « Mozaïc » et après l’écoute de l’album, un seul mot échappe … Youpi !

couverture de l'album Mozaïc du Youpi QuartetAprès « No man’s Land », un premier album sorti en 2018, le Youpi Quartet revient le 20 mars 2020 avec « Mozaîc » (LBmusic/UVM Distribution), un opus réjouissant parcouru d’ondes musicales positives. Portées par un groove profond et nuancé, les mélodies poétiques évoquent les univers de contrées plus ou moins lointaines.

Inscrits dans un équilibre parfait, le duo de soufflants et celui des rythmiciens évoluent en parfaite complémentarité ce qui n’est pas sans évoquer le Yin et le Yang. D’ailleurs, lorsque le groupe se réclame du « Youpisme », ne s’agirait-il pas là d’une philosophie vivifiante qui concilie à la perfection poésie et énergie, force et élégance ?

Youpi Quartet

Duo de soufflants & Paire de rythmiciens

Pendant 8 ans, l’harmoniciste Laurent Maur et la flûtiste Émilie Calmé parcourent le monde pour et par la musique. Si le premier est considéré comme un digne héritier de Toots Thielemans, la seconde a été l’élève au bansuri du flûtiste indien Hariprasaad Chaurasia.

En 2015, ce duo mélodique très original croise la route d’un autre duo singulier, celui qui réunit le batteur percussionniste Curtis Efoua au solide bassiste Ouriel Ellert. Une rythmique efficace de deux instrumentistes qui performent dans une extrême connivence sur le mode de la délicatesse autant que sur celui de la furie.

Un quartet fusionnel

Youpi Quartet

Youpi Quartet@Anais Oudart

La paire de rythmiciens déroule un tapis groovy au-dessus duquel s’élèvent les phrases élégantes du duo des soufflants complices. Les premiers adaptent leur jeu aux seconds. Mélodies et harmonies singulières issues des flûtes (traversière, alto ou bansouri) et des harmonicas (harmonica chromatique et harmonica MIDI) se chargent de l’énergie profonde que dispensent batterie et basse électrique.

Le quartet se nourrit des influences propres à chaque musicien et produit une musique fusionnelle qui invite au voyage à travers des univers ethniques ou imaginaires. On oublie l’absence d’instrument harmonique et on savoure l’espace musical où les lignes mélodiques naviguent au travers de trames harmoniques impalpables portés par un soutien rythmique nuancé et sans faille.

« Mozaïc »

Le répertoire de « Mozaïc » propose onze titres originaux composés pour six d’entre eux et à part égale par la flûtiste et l’harmoniciste, pour quatre autres, à part égale aussi, par le bassiste et le batteur et une composition issue de l’écriture conjointe de la flûtiste et du batteur. Ainsi l’ensemble des morceaux témoigne des influences de chacun des quatre musiciens et de la manière dont la fusion opère naturellement entre eux. On perçoit leur écoute mutuelle, leur réactivité complice, leurs interactions fusionnelles, la fluidité et la nature positive des propos échangés.

D’emblée, Wind in The Trees permet de percevoir l’osmose et la complicité qui règnent entre flûte et harmonica. Le duo harmonieux est porté par une force rythmique vigoureuse et efficace. Du magma sonore qui ouvre Lolita BB se détache ensuite un motif répétitif joué à l’unisson par les deux soufflants puis une atmosphère musicale psychédélique s’installe à partir de la ligne de basse groovy et des tambours volcaniques qui soutiennent le chorus enflammé de l’harmonica.

Après En miroir, virgule méditative envoutante qu’instaure la flûte, le groupe revient avec Bouture, pour un trip de tendresse. Sur motif de basse, le duo flûte-harmonica conte une mélopée bucolique d’une légèreté angélique auquel fait écho le solo de la basse. Toujours aussi agile et véloce mais jamais démonstrative, elle n’en oublie pas pour autant d’être mélodieuse. Plus loin 7suite inscrit son propos dans une dynamique pleine de vivacité. A partir d’un tempo acid funk jazz qu’impulse la paire rythmique, le duo fusionnel des soufflants déroule le thème. Le chorus acrobatique de l’harmonica déclenche l’allégresse.

L’harmonica tisse ensuite, sur Ombre et Lumière, une mélodie au climat sonore étrange et poétique avec le seul support de la basse en contrepoint. Au mitan de l’album, ce moment empreint d’une délicate mélancolie contribue à une respiration ressourçante.

Youpi Quartet

Youpi Quartet©Anais Oudart

Avec Café turc, le climat musical évoque un voyage sur les rivages du Bosphore avec une mélodie aux parfums orientaux. Le chant modal enivrant de l’harmonica électronique évoque parfois les sonorités du douduk. Après ce morceau fort dépaysant, on chavire à l’écoute de la mélodie lumineuse que soufflent flûte et harmonica à l’unisson. L’enthousiasme s’installe petit à petit ponctué par les interventions des rythmiciens, délicats puis pulsatiles, qui poussent la flûte enchanteresse à s’envoler et l’harmonica à exprimer une tendre mélancolie. Ce morceau permet là encore de percevoir l’étonnante alchimie qui règne entre les membres du quartet.

Le répertoire fait une incursion dans une sphère à la fois groovy et funky avec Fresh. Sur un motif de basse continu, s’installe un thème que tissent flûte et harmonica. D’une efficacité sidérante, la duo basse-batterie dialogue et inspire à la flûte un solo inspiré qui survole le tapis rythmique lumineux. Le morceau se termine avec un chorus organique de la batterie.

Avec son titre qui évoque les deux instruments impliqués, Bansanza termine l’album. Cette poésie musicale hypnotique instaure un climat serein. Un duo magique et minimaliste entre bansuri et sanza.

Avec Youpi Quartet on échappe à la gravité et aux contraintes de l’espace et du temps. Une musique à l’identité vibrante et colorée. « Mozaïc », un album à partager sans modération pour positiver et rêver.

En ces temps de confinement le concert qui devait marquer la sortie de l’album au Studio de l’Ermitage a été annulé et reporté à une date ultérieure dont on espère qu’elle puisse advenir en automne. En tous cas, pas question de se priver de l’écoute de l’album « Mozaïc » dont les titres sont disponibles sur toutes les plateformes.

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Rarement groupe n’a aussi bien porté son nom que le Youpi Quartet. En effet, ce groupe fusionnel offre une musique à la fois énergique et enchanteresse. Sans instrument harmonique, le quartet complice réunit les souffles de la flutiste Émilie Calmé et de l’harmoniciste Laurent Maur et la performante paire rythmique composée du bassiste Ouriel Ellert et du batteur Curtis Efoua. L’oreille savoure l’éclatante alchimie musicale de « Mozaïc » et après l’écoute de l’album, un seul mot échappe … Youpi !

lire plus
Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

La chanteuse et pianiste Kandace Springs revient avec « The Women who raised me », un album studio qui rend hommage aux voix des femmes qui l’ont inspirée. Avec élégance, elle reprend des standards chantés par douze grandes voix féminines. Entourée par d’illustres artistes de jazz, elle parcourt un voyage au fil d’un siècle de musique et projette sa voix magnétique dans l’espace jazz. Élégance et émotion sont au rendez-vous.

lire plus

Mort du saxophoniste Manu Dibango

Après une carrière de plus de soixante ans, le saxophoniste et compositeur Manu Dibango a succombé au Covid-19 le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans. Le plus français des Camerounais laisse son public orphelin mais son héritage survivra aux années comme une réussite absolue de métissage des musiques africaines avec la soul et le jazz.

lire plus
Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

Sa voix magnétique rend hommage à ses inspiratrices

La chanteuse et pianiste Kandace Springs revient avec « The Women who raised me », un album studio qui rend hommage aux voix des femmes qui l’ont inspirée. Avec élégance, elle reprend des standards chantés par douze grandes voix féminines. Entourée par d’illustres artistes de jazz, elle parcourt un voyage au fil d’un siècle de musique et projette sa voix magnétique dans l’espace jazz. Élégance et émotion sont au rendez-vous.

Avec la sortie de l’album « The Women who raised me », la chanteuse et pianiste Kandace Springs revient dans les territoires musicaux qu’elle explorait en 2016 sur son premier opus « Soul Eyes ». Son chant nimbé d’un voile délicat se promène avec élégance entre nostalgie et énergie.

Sur ce troisième album sorti chez Blue Note le 27 mars 2020, Kandace Springs explore douze titres interprétés à l’origine par des chanteuses qui l’ont inspirée. Douze chanteuses dont il ne fait aucun doute qu’elles ont le statut de Grandes DamesElla Fitzgerald, Roberta Flack, Astrud Gilberto, Lauryn Hill, Billie Holiday, Norah Jones, Diana Krall, Carmen McRae, Bonnie Raitt, Sade, Nina Simone et Dusty Springfield.

Retour en territoire jazz

Kandace Springs revient avec l'album The Women who raised me« The Women who raised me » permet d’oublier « Indigo » (2018), ce mélange de pop et de R&B bien éloigné de la superbe ambiance de « Soul Eyes » (2016) qui se promenait entre une soul très cool et un chant jazzy nocturne. Ainsi, sur ce troisième album produit par Larry Klein, la chanteuse et pianiste Kandace Springs revient sur les terres du jazz où elle excelle.

Avec une grande sensibilité, elle interprète des thèmes devenus des standards sans jamais imiter celles qui les ont chantés avant elle.

A la tête d’un trio jazz composé de Steve Cardenas (guitare), Scott Colley (basse) et de Clarence Penn (batterie), Kandace Springs a invité d’autres illustres musiciens : la chanteuse Norah Jones, la flutiste Elena Pinderhughes, le contrebassiste Christian McBride, le trompettiste Avishai Cohen et les saxophonistes David Sanborn et Chris Potter.

Écouter « The Women who raised me » procure un plaisir infini. Avec une grande souplesse, le chant de Kandace Springs intègre toutes ses influences musicales et navigue avec bonheur entre soul et jazz. On tombe sous le charme de la voix à la fois intense et suave qui insuffle une énergie vitale à des chansons emblématiques devenues des standards universels.

Au fil des plages

En ouverture de l’album et avec le soutien du contrebassiste Christian McBride, Kandace Springs revitalise de sa voix chaleureuse Devil May Care, la composition de Bob Dorough (1956) qu’avait repris Diana Krall. L’album se poursuit avec Angel Eyes, une ballade écrite en 1946 par Matt Denis et interprétée en 1958 par Ella Fitzgerald. Avec son invitée Norah Jones, Kandace Springs en donne une version chaleureuse empreinte de profondeur. La tonalité gospellisante du titre lui confère un climat émotionnel intense. Un moment marquant de l’album.

Inspirée par la version que Nina Simone a donnée de I put a Spell on You en 1965, Kandace Springs pose sa voix implorante et soul à souhait sur ce titre qui intègre « Moonlight Sonata » de Beethoven. Le solo ardent de David Sanborn entraîne la musique dans une frénésie fiévreuse. Plus loin, c’est au Fender que la chanteuse rend hommage à Sade avec une version très personnelle de Pearls. Sa voix déchirante se conjugue à la sonorité stellaire presque lugubre de la trompette d’Avishai Cohen. L’émotion est intense.

C’est ensuite sur un tempo planant que Kandace Springs laisse planer sa voix émouvante qui reprend Ex-Factor qu’avait chanté Lauryn Hill en 1998. L’intervention de la flûtiste Elena Pinderhughes insuffle une grâce aérienne à cette reprise qui n’a rien à envier à la version originale de la star américaine de la soul. Le répertoire se poursuit avec I Can’t Make You Love Me à laquelle la trompette d’Avishai Cohen confère une dimension intimiste et précieuse qui magnifie cette chanson créée en 1991 par la chanteuse de blues Bonnie Raitt.

Plus loin, c’est une version de charme de Gentle Rain, la bossa nova composée en 1965 par Luiz Bonfá et chantée la même année par Astrud Gilberto, que délivre la chanteuse. Sur un balanço tout en retenue la voix converse avec le magistral ténor de Chris Potter. Inspirée par la version de Carmen McRae, la chanteuse reprend ensuite Solitude. La voix souple de la pianiste et chanteuse dialogue avec le ténor somptueux de Chris Potter. Des frémissements de tendresse et de nostalgie parcourent cette version dépouillée de la célèbre composition de Duke Ellington.

Il n’est pas étonnant que Kandace Springs reprenne The Nearness of You car sa passion pour la musique remonte à l’écoute du premier album de Norah Jones, « Come Away With Me » que lui avait offert un ami de son père en 2002. Elle était alors tombée sous le charme du titre The Nearness of You qui est devenu en quelque sorte un repère marquant de sa personnalité musicale. Soutenue par les notes élégantes de son piano, sa voix suave embellit cette ballade écrite par Hoagy Carmichael en 1938.

Composé par Michel Legrand pour la bande originale du film The Happy Ending (1969), What are you doing the rest of your life est devenu un standard repris par de nombreux artistes. C’est la version de Dusty Springfield qui inspire celle Kandace Springs. C’est avec subtilité que son piano harmonise la mélodie pendant que sa voix passionnée et puissante sublime le titre. Plus loin, derrière son Fender Rhodes, la chanteuse enflamme la chanson de Charles Fox, Killing me softly with his song, sur laquelle elle déploie son chant en écho à la version de 1973 de Roberta Flack. Portées par le groupe tout entier, la fute aérienne d’Elena Pinderhughes et la voix moelleuse de Kandace Springs s’envolent jusqu’aux cimes de l’extase.

L’album se termine avec une sublime version du fameux Strange Fruit immortalisé par Billie Holiday. Seule avec son Fender Rhodes, Kandace Springs donne une version poignante de ce chant emblématique du combat politique des citoyens afro-américains pour l’égalité. Au dessus des nappes flottantes du clavier, la voix saisit par sa force émotionnelle.

Pour son troisième album chez Blue Note, Kandace Springs signe une réussite absolue. Entourée par d’illustres artistes du jazz nord-américain, la chanteuse et pianiste rend sur « The women who raised me », un hommage enchanteur aux voix féminines de son panthéon.

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Rarement groupe n’a aussi bien porté son nom que le Youpi Quartet. En effet, ce groupe fusionnel offre une musique à la fois énergique et enchanteresse. Sans instrument harmonique, le quartet complice réunit les souffles de la flutiste Émilie Calmé et de l’harmoniciste Laurent Maur et la performante paire rythmique composée du bassiste Ouriel Ellert et du batteur Curtis Efoua. L’oreille savoure l’éclatante alchimie musicale de « Mozaïc » et après l’écoute de l’album, un seul mot échappe … Youpi !

lire plus
Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

La chanteuse et pianiste Kandace Springs revient avec « The Women who raised me », un album studio qui rend hommage aux voix des femmes qui l’ont inspirée. Avec élégance, elle reprend des standards chantés par douze grandes voix féminines. Entourée par d’illustres artistes de jazz, elle parcourt un voyage au fil d’un siècle de musique et projette sa voix magnétique dans l’espace jazz. Élégance et émotion sont au rendez-vous.

lire plus

Mort du saxophoniste Manu Dibango

Après une carrière de plus de soixante ans, le saxophoniste et compositeur Manu Dibango a succombé au Covid-19 le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans. Le plus français des Camerounais laisse son public orphelin mais son héritage survivra aux années comme une réussite absolue de métissage des musiques africaines avec la soul et le jazz.

lire plus

Mort du saxophoniste Manu Dibango

Un géant de la musique disparaît

Après une carrière de plus de soixante ans, le saxophoniste et compositeur Manu Dibango a succombé au Covid-19 le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans. Le plus français des Camerounais laisse son public orphelin mais son héritage survivra aux années comme une réussite absolue de métissage des musiques africaines avec la soul et le jazz.

Né le 12 décembre 1933 à Douala, Emmanuel Dibango se familiarise avec la musique en écoutant l’orgue du temple protestant où sa mère est chef de chœur. En 1949, à 15 ans il débarque à Marseille avant de rejoindre Saint-Calais (Sarthe) dans sa famille d’accueil pour suivre ses études. Il apprend ensuite le piano au lycée de Chartres.

Il découvre ensuite le jazz en colonie de vacances avec Francis Bebey, devenu ensuite lui aussi musicien, puis le saxophone alto. Il privilégie la musique à ses études et rate son bac et coupé du soutien financier de son père, il part à Bruxelles en 1956 où il rencontre celle qui deviendra sa femme et Joseph Kabasele, dit « Grand Kallé » qui l’embauche plus tard comme saxophoniste dans son orchestre African Jazz. Avec lui, il retourne en Afrique avec sa femme et s’installe à Léopoldville (Kinshasa) où il crée son premier club, le Tam-Tam. Il retourne ensuite brièvement au Cameroun où il ouvre un second Tam-Tam puis s’installe en France où il devient le chef d’orchestre de Nino Ferrer.

L’année 1972 marque pour lui un nouveau départ avec l’album « O Boso » et le titre Soul Makossa qui entre l’année suivante dans les classements américains. Ce titre n’était pas supposé devenir un tube puisqu’il était la face B d’un 45 tours dont le titre A était l’hymne composé par le saxophoniste en soutien à l’équipe de foot du Cameroun alors que le pays accueillait la 8ème coupe d’Afrique des nations de foot. Pourtant, Soul Makossa a fait le tour du monde et est devenu un succès international.

En 1973, il fait un triomphe à l’Olympia et continue outre-Atlantique sur les scènes de l’Apollo Theater, à Harlem, au Madison Square Garden, au Yankee Stadium et enchaîne avec une tournée en Amérique latine. Il s’installe plus tard pour quatre ans en Côte d’Ivoire, à Abidjan où il dirige l’Orchestre de la Radio-télévision ivoirienne.

Au fil des années, ses aventures musicales se sont poursuivies sans discontinuité, avec des incursions dans de nombreuses musiques parmi lesquelles le jazz a toujours occupé une grande part.

Après avoir été nommé artiste de l’Unesco pour la paix en 2004, Manu Dibango a investi son énergie à de grandes causes (lutte contre la faim, pour la libre expression, contre le réchauffement climatique) tout en menant parallèlement sa vie musicale sans jamais raccrocher son saxophone. En 2014 il a enregistré son dernier album, « Balade en Saxo » et en 2019 il a entrepris une tournée triomphale pour ses soixante ans de carrière.

En juillet dernier c’est dans le cadre de « Jazz à Vienne », sur la scène du Théâtre Antique de Vienne qu’il présentait « un safari musical retraçant toutes les influences qui [l’]’ont nourri. Un Safari Symphonique. » Pour l’occasion il est accompagné par l’Auditorium-Orchestre national de Lyon, Flavia Coelho et Manou Gallo.

On conserve à jamais en mémoire le souvenir de la bonne humeur, des éclats de rire légendaires de Manu Dibango ainsi que les échos de sa musique généreuse, véritable modèle de métissage et d’ouverture.

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Rarement groupe n’a aussi bien porté son nom que le Youpi Quartet. En effet, ce groupe fusionnel offre une musique à la fois énergique et enchanteresse. Sans instrument harmonique, le quartet complice réunit les souffles de la flutiste Émilie Calmé et de l’harmoniciste Laurent Maur et la performante paire rythmique composée du bassiste Ouriel Ellert et du batteur Curtis Efoua. L’oreille savoure l’éclatante alchimie musicale de « Mozaïc » et après l’écoute de l’album, un seul mot échappe … Youpi !

lire plus
Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

La chanteuse et pianiste Kandace Springs revient avec « The Women who raised me », un album studio qui rend hommage aux voix des femmes qui l’ont inspirée. Avec élégance, elle reprend des standards chantés par douze grandes voix féminines. Entourée par d’illustres artistes de jazz, elle parcourt un voyage au fil d’un siècle de musique et projette sa voix magnétique dans l’espace jazz. Élégance et émotion sont au rendez-vous.

lire plus

Mort du saxophoniste Manu Dibango

Après une carrière de plus de soixante ans, le saxophoniste et compositeur Manu Dibango a succombé au Covid-19 le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans. Le plus français des Camerounais laisse son public orphelin mais son héritage survivra aux années comme une réussite absolue de métissage des musiques africaines avec la soul et le jazz.

lire plus
Joel Hierrezuelo revient avec « Así de simple »

Joel Hierrezuelo revient avec « Así de simple »

Mélopées envoutantes & chant spirituel

Deux ans après « Zapateo Suite », le guitariste, chanteur et percussionniste Joel Hierrezuelo revient avec « Así de simple ». A la tête d’un quartet d’exception qui réunit Pierre de Bethman, Felipe Cabrera et Lukmil Perez, il dessine les contours d’un univers élaboré et très personnel. Entre mélopées envoutantes et chant spirituel mélancolique, le projet embarque l’oreille dans des suites musicales colorées. A l’en croire…. C’est aussi simple que ça !

Le 20 mars 2020, le percussionniste, guitariste et chanteur cubain Joel Hierrezuelo présente « Asi Simple » (Continuo Jazz/UVM Distribution), son deuxième album enregistré en octobre 2019.

Tout comme son premier opus « Zapateo Suite« , sorti en septembre 2018, « Asi Simple » restitue les couleurs musicales de l’univers de Joel Hierrezuelo. Un monde influencé par ses racines afro-cubaines mais qui témoigne aussi d’une forte imprégnation jazz.

Autour de Joel Hierrezuelo

A la tête d’un quartet rompu au jazz, Joel Hierrezuelo convie par ailleurs des invités issus aussi de la sphère jazz même si tous les artistes abreuvent leur art à la source de nombreuses autres influences musicales.

Autour du leader on retrouve deux musiciens issus de son île natale, le batteur Lukmil Pérez déjà présent sur « Zapateo Suite » ainsi que le contrebassiste Felipe Cabrera avec lequel le leader possède un passé musical commun. L’inspiration de ces deux instrumentistes puise autant dans leurs racines afro-cubaines que dans l’univers du jazz. Joel Hierrezuelo a confié le piano à un homme de jazz qu’il admire, Pierre de Bethmann.

A ce solide quartet se joignent des invités, le trompettiste Nicolas Folmer, ami de longue date du leader, la flûtiste Naïssam Jalal, la chanteuse malienne Aminata Doumbia et le guitariste Sandro Zerafa.

Au fil des plages

Construit comme une suite, Así de simple ouvre l’album et lui donne son nom. Il déploie un éventail de couleurs sonores. La flûte et la guitare invitent à une invocation spirituelle, la guitare se fait prédicatrice, la flûte ensorcèle et les chœurs densifient le propos. Cela paraît si simple ! Plus loin, avoir exposé le thème à l’unisson, piano et guitare entonnent la fluide mélopée de Si tu supieras. Le morceau se poursuit avec un motif répétitif que guitare et voix entonnent telle une bénédiction.

Sur Entre Océanos le chant se charge d’une tendre poésie mélancolique qui inspire un chorus lumineux à la guitare à laquelle le piano concis répond avec douceur. Plus tard, Hoy Tengo Habana déroule sa mélodie sur un rythme brésilien. Fender Rhodes, guitare et voix confient la parole à la trompette fougueuse qui élève un chorus solaire. A partir d’un chant d’allure mystique, guitare et voix déploient ensuite une musique quasi idyllique que la section rythmique propulse avec une belle vigueur. Stimulé, le piano percussif développe un solo inspiré. Joel Hierrezuelo revient avec l'album Asi de simple

Advient alors 121 Caminos, une ballade dont le climat de sérénité évoque un songe où les balais caressent les cymbales alors que chante la contrebasse tellurique. Après cette pause recueillie, le quartet propose Mirages, une composition au tempo musclé et aux résonances hispaniques. Comme stimulée par le chorus moderne du piano éloquent, la batterie improvise avec brio .Après ces moments énergiques vient le temps de Hablame un poco mas, une douce chanson chargée de tristesse que conte la voix, soutenue par les seules guitares et contrebasse.

L’album se poursuit avec Bon Vent, une mélopée irradiée de félicité portée par la guitare, les chœurs et le piano volubile. Le tempo se fait ensuite plus rapide sur Get Back dont le riff est joué à la trompette et à la guitare. D’une facture jazzy, le morceau permet d’apprécier un solo loquace du piano jamais à cours d’idées et un chorus rutilant de la trompette. Advient ensuite, Lienzos de Luz dont le chant porteur d’espérance inspire à la guitare un chorus éclaboussant de lumière relayé par le propos limpide et empreint d’étrangeté du piano.

L’album se termine avec Cascadas et Outro dont la construction complexe met tour à tour en valeur tous les intervenants. Après un chorus bouillonnant du piano celui de la batterie ne manque pas de fièvre. Une dernière séquence musicale joyeuse libère le chant de la flûte envoutante et celui des chœurs teintés d’influences cubano-africaines.

Joel Hierrezuelo revient avec un album envoûtant où la musique parle d’elle-même. Empreint de spiritualité, « Así de simple » reflète les couleurs musicales de nombreuses cultures d’où sont issues les musiciens qui entourent le guitariste chanteur.

En raison des circonstances exceptionnelles liées à l’épidémie de Coronavirus COVID-19, il va falloir patienter pour écouter live le nouveau projet de Joel Hierrezuelo. En effet, le concert prévu le 25 mars 2020 au Studio de l’Ermitage est reporté au 24 juin 2020 à 21h. Le plaisir n’en sera que plus grand !

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Rarement groupe n’a aussi bien porté son nom que le Youpi Quartet. En effet, ce groupe fusionnel offre une musique à la fois énergique et enchanteresse. Sans instrument harmonique, le quartet complice réunit les souffles de la flutiste Émilie Calmé et de l’harmoniciste Laurent Maur et la performante paire rythmique composée du bassiste Ouriel Ellert et du batteur Curtis Efoua. L’oreille savoure l’éclatante alchimie musicale de « Mozaïc » et après l’écoute de l’album, un seul mot échappe … Youpi !

lire plus
Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

La chanteuse et pianiste Kandace Springs revient avec « The Women who raised me », un album studio qui rend hommage aux voix des femmes qui l’ont inspirée. Avec élégance, elle reprend des standards chantés par douze grandes voix féminines. Entourée par d’illustres artistes de jazz, elle parcourt un voyage au fil d’un siècle de musique et projette sa voix magnétique dans l’espace jazz. Élégance et émotion sont au rendez-vous.

lire plus

Mort du saxophoniste Manu Dibango

Après une carrière de plus de soixante ans, le saxophoniste et compositeur Manu Dibango a succombé au Covid-19 le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans. Le plus français des Camerounais laisse son public orphelin mais son héritage survivra aux années comme une réussite absolue de métissage des musiques africaines avec la soul et le jazz.

lire plus

On se mobilise autour des albums à sortir…

… en période de pandémie de Covid-19

Dans les circonstances exceptionnelles actuelles et au regard des décisions sanitaires prises par le gouvernement en raison de la pandémie du Covid-19… confinement obligé. Toutes les activités du spectacle vivant sont donc suspendues pour un délai dont on ignore encore la (réelle) durée. Pas question d’en discuter la nécessité mais impossible de ne pas se poser des questions quant au devenir des artistes et de ceux qui les entourent et contribuent à soutenir leur travail. On se mobilise donc autour de ces projets discographiques dont la sortie coïncide avec cette période. Sur « Latins de Jazz », on en parle, on les écoute pour les rendre visibles et audibles en attendant de retrouver les artistes live sur scène après la tempête Covid-19.

Certes l’essentiel demeure avant tout de freiner la dissémination du virus au sein de la population, on se confine donc, on réduit les déplacements et on met en œuvre les gestes « barrière » mais en raison des mesures de confinement, les spectacles vivants sont annulés (reportés pour certains à une date ultérieure).

Par contre, la création vivante n’existe pas sans les artistes, les studios, les techniciens, les labels, les services de presse, les producteurs, les distributeurs et tant d’autres. On se mobilise donc pour continuer à communiquer autour des projets discographiques dont la sortie advient en cette période compliquée afin de les soutenir.

Sans contact physique, à distance, on communique et on est solidaire avec les voisins, les personnes isolées, les amis, la famille. De la même manière, il est possible aussi de manifester une telle solidarité vis à vis des artistes de jazz. A chacun.e de se mobiliser à sa manière.

Les plateformes pratiquent encore les livraisons et les téléchargements (même s’ils ne constituent certes pas un format idéal pour les artistes) sont aussi possibles. On visite les sites des artistes. Pourquoi ne pas anticiper et établir une liste d’albums à offrir lorsque va reprendre le cours des interactions sociales ? Et bien d’autres idées sans doute plus pertinentes et/ou plus originales. Libre à chacun.e d’imaginer actions et interactions.

En 2020, Boris Vian (1920 - 1959) aurait eu 100 ans et pour ce centenaire, la cohérie Boris Vian avait prévu un programme d’informations et de manifestations. S’il demeure toujours possible d’accéder aux œuvres musicales et littéraires existantes via le web, il n’en va pas de même pour tous les spectacles vivants dont les re/présentations sont reportées. Et pourtant, comme l’avait déclaré Boris Vian an 1939 en écoutant Duke Ellington…

… “Sans le jazz, la vie serait une erreur ! »

On demeure convaincu de la véracité de cette affirmation et en ce sens on se mobilise autour des albums dont la sortie coïncide avec la période de confinement imposé par l’épidémie de Covid-19.

En attendant de les évoquer prochainement au fil des jours, on écoute Boris Vian

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Rarement groupe n’a aussi bien porté son nom que le Youpi Quartet. En effet, ce groupe fusionnel offre une musique à la fois énergique et enchanteresse. Sans instrument harmonique, le quartet complice réunit les souffles de la flutiste Émilie Calmé et de l’harmoniciste Laurent Maur et la performante paire rythmique composée du bassiste Ouriel Ellert et du batteur Curtis Efoua. L’oreille savoure l’éclatante alchimie musicale de « Mozaïc » et après l’écoute de l’album, un seul mot échappe … Youpi !

lire plus
Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

La chanteuse et pianiste Kandace Springs revient avec « The Women who raised me », un album studio qui rend hommage aux voix des femmes qui l’ont inspirée. Avec élégance, elle reprend des standards chantés par douze grandes voix féminines. Entourée par d’illustres artistes de jazz, elle parcourt un voyage au fil d’un siècle de musique et projette sa voix magnétique dans l’espace jazz. Élégance et émotion sont au rendez-vous.

lire plus

Mort du saxophoniste Manu Dibango

Après une carrière de plus de soixante ans, le saxophoniste et compositeur Manu Dibango a succombé au Covid-19 le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans. Le plus français des Camerounais laisse son public orphelin mais son héritage survivra aux années comme une réussite absolue de métissage des musiques africaines avec la soul et le jazz.

lire plus
Nuits de Fourvière 2020 – La programmation

Nuits de Fourvière 2020 – La programmation

Un festival ancré dans le territoire et ouvert sur le monde

L’édition des Nuits de Fourvière 2020 propose un programme ambitieux. 60 jours, 6 créations, 4 coproductions, 6 premières françaises. Ainsi du 02 juin au 31 juillet 2020, le festival fait encore une fois vibrer la culture au cœur de la Métropole lyonnaise avec 59 spectacles de théâtre, danse, musique, opéra, cirque et 149 représentations. De quoi combler tous les publics !

 Le festival des Nuits de Fourvière 2020 marque, cette année encore, un temps fort de l’été culturel.

affiche Nuits de Fourvière 2020affiche Nuits de Fourvière 2020Du 02 juin au 31 juillet, les Nuits de Fourvière proposent une programmation ambitieuse où se mêlent danse et cirque, théâtre et musique. Cette année encore le public va découvrir de  nouveaux talents, des têtes d’affiche et des créations exclusives.

Chaque année depuis 2012, le festival associe son image à un photographe. En 2020 ce sont des photos extraites de la série « My Rokstars » du photographe Hassan Hajjaj qui illustrent les affiches de cette édition… du « pop art à la marocaine » !

Un festival ancré dans la métropole

En 2020, les spectacles se déploient dans les théâtres romains de Fourvière, au Théâtre de la Renaissance d’Oullins, au Radiant-Bellevue de Caluire-et-Cuire, au Musée des Confluences, à l’ENSATT et cette année… le théâtre se fait même itinérant, dans un camion équipé comme une scène de Théâtre avec « Cargo Mali-Lyon », un « spectacle ancré dans le territoire et ouvert sur le monde ».

Il y en a donc pour toutes et tous et l’on peut gager que chacune et chacun devrait trouver un ou plusieurs spectacles à son goût.

La jeune génération mise en avant

Si le festival des Nuits de Fourvière reste fidèle dans la durée à certains artistes plébiscités par le public, il n’en fait pas moins confiance à de nouveaux artistes pour qu’ils puissent présenter leurs spectacles. Ainsi, entre danse, théâtre, musique et cirque, la jeune génération est mise en avant dans cette édition 2020 !

Au Grand Théâtre

Ainsi certains jeunes artistes sont propulsés sur la scène du Grand Théâtre :

  • Kate Prince ouvre le festival avec sa chorégraphie « Message In A Bottle » les 02, 03 & 04 juin 2020, un spectacle de danse hip hop sur des chansons de Sting déjà venu à Fourvière
  • la circassienne Maroussia Diaz Verbèke et le Groupe Acrobatique de Tanger proposent « FIQ ! » (Réveille toi !) les 15 & 16 juin 2020. Les costumes et les décors du spectacle sont d’ailleurs réalisés par Hassan Hajjaj, le photographe dont les clichés constituent cette année les affiches du festi
  • le collectif (La)Horde présente « Room With A View » avec Rone, un spectacle entre danse urbaine et musique électronique donné le 20 & 21 juillet 2020
  • la jeune chanteuse lyonnaise POMME recevra le prix Raoul Breton 2020, le 05 juin 2020.

Un camion-théâtre, « Cargo Mali-Lyon »

Nuits de Fourvière 2020, Cargo Mali-Lyon,

Cargo Mali-Lyon© Mathilda Olmi

Du 08 juin au 10 juillet 2020 on embarque dans,  le camion-théâtre de Stéphane Kaegi et du Rimini Protokoll pour un voyage de deux heures à partir du Musée des Confluences dans Lyon et sa Métropole. Ainsi, « Cargo Mali-Lyon » conduit 47 spectateurs à la découverte de territoires inconnus en suivant le parcours de vie de deux chauffeurs, un Français et un Malien. Un voyage de deux heures dans Lyon et sa métropole à bord d’un camion équipé comme une scène de théâtre. 25 voyages proposés sur 25 jours.

Un récit autour du transport, des frontières. « Un spectacle ancré dans le territoire et ouvert sur le monde ».

A l’Odéon

Josef Nadj présente « Omma » une création proposée les 25, 26 & 27 juin 2020. Un nouveau projet avec huit danseurs africains. Le collectif TG STAN qui réunit trois Compagnies anversoises dont la langue maternelle est le flamand vont rendre hommage au répertoire français avec « Poquelin II », un montage entre L’Avare et le Bourgeois Gentil’homme joué les 04, 05, 06 & 07 juillet 2020.

A l’ENSATT

Les comédiens de la 79ème promotion de l’ENSATT jouent « Quand plus rien n’aura d’importance » mis en scène par Georges Lavaudant du 10 au 19 juin 2020. Après le concours de théâtre qui s’est déroulé au CENTQUATRE (Paris), deux jeunes Compagnies ont été repérées, « Les Femmes de Barbe-Bleue » et « Durée d’exposition ». Elles présentent deux spectacles au cours d’une soirée double les 08 & 09 juillet 2020.

La famille des fidèles

Par tradition, le festival des Nuits de Fourvière invite des artistes auquel il est très attaché. Avec eux il organise des projets proposés à la découverte du public.

  • les Comp. Marius font partie de la famille et reviennent cette année avec « Les Enfants de Paradis » les 10, 12 et 13 juin 2020 à l’Odéon
  • Peter Brook est déjà venu une fois aux Nuits. Il est retour avec « Why » qui mène un questionnement sur le sens de la vie, sur la puissance du théâtre et rend hommage au metteur en scène russe Meyerhold, les 16, 17, 18 & 19 juin 2020 au Théâtre de la Renaissance d’Oullins
  • après « Bestias » créé au Domaine de Lacroix-Laval en 2015, c’est le retour de la Cie Baro d’Evel avec Camille Decourtye & Blaï Mateu Trias. Ils sont au Théâtre Terzieff à l’ENSATT pour un spectacle nommé « Là » dans un univers blanc où ces deux artistes développent leur talent circassien le 24, 25, 26 & 27 juin 2020.

Les Nuits font leur cirque

Du 30 juin au 25 juillet 2020, le Domaine de Lacroix Laval accueille cette année encore le village de cirques où vont se produire le Circus Ronaldo avec la 7ème génération Ronaldo qui met en scène un cabaret cirque façon années 40 pour le spectacle « Swing » et le Cirque Trottola, une Cie française circassienne avec un clown et un trapéziste acrobate propose le spectacle « Campana » (cloche en italien).

Les « Salons de Musique des Nuits » de retour

En 2019 ont été inaugurées « Les Salons de Musique des Nuits » dans la Salle Molière. En 2020, elles sont de retour dans la même salle avec une série de 8 concerts.

  • le 22 juillet 2020, Thomas de Pourquery revient aux Nuits avec son projet Von Pourquery. Entre soul, pop et rock il se produit avec le chœur du CRR
  • le 03 juillet 2020, place au jazz avec le Malpoly-instrumentiste Bernard Lubat (piano, accordéon, batterie, chant…), le vocalchimiste André Minvielle (chant, percussions, objets divers…) et Fabrice Vieira (Guitare). Du bal populaire au free jazz, de Nougaro au rap gasco,, du scat au swing… un programme prometteur !
  • le 04 juillet 2020, l’électro rencontre Bach avec « InBach » le projet présenté par Arandel, musicien phare de la scène électro avec ses invités issus d’horizons variés (baroque, pop, contemporain)
  • le 05 juillet 2020, le Valletti Quinteto réunit autour de Serge Valletti, le chanteur et percussionniste André Minvielle, le saxophoniste Raphaël Imbert, le mandoliniste Vincent Beer-Demander et l’accordéoniste Grégory Daltin
  • le 07 juillet 2020, hommage au guitariste Henri Crolla avec une soirée qui permet de découvrir le guitariste avec « Le bonheur est pour demain », un film de 1960 qui réunit Crolla et le jeune Jacques Higelin et un concert « Que reste-t-il d’Henri Crolla » présenté par Dominique Cravic (guitare, chant) et Les Primitifs Du Futur
  • le 08 juillet 2020, place à Albert Marcœur & au Quatuor Béla avec « Si oui, oui. Sinon non »
  • le 09 juillet 2020, la chanteuse Marion Rampal présente son projet « le Secret » avec Pierre-François Blanchard et des invités, deux habitués du Festival, l’accordéoniste Raúl Barboza et le saxophoniste Raphaël Imbert
  • le 10 juillet 2020, va résonner la musique du trio 3MA (MAli, MAroc, MAdagascar) avec Ballaké Sissoko (kora), Driss El Maloumi (oud), Rajery (valiha). Leurs cordes vont réonner à la croisée des mondes.

Classique - Jazz - Musiques du Monde

Musique Classique et Opéra

Pour le 250ème anniversaire de la naissance de Beethoven, on n’échappe pas à la Symphonie N°9 avec l’ONL sous la direction de Ben Glassberg le 02 juillet 2020 sur la scène du Grand Théâtre. Sur le même plateau, Roberto Alagna et Aleksandra Kurzak avec l’Orchestre de l’Opéra National de Lyon proposent un répertoire des plus grands airs de l’opéra le 24 juillet 2020. RV avec l’opéra en vidéo transmssion depuis l’Opéra de Lyon pour une représentation des Noces de Figaro d’après Wolfang Amadeus Mozart, mis en scène par Olivier Assayas avec l’Orchestre de l’Opéra National de Lyon dirigé par Stéfano Montanari.

Nuit du Jazz Italien

Le 19 juin 2020, le Grand Théâtre accueille trois Grands du jazz italien. Les étoiles risquent de pâlir dans le ciel à l’écoute de ces stars du jazz italien.

Après son succès de 2017 à l’Odéon, Stefano Bollanni revient seul au piano sur « Jesus Christ Superstar ». Le saxophoniste Stéfano Di Battista rend hommage à Ennio Morricone accompagné par Fred Nardin (piano), Daniele Sorrentino (contrebasse) et André Ceccarelli (batterie).
Figure légendaire du jazz depuis cinquante ans, le trompettiste Enrico Rava a l’honneur de terminer cette nuit en beauté, à la tête d’un sextet composé de Giovanni Guidi (piano), Francesco Diodato (guitare), Francesco Bearzatti (saxophone, clarinette), Gabriele Evangelista (contrebasse) et Enrico Morello (batterie).

Musiques du Monde

L’éventail des propositions est large et attractif.

  • le 26 juin 2020 au Musée des Confluences, avec « Polyphonie-Polyfolie », une rencontre entre Camel Zekri, les choeurs des pygmées Aka et les trompes des Bada Linda. Ces polyphonies d’Afrique Centrale sont suivies de la projection du film documentaire « Makongo »
  • le 13 juillet 2020, sur la scène de l’Odéon, le groupe Ukrainien Dakhabrakha et leurs polyphonies vocales partagent la scène avec Tigran Hamasyan Trio dont la musique est irriguée par le jazz, le rock anglo-saxon et la musique traditionnelle et sacrée arménienne
  • le 19 juillet 2020 à l’Odéon, la Nuit de L’Amazonie parcourt ce territoire d’Est en Ouest. Du Brésil avec Dona Onete qui s’est lancée dans la musique à 70 ans et a produit son 3ème album à 83 ans et côté Pérou le groupe Los Wembler’s de Iquitos
  • le 23 juillet 2020 au Grand Théâtre, ce sont trois femmes africaines, Rokia Traore porte la voix du Mali, Oum celle du Maroc et Sona Jobarthe (chanteuse et aussi joueuse de kora) celle la république de Gambie.
  • le 26 juillet 2020 à l’Odéon, l’ensemble Al-Kindi avec Sheikh Hamed Daoud (chant) et ses derviches tourneurs reviennent. Ils sont précédés des deux frères tunisiens Amine (oud) & Hamza (qanoun) M’raihi avec le percussionniste Prabhu Edouard
  • le 14 juillet 2020 dans le Grand Théâtre, Tinariwen, les stars de la musique touarègue électrique et le chœur de femmes « Lemma » font le spectacle avant le feu d’artifice.

Chanson Française - Pop Rock

Après le passage de POMME au Grand Théâtre, les sommités de la chanson française et les étoiles Pop Rock vont se succéder.

  • le 11 juin 2020 place à Stéphane Eicher accompagné par 5 musiciens et un quatuor à cordes
  • le 18 juin 2020, Catherine Ringer chante les Rita Mitsouko et rend ainsi hommage à Fred Chichin
  • les 22 & 23 juin 2020, c’est Alain Souchon qui revient pour deux concerts
  • le 29 juin 2020, François Morel vient présenter un tout nouveau François Morel Symphonique, sur une musique Antoine Salher, accompagné par un quartet parmi lequel on retrouve Sophie Alour (saxophone) et l’orchestre du CRR dirigé par Alain Jacquon
  • le 10 juillet 2020, c ‘est un double plateau aux ambiances intimistes que proposent Vincent Delerm & Yaël Naim
  • le 12 juillet 2020 à l’Odéon, Louis Chédid revient pour présenter les chansons lumineuses de son dernier opus « Tout ce qu’on veut dans la vie » et sans doute d’autres plus connues
  • les 16 & 17 juillet 2020, c’est au tour de Francis Cabrel de proposer les musiques de son nouvel album pour deux soirs mais va aussi sans doute chanter quelques anciens succès
  • le 28 juillet 2020, Izïa revient avec son quatrième album « Citadelle » précédée de Suzane
  • le 29 juillet 2020, Dionysos et Mathias Malzieu viennent présenter leur album « Suprisier »
  • le 15 juillet 2020, auréolé du titre de l’Artiste masculin de l’année aux Victoires de la Musique 2020, Philippe Katherine vient présenter le répertoire de « Confessions ». Il partage la soirée avec Oxmo Puccino lequel a prêté sa voix sur La Clef, un des titres de l’album de Katerine. Qui sait, on peut espérer qu’ils interprètent ensemble le titre live sur la scène du Grand Théâtre.

Pop Rock International

Pour la première fois cette année, les Nuits de Fourvière accueillent du « Métal » dans le Grand Théâtre romain.

Le 17 juin 2020 place au groupe de Death Metal Gojira précédé de Mastodon et Baronass. Le 09 juin 2020, un double plateau réunit le nu metal de Deftones et le punk hardcore de Refused. Plutôt prometteur !

Les autres groupes Pop Rock vont aussi retrouver leur public.

Tindersticks et Bill Callahan (06 juin 2020), Beck et Hot Chip (08 juin 2020), Supergrass & Editors (30 juin 2020), Liam Gallagher (01 juillet 2020), Asaf Avidan (03 juille), Thom Yorke et son programme « Tomorrow’s Modern Boxes » & James Holden (08 juillet 2020), Woodkid revient précédé de Silly Boy Blue (09 juillet 2020), Kate Tempest se produit à l’Odéon (11 juillet 2020), Andrew Bird revient avec l’Orchestre de l’opéra national De Lyon (18 juillet 2020), Agnes Obel précédée de Piers Faccini (25 juillet 2020), après The Cinematic Orchestra, le duo Goldfrapp invite un quatuor à cordes pour célébrer « Felt Mountain : The 20th Year » (27 juillet 2020) et Rodrigo Y Gabriela & Lucas Santtana (22 juillet 2020).

Eclat Final

Pour terminer le Festival des Nuits de Fourvière, le traditionnel « Eclat final » du 31 juillet 2020 propose une soirée en entrée libre sur réservation.

Au programme, deux concerts, Bab L’Bluz qui rend hommage à la culture Gnawa puis l’éthio jazz du fameux groupe parisien Arat Kilo et pour finir, le très attendu « Arte fait son Karaoké » qui revient cette année.

Du 02 juin au 31 juillet 2020, le festival international de la métropole de Lyon va encore une fois réunir les générations au cœur de l’été avec 60 jours d’un programme alléchant. Le programme des 149 représentations des Nuits de Fourvière 2020 est à consulter ICI. Ouverture de la billetterie le 13 mars 20120, à 14h.

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Rarement groupe n’a aussi bien porté son nom que le Youpi Quartet. En effet, ce groupe fusionnel offre une musique à la fois énergique et enchanteresse. Sans instrument harmonique, le quartet complice réunit les souffles de la flutiste Émilie Calmé et de l’harmoniciste Laurent Maur et la performante paire rythmique composée du bassiste Ouriel Ellert et du batteur Curtis Efoua. L’oreille savoure l’éclatante alchimie musicale de « Mozaïc » et après l’écoute de l’album, un seul mot échappe … Youpi !

lire plus
Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

La chanteuse et pianiste Kandace Springs revient avec « The Women who raised me », un album studio qui rend hommage aux voix des femmes qui l’ont inspirée. Avec élégance, elle reprend des standards chantés par douze grandes voix féminines. Entourée par d’illustres artistes de jazz, elle parcourt un voyage au fil d’un siècle de musique et projette sa voix magnétique dans l’espace jazz. Élégance et émotion sont au rendez-vous.

lire plus

Mort du saxophoniste Manu Dibango

Après une carrière de plus de soixante ans, le saxophoniste et compositeur Manu Dibango a succombé au Covid-19 le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans. Le plus français des Camerounais laisse son public orphelin mais son héritage survivra aux années comme une réussite absolue de métissage des musiques africaines avec la soul et le jazz.

lire plus
Aimée Allen en tournée en France et Suisse

Aimée Allen en tournée en France et Suisse

Du jazz vocal entre bossa nova, bop et soul

La tournée en France et en Suisse de la chanteuse et auteure-compositrice Aimée Allen constitue une belle occasion pour découvrir cette artiste américaine. Son album « Wings Uncaged » annoncé en France pour le 20 mars 2020 permet d’apprécier sa voix chaleureuse chargée de groove.

La chanteuse américaine, basée à New York, Aimée Allen a vu son plus récent album « Wings Uncaged » (2018) figurer dans le best of 2019 de Down Beat Magazine. Entourée par François Moutin (contrebasse), Billy Test (piano) et Kush Abadey (batterie), la vocaliste interprète onze titres qui naviguent entre jazz, bossa, bop et soul.

Aimée Allen

Née et élevée à Pittsburgh, Aimée Allen a commencé la musique très jeune. Son enfance a été baignée par du jazz traditionnel. La jeune chanteuse a commencé à chanter professionnellement avec des groupes de jazz à l’université. Après ses études, elle s’installe à Paris où elle se produit régulièrement et reçoit un accueil chaleureux de la part du public français dans les clubs de jazz et les festivals. Elle constitue alors « Les Bossa Novices », un groupe parisien dédié à la bossa et au jazz.

La chanteuse Aimée Allen

Aimée Allen©Ksenia Scheffer

Après avoir tourné en France, en Italie, en Russie et au Sénégal, elle se produit maintenant régulièrement à New York et à l’étranger. Devenue auteure-compositrice accomplie, elle inclut au cœur de son répertoire des compositions originales qui alternent avec standards et bossas. Parmi les nombreux musiciens avec lesquels elle s’est produit figurent le guitariste Romero Lubambo, le batteur Ari Hoenig, les contrebassistes Ron McClure et François Moutin..

Outre « Dream » (2006), « L’Inexplicable » (2007), « Winters & Mays » (2011), Aimée Allen a enregistré l’album « Matter of Time » sorti en 2015 avec Romero Lubambo (guitare), Toru Dodo (piano), François Moutin (contrebasse), Jacob Melchior (batteur) et Scott Ritchie (basse) avant de publier son plus récent album, « Wings Uncaged ».

Après une sortie américaine en 2018, l’album est attendu en France pour le 20 mars 2020. Sur « Wings Uncaged » (Azuline), la chanteuse est accompagnée du contrebassiste François Moutin, du pianiste Billy Test et du batteur Kush Abadey.

« Wings Uncaged »

Le répertoire de l’album puise dans le répertoire des standards, rend hommage à la bossa nova et compte aussi des compositions personnelles de la chanteuse.

C’est avec une grande sensibilité qu’elle régénère Skylark, pris sur un tempo très swing avec une superbe intervention du piano qui découpe et segmente superbement la mélodie. De son timbre suave enchanteur Aimée Allen interprète plus tard Shooting Star avec beaucoup de grâce. Plus loin, sa reprise du célèbre Invitation met en évidence son sens affiné du rythme. In My Web permet ensuite d’apprécier la fraîcheur, l’éclat et la justesse de sa voix.

Sur Democracy How sa voix aérienne se déploie sans difficulté entre aigus et médiums. Après la superbe intervention du piano, on aurait volontiers goûté une improvisation vocale, mais le texte prime sur ce titre qui évoque l’état actuel de la démocratie. C’est ensuite avec un léger vibrato et des inflexions chargées de mélancolie que la chanteuse étire Fotografia, la délicieuse bossa nova de Jobim interprétée en portugais. Le morceau recèle aussi un solo lyrique et délicat de la contrebasse.

couverture de l'album Wings Uncaged de la chanteuse Aimée AllenPlus loin, sur la composition originale Night Owl, soutenue par le piano volubile, la voix navigue entre joie et mélancolie alors qu’elle se fait plus soul sur Save Your Love For Me. Même si le chant se pose avec justesse sur le texte, une improvisation vocale aurait apporté ce grain de folie et cette prise de risque qui font un peu défaut.

C’est en duo avec la contrebasse que la chanteuse interprète Autumn Leaves chanté en français et en anglais. Elle morcelle le thème sur lequel elle rebondit comme sur un élastique. Sa voix au timbre nuancé semble comme en flottaison au-dessus de la ligne de basse. L’album se termine avec une version dépouillée de Midnight Sun. Avec un vibrato un peu (trop) appuyé, le chant lumineux est magnifié par le soutien sans faille de la contrebasse et du piano.

En tournée en France et en Suisse

Entourée d’un trio d’une belle facture qui réunit Karim Blal (piano), François Moutin (contrebasse) et Louis Moutin (batterie), la  chanteuse Aimée Allen est en tournée en France et en Suisse avant de retraverser l’Atlantique. Quelques concerts réjouissants se profilent pour découvrir la chanteuse live.

Après Antibes et une prestation au Bernie’s Jazz Moments le 12 mars 2020, la chanteuse se produit à Lausanne, le 13 mars 2020 au Chorus à 21h. Elle présente ensuite sa musique à Lyon le 14 mars 2020, au Jazz Club Lyon Saint-Georges à 19h et à 21h15 avant de terminer à Paris, le 16 mars 2020 au Duc des Lombards avec un set à 19h30 et un second à 21h45.

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Rarement groupe n’a aussi bien porté son nom que le Youpi Quartet. En effet, ce groupe fusionnel offre une musique à la fois énergique et enchanteresse. Sans instrument harmonique, le quartet complice réunit les souffles de la flutiste Émilie Calmé et de l’harmoniciste Laurent Maur et la performante paire rythmique composée du bassiste Ouriel Ellert et du batteur Curtis Efoua. L’oreille savoure l’éclatante alchimie musicale de « Mozaïc » et après l’écoute de l’album, un seul mot échappe … Youpi !

lire plus
Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

La chanteuse et pianiste Kandace Springs revient avec « The Women who raised me », un album studio qui rend hommage aux voix des femmes qui l’ont inspirée. Avec élégance, elle reprend des standards chantés par douze grandes voix féminines. Entourée par d’illustres artistes de jazz, elle parcourt un voyage au fil d’un siècle de musique et projette sa voix magnétique dans l’espace jazz. Élégance et émotion sont au rendez-vous.

lire plus

Mort du saxophoniste Manu Dibango

Après une carrière de plus de soixante ans, le saxophoniste et compositeur Manu Dibango a succombé au Covid-19 le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans. Le plus français des Camerounais laisse son public orphelin mais son héritage survivra aux années comme une réussite absolue de métissage des musiques africaines avec la soul et le jazz.

lire plus
Le retour de « Shabaka & The Ancestors »

Le retour de « Shabaka & The Ancestors »

« We Are Sent Here By History »

Sauve qui peut & espère qui veut !

« Shabaka & The Ancestors » annoncent la sortie de « We Are Sent Here By History ». Enregistré sur 2 ans, entre Cape Town et Johannesburg, ce deuxième album du groupe réunit le saxophoniste londonien Shabaka Hutchings et ses musiciens de jazz sud-africains. L’opus résonne comme une réflexion musicale sur la condition humaine en pleine agonie. Un poème sonore comme une méditation plutôt sombre sur l’avenir de l’homme. Une mise en garde… sauve qui peut & espère qui veut !

Créé en 2016, « Shabaka & the Ancestors » réunit le saxophoniste britannique Shabaka Hutchings avec des musiciens de jazz sud-africains. Après « Wisdom of Elders » enregistré en une seule journée et sorti l’année même de la création du groupe, les musiciens ont parcouru les scènes avec leur musique incandescente et incantatoire qui a ré-imaginé l’univers du jazz.

C’est avec « We Are Sent Here By History » (Impulse/Universal), leur deuxième album, que « Shabaka & the Ancestors » reviennent le 13 mars 2020

Un manifeste sonore qui mélange traditions africaines et jazz moderne. Un opus plutôt sombre qui se penche sur la condition humaine en pleine agonie. Le disque incite à réfléchir sur l’extinction à venir de l’espèce humaine… « There isn’t any rest, there isn’t any peace ».

Shabaka Hutchings

Shabaka & The ancestors - Le saxophoniste Shabaka Hutchings Au cours des cinq dernières années, le saxophoniste et compositeur Shabaka Hutchings s’est imposé comme une figure centrale de la scène jazz londonienne. Doté d’un esprit créatif et innovant, il est impliqué dans de nombreux projets au sein desquels il joue. Le quartet « Sons of Kemet », le trio « The Comet Is Coming » et le sextet « Shabaka & the Ancestors », une formation au propos spirituel et dynamique.

C’est dans le cadre d’une véritable rotation que le saxophoniste propulse tout à tour ses groupes sur le devant de l’actualité.

  • Ainsi l’année 2018 a été marquée par la sortie de « Your Queen Is A Reptile », le troisième album de son projet « Sons of Kemet ».
  • 2019 a vu le retour de « The Comet Is Coming » avec « Trust In The Lifeforce Of The Deep Mistery » puis « The Afterlife » après « Channel The Spirits » paru en 2016.
  • En 2020, c’est donc « Shabaka & the Ancestors » que le saxophoniste britannique met en avant avec la sortie de « We Are Sent Here By History », le deuxième album du groupe.

« We Are Sent Here By History »

Inscrit définitivement dans les traditions africaines, « We Are Sent Here By History », le deuxième album de « Shabaka & The Ancestors » réunit de nouveau Shabaka Hutchings (saxophone ténor, clarinette) aux musiciens sud-africains Mthunzi Mvubu (saxophone alto), Siyabonga Mthembu (voix), Ariel Zomonsky (basse), Tumi Mogorosi (batterie) et Gontse Makhene (percussions).couverture de l'album We Are Sent Here By History de Shabaka & The Ancestors

Cet opus conte une véritable histoire dont les titres explicites des onze morceaux liés l’un à l’autre, sont à écouter dans la continuité pour saisir le sens de la réflexion que le saxophoniste mène sur la condition humaine, la société en décomposition, l’agonie en cours de notre espèce. Pour éviter la défaite et surmonter le purgatoire quasi incarné sur terre, il questionne sur la transition qui pourrait être envisagée au niveau individuel et social pour défaire la pensée capitaliste, l’expansionnisme des dominants suprémacistes blancs.

Jazz magnétique

La musique de « Shabaka & The Ancestors » transporte par sa transcendance et son magnétisme contagieux. Elle captive de bout en bout des onze plages de « We Are Sent Here By History ». L’album développe un jazz spirituel incantatoire où deux modalités expressives s’allient, se cumulent, se renforcent. Une musique instrumentale mystique et un discours militant et poétique via le chant du griot sud-africain.

Après les percussions et un riff réitératif de la basse, alto et ténor unissent leur véhémence au prêche du chanteur pour dire leur colère sur They Who Must Die. Indigné le ténor râle, crie et le groupe livre une musique pulsionnelle en perpétuel développement. Le décorum se fait plus psychédélique sur You’ve Been Called qui met en avant le slam incantatoire du griot dont le propos dénonce et annonce le pire. Son riff envoutant s’élève ensuite comme une lamentation.

L’histoire continue et sur un motif de basse, alto aérien et ténor incantatoire soutiennent la parole répétitive du chanteur sur Go my Heart, Go to Heaven dont la musique semble revenir des ténèbres. Plus loin, Behold, The Deceiver déroule une mélodie lancinante où les soufflants fonctionnent en mode fusionnel et créent une tension vive qui suscite l’effervescence. La clarinette tisse ensuite une mélodie au tempo saccadé sur Run, The Darkness Will pass. Voix et alto génèrent joie et allégresse qui incitent à une fuite éperdue pour échapper aux ténèbres.

Ténor et alto exposent alors en contrepoint le thème de The Coming of the Strange sur lequel ténor granuleux et alto survolté dialoguent sur un fond rythmique éperdu et soutenu.

Beast Too Spoke Of Suffering résonne plus tard comme une transe musicale cathartique, une musique tendue et fiévreuse que proposent les soufflants et voix, comme un hommage aux animaux en souffrance. Plus loin, We Will Work (On Redefining Manhood) fait entendre la mélodie incantatoire de la clarinette. La voix déclame alors un poème militant puissant qui appelle à une redéfinition de la virilité. Le ténor furieux enchaîne ensuite avec un propos quasi cataleptique sur ‘Til The Freedom Comes home qui invoque le salut et la liberté. La voix se lamente soutenu par la basse et les percussions. L’espoir pointe.

Finally, The Man Cried poursuit le message avec l’alto resplendissant et lumineux que rejoint le ténor, propulsé par la polyrythmie enfiévrée de la batterie. Les deux saxophones développent ensemble un chant polyphonique qui inspire à la voix une prière évangélisatrice radieuse. L’album se termine avec Teach Me How To Be Vulnerable sur lequel le ténor et ses volutes de spleen au son brumeux expriment sa fragilité sur les accords ondulatoires du piano.

Pour se laisser porter en concert sur les vagues du répertoire de « We Are Sent Here By History », RV à Paris avec « Shabaka & The Ancestors », le 18 mai 2020 à 21h au New Morning.

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Rarement groupe n’a aussi bien porté son nom que le Youpi Quartet. En effet, ce groupe fusionnel offre une musique à la fois énergique et enchanteresse. Sans instrument harmonique, le quartet complice réunit les souffles de la flutiste Émilie Calmé et de l’harmoniciste Laurent Maur et la performante paire rythmique composée du bassiste Ouriel Ellert et du batteur Curtis Efoua. L’oreille savoure l’éclatante alchimie musicale de « Mozaïc » et après l’écoute de l’album, un seul mot échappe … Youpi !

lire plus
Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

La chanteuse et pianiste Kandace Springs revient avec « The Women who raised me », un album studio qui rend hommage aux voix des femmes qui l’ont inspirée. Avec élégance, elle reprend des standards chantés par douze grandes voix féminines. Entourée par d’illustres artistes de jazz, elle parcourt un voyage au fil d’un siècle de musique et projette sa voix magnétique dans l’espace jazz. Élégance et émotion sont au rendez-vous.

lire plus

Mort du saxophoniste Manu Dibango

Après une carrière de plus de soixante ans, le saxophoniste et compositeur Manu Dibango a succombé au Covid-19 le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans. Le plus français des Camerounais laisse son public orphelin mais son héritage survivra aux années comme une réussite absolue de métissage des musiques africaines avec la soul et le jazz.

lire plus

Le pianiste McCoy Tyner est mort

Innovateur et styliste unique

Le pianiste McCoy Tyner est décédé le 06 mars 2020 à l’âge de 81 ans. Avec lui s’éteint le dernier membre du quartet de Coltrane dans lequel il a joué de 1960 à 1965. Son héritage a révolutionné l’art du piano jazz moderne. Après une riche carrière de leader, il laisse le souvenir d’un musicien lumineux et discret dont le jeu unique et reconnaissable demeure une référence essentielle du jazz moderne.

Né à Philadelphie en 1938 Alfred McCoy Tyner a commencé le piano à l’âge de 13 ans. Durant son adolescence il a assisté dans le salon de beauté de sa mère à des jams sessions auxquelles participait souvent Bud Powell qui était voisin de ses parents et leur rendait souvent visité. Un tel départ dans le milieu du jazz a été favorable aux débuts de carrière du jeune McCoy Tyner.

Converti très jeune à l’islam en 1955, il a pris pour nom Sulieman Saud. De fait, sa carrière a vraiment débuté en 1959 dans le Jazztet de Benny Golson et Art Farmer avant qu’il ne rejoigne en 1960 le quartet du saxophoniste John Coltrane qui dit de lui, qu’il lui « est en quelque sorte celui qui [lui] donne des ailes et [lui] permet de décoller de temps en temps ».

En 1965, le pianiste quitte le légendaire quartet de Coltrane après avoir gravé avec le leader, Jim Garrisson et Elvin Jones, les fameux et « My Favorite Things » (1960) et « A Love Supreme » (1965). McCoy Tyner continue ensuite sa carrière comme leader sur les scènes du monde entier. Il joue souvent en trio (Ron Carter et Tony Williams, Eddie Gomez et Jack DeJohnette), tourne aussi en quintet et multiplie les collaborations  avec Roy Haynes, Freddie Hubbard, Clark Terry, Thad Jones, Lee Morgan, Joe Henderson, Wayne Shorter, Gary Bartz.

A la fin des années 80 il constitue le trio avec lequel il va jouer durablement avec Avery Sharpe et Aaron Scott. Dans les années 90, il a enregistré à la tête d’un big band mais dans les dernières décennies on l’a souvent écouté en trio ou même, plaisir suprême, en solo. Dans les dernières années de sa vie il s’est aussi consacré à l’enseignement même s’il continuait à se produire entouré de Gérald Canon et Eric Kamau Gravatt.


Depuis son premier disque en 1962, il a enregistré sous son nom, aussi bien en trio qu’en formule big band au début des années 1990, plus de 75 albums chez Blue Note puis sur quantité de labels parmi lesquels Milestone, Columbia et Elektra. Parmi ses très nombreux opus on retient quelques titres comme celui de

  • son premier album « Inception » chez Impulse en 1962 en trio avec Art Davis et Elvin Jones mais aussi
  • « The Real McCoy » paru en 1967 chez Blue Note avec Ron Carter, Elvin Jones et Joe Henderson,
  • « Sahara » fort influencé par par les rythmes africains et sorti en 1972 chez Milestone,
  • « Passion Dance » en 1979 chez Milestones avec Ron Carter et Tony Williams,

  • « The Definitive McCoy Tyner » chez Blue Note en 2002, « Illuminations » en 2004 chez Telarc avec Terence Blanchard, Gary Bartz, Christian McBride et Lewis Nash
  • « Quartet » en 2007 avec Joe Lovano, CHristian McBride et Jeff « Tain » Watts.

La manière de jouer de McCoy Tyner a participé pour beaucoup à la spécificité de l’atmosphère coltranienne. Le pianiste a inventé son propre langage reconnaissable entre tous et difficilement imitable. Il a intégré l’esthétique modale dans le jeu du piano sur lequel il a développé un jeu exubérant, percussif et puissant avec une articulation précise, une main gauche énergique en soutien de sa main droite aux phrases mélodiques. Jamais attiré par l’électronique, il est toujours resté fidèle au piano acoustique même s’il s’est aussi essayé au clavecin, au célesta et au koto.

On conserve en mémoire le souvenir impérissable du concert donné par McCoy Tyner à la Philarmonie dans le cadre du festival Jazz à la Villette, le 11 septembre 2016 à la Philarmonie avec Gerald Cannon ( basse), Fransisco Mela (batterie), Graig Taborn (piano) et Geri Allen (piano).

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Rarement groupe n’a aussi bien porté son nom que le Youpi Quartet. En effet, ce groupe fusionnel offre une musique à la fois énergique et enchanteresse. Sans instrument harmonique, le quartet complice réunit les souffles de la flutiste Émilie Calmé et de l’harmoniciste Laurent Maur et la performante paire rythmique composée du bassiste Ouriel Ellert et du batteur Curtis Efoua. L’oreille savoure l’éclatante alchimie musicale de « Mozaïc » et après l’écoute de l’album, un seul mot échappe … Youpi !

lire plus
Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

La chanteuse et pianiste Kandace Springs revient avec « The Women who raised me », un album studio qui rend hommage aux voix des femmes qui l’ont inspirée. Avec élégance, elle reprend des standards chantés par douze grandes voix féminines. Entourée par d’illustres artistes de jazz, elle parcourt un voyage au fil d’un siècle de musique et projette sa voix magnétique dans l’espace jazz. Élégance et émotion sont au rendez-vous.

lire plus

Mort du saxophoniste Manu Dibango

Après une carrière de plus de soixante ans, le saxophoniste et compositeur Manu Dibango a succombé au Covid-19 le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans. Le plus français des Camerounais laisse son public orphelin mais son héritage survivra aux années comme une réussite absolue de métissage des musiques africaines avec la soul et le jazz.

lire plus
Visuel 2020 de Jazz Campus en Clunisois

Visuel 2020 de Jazz Campus en Clunisois

Rendez-vous du 15 au 22 août 2020

Cette année encore, c’est un volatile haut en couleurs qui se pavane sur le visuel 2020 de Jazz Campus en Clunisois. L’oiseau hausse le col et ouvre le bec pour donner rendez-vous au public du 15 au 22 août 2020. Il siffle aussi l’ouverture des inscriptions pour les stages 2020. Plumes lissées et œil vif, il attend avril pour annoncer la programmation.

Après une superbe édition 2019 qui a permis au public de vivre huit jours de concerts et aux stagiaires d’enrichir leur pratique durant les ateliers, le festival Jazz Campus en Clunisois va faire battre le cœur du jazz dans le territoire de la Bourgogne Sud du 15 au 22 août 2020

Porté depuis 43 ans par Didier Levallet et ses équipes, ce festival, l’un des plus anciens de l’hexagone, promeut le jazz et les musiques improvisées. Il met en avant des musiciens soucieux de renouveler leur art et engagés dans une démarche artistique créative, soutient les pratiques des amateurs et la formation des futurs professionnels. Ce faisant, il procure au public de riches moments de partage et d’émotions musicales.

Rendez-Vous du 15 au 22 août 2020 avec Jazz Campus en Clunisois pour des réjouissances musicales tout à fait compatibles avec la découverte du riche patrimoine, les promenades dans les paysages verdoyants du sud de la Bourgogne… sans oublier les plaisirs gastronomiques et œnologiques de la région.

Visuel 2020 de Jazz Campus en Clunisois

visuel 2020 de Jazz Campus en Clunisois-stagesPour la troisième année consécutive, le visuel de Jazz Campus en Clunisois est à créditer à Grégory Pouillat, graphiste et dessinateur indépendant de Mâcon.

Cette année c’est un oiseau au plumage flamboyant et au long cou qu’il libère de son bestiaire fantastique pour figurer sur le visuel 2020 de Jazz Campus en Clunisois. On serait tenté d’y voir un proche cousin du cygne. L’imposant volatile au long bec entrouvert et aux plumes d’un rouge empourpré affiche des ouïes et des chevilles qui évoquent ceux d’une contrebasse, d’un violoncelle, d’un alto ou d’un violon. Peut-être s’agit-il là d’un clin d’oeil/hommage à la contrebasse de Didier Levallet ?

Stages 2020… ouverture des inscriptions

Les inscriptions pour les six ateliers tout public (ados-adultes) et l’atelier fanfare de Jazz Campus du 16 au 21 août 2020 sont ouvertes.

Ateliers tout public

En août 2019, Fidel Fourneyron et Jean-Philippe Viret ont terminé leur cycle. Pascal Berne et Sylvain Rifflet assurent la relève et rejoignent Sophie Agnel, David Chevallier, Géraldine Keller et Guillaume Orti. Ils ont lieu du dimanche 16 au vendredi 21 août 2020 de 14h à 18h30.

  • la pianiste Sophie Agnel invite à passer une semaine pour se sentir en confiance et « décider d’improviser »
  • le guitariste David Chevallier s’appuie sur la Musique de Bill Frisell pour aborder la complexité de l’improvisation
  • le contrebassiste Pascal Berne s’attache aux « Jeux d’orchestre » et à la place de l’individu dans le collectif
  • la vocaliste Géraldine Keller met l’accent sur la multiplicité et la richesse des langues… « A vos langues »
  • le saxophoniste Guillaume Orti envisage d’aborder « Composition & Improvisation. À la sauce de chacun »
  • le saxophoniste Syvain Rifflet propose de travailler autour de la musique de Moondog qu’il connaît bien … « Moondog and Beyond »

Ateliers Fanfare & Stage Jeune Public

Ouvert à tous et animé par Étienne Roche et Michel Deltruc l‘atelier Fanfare a lieu chaque matin de 9h30 à 12h, du 16 au 21 août 2020

Bientôt on en saura plus concernant l’organisation du Stage Jeune Public (8 à 12 ans) animé par Robin Limoge

ICI, toutes les informations pratiques sur les stages

Rendez-vous en avril 2020 sur le site de Jazz Campus en Clunisois pour découvrir les pépites de la programmation 2020 de ce festival ancré dans un jazz soucieux de se renouveler et d’émouvoir.

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Rarement groupe n’a aussi bien porté son nom que le Youpi Quartet. En effet, ce groupe fusionnel offre une musique à la fois énergique et enchanteresse. Sans instrument harmonique, le quartet complice réunit les souffles de la flutiste Émilie Calmé et de l’harmoniciste Laurent Maur et la performante paire rythmique composée du bassiste Ouriel Ellert et du batteur Curtis Efoua. L’oreille savoure l’éclatante alchimie musicale de « Mozaïc » et après l’écoute de l’album, un seul mot échappe … Youpi !

lire plus
Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

La chanteuse et pianiste Kandace Springs revient avec « The Women who raised me », un album studio qui rend hommage aux voix des femmes qui l’ont inspirée. Avec élégance, elle reprend des standards chantés par douze grandes voix féminines. Entourée par d’illustres artistes de jazz, elle parcourt un voyage au fil d’un siècle de musique et projette sa voix magnétique dans l’espace jazz. Élégance et émotion sont au rendez-vous.

lire plus

Mort du saxophoniste Manu Dibango

Après une carrière de plus de soixante ans, le saxophoniste et compositeur Manu Dibango a succombé au Covid-19 le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans. Le plus français des Camerounais laisse son public orphelin mais son héritage survivra aux années comme une réussite absolue de métissage des musiques africaines avec la soul et le jazz.

lire plus