Avec Olivier Conan, de l’Amphi à l’Opéra Underground

Ouverture & « Hybridization » d’un projet Iconoclaste

Avec le sourire et une certaine pudeur, Olivier Conan, le nouveau patron de l’Amphi livre quelques pistes de compréhension sur son projet « Opéra Underground ». Influences croisées, mélanges de codes artistiques, ouverture de l’institution à la ville. Des promesses de découvertes alléchantes où le jazz a sa part.

C’est à Olivier Conan que le Directeur de l’Opéra de Lyon, Serge Dorny, a confié les clefs de l’Amphithéâtre en septembre 2017. Après avoir pris ses marques de septembre 2017 à avril 2018, Olivier Conan lève le voile, avec pudeur et sans forfanterie, sur son projet « Opéra Underground ».

Même s’il ménage un brin de mystère et entretient un suspens alléchant, Olivier Conan délivre aux lecteurs des « Latins de Jazz » des informations précieuses et éclairantes de cet « Opéra Underground » qui laisse augurer de belles découvertes.

Depuis de nombreuses années, avec François Postaire, l’Amphithéâtre de l’Opéra de Lyon a ouvert ses gradins à des musiques aux esthétiques éloignées de celles que propose l’honorable institution. Ainsi le lieu a quitté son statut confidentiel et gagné en attractivité…Amphi-Midi en libre accès, concerts de l’Amphi-Monde, résidences de l’Amphi-Jazz et de nombreux autres rendez-vous diversifiés.

Dans le même temps, il a aussi développé le versant estival de l’Amphi-Jazz avec 15 éditions d’un presque Jazz (F)estival du Péristyle. Enfin, jazz et musiques du monde sont entrés avec lui sur la pointe des pieds dans la Grande Salle de l’Opéra de Lyon. David Linx & Maria João (2008), Martial Solal (2016), Katia Guerreiro (2016), Daniel Humair (2017), Chemirani & Rhythm Alchemy (2017) et les frères Moutin (2018).

« Opéra Underground » …en trois mots. Un projet Iconoclaste caractérisé par son Ouverture et son Hybridization. Cet emploi du terme anglais synonyme d’hybridation témoigne de l’attache d’Olivier Conan aux cultures dans lesquelles il s’est immergé bien avant sa venue à Lyon.

De New-York à Lyon … le club « Barbès »

Avant de donner des clés explicites concernant son projet, Olivier Conan évoque brièvement sa trajectoire professionnelle entre la France et les États-Unis. Il quitte la France à 20 ans en 1984 pour aller vivre et entreprendre une carrière à New-York où il évolue entre deux pôles. La programmation de concerts et la vie de musicien. Ainsi, il a l’opportunité de rencontrer des « musiciens de différents mondes musicaux, jazz, musiques du monde, musiques hybrides, rock et musiques latines ».

le "Barbès" club créé et tenu par Olivier ConanIl y a 16 ans, à Brooklyn, il crée le « Barbès » un club avec un bar et une petite salle de concert pouvant accueillir environ 60 personnes. Pendant 16 ans, à raison de 2 à 3 concerts par soir, soit 200 concerts par an, Olivier Conan propose une « programmation foisonnante et éclectique mêlant jazz, musique colombienne et musique classique » avec de nombreux musiciens de la scène down-town.

Matt Moran, le vibraphoniste du Claudia Quintet qui depuis 15 ans mélange jazz et musique des Balkans dans une fanfare devenue la préférée de Boban Marković, la Slavic Soul Party. La violoniste Jenny Scheinman écoutée aux côtés de Bill Frisel a été en résidence toutes les semaines pendant 8 à 9 ans au « Barbès » où elle a mélangé jazz, musiques roots et america avant de rejoindre la côté Ouest.

Au fil des ans, le Barbès draine de nombreux musiciens et devient un club connu et reconnu. Aujourd’hui, Olivier Conan en assure toujours la programmation avec près de 1000 concerts par an. Grâce à ce réseau artistique qu’il entretient, il souhaite « insuffler à Lyon le brassage » qui existe à NY et présenter « des gens qui viennent de la tradition et d’autres qui s’en éloignent plus ».

Quelles musiques pour l’Opéra Underground de Lyon ?

Questionné quant aux musiques qu’il souhaite faire découvrir au public de Lyon, Olivier Conan  alimente d’abord un certain suspens avant de préciser ce qu’il souhaite programmer : « des musiques un peu pensées mais organiques en même temps ».

En effet, beaucoup des musiques qu’il dit aimer sont « ancrées dans une certaine tradition quel que soit le genre (classique, jazz, musique du monde) mais [elles sont] repensées, retravaillées puis déconstruites avec des transgressions et des emprunts ».

Interrogé relativement au terme de « Musiques Actuelles » dont le jazz fait partie, Oliver Conan sourit et botte en touche avec humour.

Dans la foulée, il précise qu’il n’est non plus « pas fou du mot fusion » car pour il lui recouvre le fait « d’apporte[r] dans son monde des éléments d’un autre monde sans réelle digestion artistique ». Il apprécie « les musiciens passionnés par la musique de leurs voisins, par des choses qu’ils ont découvertes, qui essaient de créer des nouveaux idiomes, qui inventent … leurs codes » avec des « emprunts et des inventions ». Il cite en exemple le groupe BCUC programmé par ses soins et qui a récemment fait un triomphe à l’Amphi.

Olivier Conan se loue du soutien dont il bénéficie sur le plan artistique au niveau de la direction de l’Opéra qui soutient l’idée de « décloisonnement et d’ouverture » de sa programmation et lui laisse « les mains très libres » pour « faire ce qu’il sait faire ».

« Opéra Underground » - Grande Salle et à Amphithéâtre

Certes, Olivier Conan concède que l’expression « Opéra Underground » utilisée pour caractériser le projet est sans doute un « mot valise… très lâche et très large » mais il a pour lui le mérite de recouvrir en même temps les « dimensions géographique et esthétique ».

En effet l’Amphi est une salle « littéralement souterraine » au sens géographique du terme. Mais c’est au cœur du projet « Opéra Underground » que réside le critère essentiel, celui de l’esthétique qualifiée par le nouveau boss de « plus underground que ce qui se fait sur la scène du 3ème étage ». Pour lui, plusieurs aspects essentiels président au projet.

« Ouvrir la maison au reste du monde »

Olivier Conan souhaite aller au-delà du genre bien établi que sert avec réussite cette grande institution culturelle qu’est l’Opéra de Lyon. Sa volonté est de « passer à tous les étages… du monde musical actuel » pour créer un « réseau des nouvelles cultures musicales ». Il va proposer « des choses [qui] apparemment viennent d’univers complètement différents, qui ne vont pas ensemble mais qui sont faites par des artistes… [dont les}… processus artistiques et les démarches… [sont]… assez semblables et qui pourraient tout à fait s’entendre et jouer ensemble sans problème ».

« Essayer d’être plus encore le miroir de la ville »

Le fait est avéré, une ville est une mosaïque de gens de cultures différentes. Olivier Conan souhaite « intégrer les musiques dans les schémas sociaux existants ». Il aspire à « faire sortir Lyon de sa vision intra-muros » et veut « représenter la ville dans toutes ses dimensions sans faire de démagogie ».

Ainsi, le 22 septembre 2018, la « célébration de l’album « Diwan » de Rachid Taha incarne cet aspect du projet. En effet, à l’occasion des vingt ans de « Diwan », le chanteur rock’ raï sera présent sur le grand plateau de la Grande Salle avec les cordes de l’Orchestre de l’Opéra pour lequel le producteur anglais Steve Hillage écrit des arrangements.

Une reconnaissance méritée pour Rachid Taha, qui a commencé à Lyon il y a 30 ans avec « Carte de Séjour » dans son club des pentes de la Croix-Rousse, « Les refoulés » et qui n’a pas alors été soutenu par les institutions culturelles de Lyon comme il l’espérait.

« Décloisonner les musiques »

Le principe de la résidence n’est pas reconduit d’emblée sur l’année à venir. Olivier Conan envisage plutôt des « cartes blanches » qui croisent les musiques et contribuent au « décloisonnement des musiques entre elles et aussi à l’intérieur même de chaque musique ».

Ainsi cette année le Quatuor à cordes Wassili (musiciens du master du CNSD) va dans un premier temps participer au programme de Melingo programmé dans la Grande Salle le 18 octobre 2018 pour la soirée « Partenos ». Outre les ambiances de Buenos-Aires évoquées par le chanteur argentin Daniel Melingo, Olivier Conan propose de découvrir la « musique à pleurer » du groupe Bloque Depressivo (boleros, valses) issu de Valparaiso.

Pour la saison 2018/2019, outre les partenariats avec les conservatoires, des spectacles jeune public, des rencontres et peut-être une série de documentaires ciblés l’Opéra Underground inclut du jazz international, français, américain, éthiopien ….

Loin de tout académisme, Olivier Conan souhaite faire découvrir au public le jazz tel qu’il le conçoit, une musique qui « comprend son passé, se construit et se repense tous les jours ». Dans la programmation, des pointures d’ici et d’ailleurs, Teddy Riley en duo, Marc Ribot avec le trio Ceramic Dog, Hailu Mergia, Louis Sclavis, Sarah Murcia et Kamilya Jubran et bien d’autres encore.

Sans doute une telle programmation « un peu plus éclectique [tant] sur le plan générationnel [qu’] esthétique » va-t-elle contribuer à « décloisonner les musiques », « ouvrir la maison au reste du monde » et « attirer un public représentatif de la ville ».

« Opéra Underground » - F’estival du Péristyle

Nul doute n’est permis, cet été encore, le Péristyle de l’Opéra va résonner d’échos musicaux. Olivier Conan prévoit « un mode un peu plus festival [tout en] conservant le caractère festif et communautaire » qu’a développé ce lieu.

La scène va changer d’orientation, prendre plus d’importance et bénéficier d’une sono plus puissante. Après un espace ouvert sur le devant de la scène, pour permettre à celles et ceux qui le souhaitent d’écouter avec attention et de vibrer en proximité avec les musiciens, le café estival de Péristyle conserve ses tables habituelles avec des relais sonores pour favoriser l’écoute à distance.

Conçu par Olivier Conan comme un « mélange de musique d’écoute et de musique festive », le F’estival du Péristyle conserve « le format mis en place par François Postaire avec 3 sets par jour et 3 soirées successives proposées à un musicien » (sauf exception calendaire). Vont se produire des musiciens régionaux mais aussi des « gens du monde entier avec lesquels [Olivier Conan] a déjà travaillé », ce qui devrait permettre de faire « découvrir des projets pas forcément encore connus du grand public ».

Concevant de travailler « autant que possible en interaction avec [s]es voisins » des autres salles/institutions/festivals du paysage lyonnais, Olivier Conan a rencontré la plupart des interlocuteurs lyonnais qui soutiennent des scènes souvent très définies (Périscope, Marché Gare, Clef de Voûte, Nuits de Fourvière…).

Pour l’été des partenariats se profilent entre le péristyle le CMTRA, JAZZ(s)RA et Jazz à Vienne. Ainsi le trio new-yorkais de guitares « Big Lazy » avec Steven Ulrich, qu’Olivier Conan « suit depuis plus de 20 ans » sera au Péristyle avec une exposition à Vienne sur Cybèle. Le Trio Corrente programmé au Club de Minuit dans le cadre de Jazz à Vienne est aussi présent au Péristyle.

Ainsi durant l’été 2018, le Péristyle de l’Opéra de Lyon promet la chaleureuse musique du bullerengue (musique afro-colombienne), de l’afrobeat, un bal italien, du jazz éthiopien, du jazz régional avec entre autres Watchdog, mais nul ne s’en plaindra, Olivier Conan propose du jazz new-yorkais comme celui du groupe « Endangered blood » avec Jim Black, Chris Speed, Oscar Noriega et Trevor Dunn, bassiste de John Zorn ancré dans une tradition jazz post bop classique mais qui joue avec Mike Patton et « a aussi « un pied aussi dans le monde du metal ».

Opéra Underground & Jazz

Avec celui qui se profile comme un importateur de talents, le jazz a de beaux jours devant lui sur les scènes de l’Opéra Underground. International, français, américain, éthiopien…

Propos recueillis auprès d’Olivier Conan à l’Opéra de Lyon le 12 avril 2018.

Anne Paceo dévoile « Bright Shadows »

Anne Paceo dévoile « Bright Shadows »

En amont de la sortie de « Bright Shadows », Anne Paceo dévoile des titres extraits de l’album. Éclairés par les ombres bleutées des voix, les rythmes de sa batterie sondent des univers aux frontières musicales éclatées. Une musique captivante à découvrir le 25 janvier 2019.

Opera Underground – Les RV de décembre 2018

Opera Underground – Les RV de décembre 2018

Les magnifiques concerts de novembre 2018 se terminent que déjà se profilent les RV de décembre 2018 de l’Opera Underground. « Œdipe Redux », à la frontière du jazz et de la musique contemporaine, le jazz éthiopien de « uKanDanz » et le quatuor Wassily en résidence à l’Opéra. Un programme qui concilie exigence musicale et dimension festive.

Clin d’œil à Anis Benhallak et « Apes Theater »

Clin d’œil à Anis Benhallak et « Apes Theater »

Le guitariste compositeur Anis Benhallak revient le 30 novembre 2018 avec un nouvel album. « Apes Theater » propose un jazz andalou abreuvé de l’énergie du rock. Composée entre Damas, Alger, New-York et Paris, la musique croise les cultures et dessine un univers musical à la fois sensible et énergique. Belles respirations aériennes, superbes mélodies et riches harmonies comblent l’oreille.

Share This