Le Jazz de Benjamin Tanguy

Le Jazz de Benjamin Tanguy

Le Jazz de Benjamin Tanguy : Liberté, Inspiration, Rencontres

Benjamin Tanguy vit une passion pour le Jazz qu’il a découvert enfant auprès de son oncle, organisateur de concerts. Cette musique lui rend bien son investissement puisqu’il est aujourd’hui coordinateur artistique de la programmation musicale de la 36ème édition du « Festival Jazz à Vienne ».

Avant d’exercer cette fonction de coordinateur artistique de la programmation musicale des scènes de Jazz à Vienne, Benjamin Tanguy a vécu dans le sein de cette musique dont il a exploré les univers multiples. Il a été attentif à l’ensemble des styles qu’il a découverts au fil des années. C’est le regard de ce trentenaire amateur de jazz que nous avons souhaité connaître et nous le remercions d’avoir accepté de nous livrer la vision qu’il porte sur cette musique.

160_elvinjonesBaigné dans le jazz depuis son enfance, Benjamin Tanguy écoutait beaucoup de vinyles. Il fréquentait assidûment les médiathèques et lisait avec grand intérêt la presse spécialisée jazz.  C’est à l’âge de 10 ans qu’il « a eu le déclic pour le jazz » lors de l’écoute d’un concert du batteur Elvin Jones en Suisse. Cet icône charismatique de la batterie a imprimé son influence sur le monde du jazz et même celui du rock par sa maîtrise de la polyrythmie. Sans doute a-t-il aussi marqué la perception de Benjamin pour la dimension rythmique de la musique.

Actuellement Benjamin Tanguy pratique tous les modes d’écoute du jazz : vinyle, CD, streaming, mp3, clips mais aussi bien sûr la musique « live » des concerts. S’il a pratiqué le saxophone alto, c’est un autre saxophone qui a sa préférence : le sax ténor. Sa réponse fuse lorsque nous lui demandons quel est le style de jazz qu’il préfère aujourd’hui. Ses goûts vont vers ce qu’il nomme « les fils du jazz », toutes ces musiques qui incarnent actuellement la dimension politique et sociétale que le jazz a toujours incarné et les courants sont nombreux, hip-hop, groove, le jazz tel qu’il est aujourd’hui pratiqué à New-York, …

Un jour de pleine forme, ce sont les musiques brésiliennes qu’il écoute, celles de João Gilberto, de Chico Buarque entre autres. Son goût pour ces musiques l’a ainsi conduit cette année à nous faire découvrir une pépite, le chanteur et guitariste brésilien Tigana Santana, programmé au Club de Minuit le 09/07/16 à 00h. Par contre il lui arrive de moins en moins souvent de se surprendre à chantonner un air de jazz. Son dernier souvenir remonte à la période qui a suivi le concert donné durant le festival « Jazz à Vienne » de 2009 par Roy Hargrove avec son RH Factor en hommage au trompettiste Freddie Hubbard (disparu l’année précédente). Il s’est entendu chantonner les riffs qui avaient émaillé le concert.

Pour Benjamin Tanguy, sensibiliser une connaissance au jazz est chose simple. Cela consiste à lui faire écouter des musiques que proposent les « fils du jazz ». Pour lui « le jazz est partout, dans toutes les musiques ». Ainsi, après avoir été familiarisé à l’écoute de ces « musiques populaires », la personne pourra envisager d’aller, de fil en aiguille, vers un une autre forme de jazz. Donc le jazz d’aujourd’hui peut représenter un pont qui permettrait d’approcher plus globalement le jazz. Ce pourrait être par exemple Kamasi Washington, ce saxophoniste qui en 2015 a gravé « Epic », un triple CD au succès retentissant.

 

Il serait tout aussi pertinent pour lui de proposer une écoute du concert de Beyonce « live » avec The Roots, ou un clip de Kendrick Lamark ou des Snarky Puppy dont le premier album studio « Culcha Vulcha » va sortir le 06 mai chez Ground up/UNiversal Classic.

Dans la mesure où le statut professionnel de Benjamin Tanguy le conduit à se déplacer souvent et loin pour é160_couv_john_coltrane_a_love_supremecouter des musiciens dans la perspective de  programmations éventuelles, nous ne le questionnons pas quant à l’artiste qui le ferait parcourir de longues distances. Par contre il nous confie qu’il aurait volontiers traversé l’océan pour écouter Jimmy Scott et il aurait apprécié d’assister à un concert de John Coltrane. Aujourd’hui, il écoute rarement du « jazz improvisé trop libre », autrement dit du « free jazz » qui met en scène  des performances avant tout techniques et dont le propos n’est plus en adéquation avec le contexte sociétal actuel.

Au regard de son devoir de réserve de p160_KolnConcert-Keith-Jarret_couv-1rogrammateur, il ne répondra pas à la question de l’affiche idéale d’un concert hypothétique, ce qui est tout à fait compréhensible. Par contre Benjamin répondra sans hésitations quant aux tryptique des albums fétiches dont il ne se séparerait pas. Il évoque d’abord un album représentatif du jazz modal post-bop, un opus icônique, le disque « Love Supreme » du saxophoniste John Coltrane, album sorti en 1965 chez « 160_moaning-artBlakey_couvImpulse ». Il cite ensuite le disque « Köln Concert » du pianiste Keth Jarrett enregistré en direct en 1975 chez ECM. Il s’agit d’un concert en piano solo totalement improvisé. Enfin Benjamin fait référence à un album de hard-bop, « Moanin' » enregistré par le batteur Art Blakey avec les Jazz Messengers en 1958 sous le label Blue Note. Funky en diable !

Pour terminer, Benjamin Tanguy accepte de préciser les « trois mots » qui définiraient sa vision actuelle du jazz. Après une réflexion très rapide les termes s’enchaînent pour caractériser un jazz qu’il voit libre, inspiré et précurseur de rencontres.

Lors de la 36ème édition du « Festival Jazz à Vienne », vous aurez sans doute l’occasion d’apercevoir Benjamin Tanguy et nous gageons que vous apprécierez les concerts programmés par celui qui est le coordinateur artistique de la programmation. Il est important de savoir que ses goûts ne sont pas « sous influence ». Il se prévaut d’un « goût indépendant », se garde de fonctionner par « coup de cœur » et veille à conserver une oreille très attentive aux  musiques qu’il écoute et analyse.

Propos recueillis le jour du Jazz Day, 30 avril 2016.

 

« Warm Canto », le monde imaginaire de Leïla Martial

« Warm Canto », le monde imaginaire de Leïla Martial

Après « Babel », Leïla Martial et Baa Box s’aventurent au carrefour de tous les possibles sur l’album « Warm Canto ». Avec Eric Perez et Pierre Tereygeol, la chanteuse explore de nouveaux espaces. Loin des formats habituels, souvent sans les mots, le souffle se fait son, invente un imaginaire poétique et dessine les contours d’un univers sans limites.

lire plus
« Música Sin Fin », premier album solo de Mario Stantchev

« Música Sin Fin », premier album solo de Mario Stantchev

Sorti le 19 avril 2019, « Música Sin Fin » est le premier album solo de Mario Stantchev. Des douze compositions originales du pianiste se dégagent une infinie sensibilité, une superbe maîtrise du clavier et une absolue sérénité. Dans une approche dynamique, Mario Stantchev invite toutes ses influences musicales auxquelles il associe silence, lyrisme, romantisme, fougue et un rien de mélancolie. A écouter sans fin.

lire plus
Mario Stantchev – « Mini Mémo »

Mario Stantchev – « Mini Mémo »

De la Bulgarie à la France, la carrière du pianiste Mario Stantchev se distingue par son intensité et ses développements variés. A l’origine de la création du Conservatoire National de Région de Lyon, il a partagé sa vie entre pédagogie et concerts. Avide de rencontres humaines, doté de curiosité et d’une grande ouverture d’esprit, il a ouvert sa musique à de nombreuses esthétiques. Une vie musicale diversifiée entre classique et jazz avec des escapades du côté des musiques contemporaine et ethnique.

lire plus
Share This