FUSSYDUCK sort son premier album

FUSSYDUCK sort son premier album

Groove et fraîcheur

Le tout premier album de FUSSYDUCK est sorti sur le Label Double Moon Records. Belle découverte que le projet de ce groupe transnational. L’opus « Maybe that’s all we get » propose une musique singulière aux contrastes mélodiques et harmoniques colorés et aux paysages sonores délicats et chaleureux. Groove et fraîcheur sont alliés pour le meilleur.

visuel de l'album Maybe that's all we get de FussyduckFUSSYDUCK est un projet collaboratif transnational, né à l’été 2017, dans un atelier en Toscane. D’une instrumentation peu commune, le sextet combine un trio jazz classique, piano,/contrebasse/ batterie à un violon, Un saxophone alto et un trombone.

Enregistré en janvier 2020, « Maybe that’s all we get » est paru le 27 mai 2022 (Double Moon Records).

Le son de FUSSYDUCK est léger, chaleureux et vif, empreint de contrastes créés par le son du saxophone alto, du trombone et du violon, avec un sens de la narration musicale passionnante et un groove communicatif inimitable, résultat d’une connexion passionnante.

FUSSYDUCK

Fondé durant l’été 2017, dans un atelier mené par Dave Liebman en Toscane, FUSSYDUCK a rapidement attiré l’attention en remportant le renommé Bejazz Transnational Prize à Berne au printemps 2019.

Ce sextet à l’instrumentation peu commune, piano/contrebasse/batterie/violon/saxophone alto/trombone, se caractérise par l’origine internationale de ses membres. Si le violoniste Robin Antunes, le saxophoniste alto Guillaume Guedin et le batteur Baptiste Dolt viennent de Paris, le tromboniste Florian Weiss vit à Berne, le pianiste Leandro Irarragorri a grandi en tant que fils d’un père cubain à Zurich et la jeune contrebassiste Daisy George vient de Londres.

Le son de FUSSYDUCK est léger et transparent et mêle groove et fraîcheur. Enregistré les 24 et 25 janvier 2020 à Cologne (Allemagne) par Christian Heck, l’album « Maybe that’s all we get » a été mixé par Aurélien Marotte et mastérisé par Alex Killpartrick.

Sons percutants et anguleux, passages chaleureux et émotionnel, subtilités rythmiques s’entrelacent sur « Maybe that’s all we get » et créent un son de groupe unique.

Chaque artiste a apporté sa contribution au collectif. Ainsi, sur les sept titres répertoire, Bricks et Zafu sont à porter au crédit de Guillaume Guedin, lequel a aussi arrangé Mambo Requiem, la composition de Lennie Tristano. A Brighter Day et George Maybe Thats All We Get sont redevables à Daisy George, Refugium à Florian Weiss et Encore Cinq Minutes à Robin Antunes.

Au fil des titres

L’album ouvre avec Bricks. Le piano introduit un riff léger sur lequel trombone et saxophone alto exposent en douceur une mélodie qui semble flotter dans l’air. Le solo lumineux et vif du pianiste est soutenu par une section rythmique enflammée. D’emblée, l’oreille est immergée dans un jazz coloré et subtil.

Le trombone bouché puis le violon esquissent plus loin la ligne musicale souple et chatoyante de la composition A Brighter Day. Le saxophone alto prend ensuite son envol flamboyant et l’on se laisse transporter sur le flot vif de ses notes effervescentes. Le répertoire continue avec Refugium. Introduite par la contrebasse, cette superbe ballade permet d’apprécier la sonorité ronde du trombone et le souffle délicat de l’alto. Empreint de nostalgie et de tendresse, le climat gagne en énergie quand intervient le violon et quand la batterie se saisit des baguettes… après un groove velouté, la rythmique s’anime.

Complexe par sa structure mélodique et rythmique, Zafu, interpelle de bout en bout. Tous les membres du groupe s’expriment avec une grande liberté. Après la courte improvisation du piano groovy, le saxophone alto déverse des lignes d’improvisation nerveuses et vigoureuses soutenues par la batterie tout à son service puis tout le groupe ne se retrouve.

Le sextet revisite alors Mambo Requiem, la célèbre composition du pianiste Lennie Tristano arrangée par Guillaume Guedin en deux mouvements sonores contradictoires. En prélude, le trombone et la clarinette entament une sorte de chant contemplatif recueilli. Ils sont rejoints par le violon qui dialogue avec le piano dans un climat étrange et feutré puis le trombone au son cuivré et expressionniste improvise, soutenu par la contrebasse. S’installe alors le deuxième versant plus énergique du morceau. Soufflants, piano et violon interagissent librement et leur véhémentes expressions génèrent une tension musicale qu’accentuent les dynamiques interventions de la contrebasse et batterie.

Après ce splendide moment musical, advient Encore cinq minutes. Sur cette ballade raffinée, on est littéralement envoûté par le chorus tourbillonnant et haut en couleurs du violoniste. Les riches harmonies du morceau créent une atmosphère musicale d’une sérénité angélique.

L’album se termine avec le morceau titre, Maybe That’s All We Get sur lequel le sextet s’exprime avec subtilité et délicatesse alors que les notes perlées du piano teintent le climat de romantisme.

Echo#1-Nuits de Fourvière 2022

Echo#1-Nuits de Fourvière 2022

Des conditions climatiques idéales président à la soirée du 16 juillet 2022 des Nuits de Fourvière qui programment Marion Rampal puis Archie Shepp sur la scène du Théâtre de l’Odéon. Le public a vibré avec enthousiasme à l’écoute des musiques de ces artistes aussi talentueux que généreux.

lire plus
Echo#1-Jazz à Vienne 2022

Echo#1-Jazz à Vienne 2022

Double plateau alléchant et conditions atmosphériques estivales pour la soirée du 02 juillet 2022 du festival Jazz à Vienne. Le oudiste Dhafer Youssef venu en quartet puis Marcel Khalifé & Bachar Mar Khalifé en septet ont comblé le public du Théâtre Antique. Les vibrations musicales orientales ont déclenché l’ovation d’une foule enthousiaste.

lire plus
FUSSYDUCK sort son premier album

FUSSYDUCK sort son premier album

Le tout premier album de FUSSYDUCK est sorti sur le Label Double Moon Records. Belle découverte que le projet de ce groupe transnational. L’opus « Maybe that’s all we get » propose une musique singulière aux contrastes mélodiques et harmoniques colorés et aux paysages sonores délicats et chaleureux. Groove et fraîcheur sont alliés pour le meilleur.

lire plus
Enrico Pieranunzi 5tet-The Extra Something, Live at the Village Vanguard

Enrico Pieranunzi 5tet-The Extra Something, Live at the Village Vanguard

Un parfait exercice de style hard bop

​Quand en 2016, dans un des clubs les plus prestigieux de la sphère du jazz, le Village Vanguard à New York, le pianiste italien Enrico Pieranunzi enregistre en quintet un répertoire de compositions originales hard bop… advient un album éblouissant, « The Extra Something, Live at the Village Vanguard » sorti le 22 avril 2022 chez CAM JAZZ. Énergie et sensibilité se conjuguent avec virtuosité et maîtrise instrumentale.

Né en 1949, le grand maître du piano jazz, Enrico Pieranunzi, a collaboré avec nombre d’illustres artistes tels que le trompettiste Chet Baker (1929-1988), le contrebassiste Charlie Haden (1937-2014), le batteur et percussionniste Paul Motian (1931-2011) et le guitariste Jim Hall (1930-2013). Il compte à son actif plus de cinquante enregistrements dans une carrière qui remonte aux années 1970.

« The Extra Something, Live at the Village Vanguard » (CAM Jazz /L’Autre Distribution) constitue le troisième CD live enregistré en quintet par Enrico Pieranunzi dans le légendaire temple new-yorkais du jazz. La maîtrise instrumentale des musiciens se combine avec leur expressivité sensible et génère à l’écoute, une émotion de chaque instant.

« The Extra Something, Live at the Village Vanguard »

Après une première invitation reçue de Lorraine Gordon, propriétaire du club, décédée en 2018, Enrico Pieranunzi a joué huit fois dans ce lieu mythique qu’est le Village Vanguard de New York. Il a accueilli des moments et des musiciens fondamentaux de l’histoire du jazz. Le pianiste Enrico Pieranunzi est le premier et le seul musicien italien et l’un des trois seuls Européens avec les pianistes Français Martial Solal et Michel Petrucciani à s’être produit en tant que leader et à avoir enregistré des disques live au Village Vanguard.

Enrico Pieranunzi dédie l’album à Lorraine Gordon : « Pour un musicien européen et italien, jouer en tant que leader dans le temple du jazz, avec des musiciens américains fantastiques, est quelque chose d’extraordinaire. C’est l’une de ces émotions qu’il est pratiquement impossible de mettre en mots, et c’est un cadeau que j’ai reçu d’elle. »

visuel de l'album Extra Something - Live at the village vanguard de Enrico PieranunziSous la supervision du producteur de musique Ermanno Basso, « The Extra Something » a été enregistré en direct en janvier 2016 au Village Vanguard de New York, par James Farber, puis mixé en Septembre 2016 par James Farber au Sear Sound à New York et masterisé par Danilo Rossi.

Sur les sept compositions originales de l’opus, le pianiste Enrico Pieranunzi est à la tête d’un quintet magique qui réunit autour de lui de Diego Urcola (trompette et trombone), Seamus Blake (saxophone ténor, EWI), Ben Street (contrebasse) et Adam Cruz (batterie).

On apprécie la musicalité raffinée et chaleureuse du saxophoniste, le jeu fluide du trompettiste, les incrustations harmoniques et les improvisations enivrantes du pianiste, le polychromatisme inspiré du contrebassiste et la rythmique stimulante du batteur.

Au fil des titres

Blue Afternoon ouvre l’album. D’emblée, la section de cuivres expose avec souplesse la mélodie à l’unisson alors que se dégage déjà une certaine tension. Très vite le trompettiste entame un solo flamboyant et fait montre de prouesses sonores dans les aigus. Le saxophoniste déroule ensuite un torrent de notes explosives à la suite de quoi le pianiste entame une improvisation fluide dont la teneur éblouit et enivre en même temps.

Sans aucun répit, le quintet enchaîne avec Extra Something, une composition dont les premiers instants ne sont pas sans rappeler le style modal du regretté McCoy Tyner. Par ses incursions chromatiques turbulentes, le ténor explore avec aisance l’ensemble de ses registres et apporte une musicalité chaleureuse au morceau. Dans un solo fougueux, la trompette flirte avec les aigus et l’ambiance magnétique du morceau s’accentue lorsque le piano poursuit avec une séquence raffinée qui ne renie pas son inspiration post bop.

Sur Atoms, une composition chargée d’adrénaline, les soufflants se lancent dans des improvisations impétueuses et brillent par leur élocution virtuose. Agile et explosive, la trompette séduit par la netteté et le détaché de ses notes. Les vibrations hard bop du piano sont accentuées par la rythmique percussive de la main gauche du maître. En fin de morceau, le solo de batterie insuffle une respiration singulière et inspirée.

Au mitan du répertoire… une ballade (bienvenue). Dès les premières mesures de The Real You, le saxophone ténor fait entendre des notes vibrantes de mélancolie. Il est rejoint par le trombone qui s’exprime en contrepoint. Les deux instruments se relaient ensuite et enchantent par leurs discours ciselés et chargés d’émotions. Avec élégance, le piano distille quant à lui ses harmonies raffinées. L’oreille succombe sous le charme de ce moment en suspension avant Entropy qui marque le retour flamboyant du hard bop. Pendant 9’16 », le quartet s’exprime dans le plus pur style hard bop. Le trombone étincelle, le ténor bouillonne, le piano irradie, tous soutenus par la polyrythmie fougueuse qu’impulsent contrebasse et batterie.

Dédiée au regretté pianiste Kenny Kirkland (1955-1998), Song for Kenny permet au saxophoniste de dérouler un chorus d’une vélocité frénétique mais parfaitement maîtrisée. La trompette n’est pas en reste et son style impétueux se pare d’inflexions bluesy. Le solo du piano brille par son esthétique raffinée.

Le répertoire se termine avec Five Plus Five dont l’atmosphère monkienne apostrophe les tympans. Le thème est exposé par le trombone au jeu ardent auquel succède un solo éblouissant de virtuosité du ténor. Par contraste, le piano séduit par son toucher qui possède autant de délicatesse que de brillance. La main droite dessine avec agilité des phrases fleuves sans oublier de broder des fantaisies mélodiques incroyables sur le tempo d’enfer sous-tendu par la contrebasse véloce et la batterie déchaînée.

En quintet, Enrico Pieranunzi livre Avec « The Extra Something, Live at the Village Vanguard » une musique exigeante et énergique… une véritable explosion de swing !

Echo#1-Nuits de Fourvière 2022

Echo#1-Nuits de Fourvière 2022

Des conditions climatiques idéales président à la soirée du 16 juillet 2022 des Nuits de Fourvière qui programment Marion Rampal puis Archie Shepp sur la scène du Théâtre de l’Odéon. Le public a vibré avec enthousiasme à l’écoute des musiques de ces artistes aussi talentueux que généreux.

lire plus
Echo#1-Jazz à Vienne 2022

Echo#1-Jazz à Vienne 2022

Double plateau alléchant et conditions atmosphériques estivales pour la soirée du 02 juillet 2022 du festival Jazz à Vienne. Le oudiste Dhafer Youssef venu en quartet puis Marcel Khalifé & Bachar Mar Khalifé en septet ont comblé le public du Théâtre Antique. Les vibrations musicales orientales ont déclenché l’ovation d’une foule enthousiaste.

lire plus
FUSSYDUCK sort son premier album

FUSSYDUCK sort son premier album

Le tout premier album de FUSSYDUCK est sorti sur le Label Double Moon Records. Belle découverte que le projet de ce groupe transnational. L’opus « Maybe that’s all we get » propose une musique singulière aux contrastes mélodiques et harmoniques colorés et aux paysages sonores délicats et chaleureux. Groove et fraîcheur sont alliés pour le meilleur.

lire plus
Jazz Campus en Clunisois 2022 – La Programmation

Jazz Campus en Clunisois 2022 – La Programmation

Du jazz inventif et libre, ouvert et innovant

Jazz Campus en Clunisois 2022 donne rendez-vous au public du 20 au 27 août pour vivre au rythme du jazz et des musiques improvisées. Toujours aussi vivace et ancré dans ses racines, le festival propose un bouquet de concerts alléchants… du jazz vivant et attractif, inventif et libre, ouvert et innovant.

visuel du festival Jazz Campus en Clunisois 2022Festival aux dimensions humaines, Jazz Campus en Clunisois 2022 va de nouveau faire battre le cœur du jazz dans la Bourgogne du Sud. Du 20 au 27 août 2022, les onze concerts de Jazz Campus en Clunisois 2022 vont investir le Théâtre Les Arts de Cluny, le Farinier de l’Abbaye, le parc Abbatial et aussi la ludothèque, La LudoVerte.

Au fil des années, Didier Levallet a permis à « Jazz Campus en Clunisois » de vivre sans renier ses valeurs. Avec persévérance, le fondateur du festival n’a eu cesse de proposer une vision renouvelée d’un jazz foisonnant et vigoureux. Ainsi, Jazz Campus en Clunisois 2022 s’inscrit dans cette dynamique et présente un large panorama de la diversité des expressions que recouvre le mot jazz aujourd’hui. Une programmation qui valorise la liberté et son corolaire en musique… l’improvisation.

Entre pique-nique gratuits et concerts en salle, le public éclairé ou novice va vivre et partager des émotions musicales avec les artistes de la scène contemporaine du jazz mobilisés pour l’édition 2022 du festival.

Les stages

Outre les concerts, Jazz Campus en Clunisois 2022 propose des stages qui se déroulent du 21 au 26 août 2022 et offrent aux jeunes instrumentistes, musiciens amateurs et futurs professionnels, une ouverture sur la pratique d’ensemble : classe d’orchestre, improvisation et création collectives, jeu de groupe, exploration d’un répertoire, fanfare.

Les ateliers 2022 sont animés par Pascal Berne (Jeux d’Orchestre #2), Sophie Agnel (Décider d’improviser), Sylvain Rifflet (Moondog & Beyond), Laura Tejeda (Lâcher de voix), François Merville et David Chevallier (La Musique de Bill Frisell), sans oublier l’atelier Fanfare animé par Michel Deltruc et Etienne Roche et l’atelier « Jeune Public » animé par Benoît Garnica du 23 au 26 août 2022 sous forme d’un camp en direction des jeunes de 07 à 11 ans.

A l’issue de ces stages sont prévus des concerts de restitution dans le Parc Abbatial, le vendredi 26 août 2022.

La programmation

Samedi 20 août 2022

A 20h30 au Farinier de l’Abbaye, le violoniste Jacky Molard et le saxophoniste François Corneloup invitent la clarinettiste Catherine Delaunay et le violoncelliste Vincent Courtois à les rejoindre. Véritable carré d’As, ce quartet « Entre les terres » propose un projet irrigué de la diversité de leurs inspirations. Au programme, un ailleurs musical sensible et ouvert sur le monde. Des promesses d’imprévu à découvrir avec curiosité.

Lundi 22 août 2022

Jazz Campus en Clunisois 2022 - Curiosity@Philippe-AnessaultRendez-vous à 20h30 sur la scène du Théâtre les Arts de Cluny avec le projet « Curiosity » de David Chevallier. Guitariste émérite et compositeur inspiré, il a fondé un trio avec le contrebassiste Sébastien Boisseau et le batteur Christophe Lavergne avant d’inviter le trompettiste Laurent Blondiau à les rejoindre. Le quartet va conjuguer lyrisme et improvisation au fil d’un set dont l’originalité devrait être le maître mot.

Mardi 23 août 2022

La soirée débute à 20h30 au Théâtre Les Arts et se profile en deux parties. Deux duos. Deux dialogues sans artifices autour d’un piano (tout acoustique sans sono).

Première partie

Depuis plus de trente ans, une grande complicité lie le violoniste Dominique Pifarély et le pianiste François Couturier qui collaborent. Ils se réunissent de nouveau pour présenter « Préludes & songs », un programme original où piano et violon vont dialoguer avec élégance et lyrisme.

Deuxième partie

Jazz campus en Clunisois 2022 - Frank Woeste©Fabrice Journo) & Matthieu Michel©JP SpycherEn 2018, le pianiste Franck Woeste a sorti l’album « Libretto Dialogues Vol 1 » (Phonart/Socadisc/Belove) enregistré dans son studio Libretto, lequel opus a été suivi d’un second volume en 2019. Chacun des dix titres de chaque opus restitue un instantané musical issu du dialogue du pianiste avec dix musiciens invités à jouer avec lui en duo spontané, « sans filet ».

Sur la scène du Théâtre les Arts de Cluny, Franck Woeste invite le trompettiste suisse Matthieu Michel à deviser avec lui. Une réunion qui promet un moment d’aventureuse harmonie.

Mercredi 24 août 2022

A 10h, à la ludothèque La Ludoverte, le duo Mamie Jotax composé de Camille Maussion (saxophones soprano, ténor, voix) et de Carmen Lefrançois (saxophones alto, soprano, baryton, flûte, voix) présente leur musique imaginative et envoutante aux bébés de 3 à 36 mois.

A 20h30, le Théâtre Les Arts accueille le quartet « Racines » qui réunit Sylvain Kassap (clarinettes), Niels Kassap (clarinettes), Anis Eraslan (violoncelle) et Claude Tchamitchian (contrebasse). Un quartet transgénérationnel dont l’imaginaire musical plonge dans les musiques de l’Orient. Brodé de sensibilité et pimenté d’improvisation, le climat musical promet d’intenses vibrations et de superbes rêveries.

Jeudi 25 août 2022

Jazz Campus en Clunisois 2022 - Suzanne©Laurent VilaremComposé de Maëlle Desbrosses (alto, voix), Pierre Tereygeol (guitare, voix) et Hélène Duret (clarinettes, voix) le trio dénommé Suzanne se produit à 19h au Farinier de l’Abbaye. Au programme, instrumentation singulière, mouvements fugitifs et séquences poétiques ou ironiques.

C’est à 21h au Théâtre Les Arts que Louise Jallu rend hommage à Astor Piazzola, le maître du Tango Nuevo dont on a fêté le centenaire en 2021. Entourée du violoniste Mathias Lévy, du pianiste et claviériste Grégoire Letouvet et du contrebassiste Alexandre Perrot, la jeune bandonéoniste s’empare des morceaux du compositeur argentin. Par son originalité créative, elle transforme ces musiques en standards, tout en demeurant fidèle à l’esprit de l’œuvre originelle.

Vendredi 26 août 2022

Comme un rituel incontournable, à 14h, dans le Parc abbatial, lors de la séance de restitution des ateliers, stagiaires et musiciens formateurs des ateliers présentent au public le résultat du travail accompli durant les six jours de stage.

A 19h, c’est au tour des participants de l’atelier Fanfare encadré par Michel Deltruc et Etienne Roche d’ouvrir la soirée qui se poursuit par la restitution de l’atelier « Jeune Public » animé par Benoît Garnica.

Place ensuite à l’Impérial Orpheon. Cette formation atypique réunit Damien Sabatier (saxophones soprano et alto), Gérald Chevillon (saxophone basse), Antoine Girard (accordéon, chant) et Antonin Leymarie (batterie). Ces quatre poly-instrumentistes complices, déjantés et virtuoses offrent une musique populaire et dansante, énergique et organique qui embarque l’oreille dans un univers à la fois lyrique et déjanté. Une véritable invitation à la danse.

Samedi 27 août 2022

A 12h30, « Jazz Campus en Clunisois » 2022 offre un concert gratuit dans le parc Abbatial où le public est invité à apporter son pique-nique et à se rafraîchir à la buvette.

Au programme musical… cordes et larmes sensibles. Les cordes de la guitare de Misja Fitzgerald-Michel et les lames du vibraphone de Franck Tortiller s’unissent pour présenter « Les heures propices » dont les rythmes et mélodies flirtent aux confins du jazz et du folk. Une musique acoustique et sans artifice, empreinte de fraîcheur et de vitalité.

A 20h30, les musiciens du GRIO (GRand Imperial Orpheon) et le public rejoignent le Théâtre Les Arts pour le dernier concert de l’édition 2022 de « Jazz Campus en Clunisois ». Les trompettistes Aymeric Avice et Frédéric Roudet, le pianiste Aki Rissanen, le contrebassiste Joachim Florent et le tromboniste Simon Girard rejoignent Damien Sabatier, Gérald Chevillon et Antonin Leymarie de l’Imperial Orphéon. La musique du collectif restitue la connivence qui règne entre les membres de la Compagnie Impérial. Une soirée finale qui devrait réjouir largement et emporter l’adhésion unanime du public.

Grâce à Didier Levallet et à la dynamique équipe qui l’entoure, des musiciens créatifs alimentent la programmation attractive et diversifiée de Jazz Campus en Clunisois 2022 en direction d’un public curieux et ouvert au jazz et aux musiques improvisées. C’est aussi l’occasion de retrouver ou découvrir le Clunisois. La ville de Cluny, son haras, ses marchés et son histoire mais aussi les paysages verdoyants de la Bourgogne du Sud, ses cépages et sa gastronomie.

Echo#1-Nuits de Fourvière 2022

Echo#1-Nuits de Fourvière 2022

Des conditions climatiques idéales président à la soirée du 16 juillet 2022 des Nuits de Fourvière qui programment Marion Rampal puis Archie Shepp sur la scène du Théâtre de l’Odéon. Le public a vibré avec enthousiasme à l’écoute des musiques de ces artistes aussi talentueux que généreux.

lire plus
Echo#1-Jazz à Vienne 2022

Echo#1-Jazz à Vienne 2022

Double plateau alléchant et conditions atmosphériques estivales pour la soirée du 02 juillet 2022 du festival Jazz à Vienne. Le oudiste Dhafer Youssef venu en quartet puis Marcel Khalifé & Bachar Mar Khalifé en septet ont comblé le public du Théâtre Antique. Les vibrations musicales orientales ont déclenché l’ovation d’une foule enthousiaste.

lire plus
FUSSYDUCK sort son premier album

FUSSYDUCK sort son premier album

Le tout premier album de FUSSYDUCK est sorti sur le Label Double Moon Records. Belle découverte que le projet de ce groupe transnational. L’opus « Maybe that’s all we get » propose une musique singulière aux contrastes mélodiques et harmoniques colorés et aux paysages sonores délicats et chaleureux. Groove et fraîcheur sont alliés pour le meilleur.

lire plus
« Our Folklore » – Louis Matute Large Ensemble

« Our Folklore » – Louis Matute Large Ensemble

Entre joie et nostalgie

Le guitariste Louis Matute livre son album « Our Folklore » gravé avec le Louis Matute Large Ensemble. Douze titres colorés de joie et de nostalgie et irrigués de musiques latines, de pop-rock, de classique et de jazz. Une invitation à voyager dans le folklore imaginaire du guitariste et de ses complices. Une musique acoustique élégante et mélodique, énergique et rythmée qui donne envie de chanter.

Après deux albums sortis en 2018 et 2020 avec son quartet, le guitariste suisse Louis Matute revient à la tête d’un sextet qui s’étoffe en septet sur quatre pistes. Il signe « Our Folklore » (Neuklang/Big Wax Distribution), un troisième opus instrumental sorti le 25 mars 2022. Avec ses complices, il raconte douze histoires musicales qui fondent un nouvel univers, un nouveau folklore… que l’on s’approprie avec joie.

Louis Matute a mis à profit le confinement pour composer le répertoire de « Our Folklore » qui vibre des cultures et des folklores de Cuba, du Kenya, de l’Amérique du Sud (Colombie, Argentine, Brésil), de l’orient de la Méditerranée. Toujours au service du groupe, les musiciens s’expriment avec lyrisme et croisent leurs couleurs musicales.

Louis Matute

Les influences de Louis Matute sont diverses. Son père hondurien lui a fait connaître les musiques sud-américaines, sa mère allemande aimer Bach et les compositeurs romantiques du 19e siècle. Sans compter les artistes des années 1990, découverts durant son enfance et son adolescence.

En 2013, Louis Matute gagne le Prix de Musique du Collège Claparède. Il intègre la classe de Vinz Vonlanthen à l’AMR et rentre à la Haute Ecole de Musique de Lausanne l’année suivante, où il est l’élève de Francis Coletta pendant deux ans, puis suit les classes de Wolfgang Muthspiel et Lionel Loueke au Jazzcampus Basel. En 2016, il est sélectionné en tant qu’artiste suisse par l’HEMU pour jouer au festival Switzerland Meets Brazil à Rio de Janeiro et Sao Paolo, organisé par Montreux Jazz Festival à l’occasion des 50 ans du festival.

Musicien éclectique, il est sideman pour plusieurs projets à styles différents, notamment Gaspard Sommer (neosoul), Phasm (modern jazz), Mirlaqi (house). Ces collaborations lui ont permis de se produire sur des scènes
internationales reconnues et de partager la scène avec des musiciens d’exception tels Nicolas Folmer, Nguyen Lê, Matthieu Michel ou Ben Van Gelder.

Il dirige son propre quartet composé de Léon Phal (saxophone ténor), Virgile Rosselet (contrebasse) et Nathan Vandenbulcke (batterie) avec lesquels il a sorti deux albums « Telepathy » en 2018 et « How Great This World Can Be » en 2020.

En 2019, Louis Matute reçoit le prix du Cully Jazz Festival pour « la qualité du projet personnel, le professionnalisme et le potentiel de développement sur la scène helvétique et internationale » il a été sélectionné par le directeur de l’Abri, Rares Donca, pour faire partie des Artistes Associés à l’Abri - Centre Culturel pour Jeunes Talents - pour la saison 2019/2020. En octobre 2019, il est invité par l’ambassade de Suisse, le Consulat Français et le festival Madajazzcar à venir jouer une semaine à Antananarivo à l’occasion du festival. En octobre 2019, il est lauréat du concours Jazz Contreband.

25 mars 2022…. sortie de l’album « Our Folklore » du Louis Matute Large Ensemble

« Our Folklore »

visuel de l'album Our Folklore de Louis Matute Large EnsembleL’album a été mixé et mastérisé par Philipp Heck aux Bauer Studios Ludwigsburg en Allemagne. Le visuel de la pochette donne à voir une main lumineuse aux couleurs vives. Il s’agit de la main gauche de Louis Matute shootée à la caméra thermique… ouverte et dynamique elle semble donner le rythme et inviter à la danse.

Pour enregistrer les douze titres qu’il a composés durant le confinement, Louis Matute élargit la taille de son groupe. Ainsi Zacharie Ksyk (trompette, trombone), Andrew Audiger (piano, Fender) et Amine Mraihi (oud) invité sur quatre titres, rejoignent Léon Phal, Virgile Rosselet, Nathan Vandenbulcke et Louis Matute et le quartet devient le Louis Matute Large Ensemble au sein duquel la guitare est le seul instrument électrifié.

La rythmique nerveuse stimule les solistes auxquels elle propose de larges espaces d’expression. Envolées lyriques et flamboyantes alternent avec moments musicaux calmes et sensibles. Chaque soliste brille lors de ses interventions mais demeure au service du groupe et de son folklore. Les mélodies demeurent l’essence même de la musique, la complicité qui règne entre les musiciens est palpable. On se laisse porter par le côté festif de la musique même si de tendres couleurs nostalgiques teintent le voyage musical offert avec générosité par le Louis Matute Large Ensemble… et l’on se prend à chanter avec les musiciens dont on partage le folklore avec bonheur !

Au fil des pistes

L’album ouvre avec Renaissance. La guitare dessine un premier mouvement avec le piano et les cuivres soutenu par la rythmique sautillante. Dans un deuxième temps, l’oud calme l’ambiance avec une mélodie aux accents orientaux envoûtants. Les solos du piano et de la guitare électrique s’enchaînent avec flamboyance. On se sent emporté par l’énergie des musiciens qui jouent cette marche joyeuse et mélodieuse et on a l’impression de survoler un paysage irradié du soleil de l’insouciance.

Le contraste advient avec la mélodie mélancolique de Kawira exposé par l’ensemble. La douceur lyrique de la guitare rend hommage à la graphiste du deuxième album de Louis Matute, Kawira Mwirichia, décédée en octobre 2020.

On se laisse intriguer par l’atmosphère de Too much souls for this world et par la question que pose le titre. Soutenu par le riff nerveux de la guitare et par la rythmique qui va crescendo, le saxophone exubérant expose un solo bouillonnant et expressif. Le répertoire continue avec Tangos. Dès l’exposition du thème, on tombe sous le charme de l’harmonieuse ambiance créée par les cuivres, du son aérien de la trompette et de la lumineuse improvisation du piano fort inspiré.

Avec lyrisme la guitare électrique chante ensuite Hold your Hand, une ballade apaisante et caressante. Son feutré des cuivres, douceur de la guitare. On est tenté de prendre la main… de la pochette pour rejoindre les musiciens. L’oud revient sur Macondo et son jeu fusionne avec celui de la guitare. La composition qui porte le nom village colombien imaginé par Gabriel Garcia Marquez où se déroule « Cent ans de solitude », incite à la rêverie. Après l’improvisation virtuose et ourlée de sensibilité de la guitare, le solo effervescent du ténor insuffle une énergie contrôlée.

Hommage à toutes les personnes du quotidien ordinaire, For All these Real Stars invite à un voyage sans frontière à travers les improvisations enjouées du saxophone, du oud, de la contrebasse. C’est ensuite sur un tempo chaloupé que la guitare expose le thème du titre Alfaia, évocateur des ambiances brésiliennes du Nordeste. Le ténor incisif et élégant prend le relai et son solo intense et fougueux. La guitare lui répond par de superbes envolées lyriques et souples. Lorsque les deux solistes se rejoignent de nouveau, vient l’envie de chanter avec eux.

Sur Queen of Queen les cuivres exposent une mélodie harmonieuse sur un riff aux résonances cubaines tenu par le piano et la rythmique énergique. Les solistes s’expriment sans retenue et leur énergie stimule la batterie qui se lance dans un solo impétueux et entraîne le groupe dans une fin festive et dansante.

Our Folklore invite alors à un doux voyage onirique et serein sur les rives d’un paysage coloré par les notes chatoyantes du clavier électrique et le souffle chaleureux des vents. L’oud est de nouveau invité sur Zikra, une plage à la coloration orientale. On valse et l’on se laisse emporter au fil de la mélodie et des improvisations de l’oud éloquent, de la trompette exaltée.

L’album se termine avec Convivere sur lequel le groupe dialogue en grande connivence avant de laisser la guitare enflammer le morceau par un solo d’une énergie lumineuse et contagieuse… les musiciens conjuguent avec bonheur ce « vivre ensemble » qui semble les réunir et auquel on adhère volontiers.

Pour écouter Louis Matute Large Ensemble avec Louis Matute (guitare), Léon Phal (saxophone ténor), Zacharie Ksyk (trompette), Andrew Audiger (piano), Virgile Rosselet (contrebasse) et Nathan Vandenbulcke (batterie), rendez-vous le 16 mai 2022 et le 20 juin 2022 au Duc des Lombards (premier set à 19h30, deuxième set à 21h00, troisième set à 22h30) et le 06 juillet 2022 à 17h sur la scène de Cybèle, dans le cadre du festival « Jazz à Vienne ».

Echo#1-Nuits de Fourvière 2022

Echo#1-Nuits de Fourvière 2022

Des conditions climatiques idéales président à la soirée du 16 juillet 2022 des Nuits de Fourvière qui programment Marion Rampal puis Archie Shepp sur la scène du Théâtre de l’Odéon. Le public a vibré avec enthousiasme à l’écoute des musiques de ces artistes aussi talentueux que généreux.

lire plus
Echo#1-Jazz à Vienne 2022

Echo#1-Jazz à Vienne 2022

Double plateau alléchant et conditions atmosphériques estivales pour la soirée du 02 juillet 2022 du festival Jazz à Vienne. Le oudiste Dhafer Youssef venu en quartet puis Marcel Khalifé & Bachar Mar Khalifé en septet ont comblé le public du Théâtre Antique. Les vibrations musicales orientales ont déclenché l’ovation d’une foule enthousiaste.

lire plus
FUSSYDUCK sort son premier album

FUSSYDUCK sort son premier album

Le tout premier album de FUSSYDUCK est sorti sur le Label Double Moon Records. Belle découverte que le projet de ce groupe transnational. L’opus « Maybe that’s all we get » propose une musique singulière aux contrastes mélodiques et harmoniques colorés et aux paysages sonores délicats et chaleureux. Groove et fraîcheur sont alliés pour le meilleur.

lire plus
Flavio Boltro & Fabio Giachino – « Things To Say »

Flavio Boltro & Fabio Giachino – « Things To Say »

Conversation musicale intime

Le trompettiste Flavio Boltro et le pianiste Fabio Giachino conversent en toute intimité sur « Things To Say ». Une alchimie musicale expressive et intense unit les deux musiciens transalpins. Onze compositions originales à savourer avec délice. Entre passion et confidence, un album lyrique et stimulant.

visuel de l'album Things To Say de Flavio Boltro & Fabio GiachinoLe label italien CAM Jazz propose « Things To Say », un enregistrement du duo Flavio Boltro & Fabio Giachino.

Riche en émotions, le dialogue entre le trompettiste et le pianiste comble l’oreille. Leurs échanges témoignent d’une écoute profonde et d’une grande expressivité.

Sur « Things to say » (CAM Jazz/L’Autre Distribution) sorti le 22 avril 2022, les émotions ponctuent la conversation entre Flavio Boltro & Fabio Giachino. A écouter sans modération !

Flavio Boltro

Aujourd’hui trompettiste de référence du jazz italien, Flavio Boltro a suivi le cursus du conservatoire national de musique classique de Turin G. Verdi. Il a étudié la trompette classique pendant sept ans. À 19 ans, il remporte le premier prix de trompette classique du Conservatoire, mais renonce à un poste fixe au sein de l’Orchestre Symphonique de Turin, préférant le jazz.

Dans les années quatre-vingt, il a joué dans « Lingomania quintet » de Maurizio Giammarco avec Roberto Gatto (batterie), Furio Di Castri (contrebasse), Maurizio Giammarco (saxophone) et Umberto Fiorentino (guitare) et s’est produit avec Steve Grossman, Cedar Walton, Billy Higgins, Clifford Jordan, Jimmy Cobb, Manhu Roche, Joe Lovano, Freddie Hubbard. Il a remporté le référendum Top Jazz à plusieurs reprises (à la fois en tant que soliste et en tant que membre de « Lingomania »).

Depuis les années quatre-vingt-dix, il a tourné son activité vers la France, où il réside aujourd’hui. En 1994 il rejoint l’Orchestre National de Jazz de Laurent Cugny, intègre en 1996 le sextet de Michel Petrucciani et en 2000 le quintet de Michel Portal. En 1997, il est membre du quintet de Stefano Di Battista, avec Éric Legnini (piano), Benjamin Henocq (batterie) et Rosario Bonaccorso (contrebasse). En 2003, Flavio Boltro joue en quartet avec Éric Legnini, Rémi Vignolo et Franck Aghulon avec qui il enregistre l’album « 40 degrés » (Blue Note Records). Durant cette même année 2003, il participe au Trio AIR avec Giovanni Mirabassi (piano) et Glenn Ferris ((trombone) avec qui il enregistre l’album « AIR » ((Sketch)).

En 2007, le chanteur populaire italien Gino Paoli réalise son rêve : monter un groupe de jazz. Il s’entoure de Flavio Boltro, Roberto Gatto, Rosario Bonaccorso et Danilo Rea. Le groupe enregistre 2 albums, « Milestones - Un Incontro In Jazz » (Blue Note) et « Un incontro in jazz à Rome » (Parco Della Musica Records). En 2011, le label allemand Act Music propose à Flavio Boltro d’enregistrer des grands airs d’opéra italiens. Avec Danilo Rea qui a comme lui une solide formation classique, il grave l’album « Opera at Schloss Elmau ». En 2012, il enregistre « Joyful » (Bonsaï) avec son nouveau groupe, « Joyful », un quintet All stars composé de l’italien Rosario Giuliani (saxophone), Pietro Lussu (piano), Darryl Hall (basse) et André Ceccarelli (batterie). Il fait appel à Alex Ligertwood (voix), un des chanteurs du groupe de Carlos Santana.

Sur « Spinning » (2018) il revient au trio sans instrument harmonique avec Marco Battisti (contrebasse) et Mattia Barbieri (batterie) et explore avec eux de nouvelles perspectives musicales (pop, électro) et propose une musique complexe et contemporaine.

Fabio Giachino

Le pianiste est considéré comme l’un des plus grands talents apparus sur la scène musicale italienne ces dernières années.

Parallèlement à ses études académiques classiques, il étudie le jazz avec entre autres Antonio Faraò, Dado Moroni, Riccardo Zegna, Danilo Rea, Franco D’Andrea, Stefano Battaglia, Gianluigi Trovesi, Pietro Tonolo, Furio Di Castri, Barry Harris, Joey Calderazzo, Kurt Rosenwinkel, Scott Colley, Jeff Tain Watts, Salvatore Bonafede. En mars 2012, il termine sa période de jazz de deux ans au Conservatoire G. Verdi de Turin avec Furio Di Castri et Dado Moroni.

En 2009 et 2012, il étudie à New York avec Fred Hersh et Hal Crook. En 2011, à Detroit, il participe avec Emanuele Cisi à un échange entre le département de jazz du conservatoire de Turin et la Wayne State University of Michigan. En 2016, il est sélectionné par l’Association nationale des musiciens de jazz pour une résidence d’artiste de trois mois à l’ambassade d’Italie à Copenhague.

Fabio Giachino mène une intense activité de concerts (Allemagne, France, Suisse, Belgique, Espagne, Danemark, Angleterre, République tchèque, Pologne, Turquie, Roumanie, Canada, États-Unis et Italie). Il collabore avec de nombreux artistes jazz tels que Dave Liebman, Rosario Giuliani, Furio Di Castri, Maurizio Giammarco, Emanuele Cisi, Gavino Murgia et Massimo Manzi. Il collabore aussi avec Fabrizio Bosso, Gegè Telesforo, Javier Girotto, Miroslav Vitous, Dusco Goycovitch, Gilad Atzmon et bien d’autres. Dans les domaines pop et R&B, il a travaillé entre autres avec Roy Paci, Motel Connection, ENSI, Dj2P.

Entre 2011 et 2014, il est récompensé par de nombreux prix en Italie et en Europe, en tant que soliste et aussi à la tête de son groupe. Il est élu de 2011 à 2014 parmi les 10 meilleurs pianistes italiens selon le référendum sur les JazzIT Awards ainsi que parmi les 10 meilleurs groupes italiens avec son trio en 2013 et 2014. Son premier album « Introducing Myself » (2012) enregistré en trio avec le saxophoniste Rosario Giuliani et son deuxième album en trio « Jumble Up » (2014) ont été respectivement inclus dans les 100 Greatest Jazz Albums 2012 et 2013 selon le magazine JAZZIT.

Après « Blazar » (en trio) et « Balancing Dreams » (en solo) enregistrés en 2015, il grave ensuite « North Clouds » (2017) en trio avec Matthias Flemming Petri (basse) et Espen Laub Von Lillienskjold (batterie) et deux invités, Benjamin Koppel (saxophones) et Paolo Russo (bandonéon). Il a intégré le label CAM Jazz en 2019 à la tête d’un octet avec « At The Edges of The Horizon » puis en solo avec « Limitless » (2021)

« Things to say »

Flavio Boltro & Fabio Giachino ont partagé ensemble de nombreuses expériences musicales. En 2022 se retrouvent en duo sur « Things to Say » sorti le 22 avril 2022 chez CAM Jazz.

L’album a été enregistré en décembre 2020 sous la supervision du producteur musical Ermanno Basso par Alessandro Taricco au studio Riverside de Turin (Italie), puis mixé et mastérisé en janvier 2021 par Stefano Amerio au studio Artesuono à Cavalicco dans la province de Udine (Italie).

Au sein de son intimité artistique, le duo s’exprime avec complicité dans un idiome où flirtent liberté et modernité. Le trompettiste s’approprie chaque note qui émane de son instrument et dialogue avec le pianiste au langage lyrique ancré dans les racines du jazz. De superbes mélodies spatiales croisent de stimulantes lignes expressives.

L’album propose onze titres assez courts pour la plupart, six compositions du pianiste, quatre du trompettiste et une collective.

Au fil des pistes

L’album ouvre avec Piccola Nina, une composition de Flavio Boltro, jouée de manière assez exubérante. Le swing et l’aisance du trompettiste suscitent l’allégresse et inspirent au pianiste une improvisation fort expressive à l’issue de laquelle le duo se retrouve et échange en belle harmonie. Le répertoire continue avec une composition de Fabio Giachino, Dark Fire and Desire. A partir d’un riff du piano, le thème est ensuite exposé à l’unisson à la suite de quoi les deux solistes ont beaucoup de choses à dire. Le pianiste mêle virtuosité savante et lyrisme précieux. Le trompettiste lui répond par des phrases hard bop et son jeu soutenu permet d’apprécier sa fougue et son intrépidité.

Things to Say, la composition du pianiste qui donne son nom à l’album, fait ressortir la complicité qui règne entre les deux musiciens et leur osmose artistique. Son chaud de la trompette, maîtrise des aigus, jeu vif et passionné du piano.

Sur sa composition Prelude to Salina, le pianiste s’exprime solo. D’une grande liberté harmonique, son jeu développe des lignes mélodiques lumineuses pleines de charme. Le duo se reforme sur Salina, ballade écrite par Flavio Boltro. Les notes tenues et travaillées de la trompette confèrent une esthétique raffinée à cette composition ourlée de délicatesse.

Avec Hidden Smile, on assiste à un échange musical séduisant entre le son cuivré de la trompette et l’approche élégante et mélodique du piano. Irrésistible !

Une douce tristesse s’invite ensuite sur la composition du pianiste, No Noise. L’accompagnement tout en finesse et en légèreté du pianiste met en valeur la plénitude et la délicatesse de la trompette. Seven Dwarves, le morceau suivant, se fait plus aventureux voire même un peu fantaisiste. Après l’exposé à l’unisson du thème pris sur un tempo médium, piano et trompette rivalisent de virtuosité dans un climat dansant où l’écoute demeure de mise entre eux.

Changement d’esthétique avec Mood and Blues, blues au tempo rapide. Articulation vertigineuse de la trompette, effets de pistons, accompagnement solide et sans faille du piano. Les deux musiciens sont au diapason et improvisent au galop.

Sur le percussif et malicieux, Tira E Mola, le duo semble s’amuser. Climat enthousiaste et échanges sautillants. L’album se termine avec Spicy Blues, le morceau le plus court du répertoire. Un blues baroque et très vif. Tel un orfèvre du timbre, le trompettiste articule avec précision chacune de ses notes alors que le jeu très maîtrisé du piano navigue entre tradition et modernité.

Pour écouter Flavio Boltro & Fabio Giachino, rendez-vous le 22 mai 2022 à 22h au Camera Jazz Club de Bologne (Italie).

Echo#1-Nuits de Fourvière 2022

Echo#1-Nuits de Fourvière 2022

Des conditions climatiques idéales président à la soirée du 16 juillet 2022 des Nuits de Fourvière qui programment Marion Rampal puis Archie Shepp sur la scène du Théâtre de l’Odéon. Le public a vibré avec enthousiasme à l’écoute des musiques de ces artistes aussi talentueux que généreux.

lire plus
Echo#1-Jazz à Vienne 2022

Echo#1-Jazz à Vienne 2022

Double plateau alléchant et conditions atmosphériques estivales pour la soirée du 02 juillet 2022 du festival Jazz à Vienne. Le oudiste Dhafer Youssef venu en quartet puis Marcel Khalifé & Bachar Mar Khalifé en septet ont comblé le public du Théâtre Antique. Les vibrations musicales orientales ont déclenché l’ovation d’une foule enthousiaste.

lire plus
FUSSYDUCK sort son premier album

FUSSYDUCK sort son premier album

Le tout premier album de FUSSYDUCK est sorti sur le Label Double Moon Records. Belle découverte que le projet de ce groupe transnational. L’opus « Maybe that’s all we get » propose une musique singulière aux contrastes mélodiques et harmoniques colorés et aux paysages sonores délicats et chaleureux. Groove et fraîcheur sont alliés pour le meilleur.

lire plus