Nuits de Fourvière 2023 – La programmation

Nuits de Fourvière 2023 – La programmation

Un programme dense et ambitieux

Véritable temps fort de l’été culturel de la métropole lyonnaise, les Nuits de Fourvière 2023 annoncent une programmation dense et ambitieuse. Du 31 mai au 28 juillet 2023… 2 mois pour vivre 131 représentations avec 58 spectacles de théâtre, danse, musique, opéra, cirque, dont 16 créations et premières françaises. Une affiche prometteuse !

En 20 ans, Dominique Delorme, Directeur des Nuits de Fourvière, a donné une dimension internationale à ce festival toujours ancré dans le territoire métropolitain. Dominique Delorme, Emmanuelle Durand et Vincent AngladePour l’édition 2023 du festival qu’il a préparé, il a mis son habituelle exigence artistique au service d’une programmation pluridisciplinaire alléchante écrite entre Danse & Cirque, Théâtre et Musiques.

Lors de la présentation du programme de l’édition 2023 des Nuits de Fourvière, Dominique Delorme a présenté Emmanuelle Durand et Vincent Anglade, le duo qui va lui succéder pour diriger le festival.

Chaque année, les Nuits de Fourvière associent leur image à un photographe. En 2023, l’affiche propose une photographie extraite de la série « Cholitas Escaladoras » de Todd Antony.

Du 31 mai au 28 juillet 2023, les Nuits de Fourvière 2023 diversifient les propositions sur deux mois. Rendez-vous avec… 58 spectacles de théâtre, danse, musique, opéra, cirque, dont 16 créations et premières françaises et 131 représentations.

Nuits de Fourvière 2023 - l'affciheEn 2023, le Festival International de la Métropole de Lyon offre un large éventail de propositions culturelles.

Il invite son public à se divertir, se laisser surprendre, vibrer, découvrir de larges horizons ouverts sur le monde et à vivre le meilleur du spectacle vivant, sur les pierres romaines du Grand Théâtre et de l’Odéon de Fourvière, à l’Opéra de Lyon, à l’ENSATT, au Théâtre de La Renaissance, au Musée des Confluences, au Théâtre de la Croix-Rousse, au Théâtre des Célestins, au Théâtre Comédie-Odéon, au Lycée Saint-Just, au domaine de Lacroix-Laval et au Parc de Parilly.

Les Nuits de Fourvière 2023 ouvrent le 31 mai 2023 au Grand Théâtre pour quatre soirées avec Philippe Decouflé et la Compagnie DCA qui présentent « Stéréo Deluxe », une version revue, corrigée et enrichie du spectacle « Stéréo », des fragments de l’histoire du rock’n’roll portés par une équipe jeune et son énergie brute. Clap de fin du festival le 28 juillet 2023 avec « La Nuit du Mexique » pour un Éclat Final mené dans le Grand Théâtre sur le rythme endiablé de la cumbia mexicaine avec Kumbia Boruka, Son Rompe Pera et la star Lila Down.

Danse, Cirque, Théâtre

Danse

Après « Stéréo Deluxe », du 13 au 16 juin 2023 au Grand Théâtre, place à « Unstill Life », une création de Benjamin Millepied et Alexandre Tharaud, « un pianiste qui rêvait d’être chorégraphe et un chorégraphe qui rêvait d’être pianiste ».

Inspirée par Les Mille et Une Nuits, la grande chorégraphe de flamenco María Pagés signe son retour aux Nuits les 10 et 11 juillet 2023 avec « De Scheherezade », un ballet flamenco grand format, tandis que les 14 et 15 juillet 2023, la compagnie Maqamat invite les spectateurs de « Beytna » à partager le travail de quatre chorégraphes du monde entier… avec un repas traditionnel libanais !

Cirque

  • Du 22 juin 2023 au 08 juillet 2023, NoFit State Circus va se déchaîner au Domaine de Lacroix-Laval avec une création, « Sabotage », du cirque rock qui mêle musique live, théâtralité et effets spéciaux.
  • Du 13 au 17 juin 2023, avec « Là », Baro d’Evel dramatise le cirque, le poétise et le met en récit sur la scène du Théâtre des Célestins.

Théâtre

  • Le « Vertige Marilyn » est présenté sur la scène de l’Odéon, les 19, 20 et 21 juin 2023. Pour l’occasion, Isabelle Adjani va dialoguer avec Marilyn Monroe et faire renaître son fantôme.
  • Rendez-vous les 15, 16 et 17 juin 2023 au Théâtre de la Croix-Rousse pour trois représentations de « Sorcières », d’après l’essai éponyme de Mona Chollet, avec un collectif de femmes, parmi lesquelles on retrouve Ariane Ascaride, Constance Dollé, Clotilde Hesme, Louise Orry-Diquéro, Franky Gogo et P.R2B.
  • Les 23 et 24 juin 2023, place à « No Way, Veronica, ou nos gars ont la pêche », une parodie de « The Thing » de John Carpenter mise en scène par Jean Boillot au Théâtre de la Renaissance. Une comédie musicale qui va faire peur !
  • Du 24 juin au 01 juillet 2023, au Lycée Saint-Just, les fidèles Comp. Marius proposent une création qui donne vie à « Lorenzaccio » d’Alfred de Musset.
  • Du 11 au 13 juillet 2023, à l’ENSATT, le festival propose une réflexion sur l’identité et la condition humaine avec une double programmation et la possibilité de se restaurer sur place. A 19h30, « Rapport pour une académie » de Franz Kafka, mise en scène de Georges Lavaudan puis à 21h30, « Il n’y a pas d’Ajar », à partir du livre au titre éponyme de Delphine Horvilleur, avec une mise en scène Johanna Nizard & Arnaud Aldigé.
  • Du 04 au 07 juillet au Théâtre de la Renaissance, « Tachkent » de Dan Jemmett porté en scène par Rémi De Vos, avec un quatuor d’artistes prestigieux (Valérie Crouzet, Clotilde Mollet, Grégoire Oestermann et Hervé Pierre). Une plongée dans les profondeurs de l’âme humaine.
  • Les 06, 07 et 08 juillet 2023 à l’Opéra de Lyon, place au peu conventionnel, « Himmerlerde », une pièce de théâtre musical masqué, par la Familie Flöz & la Musicbanda Franui, sur des œuvres de Franz Schubert, Robert Schumann, Gustav Mahler, Anton Webern… Pour trouver sa place entre ciel et terre, entre naissance et mort, amour et solitude.

Cinq Spectacles reflets de la Nouvelle Génération

Pour 5 spectacles, les Nuits de Fourvière s’associent à deux établissements supérieurs de formation, le Centre National des Arts du Cirque (CNAC) et l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT) pour présenter les spectacles de fin d’études des étudiants.

Dans ce cadre, rendez-vous au Parc de Parilly, les 10 et 11 juin 2023 avec « Balestra », un spectacle de cirque mis en scène Marie Molliens avec les interprètes de la 34ème promotion du CNAC.

Place ensuite au théâtre à l’ENSATT, avec deux spectacles de la promotion sortante de l’ENSATT. Du 22 juin au 3 juillet 2023, « Ouverture Lyon/Johannesbourg » dirigé par Leyla- Claire Rabih & Kgomotso MoMo Matsunyane et « 4,7% de liberté », du 24 juin au 05 juillet 2023, un spectacle de Métilde Weyergans & Samuel Hercule. Pour les soirées des 07 et 08 juillet 2023 sont proposés deux spectacles couplés avec possibilité de restauration sur place durant la pause. A 19h30, l’école Parallèle imaginaire (lauréate du festival Impatience en 2022) présente « Le Beau Monde » (une création collective) puis à 21h, « Trigger Warning » reprend un spectacle créé à l’ENSATT en 2021, dans le cadre des projets d’écriture dramatique de Marcos Caramés-Blanco, dans une mise en scène de Maëlle Dequiedt.

Humour, Poésie, « Vogue la Nuit »

Humour

Du 25 au 30 juin 2023 (relâche le 28 juin), le Grand Théâtre accueille « Boys, Boys, Boys » de Florence Foresti seule en scène. De son regard décalé, elle célèbre les femmes et déclare son amour aux hommes.

Poésie

Le 28 juin 2023 à l’Odéon, Bartabas met en scène « Les cantiques du Corbeau », une lecture à trois voix par Anne-Marie Philipe, Charles Berling et Jean-Luc Debattice, sur une musique interprétée par les instrumentistes du groupe de gamelan Pantcha Indra.

Vogue la Nuit#2

Pour la seconde année consécutive, les Nuits de Fourvière invitent deux nouveaux regards à se poser sur la programmation. En 2023, le festival offre une carte blanche à Maud Bastide et Julia Le Groux qui proposent trois spectacles, entre pop-rock, danse, et musique électronique.

Au Grand Théâtre, le 21 juillet 2023, après Jan Verstraeten et sa pop orchestrée, le Flamand, Tamino perpétue une tradition musicale, se l’approprie, la façonne et la fait résonner avec son temps. Toujours au Grand Théâtre, le 22 juillet 2023, la spirale immersive des percussions électroniques de la lyonnaise Citron Sucré puis les beats effrénés d’Irène Drésel précèdent la pop électrisante de Simon Henner alias French 79.

Le 23 juillet 2023, la scène de l’Odéon accueille « Portrait » de Mehdi Kerkouche, une pièce chorégraphique portée par neuf danseurs issus de larges horizons, du cabaret, du hip-hop, du contemporain et même de la danse moderne. Le spectacle sera précédé et suivi d’un DJ set.

Musiques

Entre le Grand Théâtre de Fourvière, l’Odéon, l’Opéra de Lyon, le Théâtre Comédie-Odéon ou à la croisée du Rhône et de la Saône, le festival programme des projets ambitieux ou plus confidentiels mais néanmoins essentiels. Au fil d’un voyage musical ouvert tous azimuts, artistes et orchestres de pop, rock, classique et jazz se succèdent.

Au Grand Théâtre de Fourvière

Le prestigieux Grand Théâtre de Fourvière accueille le légendaire Kassav le 05 juin 2023 puis voit revenir la chanteuse pop Christine And The Queens le 06 juin 2023 avec un show annoncé XXL.

Le 08 juin 2023, à l’occasion de son quarantième anniversaire, l’Orchestre de l’Opéra de Lyon dirigé par Daniele Rustioni, les chœurs de l’Opéra et la chorale des Hospices Civils de Lyon qui a travaillé avec le chef des chœurs de l’Opéra, Benedict Kearns, présentent une version exceptionnelle du « Requiem de Verdi », véritable chef d’œuvre du répertoire sacré.

Nuits de Fourvière 2023, Bernard Lavilliers

Bernard Lavilliers©Patrick Swirc

Dans un tout autre registre, le 16 juin 2023, Michel Polnareff au piano chante Michel Polnareff sur la scène du Grand Théâtre qui accueille ensuite le 17 juin 2023, Disiz, le rappeur devenu artiste pop lequel est précédé par Aloïse Sauvagne. Le 22 juin 2023, Bernard Lavilliers propose « La Chica », un voyage musical de Rio à Paris, de Paris à New York et de New York à Kingston. Le 23 juin 2023, le même lieu va vibrer de la pop-rock anglaise de Simply Red et de son fameux chanteur Mick Hucknall.

Le 01 juillet 2023, come-back des trois Anglais de Alt-J puis le 03 juillet 2023 place au blues-rock de The Black-Keys précédé du rock-soul des femmes béninoises du Star Feminine Band. Le 04 juillet 2023, place au rock de Queens of the Stone Age. Les 05 et 07 juillet 2023 c’est le retour de Benjamin Biolay qui vient présenter le répertoire de son dernier album « Saint-Clair ».

Nuits de Fourvière 2023, Dupontel Symphonik

Dupontel Symphonik©Laurent Lufroy

Le 08 juillet 2023, Christophe Julien dirige l’orchestre du Conservatoire à Rayonnement Régional de Lyon qui interprète une création originale, « Dupontel Symphonik ». Le concert est suivi d’une projection du film d’Albert Dupontel « Au revoir là-haut », adapté du roman éponyme de Pierre Lemaitre.

Le 12 juillet 2023, le Grand Théâtre voir revenir la chanteuse Zazie puis, le 16 juillet 2023, accueille pour la troisième fois la pop post-rock du trio islandais Sigur s. Le voyage musical se poursuit entre électro et classique, le 24 juillet 2023, avec le musicien et producteur électro Thylacine. Accompagné par l’orchestre du Conservatoire à rayonnement régional de Lyon dirigé par Uèle Lamore, Thylacine propose « Alma Este », une version symphonique de son album « Timeless ».

Le 25 juillet 2023, c’est le retour du duo The Blaze avec son nouveau spectacle, puis le 26 juillet 2023, Pomme revient, accompagnée d’un orchestre et le 27 juillet 2023, c’est Jeanne Added qui vient présenter son nouveau répertoire entre électro, pop et jazz.

… sans oublier « La Nuit du Mexique » et un déferlement de cumbia mexicaine pour l’Éclat Final du 28 juillet 2023 avec Kumbia Boruka, Son Rompe Pera et la star Lila Down.

A l’Odéon

Le 07 juin 2023, le lieu se fait écrin pour la voix singulière de Catherine Ringer dans une lecture de poèmes d’Alice Mendelson sur la musique de Grégoire Hetzel que Mauro Gioia met en scène. Le 10 juin 2023, l’Odéon accueille la « Nuit Italienne » avec Vinicio Capossela et le 24 juin 2023, la « Nuit Grecque » qui rend hommage au rébétiko, avec le joueur de bouzouki Grigoris Vasilas et son groupe, The White Rose of Athens, précédé du trio Kaïmaklis.

Le 02 juillet 2023, conduit par Nicole Corti, le chœur Spirito, revisite a capella l’œuvre des Beatles dans une création intitulée « Yes It is ». Le 13 juillet 2023, l’Odéon célèbre la « Nuit Flamenca » avec Inés Bacán (chant), Pedro Soler (guitare) et Gaspar Claus (violoncelle) précédés du guitariste Alban Lorini et ses complices de la Cie Kõ-sentire.

A la croisée du Rhône et de la Saône

Les 24 et 25 juin 2023, dans le cadre d’un partenariat avec le Musée des Confluences, les Nuits de Fourvière 2023 présentent « Akutuk Origins », des percussions aquatiques à mains nues dans un bassin spécialement installé sous le musée des Confluences, à la croisée du Rhône et de la Saône.

Du côté du Jazz…

… Plusieurs rendez-vous vont faire le bonheur des amateur.trice.s de jazz et des musiques cousines.

A l’Odéon, la soirée du 09 juin 2023 débute en mode swing, entre choro brésilien, valse, tango, biguine et standards de jazz avec le Sicilian Quartet franco-italien qui cède ensuite la place aux deux virtuoses de la guitare que sont Bireli Lagrène & Sylvain Luc.

Nuits de Fourvière 2023, Raphaël Imbert

Raphaël Imbert©Muriel Despiau

Complice des Nuits de Fourvière depuis 2015, le saxophoniste Raphaël Imbert et sa Compagnie Nine Spirit vont se produire le 16 juin 2023 sur la scène de la Grande Salle de l’Opéra de Lyon. Présenté en partenariat avec l’Opéra, « Underground » propose la « musique improvisée de chambre » de l’Invisible Stream, ce quartet qui réunit autour de Raphaël Imbert, le violoncelliste Jean-Guihen Queyras, le pianiste Pierre-François Blanchard et le batteur Sonny Troupé (batterie et tambour Ka). Pour l’occasion Raphaël Imbert convie de nombreux invités, Hugh Coltman (voix) et Célia Kameni (voix), Laure Sanchez (contrebasse) et le Quatuor Mometum issu du CNSMD de Lyon avec les violonistes Camille Coullet, Noé Gubitsch, l’altiste Ulysse Junek et le violoncelliste Pierre Schaaf. Un spectacle hors-normes qui repousse les limites de la musique. A ne pas rater !

Nuits de Fourvière 2023, André Minvielle

André Minvielle©Jean-Baptiste Millot

Du 29 juin au 01 juillet 2023, rendez-vous au Théâtre Comédie-Odéon avec André Minvielle, un autre habitué du festival. Le vocalchimiste revient pour les trois spectacles de sa « Carte Blanche à André Minvielle ».

  • Le 29 juin 2023, il propose une création, avec l’avant-première du film d’Olivier Azam, « L’homme à la manivelle ». André Minvielle et sa main-vielle à roue « sortent » de l’écran. Sa partenaire, Marina Jolivet, l’accompagne. Devant l’écran sont projetées des images tournées à la manivelle. Une expérience cinémato-« vocalchimique » faite à la main. A vivre en direct.
  • Le 30 juin 2023, André Minvielle présente son « Bo vélo de Babel ». L’artiste jongle avec les syllabes, scatte, chante et immerge l’oreille dans son univers musical et poétique à nul autre pareil.
  • Le 01 juillet 2023, avec « André Minvielle invite… », le public retrouve l’artiste gascon seul en scène, avec son compère Serge Valetti (comédien, auteur, scénariste) ou avec Lionel Suarez (accordéon) et Christophe Monniot (saxophones, synthétiseurs).

Au Grand Théâtre de Fourvière, la soirée du 07 juillet 2023 croise funk, soul et afrobeat. Avec les voix de Robin McKelle, Zara McFarlane et Alice Russell et le groupe d’afrobeat, originaire de Brooklyn, Antibalas, le spectacle « Respect to Aretha » rend hommage à Aretha Franklin, la reine de la Soul.

Nuits de Fourvière 2023, Avishai Cohen

Avishai Cohen©Yoko Higuchi

Un vent de liberté va souffler sur les deux projets singuliers présentés au Grand Théâtre lors de la soirée du 17 juillet 2023. Le Cri du Caire et Médéric Collignon ouvrent avec un voyage initiatique, entre saxophone, chant soufi, trompette et transe musicale. Place ensuite à « Iroko », le nouveau projet du contrebassiste Avishai Cohen, en collaboration avec le chanteur et joueur de congas Abraham Rodriguez Jr. Des musiques inspirées et dérivées de la tradition et des racines de la musique afro-caribéenne.

Le 18 juillet 2023, après une première partie assurée par le groupe du violoniste Théo Ceccaldi, Kutu dont les improvisations et la rythmique puissante mêlent électro-pop, hip-hop, soul, funk et jazz, la scène du Grant Théâtre accueille les six complices du sextet aixois Deluxe qui reviennent pour cette soirée groovy.

Nuits de Fourvière 2023, Ben Harper

Ben Harper©Jacob Bol

Le 19 juillet 2023, Ben Harper est de retour sur la scène du Grand Théâtre avec les Innoncent Criminals. Un concert à la croisée du hip-hop, du blues et du jazz, avec un soupçon de funk, de folk et de rock sans oublier une pincée de soul et de gospel.

Rendez-vous aussi le 20 juillet 2023, au Grand Théâtre pour deux concerts. La soirée ouvre avec Souad Massi dont le chant poétique navigue entre folk, bossa et chaâbi algérien. La chanteuse Imani va se produire ensuite sur scène au milieu de huit violoncellistes. Une performance qui devrait étonner et combler les plus exigeant.e.s.

A n’en pas douter, l’édition des Nuits de Fourvière 2023 va réunir les générations et faire vibrer le cœur de l’été. Le programme exhaustif des 131 représentations du festival international de la Métropole de Lyon est à consulter ICI, sur le site internet des Nuits de Fourvière.

Affiche Jazz à Vienne 2024 & Premiers Noms

Affiche Jazz à Vienne 2024 & Premiers Noms

43ème édition du 27 juin au 12 juillet 2024 Pour sa 43ème édition, le Festival « Jazz à Vienne » continue le partenariat initié en 2018 avec le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Dans ce cadre, les deux festivals s’associent cette année encore et...

lire plus
Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues »

Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues »

Après sept années d’immersion sur l’île de São Vicente, au Cap-Vert, en Afrique de l’Ouest, la chanteuse et compositrice Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues » sur le nouveau label de musique du monde Folkalist Records.

lire plus
Promenade dans « Le Jardin des Rêves » du quintet Oni Giri

Promenade dans « Le Jardin des Rêves » du quintet Oni Giri

Avec 3Le Jardin des Rêves3, deuxième album du quintet Oni Giri, le pianiste Rémi Denis signe un répertoire inspiré et exigeant. Il invite à le suivre dans son monde singulier où l’excellence musicale rencontre l’exigence poétique. Un jazz contemporain où subtilité et énergie cheminent en bonne entente, un univers musical où mélodie rime avec poésie.

lire plus
Andy Emler MegaOctet dévoile « No Rush ! »

Andy Emler MegaOctet dévoile « No Rush ! »

Groove, énergie et flamboyance

Neuvième enregistrement studio du Andy Emler MegaOctet, « No Rush ! » enchante de bout en bout…. solistes virtuoses, écriture innovante, groove flamboyant. Energique et sensible à la fois, la musique prend son temps, explose ou murmure. Un album essentiel et incontournable.

Créé en 1989 par le pianiste Andy Emler, le Mégaoctet compte quelques-uns des plus grands musiciens de jazz français actuels.

visuel de l'album No Rush du Andy Emler MegaOctetSorti le 03 février 2023, l’album « No Rush ! » (La Buissonne/PIAS) est le dernier album du Andy Emler MegaOctet depuis l’opus éponyme paru en 1990 suivi en 1992 par Headgames (Label Bleu), en 2004 par « Dreams in tune » (Nocturne), en 2007 par « West in peace » (Nocturne), en 2009 par « Crouch, touch, engage » (Naïve), en 2012 par « E total » (La Buissonne/PIAS), en 2014 par « Présence d’esprit » sur lequel Archimusic et Elise Caron rejoignent le MégaOctet, en 2015 « Obsession 3 » (La Buissonne/PIAS), en 2018 par « A moment for… » (La Buissonne/PIAS) et en 2021 « Just a beginning » (PeeWee!/Socadisc) capté en concert au D’Jazz Nevers Festival.

Le MegaOctet

De fait, Andy EmlerMegaOctet est un octet augmenté.

En effet, l’orchestre est composé de neuf musiciens avec Andy Emler à la direction, à la composition et au piano, Laurent Blondiau à la trompette, Philippe Sellam au saxophone alto, Guillaume Orti au saxophone alto, Laurent Dehors aux saxophone ténor et clarinette basse, François Thuillier au tuba, Claude Tchamitchian à la contrebasse, François Verly aux percussions, marimba, tablas et Eric Echampard à la batterie.

Seuls deux membres du groupe d’origine, Philippe Sellam et François Verly, sont encore présents au sein du groupe de 2023.

« No Rush ! »

Le confinement a été un moment d’intense solitude pour Andy Emler. Le pianiste compositeur a mis à profit cette période pour réécouter les musiques du XXème siècle (Arnold Schönberg, Witold Lutoslawsky, György Ligeti, Maurice Ohana, Philippe Manoury, Tristan Murail, Bernard Cavanna…) avant d’entrer dans une intense phase d’écriture. Il a alors composé une suite écrite spécifiquement pour les neuf musiciens du MegaOctet. Déjà invité lors la première formation de l’orchestre en 1989, le guitariste Nguyên Lê rejoint le big band sur deux titres de l’album « No Rush ! ».

De bout en bout du répertoire, on retrouve arrangements orchestraux singuliers, alliage de timbres éclatants et audaces rythmiques, ce qui constitue l’ADN de l’écriture d’Andy Emler. Un réel enchantement !

Au fil des pistes

Sous-tendu par une partition à l’écriture savante, « No Rush ! » combine l’énergie du rock, le groove du jazz, la spontanéité de l’improvisation. Les rythmes changent au sein d’un même morceau et varient tout au long du répertoire.

Dans Ouv La Case, consonances et dissonances coexistent et font régner sur le titre un climat étrange. Après le motif introductif de No Rush que le piano joue sans précipitation, le tuba gronde, chuchote et croise les notes avec la contrebasse, La trompette virevolte, les soufflants débordent d’audaces harmoniques et groovent diablement. A partir d’une ligne mélodique ostinato du piano puis de la contrebasse qui sert de socle aux divagations inspirées de l’orchestre, Think or Sink met en orbite le marimba dont les sonorités mystérieuses dialoguent avec les accords éthérés du piano. Contrebasse et batterie échangent ensuite en toute liberté avant l’explosif solo de batterie qui conduit le morceau à son terme.

Tableau empreint de lyrisme, Fondamental cultive les ruptures. Il immerge l’oreille dans une sphère sonore contemporaine qui allie flamboyante trompette, alto radieux et clarinette lumineuse au jeu d’archet de la contrebasse aux couleurs insolites. Three Thoughts For Two débute par une masse orchestrale animée avant de donner l’expression aux altistes. Après l’intervention virtuose et énergique de Philippe Sellam, Guillaume Orti fait se succéder graves suaves et aigus tourbillonnants et laisse ensuite la trompette refermer le propos.

Au long des deux minutes quinze de Minicrobe, les musiciens voltigent avec audace et énergie au-dessus des portées de la partition. Leur virtuosité est tout entière mise au service de l’écriture. Just A Beginning relève de la même veine, tuttis explosifs, polyphonies audacieuses, unissons nerveux, crescendos puissants. Au-dessus du souffle continu du tuba, les sons aériens de la guitare se font furieux puis se parent d’accents rock. L’atmosphère jubilatoire de la musique confine alors à la transe.

La suite se termine avec Good Timing. Après une introduction au climat sonore sidéral, la musique se charge d’allégresse et de ferveur. Le ténor torride vocifère et portés par une puissante rythmique, les soufflants unissent leur énergie pour créer une atmosphère incandescente et explosive.

Rendez-vous avec Andy Emler et le MegaOctet le 12 mai 2023 (19h - 23h) sur la scène du Pan Piper à Paris pour découvrir live le répertoire de l’album « No Rush ! »

Affiche Jazz à Vienne 2024 & Premiers Noms

Affiche Jazz à Vienne 2024 & Premiers Noms

43ème édition du 27 juin au 12 juillet 2024 Pour sa 43ème édition, le Festival « Jazz à Vienne » continue le partenariat initié en 2018 avec le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Dans ce cadre, les deux festivals s’associent cette année encore et...

lire plus
Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues »

Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues »

Après sept années d’immersion sur l’île de São Vicente, au Cap-Vert, en Afrique de l’Ouest, la chanteuse et compositrice Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues » sur le nouveau label de musique du monde Folkalist Records.

lire plus
Promenade dans « Le Jardin des Rêves » du quintet Oni Giri

Promenade dans « Le Jardin des Rêves » du quintet Oni Giri

Avec 3Le Jardin des Rêves3, deuxième album du quintet Oni Giri, le pianiste Rémi Denis signe un répertoire inspiré et exigeant. Il invite à le suivre dans son monde singulier où l’excellence musicale rencontre l’exigence poétique. Un jazz contemporain où subtilité et énergie cheminent en bonne entente, un univers musical où mélodie rime avec poésie.

lire plus
Dhafer Youssef présente « Street Of Minarets »

Dhafer Youssef présente « Street Of Minarets »

Voyage musical entre orient et occident

​En 2023, le maître du oud, vocaliste et compositeur, Dhafer Youssef revient avec l’album « Street Of Minarets ». Pour ce voyage musical entre orient et occident, il invite de prestigieux invités. Sans rien perdre de son identité, il élargit le périmètre de son art et son instrument se confronte avec brio à différentes facettes du jazz. Un audacieux projet qui ne manque ni d’énergie ni d’inspiration.

visuel de l'album Streets of Minarets de Dhafer YoussefAprès le mystique « Birds Requiem (2013), l’étrange et lumineux Diwan of Beauty & Odd (2016) et le planant Sounds of mirrors (2018), Dhafer Youssef présente son neuvième opus, « Street Of Minarets » (Back Beat Edition) sorti le 27 janvier 2023.

Par sa spiritualité et son mysticisme, la musique de « Street Of Minarets » s’imprègne du Soufisme dont Dhafer Youssef porte l’héritage. Cet album a fait l’objet de cinq années de travail.

Entre orient et jazz

Une fois encore, Dhafer Youssef transcende les genres. Mélodies aériennes, envols saisissants… son chant plane entre orient et jazz.

Street of Minarets par Dhafer Youssef©Sabine HauswirthA ses côtés, il convie d’éblouissants invités à la renommée internationale…

Herbie Hancock au piano et aux synthétiseurs, Nguyen Lê aux guitares, Marcus Miller à la basse, Dave Holland à la contrebasse, Ambrose Akinmusire à la trompette, Rakesh Chaurasia au bansuri, Adriano Dos Santos Tenori aux percussions et Vinnie Colaiuta à la batterie.

La flûte de Rakesh Chaurasia a été enregistrée à Bombay, Adriano Dos Santos Tenori a joué ses percussions à Paris, Dave Holland a posé ses lignes de contrebasse avant que le master ne soit finalisé à Göteborg en Suède. Le guitariste Nguyên Lê a mixé les dix pistes chez lui à Lyon.

« Ce nouvel album raconte d’abord des voyages. Des voyages aux quatre coins du monde, à la recherche de sonorités inédites. J’y chante différemment, en utilisant des effets avec lesquels j’ai grandi. Notamment le son des mégaphones pour l’appel à la prière. » Dhafer Youssef

Au fil des pistes

L’aérien Street of Minarets ouvre l’album. Tel un muezzin, Dhafer Youssef invite à voyager dans son univers musical à la fois magique et mystique. Accompagné par le slap incisif de la basse, les sonorités évanescentes puis énergiques de la guitare, la sonorité suave de la trompette au phrasé tourbillonnant et le drumming souple de la batterie, le oudiste fait sortir son instrument de son rôle traditionnel.

Sur Bal d’âme, le dialogue de l’oud et du piano tisse une rêverie au climat onirique. SharQ Serenade : SharQ Suite met ensuite en avant le jeu chatoyant du oud, la sonorité quasi cosmique de la trompette. Le bansuri enchante la mélodie sur les nappes sonores de la guitare, les syncopes de la basse et les effets délicats de la rythmique percussive.

Sur Funky SharQ : SharQ Suite, le oud se fait funky accompagné par la trompette qui déclenche l’envol vivifiant du synthétiseur. Les accords de la guitare, la section rythmique et les percussions endiablées tressent un motif musical sur lequel le synthétiseur développe une improvisation magistrale. Plus loin, sur Omar Khayyam : Flying Dervish (intro, suite et Outro), c’est d’abord en trio avec Herbie Hancock et Nguyen Lê, que la voix haut perchée de Dhafer s’élève, comme une incantation en hommage à Omar Khayyam poète et savant perse qui a écrit 144 quatrains mystiques. Puis, sur un motif hypnotique de contrebasse, trompette, synthétiseurs, piano, guitare et oud s’engagent dans une irrésistible transe spirituelle à la beauté envoûtante.

La basse et le bansuri s’invitent ensuite sur Sudra Funk, une plage au style funk. Avec allégresse, les instruments dialoguent en parfaite harmonie accompagnés par la guitare et la section rythmique fusionnelle.

Changement de climat avec Whirling in the air que contrebasse et bansuri élaborent comme une plage de musique traditionnelle indienne propice à la méditation. Sur la mélodie itérative jouée par le oud, le bansuri et les percussions, Spinning Hermit met en relief le jeu orientalisant de la guitare qui développe une improvisation intrépide fort inspirée.

Hommage à Herbie Hancock, Herbie Dance surprend et enchante par son rythme funky impair. Flûte, contrebasse et synthé soutiennent le chant incantatoire.

L’album se termine avec Ondes of Chakras, promenade musicale éthérée où voix et oud cheminent avec la basse chantante, le bansouri au son captivant, la guitare vaporeuse et la section rythmique délicate et bienveillante. Un pur moment de magie !

Pour écouter live Dhafer Youssef, rendez-vous le 08 février 2023 au Bozar à Bruxelles (Belgique), le 10 février 2023 à L’Archipel de Perpignan, le 17 février 2023 à La Seine Musicale de Paris et le 12 avril 2023 sur la scène du Volcan au Havre.

Affiche Jazz à Vienne 2024 & Premiers Noms

Affiche Jazz à Vienne 2024 & Premiers Noms

43ème édition du 27 juin au 12 juillet 2024 Pour sa 43ème édition, le Festival « Jazz à Vienne » continue le partenariat initié en 2018 avec le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Dans ce cadre, les deux festivals s’associent cette année encore et...

lire plus
Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues »

Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues »

Après sept années d’immersion sur l’île de São Vicente, au Cap-Vert, en Afrique de l’Ouest, la chanteuse et compositrice Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues » sur le nouveau label de musique du monde Folkalist Records.

lire plus
Promenade dans « Le Jardin des Rêves » du quintet Oni Giri

Promenade dans « Le Jardin des Rêves » du quintet Oni Giri

Avec 3Le Jardin des Rêves3, deuxième album du quintet Oni Giri, le pianiste Rémi Denis signe un répertoire inspiré et exigeant. Il invite à le suivre dans son monde singulier où l’excellence musicale rencontre l’exigence poétique. Un jazz contemporain où subtilité et énergie cheminent en bonne entente, un univers musical où mélodie rime avec poésie.

lire plus
« L’Océan Sonore » de Catali Antonini

« L’Océan Sonore » de Catali Antonini

Rêverie aquatique

Pour son septième album en tant que leader, Catali Antonini invite à plonger avec elle dans « L’Océan Sonore ». A la tête d’un quartet qui réunit à ses côtés le pianiste Stéphane Pelegri, le bassiste Greg Théveniau et le batteur Hervé Humbert, la chanteuse s’exprime tour à tour en français, italien ou anglais. Rêverie aquatique en eaux tour à tour sensibles et énergiques.

Après sa parution digitale en date du 18 novembre 2022, la sortie physique de l’album « L’Océan Sonore » (Klarthe Records Jazz) est annoncée pour le 20 janvier 2023.

Au fil des dix pistes de l’album, le chant coloré de Catali Antonini alterne entre prouesses vocales dynamiques et sensibles confidences. Ses scats virtuoses sont soutenus avec brio par le trio énergique composé de Stéphane Pelegri (piano, Fender Rhodes, vibraphone), Greg Théveniau (basse) et Hervé Humbert (batterie).

On plonge avec délice dans « L’Océan Sonore » qui ne manque ni de sensibilité ni d’énergie et navigue avec bonheur entre audace et raffinement.

Chantée en italien, la première composition de l’album, Figli Dell’Egeo évoque l’odyssée tragique des migrants en mer Égée. Catali Antonini déploie un scat énergique aux inflexions explosives. Telle Betty Carter, elle bouscule les phrases mais possède de bout en bout le parfait contrôle technique de son chant. D’emblée aérien, le solo de piano s’enflamme ensuite avec une efficacité redoutable. L’oreille est submergée par les vagues énergiques d’un univers sonore aux accents aquatiques.

On s’immerge ensuite avec le quartet dans une sphère musicale plus onirique, celle de L’Océan Sonore. Sur ce titre, la voix de la chanteuse étire et fait palpiter les vers de Marine, le poème de Paul Verlaine. Les sonorités évanescentes et dilatées du Fender Rhodes sont soutenues par une douce rythmique aux effets pointillistes.

visuel de l'album L'Océan Sonore de Catali AntoniniChangement d’ambiance complet avec Bartok’s Last Dance dont le climat n’est pas sans évoquer l’atmosphère jazz fusion du fameux Return to Forever de Chick Corea. La voix et le piano exposent le thème à l’unisson puis un dialogue énergique s’installe sur l’improvisation entre les prouesses vocales de haute voltige et les phrasés tumultueux du Fender Rhodes stimulé par la batterie musclée et la basse électrique tonique en diable. L’Anno Delle 13 lune est de nouveau l’occasion pour Catali Antonini de s’exprimer en italien, cette langue si chantante qu’elle affectionne. Elle développe avec souplesse la large tessiture de sa voix. Son scat est émaillé de spectaculaires sauts de registre et le solo de basse éblouit tant par son lyrisme que par sa pulsation.

Cerco met ensuite en relief la sonorité cristalline du vibraphone qui enveloppe avec tendresse le poème chanté en italien. L’émotion affleure sur chaque mesure de ce titre sensible. Sur un tempo funk, le chant soul se fait nerveux tout au long du Sign of the Times de Prince dont Catali Antonini a conservé les paroles. Au-dessus des accords jazz-rock du Fender Rhodes et des slaps nerveux de la basse électrique, le scat explosif de Catali Antonini fait un clin d’œil aux expressions vocales du regretté Al Jarreau. Retour à un tempo plus calme avec la superbe ballade I don’t Wanna Lose You que Catali Antoni chante en anglais. Chargée d’inflexions bluesy, la voix se fait sensuelle au-dessus des accords lumineux que pose le Fender Rhodes.

Retour au groove avec Short Cuts, composé par Stéphane Pelegri. Piano, basse et voix présentent le thème à l’unisson. Après un court solo de basse torride, la chanteuse se transcende et développe un scat vertigineux. Le morceau se termine en beauté avec un échange électrisé entre chant et batterie. Plus loin, Catali Antonini n’a pas repris le texte de Sting et a rédigé en anglais un texte très personnel sur Dienda, la composition de Kenny Kirkland qui porte le nom de la politicienne namibienne Elma Dienda. Avec une grande force de conviction, le chant se fait l’écho des voix des femmes namibiennes et de leur combat pour l’émancipation.

Avec Rilidexwons, l’album se termine dans un trip sonore qui mêle slam et jazz-rock. Pour l’occasion, le Fender Rhodes fait entendre d’audacieuses envolées musicales que propulse une rythmique groovy.

Pour retrouver le quartet de Catali Antonini et le répertoire de « L’Océan Sonore », RV au Crescent de Mâcon le 21 janvier 2023 à 21h et à Paris au Studio de l’Ermitage, en coplateau avec le duo de Mathieu Cepitelli, le 25 janvier 2023 à 20h30.

Affiche Jazz à Vienne 2024 & Premiers Noms

Affiche Jazz à Vienne 2024 & Premiers Noms

43ème édition du 27 juin au 12 juillet 2024 Pour sa 43ème édition, le Festival « Jazz à Vienne » continue le partenariat initié en 2018 avec le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Dans ce cadre, les deux festivals s’associent cette année encore et...

lire plus
Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues »

Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues »

Après sept années d’immersion sur l’île de São Vicente, au Cap-Vert, en Afrique de l’Ouest, la chanteuse et compositrice Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues » sur le nouveau label de musique du monde Folkalist Records.

lire plus
Promenade dans « Le Jardin des Rêves » du quintet Oni Giri

Promenade dans « Le Jardin des Rêves » du quintet Oni Giri

Avec 3Le Jardin des Rêves3, deuxième album du quintet Oni Giri, le pianiste Rémi Denis signe un répertoire inspiré et exigeant. Il invite à le suivre dans son monde singulier où l’excellence musicale rencontre l’exigence poétique. Un jazz contemporain où subtilité et énergie cheminent en bonne entente, un univers musical où mélodie rime avec poésie.

lire plus
Dmitry Baevsky revient avec « Kids’ Time »

Dmitry Baevsky revient avec « Kids’ Time »

Un joyau de virtuosité et de swing

​Le saxophoniste Dmitry Baevsky présente « Kids’ Time », son dixième album, enregistré pour Fresh Sound New Talent. En trio avec le contrebassiste Clovis Nicolas et le batteur Jason Brown, il propose un opus vertigineux de virtuosité. Avec une parfaite maîtrise, l’altiste brille et impressionne par sa virtuosité et son swing.

Amis de longue date, Dmitry Baevsky (saxophone alto), Clovis Nicolas (contrebasse) et Jason Brown (batterie) ont déjà enregistré et joué ensemble de nombreuses fois, cela s’entend d’ailleurs dès les premières notes de « Kids’ Time ».

Tout au long des douze plages du CD, le trio développe un son de groupe chaleureux, à la fois précis et détendu. Le trompettiste Stéphane Belmondo rejoint les trois complices sur trois titres.

Dmitry Baevsky

Fils unique d’un écrivain et d’une traductrice, Dmitry Baevsky grandit à Saint-Pétersbourg, sa ville de naissance ((la ville s’appelait alors Léningrad). Il intègre une école de musique à 14 ans et participe au big band, au pupitre de saxophone alto. Il entre ensuite en 1991 au Mussorgsky College of Music de Saint-Pétersbourg où il étudie avec le saxophoniste russe Gennady Goldstein.

Il fréquente les clubs de jazz de la ville e. Au Jazz Philharmonic Hall de Saint-Pétersbourg, il rencontre Ann et Bob Hamilton, un couple américain qui lui propose de rejoindre New York afin de suivre un stage de jazz de deux semaines. Au final, les deux semaines se prolongent… Dmitry Baevsky demeure chez le couple durant six mois puis, après audition, intègre le département Jazz de la prestigieuse New School University de New York où il obtient une bourse pour une scolarité complète. A la fin de ses études, il est un membre à part entière de la scène jazz locale et décide alors de quitter la Russie pour s’installer à New York.

Dmitry Baevsky revient avec "Kids' Time"

Dmitry Baevsky©Marina Chassé

Technicien redoutable, l’altiste au son chaleureux possède un sens aigu du drive et devient l’un des saxophonistes incontournables de la scène jazz new-yorkaise. Il a joué ou enregistré, avec Benny Green, Peter Washington, Willie Jones III, David Hazeltine, “Killer” Ray Appleton, David Williams, Peter Bernstein, Cedar Walton, Dennis Irwin, Jeremy Pelt, Joe Cohn, Steve Williams, Joe Magnarelli, Jesse Davis, Ryan Kisor, Gregory Hutchinson, Roger Kellaway, Leon Parker, Dena De Rose … et bien d’autres encore.

Au fil de ses tournées régulières en Europe, Dmitry Baevsky découvre Paris où il s’installe en 2016 avec sa famille tout en maintenant une forte connexion professionnelle avec New York.

De son premier disque « Introducing Dmitry Baevsky » (2009) en passant par « Over and Out » (2015), « The Day After (2017) jusqu’à « Sound Track » (2021), Dmitry Baevsky compte neuf albums à son actif.

Sorti le 02 décembre 2022, son dixième opus, « Kids’ Time » (Fresh Sound New Talent/Socadisc) vient enrichir sa discographie et devrait à n’en pas douter recevoir un accueil favorable auprès de tous les inconditionnels du jazz.

« Kids’ Time »

Sur le livret de l’album « Kids’ Time », Dmitry Baevsky donne quelques pistes pour expliciter le titre :

« …. comme les enfants les musiciens jouent seuls ou avec d’autres enfants. En jouant, ils créent et s’expriment, apprennent et grandissent et évoluent. Et bien sûr, en jouant ils s’amusent aussi. …. La musique de cet album prétend simplement être celle de quatre musiciens qui s’amusent, en jouant comme des enfants le feraient sur leur aire de jeu. »

couverture de l'album Kids' Time de Dmitry BaevskyL’album été enregistré et mixé en juillet 2022 par Erwan Boulay au Studio Sextan à Malakoff. Son répertoire compte neuf compositions originales de Dmitry Baevsky, la fameuse calypso Soy Califa de Dexter Gordon et deux non moins célèbres standards, Deep in a Dream de Jimmy Van Heusen et Don’t blame me de Jimmy McHugh.

Autour de lui et de son saxophone alto, Dmitry Baevsky a réuni deux musiciens rencontrés à New York, le contrebassiste Clovis Nicolas avec lequel il a beaucoup d’affinités et le batteur Jason Brown dont il apprécie le jeu et l’implication. Il a par ailleurs invité le trompettiste Stéphane Belmondo pour la qualité fortement émotionnelle de son jeu, tout à fait en accord avec l’ambiance envisagée pour l’enregistrement de « Kids’ Time ».

Au fil des titres

Du début à la fin du répertoire, le saxophoniste soigne la pureté du son de son instrument. Qu’il soit tranchant, tendu, fluide ou acrobatique, son phrasé possède un swing et une élégance intrinsèques. L’altiste met sa virtuosité au service de son expressivité lyrique qui exclut tout bavardage. Aucune redite dans ses improvisations alimentées par des idées sans cesse renouvelées. Ancré dans la tradition du bebop il a développé un style qui lui appartient en propre et que l’on peut qualifier de post bop.

D’emblée, la première plage, Mr H. donne le ton avec les prouesses de style de l’alto. Quasi acrobatique, son phrasé fluide alimente un swing irrépressible. Il devise avec la batterie avec laquelle il échange en 4/4. Imintagante est l’occasion pour le trio d’une escapade rythmique tout en relaxation du côté du Maroc. Sur Kids’ Time le trio invite Stéphane Belmondo. Les deux soufflants échangent dans un idiome post-bop. De son expression à la fois chaude et coupante, l’alto explore une tessiture étendue. Sur Minor Delay on prend la mesure de la fluidité de son phrasé. Avec Times Flies, le trio propulse la musique sur les rails d’une énergie non exempte d’humour.

Sur la sublime ballade, Deep in a Dream, le bugle de Stéphane Belmondo se pare de sobriété et se fond avec le jeu tout en souplesse de l’alto. Le trompettiste brille par le raffinement de son phrasé accompagné par la contrebasse épanouie et la batterie tout en délicatesse.

Sur le tempo ternaire de Morningside Waltz on se prend à esquisser un pas de danse langoureux accompagné par le phrasé de l’alto valseur et délicat. Plus loin sur le tempo ultra rapide des deux compositions du leader, The End et Rollin’, l’alto fait preuve d’une virtuosité qui évoque celle de Cannonball Adderley. La fougue d’un boulet de canon. C’est à couper le souffle !

>

MTA permet d’apprécier un généreux chorus de contrebasse auquel le saxophone alto répond avec aplomb. Plus loin, la trompette et l’alto rendent hommage au calypso de Dexter Gordon, Soy Califa. L’alto s’enflamme dans un solo à la fois élastique, lyrique et énergique. La trompette hésite entre sonorité voilée et timbre éclatant. La batterie leur répond avec impertinence.

Sur le standard Don’t Blame Me, le jeu de l’altiste ravit par son lyrisme déconcertant et son discours empreint de sérénité accompagné par une section rythmique imperturbable avec une contrebasse grave et généreuse et des balais tout en retenue sur les peaux.

Pour écouter Dmitry Baevsky en trio avec Clovis Nicolas et Jason Brown, rendez-vous le 01 février 2023 au Duc des Lombards à Paris et le 03 février 2023, salle Hubert Yencesse, 35 Rue de Gramont dans le cadre du Festival Jazz en Hiver à Chambourcy.

Affiche Jazz à Vienne 2024 & Premiers Noms

Affiche Jazz à Vienne 2024 & Premiers Noms

43ème édition du 27 juin au 12 juillet 2024 Pour sa 43ème édition, le Festival « Jazz à Vienne » continue le partenariat initié en 2018 avec le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Dans ce cadre, les deux festivals s’associent cette année encore et...

lire plus
Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues »

Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues »

Après sept années d’immersion sur l’île de São Vicente, au Cap-Vert, en Afrique de l’Ouest, la chanteuse et compositrice Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues » sur le nouveau label de musique du monde Folkalist Records.

lire plus
Promenade dans « Le Jardin des Rêves » du quintet Oni Giri

Promenade dans « Le Jardin des Rêves » du quintet Oni Giri

Avec 3Le Jardin des Rêves3, deuxième album du quintet Oni Giri, le pianiste Rémi Denis signe un répertoire inspiré et exigeant. Il invite à le suivre dans son monde singulier où l’excellence musicale rencontre l’exigence poétique. Un jazz contemporain où subtilité et énergie cheminent en bonne entente, un univers musical où mélodie rime avec poésie.

lire plus
Yoann Loustalot Trio propulse « Yéti »

Yoann Loustalot Trio propulse « Yéti »

Poésie musicale en suspension

Voix singulière de la trompette européenne, le compositeur Yoann Loustalot propulse son nouvel album « Yéti ». Avec le guitariste Giani Caserotto et le batteur Stefano Lucchini, il propose une musique stellaire, à la fois dense et poétique. L’espace musical se dilate et les titres planent en suspension dans un univers onirique, loin de l’imagerie de l’abominable homme des neiges.

Visuel de l'album Yeti de Yoann Loustalot trio« Yeti », un album dont le titre stimule l’imaginaire, un trio trompette/bugle-guitare-batterie, neuf morceaux entre compositions et improvisations.

Yoann Loustalot Trio offre quarante trois minutes de musique fascinante. Entre tradition et modernité, Yoann Loustalot (trompette, bugle), Giani Caserotto (guitare) et Stefano Lucchini (batterie) s’engagent dans une splendide échappée cosmique où les notes côtoient les étoiles.

« Yéti », une parenthèse féérique et poétique…. les mélodies circulent et flottent, la musique plane jusqu’au sommet de l’Himala(ya)jazz.

Yoann Loustalot

Le maître italien de la trompette Enrico Rava dit de lui :« Yoann Loustalot est comme une fleur très rare qui, lorsqu’elle apparaît dans un jardin, fait disparaître toutes les autres fleurs. Ce n’est pas juste un « beau son ». Non, c’est le son de l’âme et il est si profond et authentique que chaque note compte et conte. Il invente sans cesse des mélodies qui restent gravées dans l’air et dans nos têtes Passion, soin, attention, amour. Il ne m’est presque jamais arrivé de me sentir si proche d’un autre trompettiste. »

Sideman recherché pour sa sonorité unique et son inventivité mélodique, Yoann Loustalot est aussi fondateur du label discographique « Bruit Chic ».

Il mène de front différents projets personnels. Il a joué dans la tournée française “Free” du légendaire Iggy Pop en 2022 et dans les groupes d’Emile Parisien, de Sylvain Rifflet. Il a participé aux albums « Drum Thing » (2020) de Daniel Humair et « Reborn » (2020) d’Aldo Romano

Sa large discographie en tant que leader, compte entre autres albums,  « Pièces en forme de flocons » enregistré en 2014 avec le pianiste François Chesnel et le batteur Antoine Paganotti, « Aérophone » (2016) avec Glenn Ferris (trombone), Blaise Chevallier (basse) et Fred Pasqua (batterie), « Old and New Songs » gravé en 2017 et sorti 2018 avec le pianiste François Chesnel, le contrebassiste Frédéric Chiffoleau et le batteur Christophe Marguet. Aux confins du jazz, de la musique improvisée et contemporaine, Yoann Loustalot a aussi gravé « Slow » capté en 2018 et sorti en 2019, avec Julien Touery (piano), Eric Surmerian (contrebassiste) et Laurent Paris (percussions).

En décembre 2021, il est sélectionné dans les 5 meilleurs trompettistes de l’année par Jazz Magazine.

Le 18 novembre 2022, Yoann Loustalot Trio sort « Yéti » (Pure Capture/L’Autre Distribution).

« Yéti »

En ouverture de l’album, Echoes donne le diapason. La trompette à la sonorité stellaire et ses deux compagnons de voyage insufflent une atmosphère stratosphérique au morceau dès les premières notes. Le temps se dilate et on se laisse embarquer dans leur univers musical onirique. Le trio enchaîne avec Country Side. Après la mélodie envoûtante que souffle le bugle, la guitare enchaîne les effets de distorsion et s’unit à la batterie pour soutenir l’improvisation du bugle.

Avec Welcome to Valhalla, le trio ouvre les portes du paradis des guerriers Vikings. Dans une ambiance sonore étrange, la sonorité mélancolique de la trompette flotte dans l’espace sonore et dispense un climat apaisant. Retour du bugle pour Kips Bay, ballade captivante qui résonne comme une lamentation. Entre brume et ténèbre l’instrument à la sonorité tout en rondeur fait preuve de prouesses audacieuses alors que les nappes sonores de la guitare ne sont pas sans rappeler les ambiances hypnotiques de la musique composée par Angelo Badalamenti pour Twin Peaks.

>

Effets percussifs de la batterie, sons saturés et supersoniques de la guitare, ligne mélodique saccadée de la trompette véhémente… l’ambiance change du tout au tout avec le presque militaire Cetus. Retour dans un espace musical éthéré avec Valkyries Love, plage exquise où les sonorités des instruments se dilatent à l’envi. L’improvisation collective ravit par la beauté solaire de la trompette, le lyrisme chatoyant de la guitare et les voluptés rythmiques de la batterie.

Le répertoire se poursuit avec Indian Story sur lequel, tel un astre, brille la trompette à la sonorité dense. Tout au long du morceau, ses inflexions sculptent les contours d’un univers sonore étrange. Souffle brumeux de la trompette, sons vaporeux de la guitare, murmures subtils de la batterie, sur Yeti’s Call, l’atmosphère devient quasi impalpable, voire immatérielle. L’album se termine avec Jasmine dont la mélodie sereine invite au calme et à la sérénité. Un sommet de plénitude musicale.

Pour écouter la musique de « Yéti » et retrouver Yoann Loustalot Trio, rendez-vous le 17 décembre 2022 à 20h30 au « 360 Paris Music Factory« , 32 rue Myrha à Paris (18ème).

Affiche Jazz à Vienne 2024 & Premiers Noms

Affiche Jazz à Vienne 2024 & Premiers Noms

43ème édition du 27 juin au 12 juillet 2024 Pour sa 43ème édition, le Festival « Jazz à Vienne » continue le partenariat initié en 2018 avec le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Dans ce cadre, les deux festivals s’associent cette année encore et...

lire plus
Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues »

Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues »

Après sept années d’immersion sur l’île de São Vicente, au Cap-Vert, en Afrique de l’Ouest, la chanteuse et compositrice Kavita Shah publie « Cape Verdean Blues » sur le nouveau label de musique du monde Folkalist Records.

lire plus
Promenade dans « Le Jardin des Rêves » du quintet Oni Giri

Promenade dans « Le Jardin des Rêves » du quintet Oni Giri

Avec 3Le Jardin des Rêves3, deuxième album du quintet Oni Giri, le pianiste Rémi Denis signe un répertoire inspiré et exigeant. Il invite à le suivre dans son monde singulier où l’excellence musicale rencontre l’exigence poétique. Un jazz contemporain où subtilité et énergie cheminent en bonne entente, un univers musical où mélodie rime avec poésie.

lire plus