Victoires du Jazz 2018

Les femmes de retour au palmarès

La chanteuse Cécile McLorin Salvant, l’organiste Rhoda Scott, les pianistes Laurent de Wilde et Roberto Negro, le trompettiste David Enhco, le saxophoniste Raphaël Imbert, The Amazing Keystone Big Band sont distingués par les Victoires du Jazz 2018. Le 01 décembre 2018, le film documentaire musical de Yan Pröfrock permettra de découvrir les lauréat.e.s dans les lieux de vie du jazz.

La 16ème cérémonie des Victoires du Jazz animée par son président Sébastian Danchin et Sandra Nkaké s’est déroulée le 25 octobre 2018 dans l’auditorium Debussy-Ravel de la Sacem. Elle a été relayée en direct sur les réseaux sociaux de l’organisation « Les Victoires de la musique ».

Distribuées par les 200 personnalités de l’Académie des votants pour les Victoires du Jazz, ces récompenses ont distingué 5 artistes, 2 albums et 6 professionnels du monde du spectacle et du disque Jazz.

Le Palmarès des Victoires du Jazz

Nombreux sont les albums de jazz publiés au fil des mois. Tous sont valeureux. On se réjouit de savoir récompensés par des Victoires du Jazz les artistes auxquels les « Latins de Jazz » ont consacré des chroniques (album et/ou concert).

Vingt ans après avoir remporté la Victoire de la Révélation Jazz, le pianiste Laurent de Wilde est lauréat en 2018 dans la catégorie « Artiste de l’année ». L’année 2018 est une année faste pour cet artiste qui a par ailleurs été honoré en 2018 du Grand Prix Jazz de la Sacem qui distingue « la carrière de celles et ceux dont les mots, les notes, les œuvres ont marqué la création ».

Ces récompenses honorent l’activité d’écriture, de composition et d’édition de cet artiste dont il convient de rappeler et saluer l’activité discographique récente, « Riddles » en duo avec Ray Lema, sorti en 2016 et « New Monk Trio » à qui l’Académie du Jazz a décerné le prix du « Meilleur disque français » 2017. On note aussi son implication dans la direction artistique de l’album « Thanks a Million » du trompettiste Éric Le Lann et du pianiste Paul Lay.

Lauréat du Prix Frank Ténot, dans la catégorie « Artiste qui monte » le trompettiste David Enhco est issu de la dynastie des Casadesus (grand-père chef d’orchestre, mère soprano lyrique). Il a suivi une double formation, classique au conservatoire et jazz au Centre des Musique Didier Lockwood. Après s’être produit très jeune sur les scènes avec son frère Thomas (piano), il a une activité soutenue et mène plusieurs projets de front dans le jazz et la musique classique. Il a co-fondé le label Nome sur lequel il a publié en quartet l’album « Horizons »  et est aussi impliqué comme co-directeur  et musiciens de The Amazing Keystone Big Band.

Lauréate dans la catégorie « Voix de l’année », après avoir été récompensée de deux Grammy Awards et reçu le prix Django Reinhardt 2017 de l’Académie du Jazz, la chanteuse et song-writer Cecile McLorin Salvant a récemment sorti l’album « The Window » d’une musicalité peu commune.

Lauréat dans la catégorie « Groupe de l’année », The Amazing Keystone Big Band est co-dirigé par Bastien Ballaz, Jon Boutellier, David Enhco & Fred Nardin. Après « Pierre et le Loup et le Jazz » , « Le Carnaval Jazz des Animaux », « Django Extended » et « Monsieur Django et Lady Swing », l’orchestre a récemment publié « We Love Ella » (Nome/L’Autre Distribution) qui réinvente quelques-uns des grands succès de la grande Ella Fitzgerald et « La voix d’Ella » un conte musical joyeux et ludique.

L’album « Saison 3 » (Label Bleu/L’Autre distribution) du groupe Dadada mené par le pianiste Roberto Negro est lauréat dans la catégorie « Album sensation de l’année ». Cet artiste à l’activité bouillonnante ne cesse de renouveler son inspiration sur les galettes mais aussi sur scène où Dadada et le projet « Saison 3 » proposent de véritables escapades musicales entre apesanteur et vibrations.

  • « Music is my Hope » du saxophoniste et clarinettiste Raphaël Imbert

L’album « Music is my Hope » (Jazz Village/Pias) du saxophoniste et clarinettiste Raphaël Imbert est lauréat dans la catégorie « Album inclassable de l’année ». Impliqué dans la Compagnie Nine Spirit qu’il dirige, cet artiste au profil singulier entreprend un perpétuel questionnement sur le jazz. Cet explorateur du spirituel dans le jazz a publié le résultats de dix années de recherche dans  « Jazz supreme - Initiés, mystiques et prophètes », ouvrage sorti en 2014 et réédité en 2018 aux Éditions de l’Éclat - Éclat-L’Eclat Poche avec une préface de Pascal Chamoiseau.

  • Rhoda Scott

Honorée par la Victoire d’Honneur, l’organiste et chanteuse américaine Rhoda Scott voit sa carrière couronnée l’année même de ses 80 ans fêtés le 03 juillet 2018 sur la scène du Théâtre Antique de Vienne. Très liée à la France, elle a célébré le jazz à travers sa musique et affirmé la place des femmes dans le jazz avec son Lady Quartet  A la tête de cet orchestre elle a enregistré l’album « We Free Queens » (Sunset Records/L’Autre Distribution). Sa musique groovy et festive réjouit le public en toute occasion.

Le retour des femmes au palmarès

On peut remercier la contrebassiste Joëlle Léandre pour sa réaction devant le palmarès 2017 où ne figurait aucune artiste féminine alors qu’il y a environ 8% de femmes (chanteuses et instrumentistes) dans le jazz, milieu très masculin. Ainsi, après un palmarès 2017 totalement masculin, celui de 2018 rétablit la proportion puisque deux femmes figurent cette année sur le palmarès des artistes récompensés aux Victoires du Jazz, l’organiste Rhoda Scott et la chanteuse Cecil McLorin Salvant.

Par ailleurs trois femmes sont lauréates de Victoires consacrée à la profession jazz, Pierrette Devineau (catégorie programmation de spectacles), Marion Piras (catégorie production de spectacles) et Nathalie Piolé (catégorie homme/femme de média) ce qui permet à l’Académie des Victoires de la Musique de faire figurer cinq noms féminins sur les treize catégories.

Faible exposition médiatique du Jazz

Au-delà de la représentativité des femmes dans les palmarès, ce qui interpelle surtout est la faible exposition médiatique des Victoires du Jazz et donc celle dont leurs lauréats.e.s bénéficient. Cet état de fait est sans doute relier avec la visibilité réduite du jazz dans les médias (audio/vidéo/presse) ce qui à terme contribue à discriminer cette musique ?

En fait, moins un art est exposé moins il est visible du public. Moins le public est sollicité moins il se mobilise et moins l’art concerné est vendeur donc moins il génère de profits financiers et moins il mobilise l’intérêt de ceux qui tiennent les leviers économiques. Ces faits et bien d’autres touchent la formation, la diffusion et la production et à ce titre préoccupent l’ensemble des professionnels du jazz. Il faudrait plus que quelques lignes pour explorer plus avant cette problématique enracinée dans un terreau économique et sociétal.

Les modalités de diffusion du palmarès des Victoires du Jazz 2018 auprès du grand public entérinent de facto la visibilité confidentielle du jazz sur les médias nationaux. En effet, il faut attendre le samedi 1er décembre vers 0h35 sur France 3 et sur CultureBox pour visionner le film documentaire de Yan Pröfrock et retrouver alors les lauréats des Victoires de la musique 2018 à travers six portraits et de nombreuses séquences live inédites, dans le film des Victoires du Jazz 2018.

Clin d’œil à Shijin

Clin d’œil à Shijin

Projet international, « Shijin » réunit le bassiste Laurent David, le saxophoniste Jacques Schwarz-Bart, le batteur Stéphane Galland et le pianiste Malcolm Braff, quatre solistes aux styles et personnalités musicales différentes. Construite sous le signe de la liberté, la musique du quartet concentre une énergie intense que de belles mélodies mettent en cohérence.

Adrien Chicot est de retour avec « City Walk »

Adrien Chicot est de retour avec « City Walk »

Après « All in » et « Playing in the Dark », Adrien Chicot est de retour avec « City Walk ». Fidèle à ses complices, le contrebassiste Sylvain Romano et le batteur Jean- Pierre Arnaud, le pianiste propose un album d’une fougue et d’une élégance rares. La musique moderne, fluide et rythmique évoque avec justesse les atmosphères urbaines.

Clin d’œil à Claudio Miotti et « CLAXXX »

Clin d’œil à Claudio Miotti et « CLAXXX »

Sur l’album « CLAXXX », le trio du guitariste Claudio Miotti présente une musique singulière. La guitare baryton du leader s’unit aux clarinettes lyriques de Matteo Pastorino et au solide groove de la batterie de Jean-Baptiste Pinet. Entre rock rageur et jazz nuageux la musique hésite et privilégie les contrastes.

Share This