Clin d’œil à The Amazing Keystone Big Band & We Love Ella

Hommage à Ella Fitzgerald

The Amazing Keystone Big Band revient le 19 octobre 2018 avec « We Love Ella ». Les dix-sept musiciens de l’orchestre et la chanteuse Célia Kaméni tentent de réinventer quelques grands succès de la légendaire Ella Fitzgerald.

couverture de l'album We LOve Ella par The Amazing Keystone Big BandAprès « Pierre et leLloup et le Jazz « , « Le Carnaval Jazz des Animaux » et « Django Extended » et « Monsieur Django et Lady Swing », les deux disques sur Django Reinhardt, The Amazing Keystone Big Band propose « We Love Ella » (Nome/L’Autre Distribution), un projet qui rend hommage à la chanteuse Ella Fitzgerald.

Les dix-sept musiciens et la chanteuse Célia Kaméni célèbrent en 2018 celle qui aurait eu 100 ans en 2017. Pour l’occasion les quatre directeurs musicaux ré-arrangent à leur manière les plus grands succès d’Ella Fitzgerald qui aimait lover sa voix au cœur des big bands, comme elle le fit avec celui du batteur Chick Webb, puis avec ceux de Duke Ellington et Count Basie.

Pour les adultes, les neuf titres de « We love Ella »

En cinquante-cinq minutes, The Amazing Keystone Big Band et Célia Kaméni reprennent les grands titres que la « First Lady of Swing » a fait swinguer. Sur la plupart des plages on peut écouter les chorus ébouriffants de quelques-uns des musiciens du big band et l’on aurait apprécié que les solistes s’expriment plus longtemps.

L’album ouvre avec deux titres qu’Ella FItzgerald a enregistrés avec Louis Armstrong, le rutilant A Woman is A Sometime Thing composition de Gershwin tirée de l’opéra « Porgy & Bess » et la ballade Moonlight in Vermont. Le répertoire se poursuit avec Blues in the Night suivi de Old Devil Moon pris sur un rythme latinisant où la voix de tête de la chanteuse lisse le chant qui perd en chaleur.

Pris sur un tempo très ralenti, loin de la version enregistré par Ella FItzgerald en 1961, la superbe composition de Mel Torme, Born to Be Blue, met en valeur l’intonation cajoleuse de la chanteuse servie par une soyeuse orchestration

A Tisket A Tasket prend des airs de ragtime et dépayse le morceau du côté de La Nouvelle-Orléans. Dans la voix de Célia Kaméni on retrouve quelques inflexions de la grande Ella FItzgerald que la légendaire chanteuse a enregistré en 1938 avec l’orchestre de Chick Web.

 It Ain’t Necessarily So swingue même s’il manque un peu de flamboyance. Stompin’At the Savoy regarde du côté de l’esthétique West Coast et permet de savourer une prestation instrumentale bienvenue avant que la voix ne se retrouve au centre de l’attention sur Bess’ Scat, le dernier titre de l’album. Un scat bien maîtrisé de Célia Kaméni qu’accompagnent piano, contrebasse et batterie ensuite rejoints par le big band étincelant.

Pour les enfants… « La voix d’Ella »

couverture de l'album La voix d'Ella par The Amazing Keystone Big BandThe Amazing Keystone Big Band n’oublie pas les plus jeunes avec l’album « La voix d’Ella », un conte musical joyeux et ludique. L’histoire est écrite par Philippe Lechermeier, illustrée par Amanda Minazio et racontée par Vincent Dedienne.

Célia Kaméni incarne la voix de Bess. La jeune héroïne vit dans un orphelinat d’Alabama, où elle découvre un jour la voix d’or de la grande Ella Fitzgerald. Elle n’aura alors plus qu’un seul rêve… chanter comme Ella. Pas facile quand on est noire en 1953, mais les épreuves donnent du courage à Bess.

« We Love Ella » et « La voix d’Ella », deux projets discographiques qui rendent hommage à Ella Fitzgerald, cette incontournable icône du jazz… et font naître l’envie de visiter son site pour apprécier la voix unique de celle qui demeure « The First Lady of Song.

Clin d’œil à Shijin

Clin d’œil à Shijin

Projet international, « Shijin » réunit le bassiste Laurent David, le saxophoniste Jacques Schwarz-Bart, le batteur Stéphane Galland et le pianiste Malcolm Braff, quatre solistes aux styles et personnalités musicales différentes. Construite sous le signe de la liberté, la musique du quartet concentre une énergie intense que de belles mélodies mettent en cohérence.

Adrien Chicot est de retour avec « City Walk »

Adrien Chicot est de retour avec « City Walk »

Après « All in » et « Playing in the Dark », Adrien Chicot est de retour avec « City Walk ». Fidèle à ses complices, le contrebassiste Sylvain Romano et le batteur Jean- Pierre Arnaud, le pianiste propose un album d’une fougue et d’une élégance rares. La musique moderne, fluide et rythmique évoque avec justesse les atmosphères urbaines.

Clin d’œil à Claudio Miotti et « CLAXXX »

Clin d’œil à Claudio Miotti et « CLAXXX »

Sur l’album « CLAXXX », le trio du guitariste Claudio Miotti présente une musique singulière. La guitare baryton du leader s’unit aux clarinettes lyriques de Matteo Pastorino et au solide groove de la batterie de Jean-Baptiste Pinet. Entre rock rageur et jazz nuageux la musique hésite et privilégie les contrastes.

Share This