Enrico Pieranunzi rend hommage à Fellini

Un concert éblouissant

Le 02 décembre 2017 Enrico Pieranunzi rend hommage en trio à Federico Fellini et aux thèmes de Nino Rota. Sur scène le jazz déploie toutes ses nuances sur des arrangements somptueux. En réponse, le public vibre de plaisir sur les gradins du Grand Auditorium du Musée des Confluences.

Le 02 décembre 2017, dans le cadre de sa résidence au Musée des Confluences de Lyon, Enrico Pieranunzi rend hommage au cinéma de Federico Fellini et à la musique de Nino Rota.

Couverture de l'album du pianiste Enrico Pieranunzi publié en 2003 chez Cam JazzLe pianiste Enrico Pieranunzi présente l'album "Fellini Jazz"Le maestro reprend le répertoire de l’album « Fellini Jazz » publié en 2003 chez Cam Jazz sur lequel il s’exprime en quintet avec Kenny Wheeler (trompette), Chris Potter (saxophone), Charlie Haden (contrebasse) et Paul Motian (batterie).

Pour son « trio français » composé de Diego Imbert à la contrebasse et André Ceccarelli à la batterie, le pianiste Enrico Pieranunzi a écrit de nouveaux arrangements.

Debout au micro ou assis au piano, Enrico Pieranunzi pilote la soirée avec aisance et simplicité. Très pédagogue il s’adresse au public pour présenter les thèmes, évoquer les films et leur contexte. Il sollicite l’aide d’André Ceccarelli et des spectateurs italiens présents dans la salle afin d’ajuster sa traduction. Il n’hésite pas à recommander l’écoute du disque « Fellini Jazz » qu’il dédicacera d’ailleurs après le concert à un public conquis.

De bout en bout de la soirée, les arrangements somptueux écrits par le pianiste valorisent les splendides mélodies de Nino Rota. Avec une absolue maîtrise, la main gauche rythmicienne et la droite mélodiste se disputent la préséance pour harmoniser les thèmes sur les 88 touches du clavier. Enrico Pieranunzi maîtrise autant le rythme que l’harmonie et son piano chante avec lyrisme ou murmure avec émotion. Il déroule les délicieuses mélodies de Nino Rota en parfaite entente avec la section rythmique qui prend visiblement grand plaisir à l’exercice.

Après avoir ouvert avec I Vitelloni, le trio continue avec Il Bidone arrangé en bop. Le toucher délié et délicat du pianiste fait varier les rythmes et André Ceccarelli excelle à suivre les cadences impulsées par Enrico Pieranunzi. Le leader transforme les notes de la splendide Strada en des perles irisées. Le soutien harmonique sans faille du contrebassiste permet au pianiste de se détacher du thème, de laisser libre cours à son inventivité et de prendre son envol avec lyrisme.

C’est ensuite un piano concertant qui expose Le Notti Di Cabiria, cette mélodie dont Enrico Pieranunzi prétend qu’elle « capture tout l’esprit de Rome ». Le jeu délicat d’André Ceccarelli, maître ès balais, accompagne le chorus de contrebasse de Diego Imbert dont la justesse éblouit.

C’est avec décontraction et souplesse que le pianiste entame ensuite Amarcord soutenu par la souple pulsation du batteur au tempo infaillible. La précision du solo de contrebasse tient les spectateurs en haleine. Le temps est étiré, comme suspendu. Le morceau se termine dans des ondes de délicatesse accompagné par le murmure de l’archet de Diego Imbert.

Enrico Pieranunzi feint de se débattre avec ses partitions avant de jouer les arrangements pour trio de tous les thèmes du film « La Dolce Vita » qu’il considère comme « le chef d’œuvre » de Fellini. Le pianiste débute seul écouté avec grande attention par ses compagnons souriants. Le morceau continue ensuite sur un tempo très syncopé. Facétieux, les musiciens s’amusent et le découpage rythmique évoque les brisures d’un montage cinématographique rythmé.

La parfaite réactivité du trio permet au pianiste de faire monter la tension à la manière d’Erroll Garner puis de la laisser retomber jusqu’à devenir une douce caresse comme celle des regards de Marcello Mastroianni. Enrico Pieranunzi, Diego Imbert et André Ceccarelli le 02 décembre 2017 au Musée des Confluences de LyonLes musiciens se jouent du tempo qu’ils doublent. La tension revient à son comble. Pour finir, le trio sort « le grand jeu » et le morceau se termine en une valse étourdissante et coquine.

Ovationné par un public totalement conquis par le splendide concert, le trio interprète en rappel une composition du pianiste, Fellini’s Waltz. Pour cet ultime moment, Enrico Pieranunzi convoque la poésie sur scène.

Entouré de Diego Imbert et André Ceccarelli, le pianiste Enrico Pieranunzi a fait entrer en résonance Jazz et Cinéma. En parfaite connivence, le trio a transformé l’Auditorium du Musée des Confluences en un Club de Jazz où ont régné en alternance les deux composantes du swing, tension et détente. Durant toute la soirée des ondes de bonheur ont circulé entre la scène et la salle. L’écoute attentive du public et son enthousiasme vis à vis de la musique ont fait écho au plaisir de jouer du trio et au concert en tout point superbe. La musique a imposé sa magie et à travers elle le public a pu capter la vision du monde de Fellini.

Clin d’œil à Shijin

Clin d’œil à Shijin

Projet international, « Shijin » réunit le bassiste Laurent David, le saxophoniste Jacques Schwarz-Bart, le batteur Stéphane Galland et le pianiste Malcolm Braff, quatre solistes aux styles et personnalités musicales différentes. Construite sous le signe de la liberté, la musique du quartet concentre une énergie intense que de belles mélodies mettent en cohérence.

Adrien Chicot est de retour avec « City Walk »

Adrien Chicot est de retour avec « City Walk »

Après « All in » et « Playing in the Dark », Adrien Chicot est de retour avec « City Walk ». Fidèle à ses complices, le contrebassiste Sylvain Romano et le batteur Jean- Pierre Arnaud, le pianiste propose un album d’une fougue et d’une élégance rares. La musique moderne, fluide et rythmique évoque avec justesse les atmosphères urbaines.

Clin d’œil à Claudio Miotti et « CLAXXX »

Clin d’œil à Claudio Miotti et « CLAXXX »

Sur l’album « CLAXXX », le trio du guitariste Claudio Miotti présente une musique singulière. La guitare baryton du leader s’unit aux clarinettes lyriques de Matteo Pastorino et au solide groove de la batterie de Jean-Baptiste Pinet. Entre rock rageur et jazz nuageux la musique hésite et privilégie les contrastes.

Share This