Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Nostalgie délicate et flamboyante polyrythmie

Dans cet Echo#1-Jazz à Vienne 2019, Cuba est à l’honneur. La soirée  du 08 juillet 2019 de Jazz à Vienne avec Omar Sosa et Yilian Canizares puis Chucho Valdès Quintet a tenu toutes ses promesses. Le public est reparti comblé par cette soirée qui a fait alterner avec bonheur, poésie et nostalgie avec flamboyance et polyrythmie.

Omar Sosa et Yilian Canizares ont ouvert la soirée que Chucho Valdès a cterminée en quintet. Le pianiste a offert un court hommage à Roy Hargrove en invitant le trompettiste louisianais Terence Blanchard.

Omar Sosa et Yilian Canizares

Omar Sosa le 08 juillet 2019, Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Omar Sosa

Le pianiste Omar Sosa et la chanteuse/violoniste Yilian Canizares se produisent ensemble pour la première fois sur la scène du Théâtre Antique. Ils sont accompagnés par le percussionniste Gustavo Ovalles. Ils interprètent le répertoire de l’album « Aguas » (MDC/PIAS) sorti en octobre 2018. La musique qu’ils proposent est dédiée à l’eau, ce que rappelle le filet d’eau qui se déverse sur scène dans un seau rouge.

Yilian Canizares le 08 juillet 2019, Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Yilian Canizares

Empreinte de poésie et de spiritualité (la chanteuse évoque à plusieurs reprises Oshun, la déesse de l’Amour et Maîtresse des Rivières dans la santería), la prestation du trio n’en oublie pas pour autant la dimension rythmique. En effet, à plusieurs reprises, Omar Sosa et Yilian Canizares partagent de festifs pas de danse sous le regard amusé et bienveillant de Gustavo Ovalles dont les prestations éblouissantes déclenchent des applaudissements fournis de la part du public.

Durant le premier set de la soirée, le piano poétique d’Omar Sosa, le violon et la voix nostalgique d’Yilian Canizares et les percussions magiques de Gustavo Ovalles ont offert une musique sensible située aux confluences du jazz et des musiques afro-cubaines. Un moment ressourçant délicat où les trois musiciens ont évoqué avec nostalgie leur amour pour leur pays. Une musique généreuse dont les atmosphères sereines dégagent de douces émotions et un sentiment de paix et de fraternité.

Chucho Valdès Quintet et Terence Blanchard

Chucho Valdès, Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Chucho Valdès

C’est dans une forme éblouissante et en quintet que le pianiste cubain Chucho Valdès est de retour sur la scène du Théâtre Antique. Sa nouvelle venue mobilise toujours un public fort attaché à cette figure essentielle du jazz cubain.

Au programme, sont annoncés, un répertoire qui reprend « Jazz Batá 2 » (Mack Avenue/PIAS), le dernier album du pianiste sorti en novembre 2018 et un hommage au trompettiste Roy Hargrove disparu en novembre 2018 et avec lequel Chucho Valdès avait enregistré l’album « Habana » (1997) dans le cadre du projet Crisol porté par le trompettiste.

Un autre hommage surprise est offert au public de Jazz Vienne. En effet en cours de soirée, Chucho Valdès développe en solo un superbe hommage au pianiste Michel Legrand disparu le 26 janvier 2019. Entre puissance et délicatesse le maître propose un moment de jazz où poésie et nostalgie se côtoient.

Dreiser Durruthy Bombalé, Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Dreiser Durruthy Bombalé

Percussif et lyrique, volubile et effervescent, Chucho Valdès dirige avec son habituelle autorité bienveillante le déroulement du set placé sous le signe de la polyrythmie. A ses côtés on retrouve le joueur de tambour batá Dreiser Durruthy Bombalé qui pose sa voix si singulière sur la musique. Avec lui, le contrebassiste Yelsy Heredia et les percussionnistes Yaroldy Abreu Robles (avec qui le leader joue depuis vingt ans) et Abraham Mansfarroll constituent une section rythmique puissante. Tous quatre servent le rythme et permettent au pianiste de mettre en avant plus encore la dimension percussive de son piano.

En effet les trois percussionnistes croisent leurs rythmes au service des mélodies que le pianiste inscrit sur les harmonies soutenues par la contrebasse. Omniprésente, cette dernière s’implique avec ferveur aux climats polyrythmiques effervescents que tissent les percussionnistes. Ces musiciens émérites donnent aux différentes percussions, y compris les plus petites, un réel statut d’instrument et permettent au public de saisir leur importance dans la structure de la musique de Chucho Valdès.

Le public réagit avec chaleur à la musique charpentée et moderne qui s’appuie sur les fondamentaux rythmiques cubains. Sur scène et dans les gradins, la fièvre monte alors que sur le clavier, les doigts du maître virevoltent de touche en touche. Ébouriffant d’énergie et d’inventivité, Chucho Valdès fait décoller le vaisseau Steinway que le maître fait sonner comme jamais. Le groupe réserve même au public une surprise au public avec un tango plus conquérant que nostalgique que le pianiste truffe de citations. Le morceau permet d’apprécier la complicité du leader avec son contrebassiste. Sur Ochum (en hommage à l’orisha Ochún), la contrebasse exécute un chorus renversant de puissance qui transforme ce gospel au climat bluesy en un merengue dansant.

Après le superbe hommage que le maître cubain a rendu à Michel Legrand le groupe rejoint son leader qui engage le quintet dans un morceau complexe et syncopé qui hésite entre habanera, salsa, rumba et son. Le pianiste pilote et stimule ses rythmiciens dans des imbroglios rythmiques exaltés et syncopés où la basse électrique a remplacé la contrebasse. Tous s’en donnent à cœur joie au sein d’une polyrythmie volubile qui comble le public, l’étourdit et l’immerge dans une descarga (jam cubaine) enivrante où tous les musiciens enchaînent leurs improvisations sans discontinuer.

Terence Blanchard, Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Terence Blanchard

Le trompettiste louisianais Terence Blanchard rejoint le quintet en fin de set pour rendre hommage à Roy Hargrove qui s’était produit une dernière fois à Jazz à Vienne, le 12 juillet 2018 lors d’un superbe prestation. Après un mambo très lent en guise de mise en lèvres, Terence Blanchard délivre l’essence de son art entre retenue, souplesse et vélocité. Après un très lent cha cha cha il donne toute sa puissance sur un troisième morceau. Le set se termine après ce trop court hommage à Roy Hargrove dont Terence Blanchard a su évoquer la sensibilité.

Le piano de Chucho Valdès et la contrebasse de Yelsy Heredia ont assumé avec force la dimension percussive de leur instrument et participé au climat polyrythmique flamboyant impulsé par les percussionnistes Yaroldy Abreu, Dreiser Durruthy et Abraham Mansfarroll. Encore une fois la musique de Chucho Valdès a conquis les spectateurs enthousiastes de Jazz à Vienne comblés par un rappel généreux du groupe.

Mauro Gargano présente « Nuages »

Mauro Gargano présente « Nuages »

Avec « Nuages », le contrebassiste Mauro Gargano présente son quatrième projet en tant que leader. La musique du quartet projette dans la contemplation d’un ciel lumineux parcouru de nuages sereins et légers. L’on se prend à redouter qu’ils ne se chargent d’électricité orageuse mais rien de tel n’advient. En effet, même si quelques souffles de vent effleurent le répertoire, rien ne parvient à troubler la sérénité des poétiques nuages musicaux.

lire plus
Pierre de Bethmann Trio fait coup double

Pierre de Bethmann Trio fait coup double

Pierre de Bethmann Trio revient avec « Essais/Volume 4 » et un coffret qui regroupe les 4 albums des « Essais » enregistrés en 5 ans autour de reprises de thèmes issus de multiples traditions. Avec à son actif cinq années d’activité intense, quatre albums enregistrés et regroupés en un coffret, le pianiste continue à expérimenter avec brio, l’art du trio avec ses fidèles compagnons, Sylvain Romano et Tony Rabeson. Un vent de fraîcheur et de raffinement. Un havre de plénitude musicale propice au ressourcement et à la sérénité.

lire plus
Hommages à Ennio Morricone

Hommages à Ennio Morricone

Pour commémorer ce qui aurait été le 92ème anniversaire du compositeur italien Ennio Morricone, deux labels présentent des albums qui honorent le Maestro. Son label Decca collabore avec CAM Sugar pour présenter « Morricone Segreto ». Le label Bonsaï lui rend hommage avec « More Morricone ». Le premier présente sept titres inédits en version orchestrale, de quoi satisfaire un public amateur de pièces rares. Interprété par le contrebassiste Ferruccio Spinetti et le pianiste Giovanni Ceccarelli, le second joue sur le registre de la sobriété et de l’intimité.

lire plus
Share This