Le Deal présente « Jazz Traficantes »

Le Deal présente « Jazz Traficantes »

Musique addictive au climat nocturne

Quatre musiciens en séjour à New York se regroupent sous le vocable Le Deal. Dans le mythique studio de Rudy Van Gelder, Florian Pellissier, Yoann Loustalot, Théo Girard et Malick Koly enregistrent les sept plages de « Jazz Traficantes ». Du trafic musical des quatre contrebandiers émerge une musique au climat nocturne où poésie et énergie croisent le fer. Attention… musique addictive !

Le Deal présente Jazz Traficantes -couverture de l'albumEn janvier 2019, lors d’un séjour à New-York, le pianiste français Florian Pellissier provoque la naissance du groupe « Le Deal » qui réunit autour de lui, le trompettiste Yoann Loustalot, le contrebassiste Théo Girard et le batteur Malick Koly. Les musiciens apprennent que le légendaire studio du maître du son, Rudy Van Gelder (1924-2016) est toujours actif.

Les quatre dealers décident alors d’y réserver une session pour quelques jours. Ils retrouvent les boiseries du légendaire studio où furent enregistrés nombre d’albums Blue Note, Verve, Prestige, Impulse et CTI. Avec Maureen Sickler, la fidèle assistante de Rudy Van Gelder, ils enregistrent les sept titres originaux « Jazz Traficantes » sorti le 16 octobre 2020 sous le label français Favorite Recordings.

« Jazz Traficantes » … un jazz moderne évocateur de l’esthétique hard bop des sixties. Mélodies fluides, dynamique intense, souplesse des enchaînements, son vintage chaleureux empreint d’une douce nostalgie. Tout concourt à créer un climat musical nocturne qui ne manque ni d’énergie, ni de poésie.

Les musiciens

Les Van Gelder Recording Studios ont accueilli les plus grands du jazz parmi lesquels, Art Blakey, Donald Byrd, Stanley Turrentine, Lee Morgan, John Coltrane, Sonny Rollins, Herbie Hancock et bien d’autres encore, mais leur magie ne peut opérer que si les musiciens sont à la hauteur du deal… et de fait, Florian Pellissier, Yoann Loustalot, Théo Girard et Malick Koly le sont largement.

  • Le pianiste Florian Pellisier performe avec son quintet composé de Christophe Panzani (saxophones), Yoann Loustalot (trompette), Yoni Zelnik (contrebasse) et David Georgelet (batterie) et les albums Biches bleues (2014), Cap de Bonne Espérance (2016), Bijou voyou caillou (2018).
  • Le trompettiste Yoann Loustalot évolue entre ses différents projets comme « Old and New Songs » (2018) avec François Chesnel (piano), Frédéric Chiffoleau (contrebasse) et Christophe Marguet, (batterie), « Slow » (2019) avec Julien Touery (piano), Eric Surménian (contrebasse) et Laurent Paris (percussions), ou encore son trio atypique Aerophone avec Yoni Zelnik (contrebasse), Fred Pasqua (batterie) et leur album « Atrabile» » (2017). et sa partition aux « Happy Hours » de Christophe Marguet.
  • Théo Girard ne se contente pas de faire groover sa contrebasse. Il est aussi fondateur du label Discobole où après son premier album « 30YearsFrom » (2017), il a enregistré « Interlude » (2018) puis en 2019, « Pensées Rotatives live » et « Bulle » en quartet avec Basile Naudet (alto sax), Antoine Berjeaut (trompette, bugle) et Sebastian Rochford (batterie).
  • Le Français Malick Koly, né en 1998 et basé à New York, a joué avec le Charnett Moffet Band et fut le dernier batteur de Wallace Roney (1960-2020) dont il avait intégré le groupe en 2019.

Au fil des titres

Sept titres écrits la veille de l’enregistrement constituent la substance addictive de « Jazz Traficantes » (Favorite Recordings/Pusher Distribution).

« Jazz Traficantes » ouvre avec le titre éponyme dont la ligne mélodique répétitive est exposée avec une tendre nostalgie par Yoann Loustalot. Dans son jeu d’une musicalité peu commune, coexistent modernité et tradition. Le solo court mais ciselé du piano de Florian Pellissier est ensuite fragmenté de courtes phrases musicales incisives. Cinq minutes d’un jazz intense où la sonorité profonde du bugle se teinte de nuances pastel.

Le répertoire se poursuit avec Riot in Chinatown. Au-dessus d’un motif modal itératif joué piano/contrebasse, le bugle colore le morceau d’une dimension dramatique dont les accents exaltants évoquent le jeu d’un certain Enrico Rava. La plage se termine avec un solo vibrionnant de la batterie de Malick Koly. L’atmosphère crépusculaire et nostalgique de Custom Agents contraste avec le titre précédent. Sur un lent tempo en suspension, le bugle dessine un climat sonore étrange et introspectif alors que le piano plaque des accords brefs et claquants… intense nostalgie !

Après une première partie tonique, le triptyque Mexican Junkanoo se poursuit avec une plage plus éthérée et une autre aux accents déchirants. Sur un riff entraînant qu’impulsent contrebasse, piano et batterie, le bugle expose d’abord la mélodie de Mexican Junkanoo part 1 avant de libérer son expression dont les envolées périlleuses stimulent les interactions du groupe. Après cet intense épisode, le piano pare Mexican Junkanoo part 2 d’harmonies evansiennes et ouvre l’espace au bugle dont le jeu aérien, libéré et lumineux vibre avec une intensité palpable. Ballade poétique, Mexican Junkanoo part 3 met en évidence le talent du trompettiste. Sur cette plage, il élargit son registre expressif. Porté par la section rythmique, il fait entendre des aigus déchirants et des graves riches et larges. Il taille ses notes comme un sculpteur le fait avec sa pierre. Sa sonorité se voile, s’étouffe presque mais le piano prend le relais et conclut le titre avec une douce poésie.

En guise de conclusion, le climat quasi contemplatif de Noche en la Carcel (une composition de Yoann Loustalot), donne envie de rejoindre le groupe pour terminer la nuit en prison avec lui. Le bugle génère une atmosphère nuageuse et éthérée, trouée par des fulgurances soudaines que soutient la polyrythmie savante de la batterie. Le piano prolonge les phrases du fluegehorn comme le faisait Herbie Hancock sur l’album « Maiden Voyage » enregistré le 17 mai 1965 par Rudy Van Gelder pour le label Blue Note.

La boucle est bouclée… la magie des studios de Rudy Van Gelder combinée aux talents de Florian Pellissier, Yoann Loustalot, Théo Girard et Malick Koly a rendu possible l’enregistrement de « Jazz Traficantes ». Une fort belle réussite à écouter encore et encore !

« Dracula » – Un livre-disque signé Adèle Maury/ONJ

« Dracula » – Un livre-disque signé Adèle Maury/ONJ

Sous la direction artistique de Frédéric Maurin, l’Orchestre National de Jazz présente « Dracula », le premier livre-disque de l’ONJ pour les jeunes. Un conte musical dont la musique balance entre opéra-jazz et comédie musicale. L’univers graphique en noir et blanc de l’album est imaginé par Adèle Maury, une jeune artiste révélée en 2020 au Festival d’Angoulême. Un projet original et captivant pour les yeux et les oreilles de tous, parents et enfants.

lire plus
Fay Claassen & David Linx – « And Still We Sing »

Fay Claassen & David Linx – « And Still We Sing »

L’artiste néerlandaise Fay Claassen s’associe avec David Linx sur « And Still We Sing ». Le duo vocal collabore avec le WDR Big Band, dirigé par Magnus Lindgren. Fay Claassen & David Linx rivalisent d’élégance sur cet album dont le titre paraphrase le titre de l’un des poèmes les plus célèbres de Maya Angelou, « And still I rise ». Dix plages gorgées de swing et d’émotions font de ce splendide opus un sommet de l’art vocal.

lire plus
Legraux Tobrogoï, énergique et enflammé

Legraux Tobrogoï, énergique et enflammé

Avec huit plages de musique instrumentale, « Pantagruel Résolu » ouvre l’appétit des amateurs de musique vigoureuse et réjouissante. Le sextet Legraux Tobrogoï n’en finit pas de faire résonner ses vociférations énergiques et enflammées. Déterminé à faire bouillonner les notes et à asticoter les portées, les loustics toulousains stimulent les oreilles qui auraient eu le malheur de s’endormir ! Pas question de résister à ce « Pantagruel Résolu ». C’est furieux et ça groove de toute part à qui mieux mieux !

lire plus
Share This