Ambronay 2017 – Flamenco Baroque

Ambronay 2017 – Flamenco Baroque

Musique innovante et singulière

Samedi 23 septembre 2017, le Chapiteau d’Ambronay propose du Flamenco Baroque et accueille le projet « Díalogos, de viejos y nuevos sones ». Des dialogues entre hier et aujourd’hui, entre baroque et flamenco mais surtout un trio complice.

Le public se presse sous le Chapiteau d’Ambronay pour la soirée « Flamenco Baroque » du 23 septembre 2017 qui affiche complet. « Díalogos, de viejos y nuevos sones » réunit Rocío MárquezFahmi Alqhai et Agustin Diassera.

Les couleurs sonores de ces deux univers représentés respectivement par la cantaora Rocío Márquez et par le gambiste baroque Fahmi Alqhai résonnent de belle manière aux confins des frontières mouvantes du flamenco et du baroque. Les deux artistes sont des figures de référence dans leur monde respectif.

De facto, il n’existe pas de filiation directe entre le chant flamenco et la musique baroque ibérique mais Rocío Márquez, la figure montante du chant flamenco et Fahmi Alqhai, le directeur de l’Accademia del Piacere et spécialiste de la viole de gambe font vibrer ces deux univers qui les animent et les inspirent. Ils sont soutenus dans leur projet par le rigoureux rythmicien Agustín Diassera. Fahmi Alqhai assure les arrangements et la direction musicale du projet.

La complicité des trois artistes égale leur maîtrise instrumentale et leur expression sensible Limpide et très technique, le chant de Rocío Márquez incarne la maîtrise du souffle et de l’ornementation mais ménage une grande part au silence qui ponctue ses interventions. Le jeu du gambiste Fahmi Alqhai peut certes rappeler l’accompagnement de la guitare flamenca mais il apparait clairement qu’il possède un idiome très singulier inventé à partir des techniques imposées par son instrument et les conventions de musique baroque qu’il maîtrise. Empreint de précision et de sensibilité, l’accompagnement du percussionniste fait le lien entre le chant et la viole de gambe.

Dès le premier titre Mi son que trajo la mar la voix de la cantaora et la viole de gambe tressent leurs discours en contrepoint. Sur Nana le gambiste positionne son instrument comme une guitare, pince les cordes et joue en arpèges puis continue en développant son discours à l’archet.

Virtuose et enflammée, la voix prend le relai. Le chant profond et très expressif demeure sobre même si la chanteuse se joue des intervalles. Attentif le percussionniste suit de très près les interventions de ses deux partenaires et interagit avec eux dans l’instant, d’un frôlement léger ou d’une frappe délicate. La mise en place précise contribue à la perfection de la musique.

Irrigué par la tradition baroque, le trio présente un répertoire à la mise en place sobre et rigoureuse. Envolées limpides de la voix, marches harmoniques expressives de la viole de gambe, effleurements rythmiques délicats des percussions.

Le trio déroule la suite du répertoire et poursuit avec Bambera de Santa Teresa qui débute par un dialogue voix/viole de gambe où le gambiste pose son chant comme le fait la voix flamenca. Fahmi Alqhai adopte ensuite un accompagnement en basse continue pour accompagner la mélodie de la cantaora.

Sur Los Canarios, le duo instrumental, viole/percussion adopte un tempo rapide pour une ronde sautillante à laquelle la voix de la chanteuse participe. Le chant tendu ne perd pas sa pureté mais gagne en profondeur lors de son échange haletant avec les percussions. Cette pièce évoque les tarentelles napolitaines des 17ème et 18ème siècles.

Dans le public, la modernité de la version de l’aria de Monteverdi, Si dolce è’l tormento, séduit ou surprend. Une forte émotion saisit les gradins  lorsque sur scène la voix dépouillée s’exprime sur le bourdon de la viole de gambe sur Aires de peteneras. Avec Siguiriyas se termine le set fascinant  des « Díalogos de viejos y nuevos sones ».

Le public s’abandonne à son enthousiasme et applaudit à tout rompre. Les artistes reviennent pour un rappel ponctué au final par les « Ole ! » des spectateurs qui savourent leur plaisir et en redemandent.

Le trio revient une ultime fois. Sous les respectueux regards de ses deux compagnons de scène, la chanteuse termine a capella. Son chant pur et dépouillé ponctue la nuit automnale.

Leïla Olivesi signe « Astral »

Leïla Olivesi signe « Astral »

Avec « Astral », la pianiste et compositrice Leïla Olivesi signe son sixième album. Entourée des meilleurs musiciens de sa génération, elle propose un jazz acoustique, lumineux et poétique. Entre tradition et modernité, cet opus regarde vers les étoiles et projette la musique loin de la gravité terrestre.

lire plus
Jazz à Vienne 2023 – Affiche & Premiers noms

Jazz à Vienne 2023 – Affiche & Premiers noms

Le 16 novembre 2022, les organisateurs du Festival « Jazz à Vienne » ont dévoilé l’affiche de l’édition 2023 proposée par la dessinatrice Pénélope Bagieu. Ils ont aussi annoncé la Création Jeune Public qui se déroulera les 26 et 27 juin 2023 avec Marion Rampal. En attendant le 16 mars 2023, date d’annonce officielle de la programmation de « Jazz à Vienne 2023 », les concerts de cinq soirées sont déjà annoncés. De sérieuses promesses de réjouissances musicales en perspective !

lire plus
D. Linx, G. de Chassy et M. Pastorino – « On Shoulders We Stand »

D. Linx, G. de Chassy et M. Pastorino – « On Shoulders We Stand »

Sur l’album « On Shoulders We Stand », le chanteur David Linx, le pianiste Guillaume de Chassy et le clarinettiste Matteo Pastorino proposent un voyage musical entre jazz et classique. Guillaume de Chassy a retranscrit des thèmes de pièces classiques sur lesquelles David Linx a écrit des paroles. Un album enchanteur où poésie, sobriété et raffinement s’entrelacent avec bonheur. Une réussite absolue !

lire plus
Share This