Susanne Abbuehl en résidence à l’AmphiJazz de Lyon

Un art vocal poétique et dépouillé

Du 26 au 28 avril 2018, l’AmphiJazz de l’Opéra de Lyon accueille Susanne Abbuehl en résidence. Cette chanteuse et compositrice suisse-néerlandaise présente trois projets différents dont une nouvelle création. Trois concerts qui permettent d’écouter cette voix qui tutoie le silence.

La chanteuse Susanne Abbuehl photographiée en 2016 par Pia NeuenschwanderCette résidence de Susanne Abbuehl à l’AmphiJazz de l’Opéra de Lyon va permettre d’apprécier l’art vocal de cette chanteuse dont les prestations se font rares sur les scènes françaises.

En 2017, Susanne Abbuehl a reçu le Grand prix Jazz 2017 de l’Académie Charles Cros et a aussi été récompensée par le prix du Musicien Européen 2017 de l’Académie du Jazz, pour l’ensemble de sa carrière discographique débutée par « I Am Rose » en 1997 puis continuée chez ECM avec « April » en 2001 en quartet sans contrebasse, « Compass » en 2006 en quintet sans contrebasse, « The Gift » en 2013 en quartet sans contrebasse sans oublier sa participation en 2017 à l’album « Princess » (Vision Fugitive/l’Autre Distribution) résultat d’un projet collectif mené par la chanteuse avec le pianiste Stephan Oliva et incluant le batteur Øyvind Hegg-Lunde.

Formée au Conservation Royal de la Haye par Jeanne Lee et Rachel Gould, Susanne Abbuehl a aussi étudié le chant indien classique avec Dr Indurama Srivastava et s’est rendue plusieurs fois en Inde pour y suivre l’enseignement de Dr Prabha Atre à Mumbai.

La chanteuse suisso-néerlandaise apprivoise le silence auquel elle prête sa voix qui flotte comme en apesanteur. Le timbre chaud et envoûtant de son chant navigue entre lyrisme et sensualité. Sa diction précise et son articulation soignée laissent percevoir la poésie musicale de son souffle impalpable dont la texture évoque celle de la soie. 

Pour sa résidence à l’Amphi de l’Opéra de Lyon, Susanne Abbuehl présente pour chacune des trois soirées, un programme distinct. L’ingénieur du son Boris Darley sera aux commandes des consoles pour les trois concerts.

Le nouveau projet “Sphaira” au programme du jeudi 26 avril 2018

Aux côtés de Susanne Abbuehl, la pianiste Magda Mayas et la percussionniste Marilyn Mazur. On a hâte de découvrir le premier concert du tout nouveau trio de la chanteuse. Une création à ne pas rater.

“Gift” au programme du vendredi 27 avril 2018

Pour ce programme, la chanteuse invite à ses côtés l’équipe de l’album « The Gift » avec Matthieu Michel au bugle, Wolfert Brederode au piano et à l’harmonium indien et Øyvind Hegg-Lunde à la batterie et aux percussions. Il tarde de réentendre les contrechants du bugle posés comme des drapés précieux qui parent la voix de mystère.

“Princess” au programme du samedi 28 avril 2018

Pour la dernière soirée de la résidence se reforme le trio qui préside à l’album « Pincess ». Susanne Abbuehl  (voix), Stephan Oliva (piano) et Øyvind Hegg-Lunde (batterie & percussions). L’art du trio pratiqué en toute liberté, un répertoire qui déroule un chant à trois voix. « Un souffle vocal irradié de grâce, un piano intimiste, une percussion en suspension pour un hommage à Jimmy Giuffre ».

La résidence de Susanne Abbuehl à l’AmphiJazz de l’Opéra de Lyon est l’occasion rêvée pour découvrir toute l’étendue de son art vocal poétique et épuré qui révèle la beauté dépouillée du silence. Susanne Abbuehl déploie sa voix sans limite dans les graves ou les aigus comme à la recherche incessante d’harmonies impalpables. Son chant flotte, se pare de gravité, se fait évanescent et tutoie le lyrisme. Son souffle maîtrisé, chuchoté ou dilaté jusqu’à l’extrême, confine quelquefois au céleste. 

Sclavis-Pifarély-Courtois au Périscope

Sclavis-Pifarély-Courtois au Périscope

Le 09 mai 2018 à 21h le trio Sclavis-Pifarely-Courtois est programmé à Lyon, au Périscope. Un rendez-vous à saisir pour vivre « live » la musique de l’album « Asian Fields Variations » sorti chez ECM en 2017.

ONJ… à l’aube d’une nouvelle mandature

ONJ… à l’aube d’une nouvelle mandature

2018, dernière année du mandat d’Olivier Benoit à la tête de l’ONJ. Outre son ambitieux projet Europa, il a œuvré pour le Label ONJ Records et soutenu les projets de musiciens via l’ONJ Fabric. En attendant le nom de la première/du prochain chef(fe) d’orchestre, on se réjouit de l’actualité chargée de l’ONJ.

Share This