Pierre de Bethmann Trio présente « Essais/Volume 3 »

Pierre de Bethmann Trio présente « Essais/Volume 3 »

Sans œillères ni dogmatisme

Dans une approche très personnelle, Pierre de Bethmann Trio persiste depuis plus de six ans à explorer des compositions inscrites au patrimoine musical collectif. Après deux premiers albums, le pianiste Pierre de Bethmann, le contrebassiste Sylvain Romano et le batteur Tony Rabeson présentent « Essais/Volume 3 » annoncé pour le 21 février 2020. Sans œillères ni dogmatisme, le trio exerce avec brio son talent dans l’art de la reprise.

Le 21 février 2020, le label Alea sort « Essais/Volume 3 », le troisième opus du Pierre de Bethmann Trio. Après « Essais/Volume 1 » (2015) et « Essais/Volume 2 » (2018), enregistrés exclusivement au piano acoustique, Pierre de Bethmann invite son Fender Rhodes à inscrire sa voix dans l’univers de ce troisième opus.

Sur cet album, le trio continue à explorer des standards issus de traditions musicales différentes. Avec ses complices Sylvain Romano (contrebasse) et Tony Rabeson (batterie), le pianiste Pierre de Bethmann reprend et dépayse huit morceaux venus d’Europe et d’outre-Atlantique, issus du monde de la chanson française et de la pop américaine, de la musique classique et du jazz.

L’univers du trio

En étroite complicité, Pierre de Bethmann, Sylvain Romano et Tony Rabeson cultivent leur univers si personnel. Un univers où complexité et fluidité coexistent sans se faire de l’ombre. Un univers qui accorde une place essentielle à la mélodie mais où les schémas rythmiques et harmoniques proposent des univers aux dynamiques et aux couleurs changeantes. Un univers qui se plait à dépayser les musiques et à surprendre les oreilles.

Sans œillères ni dogmatisme, le trio exerce son talent à cultiver l’art de la reprise. Il utilise comme base de travail, des thèmes issus de traditions musicales différentes, les projette sur des toiles de fond enjazzées et laisse émerger son inspiration qui explose dans des improvisations créatives. Pierre de Bethmann Trio travestit les morceaux au gré de sa sensibilité et de son imagination.

« Essais/Volume 3 »

couverture de l'album Essais/Volume 3 du Pierre de Bethmann TrioEnregistré comme les deux précédents volumes au Studio Recall (Pompignan) par Philippe Gaillot, l’album restitue la musique du trio dans une dynamique permettant de capter les interactions et les vibrations complices qui circulent entre les musiciens.

Comme sur les deux autres opus, le répertoire de l’album « Essais/Volume 3 » maintient toujours un savant équilibre entre les différents territoires explorés. Le trio reprend huit morceaux composés entre 1851 et 1984 en Europe ou aux Etats-Unis. Succès la chanson française et de la pop américaine, sonate classique passée à la postérité, standard de jazz avéré ou composition en voie de le devenir.

Au cœur d’un bestiaire incertain, La Cane de Jeanne de Georges Brassens coexiste avec L’Ours de Jean-Loup Longnon. La mélancolie habite l’univers lyrique de la sonate opus 105 de Schumann et celui plus dépouillé du célèbre Que Sera Sera, le fender électrise la soul de Stevie Wonder et le blues de John Scofield, la reprise de Cole Porter pétille de modernité alors que des schémas rythmiques véloces font exploser l’univers de Sam Rivers.

Huit reprises, huit univers

En ouverture, le jeu souple et volubile du Fender Rhodes transforme La Cane de Jeanne de Brassens en un volatile coquin qui se dandine sur une rythmique élastique. Une parodie vivifiante !

C’est ensuite dans le pur respect de l’esthétique chambriste que le trio reprend la Sonate opus 105 de Schumann. Avec une légèreté et une fluidité remarquables, Pierre de Bethmann développe un chorus ancré dans l’art de la fugue où résonnent des échos évocateurs d’un certain Jarrett. Plus loin, fortement imprégnés par la version originale du Cyclic Episode de Sam Rivers de 1965, piano, contrebasse et batterie déroulent avec vélocité, la richesse harmonique et rythmique de ce standard. Il vient l’envie d’applaudir à l’écoute du chorus de batterie qui permet d’apprécier le jeu félin et nerveux de Tony Rabeson.

Plus loin, la contrebasse de Sylvain Romano métamorphose dès l’ouverture la chanson Que Sera, Sera, en une ballade mélancolique et lunaire. Sur un tempo en suspension, le piano charmeur invite ensuite à le suivre dans un songe musical lumineux. Après cette parenthèse radieuse, le trio fait groover Dark Blue de John Scofield. Pas question de blues rugueux. Entre piano et fender, le morceau prend des allures plus sophistiquées et la paire rythmique teinte l’ambiance d’un battement funky. Entre force et douceur, le trio projette des reflets satinés sur les ombres du blues.

Le trio s’empare ensuite de la composition de Cole Porter, Easy to Love. Soutenue par les accords pointillistes du fender, la contrebasse éloquente détourne le morceau hors des sentiers battus. Surgit alors l’Inattendu incarné par un chorus de piano qui coule avec aisance et pétille de swing sur lequel rebondit la batterie inspirée.

Sur L’Ours, conte symphonique écrit par le trompettiste Jean-Loup Longnon, le trio adopte la forme d’une ballade au climat énigmatique. Le minimalisme est de mise avec un solo de contrebasse confidentiel et une batterie qui peint des volutes à la pointe de ses balais. C’est dans un style soul soft que, fender en tête, le trio reprend le célèbre I Can’t Help It de Stevie Wonder… et l’on se prend à esquisser un pas de danse élégant sur le dernier titre de cet album que l’on s’empresse aussitôt de remettre sur la platine.

Avis aux amateurs… après le Volume 3 des Essais de Pierre de Bethmann Trio, le label Alea devrait proposer le Volume 4 dans le courant de l’année 2020. En effet, la session d’enregistrement a été si féconde qu’elle permet d’envisager la sortie de deux albums, et de cela nul ne se plaindra.

Pour se replonger dans l’univers de « Essais/Volume 3 », plusieurs concerts se profilent. RV le 14 février 2020 à 20h30 au Théâtre de Coutances, le 06 mars 2020 à Reims au Café du Palais, le 27 mars 2020 à 21h au Crescent de Mâcon et le 28 mars 2020 à Toulouse, salle Le Taquin. Sans oublier les concerts de sortie de l’album qui se dérouleront les 13 & 14 mars 2020 à 21h30 au Sunside à Paris dans le cadre des Rendez-Vous mensuels de Pierre de Bethmann au Sunside.

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Rarement groupe n’a aussi bien porté son nom que le Youpi Quartet. En effet, ce groupe fusionnel offre une musique à la fois énergique et enchanteresse. Sans instrument harmonique, le quartet complice réunit les souffles de la flutiste Émilie Calmé et de l’harmoniciste Laurent Maur et la performante paire rythmique composée du bassiste Ouriel Ellert et du batteur Curtis Efoua. L’oreille savoure l’éclatante alchimie musicale de « Mozaïc » et après l’écoute de l’album, un seul mot échappe … Youpi !

lire plus
Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

La chanteuse et pianiste Kandace Springs revient avec « The Women who raised me », un album studio qui rend hommage aux voix des femmes qui l’ont inspirée. Avec élégance, elle reprend des standards chantés par douze grandes voix féminines. Entourée par d’illustres artistes de jazz, elle parcourt un voyage au fil d’un siècle de musique et projette sa voix magnétique dans l’espace jazz. Élégance et émotion sont au rendez-vous.

lire plus

Mort du saxophoniste Manu Dibango

Après une carrière de plus de soixante ans, le saxophoniste et compositeur Manu Dibango a succombé au Covid-19 le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans. Le plus français des Camerounais laisse son public orphelin mais son héritage survivra aux années comme une réussite absolue de métissage des musiques africaines avec la soul et le jazz.

lire plus
Share This