Marc Ribot’ s Ceramic Dog « YRU Still Here ? »

Marc Ribot’ s Ceramic Dog « YRU Still Here ? »

Un paroxyjazz convulsif et enragé

La sortie de l’album « YRU Still Here ? » marque la fin d’un silence discographique de cinq ans de Marc Ribot et son trio Ceramic Dog. L’esthétique vigoureuse des musiques s’accorde avec la colère des textes contestataires. Un brûlot enragé qui captive par sa flamme et ses convulsions fulgurantes.

Couverture de l'album "YRU Stil Here?" de Marc Ribot's Ceramic DogAttendu depuis « Your Turn », le précédent disque de Ceramic Dog sorti en 2013, l’album « YRU Still Here ? » (Enja Yellow Bird/L’autre Distribution) de Marc Ribot’s Ceramic Dog comble d’aise depuis le 25 mai 2018 les amateurs des musiques de ce trio singulier.

Créé en 2007, Ceramic Dog réunit le guitariste Marc Ribot, le bassiste Shahzad Ismaily (Will Oldham, Chefs Secrets 3…) et le batteur Ches Smith (Xiu Xiu,Chefs Secrets).

Par bonheur depuis 2013 les concerts du groupe ont permis de patienter et en découvrant le nouvel album, reviennent en mémoire les échos de titres, déjà écoutés lors de la venue de Ceramic Dog avec Marc Ribot dans le cadre du festival A Vaulx Jazz un certain 17 mars 2017.

Sur l’album comme alors sur la scène, le groupe emprunte tout à la fois les codes du jazz, du rock, du punk, du blues, du rap, du funk, compactés en une musique paroxystique enragée et convulsive qu’on qualifiait alors de « paroxyjazz enrocké ».

D’emblée, le groupe interpelle par le titre de son pamphlet brûlant de rage, « YRU Still Here ? » et ce n’est que le début. Textes et musiques des onze titres sont au diapason. Ils dénoncent avec mordant les folles dérives du monde, racisme, capitalisme, intolérance…

Si les textes affichent délibérément rage et colère, la musique vibre certes à l’unisson mais n’en est pas moins construite avec précision en référence aux styles des différentes musiques auxquelles elle emprunte. Rythmes effrénés de la batterie et breaks ajustés mettent en valeur les improvisations de la guitare et des voix qui crient leur désespérance. De facto textes et musiques sont au diapason.

Personal Nancy ouvre l’album et d’emblée adopte le ton d’une colère extrême… « I got right to say fuck you ! ». Les voix vocifèrent avec rage, la guitare pleure, la batterie matraque le tempo et la basse déclenche le tir. La révolte colérique plante le décor. Marc Ribot au festival A Vaulx Jazz le 17 mars 2017Muslim Jewish resistance procède de la même veine. Voix, guitare, batterie, basse et claviers exhortent à suivre le sentier de la guerre contre l’intolérance, le racisme et la haine de l’autre.

Un découpage élaboré préside à la destinée de l’instrumental Oral Sidney with a U. La basse slappe funk, le Moog déblatère comme un fou sur les riffs de la guitare entêtante, la batterie fracasse le tempo. YRU Still here ? questionne sur le climat d’un folk planant qui aurait perdu la boussole. La rage d’Agnes s’exprime via un rock qui groove grave.

Rudoyé par un rock puissant Shut That Kid Up tutoie le blues et fait monter la sauce avant de s’adoucir à sa toute fin. Orthodoxy fait entendre des échos croisés de blues et de rock teintés de sonorités de sitar venues du Pakistan. Freak freak freak on the peripherique se la joue funk à fond. Ceramic Dog s’en prend à la police des frontières de Trump dans un Fuck La Migra au son saturé qui emprunte au hip hop autant qu’au rock.

Le trio stigmatise l’intolérance de la population vis à vis des différences dans Pennsylvania 6 6666 qui restitue les souvenirs de Shahzad Ismaily et de son enfance d’enfant musulman aux origines pakistanaises grandi en Pennsylvanie, où « tous les enfants sont fous » en reprenant à la guitare un style à la Wes Montgomery sur un tempo cool latinisé avec humour… jusqu’à la superbe fin du titre.

L’album se termine avec Rawhide où la voix de Marc Ribot trafiquée par le vocoder entonne les refrains de ce folk-rock-psyché-bluesy endiablé.

« YRU Still Here ? » témoigne de la maîtrise de Ceramic Dog et Marc Ribot à transformer leur musique en un pamphlet politique vigoureux. L’art mobilisé pour combattre contre les excès et débordements des puissants, les intolérances et le non-respect des différences… c’est plutôt rassurant même si la forme peut déranger quelques bien-pensants.

 

Un rendez-vous se profile avec bonheur pour écouter le trio Ceramic Dog. Le guitariste Marc Ribot, Shazhad Ismaily à la guitare et à la basse et Ches Smith à la batterie sont annoncés à l’affiche de l’Opera Underground. Le trio va faire monter la température de l’Amphi de l’Opéra de Lyon le 01 décembre 2018. Une date à noter impérativement.
« Mary’s Ideas » par le Umlaut Big Band

« Mary’s Ideas » par le Umlaut Big Band

Sur le double album intitulé « Mary’s Ideas » le Umlaut Big Band rend hommage à Mary Lou Williams. Conduit par Pierre-Antoine Badaroux, le big band français donne vie à de nombreuses pièces de cette compositrice, pianiste, arrangeuse et cheffe d’orchestre américaine que l’histoire du jazz a presque oubliée. A partir de manuscrits originaux, cet hommage réhabilite cette incontournable figure du jazz. Blues et swing, entre tradition et invention, 42 titres à savourer dès le 17 septembre 2021.

lire plus
Omer Klein trio revient avec « Personal Belongings »

Omer Klein trio revient avec « Personal Belongings »

Omer Klein Trio est de retour avec « Personal Belongings » annoncé pour le 17 septembre 2021. Sur son neuvième album, le musicien a enregistré six pièces en piano solo et quatre titres en trio. Ecrites durant le contexte pandémique de l’année 2020, ces dix morceaux naviguent entre émotions sensibles et vibrations énergiques. Riche de ces contrastes, la musique révèle la richesse de l’univers de ce compositeur dont l’univers palpite entre jazz et influences moyen-orientales.

lire plus
Saison 2021/22 – Auditorium de Lyon

Saison 2021/22 – Auditorium de Lyon

Pour la saison 2021/22 de l’AO, l’Auditorium-Orchestre national de Lyon accueille d’immenses stars du jazz. Main dans la main avec Jazz à Vienne, l’institution lyonnaise programme Michel Portal, Gregory Porter, Chucho Valdès et Stacey Kent. Ces affiches alléchantes laissent augurer d’intenses moments de jazz. De quoi réjouir le public !

lire plus
Share This