« Le Roi René », René Urtreger

« Le Roi René », René Urtreger

« Le Roi René », René Urtreger par Agnès Desarthe

« Le Roi René », un livre écrit à 4 mains entre un musicien grand lecteur et une romancière et essayiste mélomane. Une rencontre sublime entre le jazz et la littérature.

Mise en page 1« Le Roi René » (Odile Jacob) narre, comme un roman, la vie de René Urtreger. Le pianiste de jazz a conté sa vie à Agnès Desarthe qui a rédigé un texte passionnant et dynamique. Ce livre publié dans le catalogue de « Portraits » des Éditions Odile Jacob, résulte d’entretiens enregistrés entre l’auteure et le musicien. Agnès Desarthe met son talent et sa sensibilité au service des mots de René Urtreger. Elle écrit à partir de la parole de l’artiste dans un climat de grande confiance mutuelle et le musicien est totalement associée à ce travail dont il est partie prenante.

Lorsqu’on aime un disque on le laisse souvent tourner en boucle et on l’écoute jusqu’à en être imprégné. Il s’est passé la même chose avec « Le Roi René ». Au fil de la lecture, on est captivé autant par l’histoire que par l’écriture sensible dont le rythme n’est pas sans rappeler le swing si cher au pianiste.

Avant de lire ce livre, on avait écouté René Urtreger en concert et apprécié sa main droite merveilleuse et ses improvisations débridées. On savait qu’il avait participé à l’enregistrement de la bande originale du film de Louis Malle « Ascenseur pour l’échafaud » aux côtés de Miles Davis et qu’il l’avait accompagné en tournée dans les plus prestigieuses salles d’Europe. Récemment, on avait apprécié le CD « René Urteger trio » (Carlyne Music/L’Autre Distribution) gravé en 2014 avec Yves Torchinsky et Eric Dervieu. Durant cette même année 2014, René Urteger a été distingué in honorem jazz par l’Académie Charles Cros. Son actualité musicale actuelle témoigne de son activité. Du reste de sa vie, nous ignorions à peu près tout.

La lecture du livre « Le Roi René » fait découvrir la vie flamboyante du pianiste. Parti de rien, René Urtreger atteint les sommets, connaît toutes les audaces, pratique la culture du risque et commet tous les excès, côtoie la gloire mais aussi les enfers. Nous suivons ses mouvements de vie, oscillations ascendante puis descendante, reconversion et nouveau mouvement descendant suivi d’une re-naissance. Le joueur d’échec qu’est René Urtreger, ne s’est pas laissé mettre « échec et mat », il a trouvé l’ouverture qui lui a permis de surgir de ses cendres tel un phœnix pour revenir dans sa propre vie et dans celle du jazz  où il occupe encore une place au plus haut niveau.

Le destin du musicien est évoqué depuis une enfance passionnante douloureuse et compliquée pendant la seconde guerre. Il a le coup de foudre pour le piano et la musique classique via Chopin. Enfant prodige il vit mal son échec au concours du Conservatoire en 1951 mais advient ensuite la révélation du jazz.

Le pianiste impose son talent dans les caves de l’époque et c’est pour lui l’occasion de jouer avec les plus grands jazzmen américains (Chet Baker, Sonny Stitt, Lionel Hampton, Kenny Clarke, Dizzy Gillespie, John Lewis, Miles Davis…) qui débarquent à Paris dans les années 50  et jouent avec lui. En 1955 il enregistre avec Chet Baker, Bobby Jaspar, Lionel Hampton et grave le disque « René Urteger joue Bud Powell ». En 1956 il tourne en Europe avec Miles Davis et Lester Young à la suite de quoi il participe aux côtés de Miles Davis, Barney Willen, Pierre Michelot et Kenny Clarke à l’enregistrement de la bande originale du film de Louis Malle « Ascenseur pour l’échafaud ». En 1960 il enregistre « H. U. M. ! » avec Daniel Humair et Pierre Michelot (premier disque d’une série de trois du même nom gravés ensuite en 1979 puis 1999).

Survient ensuite une suite de « hauts et bas » où René Urtreger et le jazz prennent de la distance. Le pianiste entre alors dans une période où la musique « yé-yé » lui permet de vivre. Claude François, Sacha Distel et d’autres l’appellent pour jouer à leurs côtés jusqu’à ce qu’il devienne « un clochard de luxe » usant et abusant de divers produits. Il transforma sa faiblesse en force puisqu’en 1977, il sut vaincre ses addictions et retrouver la joie de vivre et de jouer.

Exit le schlemazel, le mentsch était né ! Le jazz avait changé, le bop était loin, le free était passé par là mais René Urteger apaisé et assuré reprend ses marques et continue son exploration du jazz. Il renoue avec le succès et travaille avec les nouvelles générations (Stéphane Belmondo, Airelle Besson, Sylvain Beuf, Géraldine Laurent, PIerrick Pedron, Nicolas Folmer, Hervé Meschinet ….). Il continue à se produire en trio avec ses fidèles compagnons Yves Torchinsky à la contrebasse et Eric Dervieu à la batterie.

Après avoir s’être affirmé à vingt et un ans et avoir connu le statut d’un grand musicien, il a retrouvé à quarante-deux ans le ressort vital et l’envie de vivre. Il s’est débarrassé de toutes les addictions qui l’empêchaient de bien jouer pour se hisser de nouveau au niveau des plus grands. En écoutant René Urteger on se surprend à battre du pied et l’envie nous démange de nous lever de notre siège à l’écoute des ses chorus virtuoses. Sa vitalité musicale et sa sensibilité déclenchent l’émotion. Enraciné dans le bop son jeu est en perpétuelle évolution. Ce « compositeur instantané » met son talent, son swing et sa maîtrise au service du jazz, cette musique qu’il défend et dont il dit qu’elle est « avant tout une école de la courtoisie ».

A quatre-vingt-un ans, René Urtreger est reconnu par ses pairs comme un grand musicien et fédère régulièrement autour de lui le nec plus ultra des musiciens actuels. Il se produit dans les plus grands festival Français… comme ce fut le cas en mai 2016 au Festival « Jazz sous les Pommiers » où il s’est produit en trio avec Yves Torchinsky à la contrebasse et Eric Dervieu à la batterie.

« Dracula » – Un livre-disque signé Adèle Maury/ONJ

« Dracula » – Un livre-disque signé Adèle Maury/ONJ

Sous la direction artistique de Frédéric Maurin, l’Orchestre National de Jazz présente « Dracula », le premier livre-disque de l’ONJ pour les jeunes. Un conte musical dont la musique balance entre opéra-jazz et comédie musicale. L’univers graphique en noir et blanc de l’album est imaginé par Adèle Maury, une jeune artiste révélée en 2020 au Festival d’Angoulême. Un projet original et captivant pour les yeux et les oreilles de tous, parents et enfants.

lire plus
Fay Claassen & David Linx – « And Still We Sing »

Fay Claassen & David Linx – « And Still We Sing »

L’artiste néerlandaise Fay Claassen s’associe avec David Linx sur « And Still We Sing ». Le duo vocal collabore avec le WDR Big Band, dirigé par Magnus Lindgren. Fay Claassen & David Linx rivalisent d’élégance sur cet album dont le titre paraphrase le titre de l’un des poèmes les plus célèbres de Maya Angelou, « And still I rise ». Dix plages gorgées de swing et d’émotions font de ce splendide opus un sommet de l’art vocal.

lire plus
Legraux Tobrogoï, énergique et enflammé

Legraux Tobrogoï, énergique et enflammé

Avec huit plages de musique instrumentale, « Pantagruel Résolu » ouvre l’appétit des amateurs de musique vigoureuse et réjouissante. Le sextet Legraux Tobrogoï n’en finit pas de faire résonner ses vociférations énergiques et enflammées. Déterminé à faire bouillonner les notes et à asticoter les portées, les loustics toulousains stimulent les oreilles qui auraient eu le malheur de s’endormir ! Pas question de résister à ce « Pantagruel Résolu ». C’est furieux et ça groove de toute part à qui mieux mieux !

lire plus
Share This