Le pianiste McCoy Tyner est mort

Innovateur et styliste unique

Le pianiste McCoy Tyner est décédé le 06 mars 2020 à l’âge de 81 ans. Avec lui s’éteint le dernier membre du quartet de Coltrane dans lequel il a joué de 1960 à 1965. Son héritage a révolutionné l’art du piano jazz moderne. Après une riche carrière de leader, il laisse le souvenir d’un musicien lumineux et discret dont le jeu unique et reconnaissable demeure une référence essentielle du jazz moderne.

Né à Philadelphie en 1938 Alfred McCoy Tyner a commencé le piano à l’âge de 13 ans. Durant son adolescence il a assisté dans le salon de beauté de sa mère à des jams sessions auxquelles participait souvent Bud Powell qui était voisin de ses parents et leur rendait souvent visité. Un tel départ dans le milieu du jazz a été favorable aux débuts de carrière du jeune McCoy Tyner.

Converti très jeune à l’islam en 1955, il a pris pour nom Sulieman Saud. De fait, sa carrière a vraiment débuté en 1959 dans le Jazztet de Benny Golson et Art Farmer avant qu’il ne rejoigne en 1960 le quartet du saxophoniste John Coltrane qui dit de lui, qu’il lui « est en quelque sorte celui qui [lui] donne des ailes et [lui] permet de décoller de temps en temps ».

En 1965, le pianiste quitte le légendaire quartet de Coltrane après avoir gravé avec le leader, Jim Garrisson et Elvin Jones, les fameux et « My Favorite Things » (1960) et « A Love Supreme » (1965). McCoy Tyner continue ensuite sa carrière comme leader sur les scènes du monde entier. Il joue souvent en trio (Ron Carter et Tony Williams, Eddie Gomez et Jack DeJohnette), tourne aussi en quintet et multiplie les collaborations  avec Roy Haynes, Freddie Hubbard, Clark Terry, Thad Jones, Lee Morgan, Joe Henderson, Wayne Shorter, Gary Bartz.

A la fin des années 80 il constitue le trio avec lequel il va jouer durablement avec Avery Sharpe et Aaron Scott. Dans les années 90, il a enregistré à la tête d’un big band mais dans les dernières décennies on l’a souvent écouté en trio ou même, plaisir suprême, en solo. Dans les dernières années de sa vie il s’est aussi consacré à l’enseignement même s’il continuait à se produire entouré de Gérald Canon et Eric Kamau Gravatt.


Depuis son premier disque en 1962, il a enregistré sous son nom, aussi bien en trio qu’en formule big band au début des années 1990, plus de 75 albums chez Blue Note puis sur quantité de labels parmi lesquels Milestone, Columbia et Elektra. Parmi ses très nombreux opus on retient quelques titres comme celui de

  • son premier album « Inception » chez Impulse en 1962 en trio avec Art Davis et Elvin Jones mais aussi
  • « The Real McCoy » paru en 1967 chez Blue Note avec Ron Carter, Elvin Jones et Joe Henderson,
  • « Sahara » fort influencé par par les rythmes africains et sorti en 1972 chez Milestone,
  • « Passion Dance » en 1979 chez Milestones avec Ron Carter et Tony Williams,

  • « The Definitive McCoy Tyner » chez Blue Note en 2002, « Illuminations » en 2004 chez Telarc avec Terence Blanchard, Gary Bartz, Christian McBride et Lewis Nash
  • « Quartet » en 2007 avec Joe Lovano, CHristian McBride et Jeff « Tain » Watts.

La manière de jouer de McCoy Tyner a participé pour beaucoup à la spécificité de l’atmosphère coltranienne. Le pianiste a inventé son propre langage reconnaissable entre tous et difficilement imitable. Il a intégré l’esthétique modale dans le jeu du piano sur lequel il a développé un jeu exubérant, percussif et puissant avec une articulation précise, une main gauche énergique en soutien de sa main droite aux phrases mélodiques. Jamais attiré par l’électronique, il est toujours resté fidèle au piano acoustique même s’il s’est aussi essayé au clavecin, au célesta et au koto.

On conserve en mémoire le souvenir impérissable du concert donné par McCoy Tyner à la Philarmonie dans le cadre du festival Jazz à la Villette, le 11 septembre 2016 à la Philarmonie avec Gerald Cannon ( basse), Fransisco Mela (batterie), Graig Taborn (piano) et Geri Allen (piano).

David Linx signe « Skin in The Game »

David Linx signe « Skin in The Game »

Avec « Skin In The Game », le chanteur, auteur, compositeur et producteur David Linx signe un album à la fois énergique et sensible. Celui qui est devenu une référence en matière de jazz vocal, propose un opus poétique où il se met à nu. Autour de lui, il réunit une équipe de premier plan avec Gregory Privat au piano, Chris Jennings à la contrebasse, Arnaud Dolmen à la batterie et en invités, le guitariste Manu Codjia et le slameur Marlon Moore. Entre force et délicatesse, un opus à fleur de peau qui témoigne de ses convictions, de son implication dans le monde actuel et rend hommage à des figures qui lui sont chères. Au sommet de son art, David Linx performe plus que jamais au-dessus de la mêlée.

lire plus
Les nuages musicaux de « Rahona »

Les nuages musicaux de « Rahona »

Le quartet Rahona résulte de la rencontre de deux guitaristes, Joël Rabesolo et Julien Marga. En quartet, les deux musiciens proposent un album dont le titre emprunte son nom au groupe. « Rahona » cultive lyrisme et poésie. Sa musique emprunte au jazz et intègre des éléments de musique africaine, de rock et de musique contemporaine. De belles sensations musicales aux couleurs pastels et aux ambiances nuageuses.

lire plus
Clin d’œil à Nils Wülker & « Go »

Clin d’œil à Nils Wülker & « Go »

Pour l’homme toujours en mouvement qu’est Nils Wülker, rien d’étonnant à ce que son dernier album sorti le 04 septembre 2020 s’intitule « Go ». Le compositeur et trompettiste hambourgeois opère une plongée réussie dans la musique électronique. Dix titres pour découvrir des atmosphères énergiques ou planantes, cinétiques ou oniriques. Un voyage serein qui conjugue joie de vivre et espoir en devenir.

lire plus
Share This