Le Musée des Confluences consacre le Jazz Day 2017 aux Racines du Jazz

Le Musée des Confluences consacre le Jazz Day 2017 aux Racines du Jazz

« Jazz Before Jazz »

Le Musée des Confluences consacre le Jazz Day 2017 aux Racines du Jazz et à l’œuvre de Louis Moreau Gottschalk. Une conférence animée par le journaliste Florent Mazzoleni sur la vie du compositeur. Une relecture musicale vivifiante de l’œuvre de ce précurseur du jazz par le duo Lionel Martin-Mario Stantchev.

En 2011, l’Unesco a proclamé le 30 avril « Journées Internationale du Jazz ». Totalement en accord avec les valeurs prônées par l’Unesco à l’occasion de ce Jazz Day le Musée des Confluences s’inscrit dans cette démarche en proposant depuis 2015 les « Jazz Days ».

Après Nguyen Lê en 2015 et Dhafer Youssef en 2016, c’est un programme à la fois pédagogique et musical que présente le Musée des Confluences en 2017 autour du compositeur Louis Moreau Gottschalk et de sa musique. Une conférence de Florent Mazzoleni et un concert du duo Lionel Martin & Mario Stanchev autour du répertoire de l’album « Jazz Before Jazz ».

Le 30 avril 2017 à 16h30, dans le Grand Auditorium du Musée des Confluences, le journaliste, auteur et photographe Florent Mazzoleni anime une conférence où il évoque la vie du compositeur Louis Moreau Gottschalk.

Ce musicien et compositeur est le premier à saisir l’importance des cultures africaines sur l’évolution des musiques occidentales. Le conférencier va retracer comment, parties de La Nouvelle-Orléans, les musiques, du jazz au  hip-hop en passant par les musiques modernes du continent africain, ont pu s’épanouir de part et d’autre de l’Atlantique entre la fin du 19ème siècle et aujourd’hui.

En effet, né en 1829 à la Nouvelle-Orléans, Louis Moreau Gottschalk est bercé par les chants des esclaves et le piano de sa mère, une aristocrate créole. Virtuose capable de recréer une mélodie après une simple écoute, il est envoyé en Europe dès son plus jeune âge pour suivre l’enseignement du Conservatoire. Le musicien joue devant les plus grandes sommités du monde de l’époque, compose les premiers tubes exotiques de la musique européenne (Bamboula, Le Banjo).

En 1860 à La Havane Louis Moreau Gottschalk donne la première représentation de « La Nuit des Tropiques ». C’est la première fois sur la scène du Tèatro Tacon que des tambourinaires africains partagent la vaste scène avec des musiciens symphoniques et des chanteurs lyriques européens.

Ainsi, Gottschalk est le premier compositeur qui a intégré, à la musique européenne, les rythmes, harmonies et mélodies du sud des États-Unis via le son des esclaves, la musique créole et caribéenne, ibérique et latino-américaine. Ainsi sont réunis les éléments essentiels des musiques comme le jazz et le rock qui vont s’épanouir de part et d’autre de l’Océan Atlantique.

A 17h30 le 30 avril 2017, à l’issue de la conférence, le saxophoniste Lionel Martin et le pianiste Mario Stantchev proposent un concert en duo où ils imaginent le jazz avant le jazz. En effet, le 04 mars 2016, les deux musiciens ont sorti chez Cristal Records une version digitale de l’album « Jazz Before Jazz », autour de la musique de Louis Moreau Gottschalk. La version vinyle de l’album est disponible sur le site du label lyonnais Ouch Records.

En fait, c’est le caractère métissé de l’œuvre de Louis Moreau Gottschalk qui a conduit les deux artistes à se réunir autour de sa musique. En effet, pour eux il n’est « pas question de considérer Gottschalk comme un des (grands-) pères du jazz. Ils voient plutôt en lui le « chaînon manquant » qui relie la musique savante occidentale à ce qui va devenir le jazz quelques décennies après sa mort ».

Partant des mélodies pour piano de Gottschalk, les deux musiciens revisitent la musique du compositeur américain. Forts de leurs expériences et de leur connaissance du jazz, de la musique classique, des musiques traditionnelles bulgares et africaines, du rock, Lionel Martin et Mario Stanchev modernisent et réinventent la musique de Gottschalk.

 Un petit avant-goût de la musique de « Jazz Before Jazz » avec le clip réalisé par Lucien Martin (Nalu Films productions)…

 
Pour se préparer et être dans le bain, on conseille aussi la lecture de l’ouvrage « Le pianiste voyageur » écrit par Catherine Sauvat et sous-titré « La vie trépidante de Louis Moreau Gottschalk ». Un livre de 176 pages paru en 2011 dans la Collection « Voyageurs Päyot ».
Puisqu’en 2017 le 30 avril est un dimanche, ce peut donc être l’occasion de vivre le Jazz Day en famille au Musée des Confluences après une visite des collections du musée.
« Kissed by the mist » par Giorgio Alessani

« Kissed by the mist » par Giorgio Alessani

La voix embrumée de Giorgio Alessani swingue avec aisance sur les dix pistes de « Kissed by the Mist ». Une section rythmique et une section de cuivres issues de la scène jazz française actuelle, un orchestre symphonique… et le tour est joué, un nouveau crooner est né. Sans s’aventurer ni dans les aigus ni dans les graves, le chanteur façonne le registre médium avec souplesse et sans jamais forcer. Textes, mélodies et arrangements tissent la trame d’un délicieux album où vibrent les émotions.

lire plus
Dexter Gordon – « Montmartre 1964 » (Storyville Records)

Dexter Gordon – « Montmartre 1964 » (Storyville Records)

Le 06 novembre 2020, le Label Storyville Records propose « Montmartre 1964 », un album inédit de Dexter Gordon capté en direct en juillet 1964 au Jazzhus Montmartre. Le saxophoniste joue avec le trio composé du contrebassiste Niels-Henning Ørsted Pedersen, du batteur Alex Riel et du pianiste Tete Montoliu. Ce merveilleux opus témoigne de la maîtrise du jeu de ce géant du ténor au lyrisme confondant et à l’expression audacieuse. Un souffle de félicité venu de de l’âge d’or du jazz danois

lire plus
Fonnesbæk & Kauflin – « Standards » (Storyville Records)

Fonnesbæk & Kauflin – « Standards » (Storyville Records)

Le label Storyville Records annonce pour octobre 2020, la sortie de l’album « Standards » enregistré par Fonnesbæk & Kauflin. Le contrebassiste et le pianiste s’expriment dans un langage qui leur est commun et dialoguent de manière fusionnelle. Le répertoire compte neuf standards issus de l’héritage des grands compositeurs de jazz du XXème siècle. De l’album se dégage un swing irrésistible, une virtuosité absolue et une musicalité inouïe.

lire plus
Share This