« Jazz Loves Disney »… on aime aussi!

« Jazz Loves Disney »… on aime aussi!

Des voix et un jazz délicieux évoquent la magie Disney

« Jazz Loves Disney » … ce sont les mélodies du monde merveilleux de Disney revisitées par des artistes de la scène française et internationale du jazz. Cet album annoncé pour le 18 novembre 2016 reprend en mode jazz quelques titres emblématiques des dessins animés de Walt Disney.

jazz_loves_disney_cover Qui n’a pas fredonné un jour une mélodie issue d’un dessin animé de Walt Disney ? Dans chaque génération, on a le souvenir d’un film qu’on a partagé avec enfants, grands-parents, parents ou petits-enfants. En fait, les airs du monde merveilleux de Disney sont comme autant de Madeleines de Proust. Même si le cinéma propose aujourd’hui d’autres esthétiques, les dessins animés et films de Walt Disney demeurent magiques et les enfants (…les adultes aussi) visionnent ou revoient avec autant de plaisir, ces films témoins d’une autre époque.

Certes un certain nombre de titre des bandes originales de Disney on déjà été repris par des chanteurs de variété. D’autres le furent aussi par des artistes de jazz. Par exemple, Louis Armstrong a enregistré en 1968, peu de temps avant son décès, un album de reprises de chansons intitulé  « Disney Songs - The Satchmo Way ». Peggy Lee a chanté en 1942 chez Benny Goodman, le titre Why don’t you do right ? que Disney a ensuite repris sur la bande originale du dessin animé « Qui veut la peau de Roger Rabbit ? ». C’est aussi elle qui compose en 1945 les musiques du dessin animé de Disney « La Belle et le Clochard » et double vocalement le personnage de la Belle et les chats siamois.

Sur « Jazz Loves Disney » (Verve/Universal), les chansons qui ont accompagné les héros de Disney sont interprétées par un casting étoilé. En effet, des stars de l’art vocal jazz ont participé tels Jamie Cullum, Melody Gardot, Stacey Kent, Gregory Porter ainsi que bien d’autres artistes actuels de premier plan, Hugh Coltman, Raphael Gualazzi, Laika, China Moses, Anne Sila et Nikki Yanofsky.

Enregistré à Paris, Londres et Los Angeles « Jazz Loves Disney » présente une grande cohérence musicale puisque sur neuf des douze titres enregistrés en octobre 2014, les chanteurs et chanteuses sont soutenus par une formation de jazz avec ou sans ajout d’une section de cordes. C’est Rob Mounsey qui dirige le grand orchestre où l’on retrouve avec bonheur plusieurs solos du trompettiste Lew Soloff qui nous a quittés le 08 mars 2015. The Rob Mounsey Orchestra interprète A dream is a wish your heart makes, un des thèmes de « Cendrillon ». Deux autres titres ont ensuite été gravés en petite formation.

Bien sûr on peut arguer qu’un tel album tombe à pic au moment des fêtes de fin d’année et que des thèmes de dessins animés repris par des chanteurs et chanteuses starisées n’a rien de créatif et s’inscrit dans un processus consumériste. Par contre en poussant ce raisonnement, nul besoin de parer les arbres et les rues de de guirlandes pour leur donner un air de fête, nul besoin non plus de sourire en écoutant un air qui rappelle un bon souvenir. On ne peut demander à l’art de toujours innover et de se faire le porte-parole de causes essentielles à défendre.

Il est avéré que la musique est faite aussi pour divertir et créer du plaisir. C’est tout à fait ce que réussit l’album « Jazz Loves Disney » dont certaines plages vont d’ailleurs bien au-delà grâce au talent des artistes qui ont vraiment su habiter les thèmes interprétés.

Jamie Cullum apporte son punch au titre des » Aristochats », Everybody Wants to be a cat qui explose tel un feu d’artifice. Sur He’s a tramp, Melody Gardot incarne la Belle et vante le charme du Clochard vagabond. Le solo du saxophoniste Andy Snitzer lui répond en écho avec un charme fou. On aime la voix tendrement acidulée de Stacey Kent qui reprend le thème de « Cendrillon », Bibbidi Bobbodo Boo en version française. Le tout sur un air de bossa tendrement chaloupée avec bien sûr un solo de ténor de son saxophoniste de mari Jim Tomlinson. Même la baguette de la fée, la magie opère.

La voix chaleureuse de Gregory Porter sied tout à fait au message que transmet Jiminy Cricket à Pinocchio. On a envie de croire que tout peut être possible. Roger Rabbit ne peut que succomber aux reproches de Jessica Rabbit qu’incarne la voix bluesy de China Moses sur un tempo étiré et sensuel. Le thème d’ouverture du dessin animé des studios Pixar, « Toy story », You’ve got a Friend in Me est porté avec justesse par la souple voix de Hugh Coltman et l’on écoute avec émotion le long solo de Lew Soloff.

I Wanna Be like You, tiré du « Livre de la Jungle » est sans doute un des meilleurs moments de l’album. 300-300_raphael-gualazzi_-franck-bohbotLa reprise de Raphael Gualazzi restitue vraiment l‘esprit de la scène du dessin animé, on le voit presque danser au rythme des orchestrations rutilantes et sur le solo du trompettiste Tony Kadleck. Le chanteur doit vraiment être attaché au « Livre de la Jungle » puisqu’il interprète aussi The Bare necessities avec Melody Gardot. A vrai dire, il en faut vraiment peu pour être heureux, juste écouter ce duo soutenu par une petite formation. Le titre respire la légèreté et on se remémore sans peine les images du dessin animé au fur et à mesure du déroulement de la chanson.

On émet par contre quelques réserves quant à l’interprétation sirupeuse que Nikki Yanofsky (la jeune chanteuse découverte par Quincy Jones) donne du titre Un jour mon Prince viendra. De même on trouve Let it go, thème tiré de la « Reine des Neiges » sonne à la manière des comédies musicales destinées aux adolescents et perd toute sa magie dans la bouche d’Anne Sila. Enfin, le thème Once upon a dream tiré de « Blanche-Neige et les Sept nains » aurait gagné à être un peu moins orchestré par la section de cordes et la harpe qui masquent la voix de Laika pas suffisamment mise en valeur.

Il demeure malgré tout que « Jazz Loves Disney » se profile comme un album de Jazz pourvoyeur de rêverie pour cette fin d’année.

Leïla Olivesi signe « Astral »

Leïla Olivesi signe « Astral »

Avec « Astral », la pianiste et compositrice Leïla Olivesi signe son sixième album. Entourée des meilleurs musiciens de sa génération, elle propose un jazz acoustique, lumineux et poétique. Entre tradition et modernité, cet opus regarde vers les étoiles et projette la musique loin de la gravité terrestre.

lire plus
Jazz à Vienne 2023 – Affiche & Premiers noms

Jazz à Vienne 2023 – Affiche & Premiers noms

Le 16 novembre 2022, les organisateurs du Festival « Jazz à Vienne » ont dévoilé l’affiche de l’édition 2023 proposée par la dessinatrice Pénélope Bagieu. Ils ont aussi annoncé la Création Jeune Public qui se déroulera les 26 et 27 juin 2023 avec Marion Rampal. En attendant le 16 mars 2023, date d’annonce officielle de la programmation de « Jazz à Vienne 2023 », les concerts de cinq soirées sont déjà annoncés. De sérieuses promesses de réjouissances musicales en perspective !

lire plus
D. Linx, G. de Chassy et M. Pastorino – « On Shoulders We Stand »

D. Linx, G. de Chassy et M. Pastorino – « On Shoulders We Stand »

Sur l’album « On Shoulders We Stand », le chanteur David Linx, le pianiste Guillaume de Chassy et le clarinettiste Matteo Pastorino proposent un voyage musical entre jazz et classique. Guillaume de Chassy a retranscrit des thèmes de pièces classiques sur lesquelles David Linx a écrit des paroles. Un album enchanteur où poésie, sobriété et raffinement s’entrelacent avec bonheur. Une réussite absolue !

lire plus
Share This