Disparition de Jon Hendricks

Disparition de Jon Hendricks

Le jazz pleure un improvisateur de génie

Le talentueux chanteur et parolier, John Carl « Jon » Hendricks s’est éteint le 22 novembre 2017 à l’âge de 96 ans. Son départ laisse un grand vide dans le monde du jazz où il s’est imposé comme un des plus grands improvisateurs.

De Jon Hendricks on garde à jamais en mémoire son timbre rauque de ténor, la justesse de sa voix, sa diction parfaite, son sens aigu du rythme, son éternel sourire, son sens de l’humour et son charisme scénique.

S’il affichait sur scène une attitude apparemment désinvolte, Jon Hendricks s’est imposé comme un scateur impénitent dont les performances ont été et demeurent encore des références pour de nombreux chanteurs. Il en a influencé plus d’un parmi lesquels on peut citer Bobby Mc Ferrin, Al Jarreau, Mark Murphy, Kurt Elling et tant d’autres.

Fils de pasteur né à Newark (New Jersey) le 16 septembre 1921, Jon Hendricks s’est initié au chant par la pratique des spirituals et des hymnes avant de chanter à l’âge de 11 ans à la radio avec Art Tatum.

A la suite du chanteur Eddie Jefferson, il fut avec King Pleasure un des fondateurs du style « vocalese », qui consiste à mettre des paroles sur des solos d’instrumentistes et à les chanter ensuite. Jon Hendricks entretenait une relation de proximité avec les mots qui ont fait de lui un parolier émérite.

Dans les années 50 il fonde avec Dave Lambert et Annie Ross le trio Lambert, Hendricks et Ross qui interprète les standards du pianiste Count Basie sur leur premier album, « Sing a Song of Basie en 1958.

Ce trio devenu fameux fut un des premiers groupes vocaux à interpréter le style « vocalese » et fit des émules parmi lesquels on peut citer le groupe français des » Double-Six » et plus tard le groupe américain « Manhattan Transfer » pour lequel Jon Hendricks écrivit des textes. Le trio enregistre huit albums et obtient en 1961 un Grammy Award pour l’album « High Flying ».

Après la séparation du trio, Jon Hendricks entreprend en 1965 une carrière de soliste. Au fil des années il ne cesse de se produire sur scène. En 1980 il fonde le « Hendricks & Company » avec sa femme Judith et sa fille Michelle. Par ailleurs il travaille aussi pour la télévision, devient critique de jazz au « San Francisco Chronicle » et enseigne à l’université de Toledo à partir de 1980. Il s’est longtemps produit seul ou aux côtés de Michelle Hendricks à Paris, à Crest ou sur bien d’autres scènes françaises où il déclenchait toujours l’enthousiasme.

Parmi ses nombreux albums on écoute toujours avec un bonheur infini « Sing a Song for Basie » avec le trio Lambert, Hendricks et Ross mais aussi « Freddie Freeloader » (Denon Records) sorti en 1990 avec à ses côtés les chanteurs Al Jarreau et Bobby McFerrin mais aussi George Benson (guitare), le groupe vocal « Manhattan Transfer », Wynton Marsalis (trompette), Rufus Reid (basse), George Mraz (basse) et Jimmy Cobb (batterie).

On se régale aussi avec le peu connu « ¡Salud! João Gilberto » sorti en 1961 chez Reprise Records avec Buddy Colette (flûte), Pete Candoli (trompette), Milt Bernhart (trombone), Ray Sherman (orgue), Gildo Mahones (piano), George Tucker (basse) et Jimmie Smith (batterie). On note que les arrangements des cordes ont été écrits par Antonio Carlos Jobim.

Enfin on retrouve toujours avec plaisir l’album « Boppin’ at the Blue Note » enregistré live dans le fameux club et sorti en 1994 chez Telarc Records où Jon Hendricks chante avec Judith, Aria et Michelle Hendricks, Kevin Burke (chant), Wynton Marsalis (trompette), Al Grey (trombone), Benny Golson (saxophone ténor), Renato Chico (piano), Mark Elf (guitare), Ugonna Okegwo (basse) et Andy Watson (batterie).

Louis Matute, Prix Evidence de l’Académie du Jazz

Louis Matute, Prix Evidence de l’Académie du Jazz

En 2022, l’Académie du Jazz crée un nouveau prix, le Prix Évidence. Le premier lauréat est le guitariste suisse Louis Matute à la tête de son « Large Ensemble » pour son troisième album « Our Follklore ». Par cette récompense, l’institution honore le nouvel enregistrement d’un(e) artiste ou d’un groupe en développement « qui se singularise par sa charge créative, sa qualité d’exécution et sa musicalité ». Belle reconnaissance institutionnelle pour cet album élégant, coloré et lyrique.

lire plus
David Bressat signe « Constellation »

David Bressat signe « Constellation »

Avec « Constellation », le pianiste et compositeur David Bressat signe son troisième album live. Enregistré en février 2022 dans six clubs emblématiques, entre région Auvergne-Rhône-Alpes et région Bourgogne-Franche-Comté, l’opus présente neuf compositions originales. Une musique colorée, un album énergique et vivifiant !

lire plus
Leïla Olivesi signe « Astral »

Leïla Olivesi signe « Astral »

Avec « Astral », la pianiste et compositrice Leïla Olivesi signe son sixième album. Entourée des meilleurs musiciens de sa génération, elle propose un jazz acoustique, lumineux et poétique. Entre tradition et modernité, cet opus regarde vers les étoiles et projette la musique loin de la gravité terrestre.

lire plus
Share This