Chick Corea Trilogy rime avec Magie à l’Auditorium de Lyon

Chick Corea Trilogy rime avec Magie à l’Auditorium de Lyon

Trois virtuoses en conversation musicale

Le 29 février 2020, après la prestation de Chick Corea Trilogy, le public de l’Auditorium de Lyon a encore des étoiles dans les yeux. Il se félicité d’avoir assisté au concert éblouissant du pianiste entouré de ses complices, le contrebassiste Christian McBride et le batteur Brian Blade. Ce soir-là Chick Corea Trilogy rime avec Magie. Trois virtuoses inspirés en conversation musicale… un pur moment de bonheur.

Chaque concert de Chick Corea mobilise les nombreux aficionados du pianiste. Sa venue le 29 février 2020 à Lyon, dans le cadre des concerts organisés en partenariat par Jazz à Vienne et l’Auditorium de Lyon n’a pas fait pas exception à la règle. La salle de l’Auditorium était pleine à craquer d’un public multigénérationnel avide d’écouter le légendaire pianiste venu avec Christian McBride (contrebasse) et Brian Blade (batterie).Couverture de l'album de Chick CoreaTrilogy 2

Avec ses deux complices, Chick Corea a publié en 2013 « Trilogy » (Stretch/Universal), un volume de trois CD récompensé de deux Grammy Awards (Meilleur album instrumental jazz et Meilleur solo improvisé pour Fingerprints). Ainsi au fil des ans, le trio acoustique se reconstitue épisodiquement ce dont témoigne en 2019 le double album « Trilogy 2 » (Concord/Bertus) issu d’une série de concerts s’étalant de 2010 à 2016. Le 29 février 2020, le trio acoustique se produit sur la scène de l’Auditorium de Lyon.

Vêtu de jean et souriant, Chick Corea rejoint le piano entouré des deux pointures internationales qui constituent la section rythmique de Trilogy, le contrebassiste Christian McBride et le batteur Brian Blade. Au centre de la scène, le trio est positionné en grande proximité, pianiste dos au public, contrebassiste campé au centre, batteur face aux deux autres.

Facétieux, Corea débute avec quelques notes de piano et se tourne vers l’auditoire qu’il sollicite. La chorale de fortune flotte un peu mais se prend au jeu. Le pianiste continue brièvement l’exercice qui détend l’atmosphère…. le concert peut commencer.

Le trio enchaîne deux morceaux qui permettent de percevoir d’emblée combien la confiance et l’écoute règnent au sein du trio. De son jeu expressif et très vif, le pianiste ouvre seul les deux premiers titres. Grappes de notes égrenées de la main droite sur le clavier alors que la main gauche construit, déconstruit et pose quelques dissonances subtiles. Chacun des deux rythmiciens y va ensuite de son chorus. Contrebasse puissante et véloce qui déclenche l’enthousiasme du leader. Batterie tout en souplesse, en finesse et en légèreté. Les trois musiciens ne se quittent pas des yeux, les interactions sont majeures. Aux fluides cascades de notes cristallines du pianiste, le contrebassiste répond par de splendides mélodies déroulées avec une aisance déconcertante. Réactif à la moindre nuance expressive de ses partenaires, le batteur fantaisiste et dynamique brille par sa musicalité. Après les échos evasiens d’Alice in Wonderland, le leader confie le micro au contrebassiste qui présente le trio sous les applaudissements du public déjà conquis.

Le premier set se poursuit avec In A Sentimental Mood de Duke Ellington. Après une variation lumineuse et introspective, le pianiste expose avec légèreté le thème sur un tempo médium. Ses riches harmonisations convoquent des ambiances évocatrices de Ravel. Sur les cymbales à peine effleurées, la batterie pointilliste découpe les rythmes avec délicatesse et soutient le chorus lyrique de l’archet sur la contrebasse. En totale symbiose, le trio parvient à restituer les couleurs orchestrales ellingtoniennes.

Le micro circule cette fois en direction du batteur qui à son tour présente le groupe avant que le trio n’enchaîne avec deux thèmes de Monk. Très déstructuré, Work s’inscrit dans la grande tradition monkienne. Assuré par une section rythmique solide et groovy, le piano s’amuse. On saisit alors combien la parole circule de manière équilibrée dans ce trio équilatéral. Les musiciens continuent avec Crepuscule with Nellie dont ils donnent une version peu banale. La ballade prend la forme d’un blues trapéziste où se succèdent les points d’interrogation et les saltos du piano au-dessus du filet souple tendu entre batterie et contrebasse. Un chorus lumineux et inspiré de McBride déclenche des tonnerres d’applaudissements alors que l’ombre de Monk se faufile e nfond de scène.

Après un court entr’acte, le concert reprend ave un tout nouveau morceau qui nécessite le recours aux partitions. Le piano commence seul solennel, sur un rythme plutôt lent. Même si les trois musiciens ont le regard posé sur leurs partitions ils n’en sont pas moins attentifs les uns aux autres. Sur le piano la mélodie advient tel le vol d’une hirondelle. Elle voltige et inspire aux balais et aux cymbales un jeu d’une légèreté impalpable. Avec les balais, la suite s’étoffe et prend une allure plus dramatique. Le climat se tend, l’ambiance se teinte d’accents latins et se résout avec bonheur. Musiciens et public se félicitent de la réussite de ce « first time » plutôt réussi.

Le trio continue avec trois pièces enchaînées. Une improvisation, un thème de Scarletti et A Spanish Song. Après des échanges facétieux entre les peaux des tambours caressés à la main, les cordes du piano frappées à la baguette et celles de la contrebasse caressées par l’archet, le propos se densifie et se succèdent angles aigus, lignes brisées et points de suspension. Place ensuite au langage baroque joué avec précision et un brin de lyrisme. Pour finir, la contrebasse prend la barre sur la fantaisie espagnole qu’elle fait ronfler avec vélocité. Il ne manque plus que les pas des danseurs. Le trio s’amuse en totale interaction.

Le second set se termine avec Fingerprints, un hommage en écho à Wayne Shorter et sa composition Footprints. Un solo époustouflant du batteur donne à entendre sa maîtrise des nuances et permet de prendre la mesure de son art ahurissant d’originalité et de souplesse. Piano et contrebasse le rejoignent.

La complémentarité du trio est saisissante. Le lyrisme du piano s’appuie sur la solidité de la contrebasse et les deux rebondissent sur la rythmique inventive de la batterie. La musique respire, le piano se fait majestueux, la batterie imposante et la batterie voluptueuse. Le pianiste tombe la veste et le public succombe sous la force et le charme de ce trio magique où aisance et grâce coexistent avec maîtrise et expressivité.

Sans se faire prier, le trio revient avec Blue Monk. Il aborde ce morceau d’une facture plutôt classique avec une décontraction rebondissante à laquelle s’ajoutent des grains d’une douce folie. Après avoir pris quelques clichés du public enthousiaste levé pour une standing ovation unanime, Chick Corea sollicite l’auditoire qui reprend avec enthousiasme les phrases jouées sur le clavier. La soirée s’achève sur un tonnerre d’applaudissements et pour tous, le souvenir d’une soirée éblouissante.

Il est des concerts que l’on qualifie d’inoubliables. Celui de Chick Corea, Christian McBride et Brian Blade, le 29 février 2020 sur la scène de l’Auditorium de Lyon fait partie de ceux-là. Un grand moment de jazz qui réinvente l’art du trio acoustique. Alliance parfaite entre technique et musicalité, fraîcheur et spontanéité.

David Linx signe « Skin in The Game »

David Linx signe « Skin in The Game »

Avec « Skin In The Game », le chanteur, auteur, compositeur et producteur David Linx signe un album à la fois énergique et sensible. Celui qui est devenu une référence en matière de jazz vocal, propose un opus poétique où il se met à nu. Autour de lui, il réunit une équipe de premier plan avec Gregory Privat au piano, Chris Jennings à la contrebasse, Arnaud Dolmen à la batterie et en invités, le guitariste Manu Codjia et le slameur Marlon Moore. Entre force et délicatesse, un opus à fleur de peau qui témoigne de ses convictions, de son implication dans le monde actuel et rend hommage à des figures qui lui sont chères. Au sommet de son art, David Linx performe plus que jamais au-dessus de la mêlée.

lire plus
Les nuages musicaux de « Rahona »

Les nuages musicaux de « Rahona »

Le quartet Rahona résulte de la rencontre de deux guitaristes, Joël Rabesolo et Julien Marga. En quartet, les deux musiciens proposent un album dont le titre emprunte son nom au groupe. « Rahona » cultive lyrisme et poésie. Sa musique emprunte au jazz et intègre des éléments de musique africaine, de rock et de musique contemporaine. De belles sensations musicales aux couleurs pastels et aux ambiances nuageuses.

lire plus
Clin d’œil à Nils Wülker & « Go »

Clin d’œil à Nils Wülker & « Go »

Pour l’homme toujours en mouvement qu’est Nils Wülker, rien d’étonnant à ce que son dernier album sorti le 04 septembre 2020 s’intitule « Go ». Le compositeur et trompettiste hambourgeois opère une plongée réussie dans la musique électronique. Dix titres pour découvrir des atmosphères énergiques ou planantes, cinétiques ou oniriques. Un voyage serein qui conjugue joie de vivre et espoir en devenir.

lire plus
Share This