Goran Bregovic revient avec « Three Letters from Sarajevo »

Une ode à la «Jérusalem des Balkans»

Goran Bregovic revient avec l’album « Three Letters from Sarajavo » annoncé pour le 06 octobre 2017. Le violon porte la parole du musicien. Il narre les traditions klezmer, classique et orientale et l’histoire de Sarajevo. Un superbe appel à la concorde.

« Three Letters from Sarajavo » (Mercury/Universal), le nouvel album de Goran Bregovic, raconte l’histoire de Sarajevo, son identité, ses multiples croyances et le tissu de ses paradoxes.

Sur ce nouvel enregistrement le musicien utilise le violon comme instrument métaphorique qui fait coexister les styles klezmer, classique et oriental sur trois pièces instrumentales interprétées par trois solistes originaires d’Israël, des Balkans et du Maghreb.

Après avoir assisté au concert que Goran Bregovic a donné sur la scène du Grand Théâtre de Fourvière de Lyon le 06 juillet 2017, c’est avec grand intérêt que l’on attend le 06 octobre 2017, date de la sortie de l’album « Three Letters from Sarajavo ». En effet, ce soir-là, Goran Bregovic, son Orchestre des Mariages et des Enterrements et le splendide Orchestre National de Lyon, ont offert au public de Fourvière un moment inoubliable.

Les violons de Mirjana Neskovic, Zied Zouari, Gershon Leizerson, trois solistes d’origine serbe, tunisienne et israélienne, ont interprété et porté les trois lettres, les trois mouvements des traditions occidentale, orientale et klezmer. « Three Letters from Sarajavo » a soulevé l’enthousiasme du public lyonnais qui ne s’est pas trompé et a ovationné à sa mesure cette magnifique prestation que l’on a qualifiée d’œcuménique à la toute fin de la chronique d« Nuits de Fourvière 2017 – Echo#1 » publiée le 15 juillet 2017. 

Pour illustrer ce souvenir, rien de mieux que le final du concert que l’on peut visionner grâce à un enregistrement mis en ligne par l’Auditorium de Lyon-ONL. On y voit Goran Bregovic jouer et vibrer au sein de l’ONL et de l’Orchestre des Mariages et des Enterrements dirigés par Ognjan Radivojevic.

On attend donc avec impatience la sortie prochaine de « Three Letters from Sarajavo ». Outre la lettre juive, la lettre musulmane et la lettre chrétienne on pourra aussi écouter des chansons interprétées en espagnol, en hébreu, en arabe, en anglais et en serbo-croate puisque l’album propose aussi des titres étonnants et détonnants chantés par Bebe, Riff Cohen, Rachid Taha, Asaf Avidan, Sifet et Mehmed. En attendant la chronique de présentation de l’album « Three Letters from Sarajavo », on s’immerge dans l’univers de Goran Bregovic.

D’autres grands musiciens et chefs d’orchestre classiques ont déjà porté de tels projets en réunissant des musiciens de.confessions et de coutumes différentes. Bientôt « Three Letters from Sarajavo » et Goran Bregovic vont porter la parole de la concorde et de la coexistence pacifique entre toutes les religions, traditions et langues. Et si la musique devenait une réelle force pacificatrice ?

Share This