« Almot Wala Almazala », deuxième album de Naïssam Jalal

« Almot Wala Almazala », deuxième album de Naïssam Jalal

« Almot Wala Almazala », une ode poignante à la résistance

“Almot Wala Almazala” le deuxième album de « Naïssam Jalal & Rhythms of Resistance » rend hommage au courage et à la résistance du peuple syrien. Entre révolte et espoir esquissé, un album coup de poing.

pochette-almot-jpeg-768x669Après “Osloob Hayati” sorti en mars 2015, la flutiste Naïssam Jalal et son groupe « Rythms of Resistance » poursuit sa route musicale. Annoncé pour le 10 novembre, « Almot Wala Almazala » (Les Couleurs du Son//L’Autre Distribution), le deuxième album du quintet, s’inscrit dans la continuité du premier.

Le titre de l’album « Almot Wala Almazala » reprend le slogan « la mort plutôt que l’humiliation » scandé par les Syriens au printemps 2011 lorsqu’ils ont investi la rue et crié leur soif de liberté au péril de leur vie, le cœur plein d’espoir et les mains chargées de fleurs. On connaît la suite et le martyr de ce peuple qui aspire juste à vivre libre.

« C’est pour rendre hommage à leur courage, et aux centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants morts sous les balles ou la torture, morts de faim, assiégés par le régime et l’indifférence du monde » que la flutiste Naïssam Jalal a donné ce titre à l’album et « composé le morceau qui raconte l’histoire de cette révolution qui vit encore malgré tout ».

Ancrée dans les traditions orientales, la musique de l’album « Almot Wala Almazala » se projette librement vers un ailleurs que l’orchestre esquisse au gré des des modes empruntés à la musique orientale et des improvisations. Les envolées furieuses de la flutiste sont soutenues par une rythmique enivrante qui délivre un groove aux effluves éthiopiens.

naissam-jalal_photo-de-emanuel-rojas_oLa jeune flutiste d’origine syrienne est née à Paris où elle a étudié la flute traversière classique au conservatoire. À 17 ans Naïssam Jalal découvre l’improvisation et deux ans après elle quitte la France en quête de ses racines. Elle étudie le nay au Grand Institut de musique arabe de Damas en Syrie puis rejoint le Caire où elle étudie le violon. De retour en France en 2006 elle se défie déjà des frontières musicales et partage son activité entre de nombreux styles, rap, musiques orientales, afrobeat et même musiques latines comme le tango avec Melingo. Elle côtoie le milieu du jazz et on l’a écouté récemment sur « Golan/Al Joulan Vol.1 », le dernier disque du contrebassiste Hubert Dupont.

Elle crée son duo Noun Ya avec le guitariste et oudiste Yann Pittard et enregistre « Aux Résistances » en 2009 En 2011 elle fonde son quintet « Naïssam Jalal & Rhythms of Resistance » avec lequel elle se produit ensuite en France et en Europe. Attachée au milieu hip-hop, elle continue à explorer cet univers avec le rappeur Osloob dans leur formation Al Akhareen.

A l’image de leur musique métisse, « Rythms of Resistance » est un ensemble cosmopolite. Le saxophoniste franco-marocain Mehdi Chaib, le guitariste et violoncelliste allemand Karsten Hochapfelt, le contrebassiste hongrois Matyas Szandai. Sur cet album, le batteur guadeloupéen Arnaud Dolmen partage les plages avec l’Italien Francesco Pastacaldi

Les neuf plages de l’album restituent les couleurs de la révolte, de la rage et de la violence mais ne sont pas sans évoquer des ambiances qui suggèrent le courage, l’espoir et l’amour. Les tensions sont créées par la pulsion lancinante et incessante d’une solide section rythmique et les riffs réitératifs que souffle la flute. Les improvisations très fluides du saxophone insufflent le feu ou une douce complainte. La parole circule librement entre les musiciens

Avec hauteur Alep et la flute égrènent le temps qui passe au-dessus de la ville qui espère et résiste. Sur le titre Dar Beida, irradié de lumière, le violoncelle de Larsten Hochapfel sonne comme un gembré et le nay de Naïssam Jalal élève des spirales véhémentes comme pour solliciter la clémence. La pluie laisse entendre un répit salvateur.

Ainsi nommée en hommage à Daniel Bensaïd, à qui le morceau est dédié La lente impatience dit la nécessité de résister pour que demain advienne. Le saxophone infatigable élève une longue plainte comme un appel plein de désespérance qui rappelle par sa puissance les cris du mouvement de libération des afro-américains.

Conçu comme une courte suite, le titre éponyme de l’album dédié aux martyrs de la révolution syrienne porte en lui la plainte absolue de la désespérance, la force nécessaire de la révolte, la lumière fragile de l’espoir et le possible ténu d’un renouveau attendu.

Entre l’Orient et l’Occident, entre jazz, musique traditionnelle orientale et musiques africaines, « Almot Wala Almazala », un opus hypnotique empreint de gravité. Une musique personnelle, métissée et engagée qui résiste au formatage et remet en cause les cadres traditionnels.

Obradović-Tixier Duo – « A Piece of Yesterday »

Obradović-Tixier Duo – « A Piece of Yesterday »

Après le silence musical imposé par la pandémie, la batteuse Lada Obradović et le pianiste David Tixier présentent leur quatrième album, « A Piece of Yesterday ». Avec neuf compositions originales, le Obradović-Tixier Duo met un conte en musique pour se souvenir d’hier, pour vivre au temps présent et se projeter afin de construire de nouveaux lendemains.

lire plus
Laurent Coulondre propulse « Meva Festa »

Laurent Coulondre propulse « Meva Festa »

Avec « Meva Festa », Laurent Coulondre livre un album explosif. Au fil des pistes, Laurent Coulondre communique sa vision de la musique, de la vie et du partage. Chaque titre constitue une promesse d’évasion. L’album respire la joie de vivre et communique l’envie d’exulter. Placé placé sous le signe du soleil et de l’exotisme, « Meva Festa » porte bien son nom, un mélange de catalan et de brésilien qui se traduit par « Ma Fête »…. tout un programme !

lire plus
André Minvielle revient avec « Ti’bal Tribal »

André Minvielle revient avec « Ti’bal Tribal »

Sur « Ti’bal Tribal », André Minvielle mène le bal avec la verve, l’humour et l’inventivité qui lui appartiennent en propre. Il propose un bal euphorique et effervescent où se téléscopent valse et cumbia, cha-cha et fandango. Avec sa fille Juliette et son complice de longue date, Fernand « Nino » Ferrer, le batteur et chanteur gascon fait danser la vie et le jazz. La frénésie affleure !

lire plus
Share This