Thomas Bramerie signe « Side Stories »

La force d’un jazz sensible et intemporel

Après 30 ans de carrière, Thomas Bramerie dévoile « Side Stories », son premier album en leader. Sideman incontournable, le contrebassiste avance dans la lumière en trio avec deux jeunes talentueux jazzmen. Il est rejoint par trois compagnons de route, Eric Legnini, Jacky Terrasson et Stéphane Belmondo. De l’album s’exhale le parfum sensible et la force d’un jazz intemporel.

Couverture de l'album "Side Stories" de Thomas BramerieThomas Bramerie dévoile « Side Stories » son premier album en leader dont la sortie est annoncée pour le 25 mai 2018 chez Jazz Eleven.

Le contrebassiste se présente en trio entouré de deux talentueux musiciens de la jeune scène jazz, le pianiste Carl-Henri Morisset, déjà remarqué en concert aux côtés de Pierrick Pedron et le batteur Elie-Martin Charrière. Le leader invite aussi trois compagnons de route des dernières décennies, les pianistes Jacky Terrasson et Eric Legnini ainsi que le trompettiste Stéphane Belmondo.

Un livret accompagne l’album. il regroupe des textes de Thomas Bramerie qui possède un réel talent d’auteur. Son écriture révèle une personnalité réflexive, porteuse d’altérité et riche d’une humanité attentive. La musique reflète une autre facette de l’homme, celle du compositeur et instrumentiste.

Thomas Bramerie sideman

Après avoir fait le choix de la contrebasse en 1988, Thomas Bramerie joue à la fin des années 80, avec quelques-uns des plus grands noms du jazz (Chet Baker, Toots Thielemans, Horace Parlan, Johnny Griffin et Steve Grossman). Il se produit sur les scènes parisiennes depuis les années 90 et il serait plus rapide de citer les noms de ceux avec qui il n’a pas joué plutôt que de lister ceux qu’il a accompagnés.

Le contrebassiste Thomas Bramerie

Thomas Bramerie©Pascal Pittorino

Son installation à New-York en 1997 marque une autre épisode où après avoir tourné avec Dee Dee Bridgewater, il devient un sideman incontournable pour nombre de jazzmen de la scène new-yorkaise. Il s’intègre par ailleurs dans des projets variés, latin jazz, musique du Moyen-Orient, rock et musique classique. En 2004 il intègre le trio du pianiste Jean-Michel Pilc avec lequel il enregistre et part en tournée.

En 2006, il revient en France. On l’écoute alors aux côtés de nombreux artistes dont Pierrick Pedron, Julien Loureau, André Ceccarelli, Baptiste Trotignon, Bojan Z, les frères Belmondo mais aussi Richard Galliano, Didier Lockwood, et bien d’autres.

La profondeur de son toucher, sa sensibilité, son sérieux, son écoute et sa réactivité ont fait de Thomas Bramerie un contrebassiste essentiel dans le monde du jazz français où il manifeste une grande ouverture à tous les styles de musique.

Thomas Bramerie leader

En 2018, à la tête de son trio, Thomas Bramerie propose sur « Side Stories », une musique vivante aux multiples facettes. Un jazz ouvert qui intègre le legs de la tradition à laquelle le contrebassiste ajoute des touches de lumière et un voile de modernité. Ces couleurs inventives enrichissent et renouvellent la musique, qu’il s’agisse de reprises ou de ses propres compositions.

Profondeur et discrétion, force et fragilité font bon ménage dans l’expression du contrebassiste et teintent sa musique de sensibilité, d’humanité et de véracité. Même s’il assied son art sur une technique avérée, jamais il n’assène son savoir-faire. Point d’esbroufe, pas d’étalage. La justesse et la finesse de son langage suffisent. De sa musique se dégage une force perceptible malgré la retenue et les nuances dont Thomas Bramerie fait preuve.

Au fil de l’album on découvre neuf compositions de Thomas Bramerie et cinq reprises. Deux standards de jazz, Played Twice de Monk et Work Song de Nat Adderley. Deux chansons, Avec le temps de Léo Ferré et Un jour tu verras de Georges von Parys. Un thème de musique classique. Salut d’Amour, écrit à l’origine pour violon et piano par le compositeur Edward Elgar.

Impressions musicales

La contrebasse se la joue solo en ouverture et en fin d’album. Pichòt Bebei affiche une franche couleur jazz avec une ligne fluide et swinguante. Sur la composition intemporelle de Léo Ferré, Avec le temps, la contrebasse chante littéralement. Elle développe à la fois la mélodie et l’harmonie du morceau et termine l’album dans un climat chargé d’émotion.

L’atmosphère monkienne et dense de Played Twice permet de saisir la richesse et la modernité du trio. C’est avec souplesse et originalité que le même trio métamorphose Work Song du trompettiste Nat Adderley et transforme le titre en une véritable pépite. Les deux jeunes musiciens s’en donnent à cœur joie et font preuve d’une inventivité sans pareille dans leurs échanges et leurs improvisations.

La contrebasse expose le thème mélodieux et chantant avant que le Fender Rhodes d’Eric Légnini n’impulse une allure funky à Here. Le solo dépouillé et percussif du clavier électrique tranche avec l’allègre chant du piano qui lui répond. Sur un motif réitératif de contrebasse, le fender revient éclairer de ses nappes sonores le superbe All Alone où la contrebasse chante la solitude avec lyrisme.

Deux compositions du contrebassiste portent les prénoms de son épouse et de son fils. Le trio magnifie ces deux morceaux. Sur Yêïnou, le motif de basse met en orbite le piano dont l’improvisation musclée stimule la batterie au jeu incandescent. Sur Émile, la contrebasse expose d’abord le thème à l’archet avant de dérouler un riff de basse sur les cordes et de céder la parole au piano qui s’éclipse très vite pour laisser place à un élégant et lyrique solo de contrebasse.

Le contrebassiste Thomas Bramerie

Thomas Bramerie©Pascal Pittorino

Outre ces deux déclarations d’amour, advient Salut d’amour. Ce thème écrit en 1888 par Edward Elgar met en évidence l’élégance du jeu du trio qui transforme l’écriture romantique en une superbe ballade irriguée d’une pudique tendresse. Le toucher sensible de Jacky Terrasson sied à Now, la délicate mélodie composée par le leader. Le duo piano-contrebasse comble par sa légèreté et sa délicatesse.

Exposé sobrement en trio le thème Side Stories prend des couleurs nocturnes dès l’intervention de Stéphane Belmondo. Le jeu sobre mais chatoyant de la trompette et de sa sourdine cède la place à un solo évanescent du piano qui génère une atmosphère étrange. L’accompagnement allégé mais essentiel de la contrebasse contribue aussi à faire de ce thème une ballade somptueuse.

Deux compositions de Thomas Bramerie dépaysent le propos musical. Sur Chantez, le trio incite à la danse et dispense une joyeuse ambiance de béguine enjazzée. C’est par contre du côté de la bossa nova que se tourne Troç de vida où le bugle de Stéphane Belmondo souffle une douce saudade. S’il n’abandonne pas la contrebasse le leader revient à son instrument d’origine, la guitare qu’il utilise pour accentuer le balançao.

C’est encore dans le registre de la nostalgie qu’intervient le bugle sur Un jour tu verras accompagné très sobrement par le trio. Stéphane Belmondo insuffle juste ce qu’il faut d’émotion pour faire écho aux souvenirs encore vivaces dans les mémoires des voix de Charles Trenet ou de Mouloudji.

Sensible et ardent à la fois, le jazz de Thomas Bramerie vaut élixir de vie. Ses reliefs et ses teintes restituent les nuances d’un art délicat mais ancré dans l’énergie, une énergie canalisée qui transmet le sens de la musique et de la vie. S’il advenait que d’aucun se questionne sur les bienfaits de la musique, on lui conseillerait d’écouter en boucle les quatorze plages de « Side Stories » pour en retrouver le goût. Une musique aux saveurs de vie à partager largement. Offrir ce que l’on aime est le plus beau des cadeaux, c’est ce qu’a fait Thomas Bramerie, Qu’il soit remercié  pour cette contribution à l’amour.

Rendez-vous à Paris le 02 juin 2018 à 20h30 au Pan Piper pour le concert de sortie de l’album « Side stories » avec Thomas Bramerie, Carl-Henri Morisset et Elie-Martin Charrière. Le 27 mai 2018, Stéphane Belmondo rejoint le trio au Jazz Club du Beau Monde à Marseille. Plus d’informations à propos des concerts à venir sur le site de Thomas Bramerie.
Echo#6-Jazz à Vienne 2018

Echo#6-Jazz à Vienne 2018

Après la 38ème édition de Jazz à Vienne 2018, les organisateurs dressent un bilan positif. Fréquentation augmentée, créations musicales, ouverture du jazz vers les musiques métissées. Le public ne s’est pas trompé. Les scènes de Cybèle se sont imposées comme le lieu où le jazz se distancie des audiences et dévoile sa diversité.

Echo#5-Jazz à Vienne 2018

Echo#5-Jazz à Vienne 2018

Le 08 juillet 2018 le Théâtre Antique de Vienne accueille les univers contrastés de deux stars de la musique brésilienne, Hermeto Pascoal et Gilberto Gil. Tel un alchimiste inventif et malicieux, le premier déclenche l’enthousiasme du public. Maître de cérémonie d’un show aux accents africains, le second reçoit une ovation chaleureuse.

Echo#4-Nuits de Fourvière 2018

Echo#4-Nuits de Fourvière 2018

L’affiche du 06 juillet 2018 des Nuits de Fourvière est prometteuse. Le chanteur brésilien Seu Jorge accompagné par 26 musiciens de l’orchestre de l’Opéra de Lyon propose une reprise orchestrée de son spectacle « The Life Aquatic ». En ouverture de la soirée la venue d’un jeune prodige de la guitare, Antoine Boyer. Musicalité de bout en bout !

Share This