Simon Martineau annonce la sortie de « ONE. »

Four … for « ONE. » !

Le guitariste Simon Martineau annonce la sortie de « ONE. », son premier album en tant que leader. L’écoute du disque permet de capter d’emblée la dimension groupale d’une musique qui séduit par sa fraîcheur et sa cohérence.

Couverture de l'album "One." de Simon MartineauAnnoncée pour le 16 mars 2018, la sortie de « ONE. » (WeSeeMusicRecords/Absilone/Socadisc) s’inscrit parmi les albums réjouissants de ce début d’année. Autour de lui, le guitariste Simon Martineau rassemble le saxophoniste Robin Nicaise, le contrebassiste Blaise Chevallier et le batteur Fred Pasqua.

Le quartet propose une musique dont la construction soignée privilégie la dimension collective à l’expression individuelle. Four for « ONE. » !

Composé de pièces originales le répertoire de « ONE. » fait alterner les écritures fort complémentaires de Simon Martineau et Robin Nicaise. De courtes pièces au climat impressionniste sont insérées après des duos de titres plus denses. Ces interludes écrits par le leader ménagent des respirations bienvenues et permettent de l’écouter en trio guitare/contrebasse/batterie.

Jamais démonstratifs, les musiciens pourtant virtuoses soignent leur sonorité et leur expression. Le duo guitare/saxophone ténor met en avant les lignes mélodiques, tant lors de l’exposition des thèmes que durant les chorus. Les deux solistes font preuve d’une élégance extrême et d’une grande complicité. La guitare phrase tel un instrument à vent et bannit les notes superflues. Ses accords lumineux soutiennent les phrases aériennes du saxophone. La section rythmique pleine d’énergie fait preuve d’une flexibilité qui favorise la liberté des solistes.

L’album ouvre de manière plutôt tonique et propulse le quartet en orbite avec Phobos. Il se termine avec Duke, The Great, une ballade suave où le chorus du contrebassiste fait le pont entre les improvisations lyriques mais néanmoins concises des deux solistes. Comme un baiser adressé en prélude à une lady sophistiquée, le morceau évoque les climats harmoniques du grand Duke Ellington auquel indubitablement il rend hommage.

Le grain du ténor se pare de velours sur la tendre ballade Felix déclinée telle une berceuse à laquelle la guitare apporte lumière et tendresse. Tarot se joue à quatre sur un rythme ternaire. Chaque soliste abat son jeu avec ardeur avec le soutien efficace de la section rythmique. Actual Game entraine le quartet dans un univers plus rythmique et plus volubile. 

Poison cache son jeu. Après une introduction au calme trompeur le quartet se fait plus incisif. Si le langage des deux solistes demeure concis, il n’est est pas moins dense et permet au saxophone de donner libre cours à des envolées débridées. Sur un rythme soutenu Like fat Cats est l’occasion pour la guitariste de s’exprimer avec brio et élégance sans sacrifier la précision et le détaché de ses notes. 

La construction soignée de « ONE. » est servie par l’écriture fort inspirée de Simon Martineau et Robin Nicaise. Le quartet développe un sens aigu de la mise en place et de l’interactivité. On est saisi par la fluidité, l’aisance, la précision et l’esthétique de l’expression des solistes. Annonciateur du printemps qui suit de quatre jours sa sortie, l’album « ONE. » souffle une énergie lumineuse.

 

Pour écouter live le répertoire de l’album « ONE. » deux dates se profilent. Rendez-vous avec Simon Martineau (guitare), Robin Nicaise (saxophone), Blaise Chevallier (contrebasse) et Fred Pasqua (baterie) le 31 mars 2018 à 21h à l’Osons Jazz Club et  le 05 avril 2018 à 20h30 au Sunset à Paris. Plus d’informations sur les concerts de Simon Martineau ICI.
A Vaulx Jazz #31 – La programmation

A Vaulx Jazz #31 – La programmation

A Vaulx Jazz #31 débute les festivités le 11 mars 2019 avec Kunta et sa musique métissée qui ouvre le riche programme du « Hors les Murs ». Au Centre Culturel Charlie Chaplin l’affiche prometteuse présente une large palette du jazz actuel. Chris Potter et Louis Sclavis, Thomas de Pourquery, Ukandanz, un clin d’œil aux big bands et au hip hop et pour finir, Nik Bärtsch’s Ronin et Melanie De Biasio. De quoi réjouir un large public !

lire plus
Julian Lage revient avec « Love Hurts »

Julian Lage revient avec « Love Hurts »

Un an après « Modern Lore », Julian Lage revient avec « Love Hurts ». Pour ce troisième album en trio chez Mack Avenue, le guitariste s’entoure du contrebassiste Jorge Roeder et du batteur Dave King. Le guitariste virtuose surprend encore. Sa puissance expressive peu commune contribue à ré-inventer de grands hits américains dont il propose de superbes versions. Un propos réjouissant !

lire plus
Seamus Blake sort « Guardians of the Heart Machine »

Seamus Blake sort « Guardians of the Heart Machine »

Sur « Guardians of the Heart Machine », le saxophoniste Seamus Blake s’est entouré d’une talentueuse équipe de musiciens français. Fort réussi, l’album s’avère un modèle d’équilibre entre sensibilité et flamboyance. Fougue et expressivité stimulent l’écoute et déclenchent l’enthousiasme.

lire plus
Share This