Sarah McKenzie sort « Paris In the Rain »

Sarah McKenzie sort « Paris In the Rain »

Un élégant voyage dans les contrées d’un jazz traditionnel

La jeune pianiste et chanteuse australienne Sarah McKenzie revient sur le devant de l’actualité jazz avec un nouvel album chez Impulse! Records, « Paris In The Rain ». Avec des standards et des compositions originales, l’album brille par la musicalité de ses arrangements et par son élégance.

Un an après « We could be lovers » (Impulse! records/Universal), Sarah McKenzie est de retour avec « Rain In The Rain ». Installée à Paris depuis peu, elle offre une sorte de déclaration d’amour à la capitale de la France dont elle tente de restituer la beauté à travers la composition qu’elle lui dédie et qui donne son nom à l’album, Paris In Rain.

« Paris In The Rain », un album aux ambiances précieuses. Avec soin, Sarah McKenzie murmure son amour pour un jazz élégant voire précieux. La chanteuse pianiste sait aussi faire preuve d’énergie sur ses propres compositions pour surprendre et dépayser un propos plutôt pastel.

Sarah McKenzie assume à la fois la position de pianiste, chanteuse, compositrice et arrangeuse. En effet sur son nouvel opus elle propose cinq compositions originales. Elle a par ailleurs élaboré la totalité des arrangements des treize titres de l’album. Influencée par George Shearing elle parvient à créer des climats d’une musicalité palpable.

Pour ce faire Sarah McKenzie s’est entourée d’un groupe de musiciens qui créent des textures peaufinées frisant parfois la perfection au détriment d’une spontanéité que l’on cherche un peu. Au vibraphone on retrouve Warren Wolf déjà présent sur « We could be lovers ». Les autres instruments sont tenus par des musiciens aux qualités avérées, le guitariste Mark Whitfield, le bassiste Reuben Rodgers, le batteur Gregory Hutchinson, le trompettiste Dominick Farinacci, le flutiste Jamie Baum, les saxophonistes Scott Robinson (alto) et Ralph Moore (ténor).

On a particulièrement apprécié les interventions de Romero Lumambo à la guitare sur deux thèmes aux ambiances latines, Triste de Jobim et une version du thème In The Name of Love qui fleure bon le Brésil. Légèreté et douceur de chaque instant..

Le toucher de piano de Sarah McKenzie apporte une fraîcheur incontestable aux standards tant de fois interprétés comme Day in Day out de Johny Mercer et Rube Bloom, Embraceable you de George et Ira Gerschwin; Triste d’Antonio Carlos Jobim, Little Girl Blue de Richard Rodgers et Lorenz Hart ainsi que Tea for Two de Vincent Youmans et Irving Caesar. Par contre c’est vraiment sur ses propres compositions qu’on peut prendre la mesure du talent de pianiste de la jeune-femme comme par exemple sur Road Chops, qu’elle fait choix d’interpréter en version instrumentale. La dynamique exubérante de ce morceau final tranche avec le reste des thèmes qui émargent plutôt dans des atmosphères délicates.

On a apprécié la belle énergie et la teneur poétique des compositions de la pianiste qui ne déparent pas loin de là avec les morceaux du Great American Songbook repris par la chanteuse. Sur ces morceaux, des échanges féconds s’engagent entre Sarah McKenzie et les musiciens.

Sur One Jealous Moon, le saxophoniste Ralph Moore accentue le côté bluesy du morceau alors que la voix se fait poétique. Sur Onward and Upward, Sarah McKenzie rend un hommage appuyé à Nat King Cole dans un morceau très joyeux au tempo soutenu. Son brillant solo de piano ouvre la voie à une intervention inspirée de Jamie Baum à la flute qui passe ensuite la main à Dominick Farinacci dont la trompette chante le blues.

Empreinte d’une profonde mélancolie, Don’be a fool flotte en quasi apesanteur. Le solo de vibraphone de Warren Wolf contribue à accentuer le climat de tristesse de ce morceau où la voix de la chanteuse évoque les affres de la passion amoureuse.

Si l’album « Paris In The Rain » ouvre brillamment avec la composition éponyme de Sarah McKenzie, c’est avec ce morceau que se termine cette chronique consacrée à un album qui sait concilier esthétique et musicalité. Un brin de soleil pour réchauffer un hiver rigoureux

David Bressat signe « Constellation »

David Bressat signe « Constellation »

Avec « Constellation », le pianiste et compositeur David Bressat signe son troisième album live. Enregistré en février 2022 dans six clubs emblématiques, entre région Auvergne-Rhône-Alpes et région Bourgogne-Franche-Comté, l’opus présente neuf compositions originales. Une musique colorée, un album énergique et vivifiant !

lire plus
Leïla Olivesi signe « Astral »

Leïla Olivesi signe « Astral »

Avec « Astral », la pianiste et compositrice Leïla Olivesi signe son sixième album. Entourée des meilleurs musiciens de sa génération, elle propose un jazz acoustique, lumineux et poétique. Entre tradition et modernité, cet opus regarde vers les étoiles et projette la musique loin de la gravité terrestre.

lire plus
Jazz à Vienne 2023 – Affiche & Premiers noms

Jazz à Vienne 2023 – Affiche & Premiers noms

Le 16 novembre 2022, les organisateurs du Festival « Jazz à Vienne » ont dévoilé l’affiche de l’édition 2023 proposée par la dessinatrice Pénélope Bagieu. Ils ont aussi annoncé la Création Jeune Public qui se déroulera les 26 et 27 juin 2023 avec Marion Rampal. En attendant le 16 mars 2023, date d’annonce officielle de la programmation de « Jazz à Vienne 2023 », les concerts de cinq soirées sont déjà annoncés. De sérieuses promesses de réjouissances musicales en perspective !

lire plus
Share This