Rendez-vous avec Irina Gonzalez et son groove latin…

Rendez-vous avec Irina Gonzalez et son groove latin…

Au Baiser salé le 08 mars 2019 à 19h

La chanteuse, guitariste et compositrice cubaine Irina Gonzalez fait vibrer de sa voix chaleureuse et souple les murs du « Baiser Salé » le 08 mars 2019 à 19h. En quartet elle propose les musiques issues de son album du même nom. La promesse d’un voyage musical groovy irradié de résonances latines.

Sur « Emigrar » (Ma Case prod/Agorila) sorti le 16 novembre 2018, la chanteuse, multi instrumentiste et compositrice Irina Gonzalez se joue des rythmes qu’elle colore de couleurs variées. C’est en quartet qu’elle propose de la retrouver le 08 mars 2019 à 19h sur la scène du Baiser Salé à Paris.

Irina Gonzalez

Il est vrai qu’après une trajectoire musicale très riche, Irina Gonzalez s’y entend pour croiser les cultures du monde. A Cuba, elle a appris le chant choral, la direction de chœur, a accompagné de nombreux artistes et a ensuite intégré le mouvement cubain novísima Trova qui a mêlé la musique traditionnelle cubaine à multiples influences musicales venues d’Amérique du Sud, au rock et à la pop.

Au fil de ses expériences, la musicienne a fait sien le principe de mélanger et partager les cultures du monde ce qu’elle a d’ailleurs déjà tenté et réussi sur « Mestiza », son premier EP enregistré en 2016 sous le nom « La Gitana Tropical ». En 2018, elle endosse son nom pour élaborer et enregistrer son premier album, « Emigrar ».

« Emigrar »

Sur les treize plages de l’album, Irina Gonzalez promène la chaleur de sa voix claire et souple qu’elle accompagne de sa guitare. Elle navigue avec aisance et souplesse d’un style à un autre et propose des musiques séduisantes. Certaines portent l’empreinte du Brésil avec des rythmes de samba et des effluves de bossa alors que d’autres sont plutôt estampillées du sceau Cuba. couverture de l'album Emigrar de la chanteuse Irina GonzalezOn perçoit aussi des influences de différents folklores sud-américains et des Caraïbes sans oublier des réminiscences de flamenco, des couleurs aux teintes afro et des échos d’une soul enjazzée.

Certes « Emigrar » incite au mouvement et à la joie de vivre mais le cœur du répertoire du premier album de la chanteuse cible un sujet sérieux auquel elle est très attachée, celui des migrants.

Après avoir quitté son île natale, Cuba, la musicienne s’est installée en France depuis 2012. Six années après ce déracinement, elle conçoit l’album « Emigrar » qu’elle dédie à « tous les migrants du monde, à tous ceux qui ont dû émigrer par nécessité ou qui ont simplement suivi un rêve, un souhait ». Dans son chant elle convoque même  la déesse de la mer, Yemaya à laquelle elle demande d’aider les migrants partis de chez eux.

Sur « Emigrar », composé et arrangé par Irina Gonzalez elle-même, la musicienne réunit plusieurs nationalités pour former un cocktail multiculturel, Cuba, Île de la Réunion, Guadeloupe, Guinée, Mexique et France.

Au tournant de chaque plage de l’album « Emigrar » on découvre un nouveau paysage musical. Il en résulte un dépaysement continu auquel participent les rythmes, les mélodies et les instrumentations. La musique groovy demeure raffinée.

Impressions musicales

A l’écoute de l’album « Emigrar » on se laisse cueillir aux détours de Cubana Soy aux fragrances cubaines modernes. Sur Emigrar qui ouvre l’album on est touché par les orchestrations précises et rutilantes. On vibre aussi sur Na Lua qui fleure bon la Caraïbe et le Brésil.

La basse et la rythmique efficace font groover Desde Que Te Vi. Sur El Rio de tu Amor on apprécie avec la musicalité du quatuor de saxophones (Gael Pautric, David Pautric, David Haudrechy et Alexandre Galinié) puis on est séduit sur Isla par le sitar indien de Fermin « Mohan » Zarape. Tus Ojos émarge du côté d’une soul romantique alors que Cuba se fait nostalgique sur Un Bolero puis brille de mille syncopes sur Guajira.

On ne peut que craquer sur Ilusión qui mène son groove d’enfer entre influences afro-cubaines, jazz, musiques du Brésil et où la guitare à la fois virtuose et sensible de Ralph Lavital brille de tous ses feux.

Au retour d’Urugay, du Mexique et de Cuba, Irina Gonzalez est de retour en France. Pour vibrer avec sa musique et apprécier les nuances de son projet « Emigrar », RV à 19h30 le 08 mars 2019 à Paris au Baiser Salé. En quartet, la chanteuse et guitariste est entourée de Sunny Adroit (basse), Andy Berald Catelo (batterie) et du guitariste Ralph Lavital … lequel se produit ensuite à 21h30 sur la même scène en sextet autour du projet « Yusan ». Que du bonheur !

Echo#3-Jazz à Vienne 2019

Echo#3-Jazz à Vienne 2019

Echo#3-Jazz à Vienne 2019 propose un retour sur la soirée du 10 juillet 2019 sur la scène du Théâtre Antique du festival Jazz à Vienne. Loin des formats habituels, « Bagatelles Marathon » a  permis au public de découvrir la conception que son créateur John Zorn a du jazz. L’occasion de pénétrer dans un univers musical ouvert sur de nombreux idiomes sans discrimination de genres. Une proposition hors norme, un évènement d’exception.

lire plus
Echo#2-Jazz à Vienne 2019

Echo#2-Jazz à Vienne 2019

Echo#2-Jazz à Vienne 2019 revient sur les musiques écoutées le 09 juillet 2019 au festival Jazz à Vienne. Cette soirée propose deux sets aux styles contrastés. Après avoir réservé un bon accueil à la musique innovante de « Ghosts Songs » proposée par Paul Jarret & Jim Black, le public a ovationné avec chaleur le set de Diana Krall venue en trio avec Joe Lovano en invité spécial.

lire plus
Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Dans cet Echo#1-Jazz à Vienne 2019, Cuba est à l’honneur. La soirée  du 08 juillet 2019 de Jazz à Vienne avec Omar Sosa et Yilian Canizares puis Chucho Valdès Quintet a tenu toutes ses promesses. Le public est reparti comblé par cette soirée qui a fait alterner avec bonheur, poésie et nostalgie avec flamboyance et polyrythmie.

lire plus
Share This