« Remembering Jaco » par Charlier/Sourisse/Multiquarium Big Band

« Remembering Jaco » par Charlier/Sourisse/Multiquarium Big Band

Un hommage éblouissant et jubilatoire

Sur « Remembering Jaco », le Multiquarium Big Band d’André Charlier et Benoît Sourisse fait revivre la mémoire de Jaco Pastorius avec Biréli Lagrène à la basse fretless. La voix de Peter Erskine, ancien batteur de Weather Report, évoque la mémoire de Jaco. Les dix-sept musiciens de l’orchestre et leur invité rendent un hommage éblouissant au grand bassiste. Orchestrations éclatantes et jubilatoires… du groove à couper le souffle !

Avec « Remembering Jaco » (Naïve/Believe), sorti le 16 octobre 2020, la paire Charlier/Sourisse fait vibrer son Multiquarium Big Band à travers la musique d’un géant, Jaco Pastorius (1951-1987).

Couverture de l'album Remembering Jaco par le Multiquarium Big Band de Charlier/Sourisse avec Bireli LagreneUn hommage inspiré rendu à ce bassiste qui a bouleversé son époque, a émancipé la basse de son rôle de rythmique et révolutionné l’art de la basse fretless. Le batteur André Charlier et le pianiste Benoît Sourisse ont invité Biréli Lagrène à les rejoindre, lui qui, à la guitare, avait enregistré « Heavy’n Jazz » avec Jaco Pastorius et tourné avec lui en Europe en 1986. Avec le Multiquarium Big Band de Charlier & Sourisse, Biréli Lagrène délaisse sa guitare et endosse le rôle du bassiste, ce qu’il réussit avec maestria.

Les huit plages musicales sont ponctuées par quatre interventions narratives de Peter Erkisne, qui a été batteur de Weather Report, a joué avec Jaco Pastorius et l’a fort bien connu.

Par sa dynamique sidérante, ses arrangements vigoureux, sa rythmique enflammée et les chorus éblouissants des solistes, « Remembering Jaco » fait revivre l’âme de la musique de Jaco Pastorius et rend un hommage sublime à celui qui aimait à se définir lui-même comme le plus grand bassiste de tous les temps.

Multiquarium Big Band

Avec ses dix-sept talentueux musiciens, le Multiquarium Big Band est taillé sur mesure pour reprendre quelques-uns des titres phares de Jaco Pastorius.

Mené par Benoît Sourisse (piano, orgue hammond, Fender Rhodes) et André Charlier (batterie), le big band réunit une éblouissante section de saxophones/clarinettes avec Stéphane Chausse (saxophone alto, clarinette), Lucas St-Cricq (saxophones alto et ténor), Stéphane Guillaume (saxophones soprano et ténor, flûte, clarinette), Fred Borey (saxophone ténor), Fred Couderc (saxophone baryton, clarinette basse), une rutilante section de trompettes avec Claude Egéa, Pierre Drevet, Erick Poirier, Yves Le Carboulec (trompette, flugelhorn), la somptueuse section de trombones avec Denis Leloup, Damien Verherve, Philippe Georges, Didier Havet (trombone basse, tuba), le brillant guitariste Pierre Perchaud et Nicolas Charlier dont les percussions ajoutent leurs force et leurs couleurs à la puissante batterie de son père.

Biréli Lagrène, qui joue de la basse depuis trente ans, intervient sur tous les morceaux à la basse fretless sur laquelle il s’exprime avec la même efficacité et la même virtuosité qu’il a coutume de le faire sur sa guitare. Ses chorus sur Used to be a Cha Cha et Teen Town sont lumineux et sublimes. Quant à Yannick Boudruche, il chante avec une ferveur poignante sur Fanny Mae.

« Remembering Jaco »

Le répertoire de l’album propose sept compositions du natif de Fort Lauderdale gravées sur les albums « Word of Mouth (1981), “Twins I & II live” (1982), “Invitation” (1983) et “The Birthday Concert” (1995) et aussi Speak like a child d’Herbie Hancock, Palladium de Wayne Shorter et Fanny Brown de Buster Brown.

Les arrangements ont été confiés à Benoît Sourisse pour Used to be a Cha Cha, Nicolas Folmer pour Liberty City (Intro) / Invitation, Pierre Drevet pour Palladium et Stéphane Guillaume pour Barbary Coast, Teen Town et Fanny Mae.Jaco Pastorius-juillet 1983-Nice©Nicole Videmann

Dans ses quatre interventions parlées, Peter Erskine dit le plaisir qu’il a eu à jouer avec Jaco Pastorius. Il loue la précision rythmique du bassiste, la perfection de l’intonation de sa basse fretless, son intelligence musicale hors du commun et sa capacité à embrasser la musique et à la sublimer. Le batteur évoque aussi le destin tragique de ce musicien unique qui, tel Icare dont les ailes de cire avaient fondu en s’approchant du soleil, a connu la trajectoire d’une comète au firmament du jazz. « Jaco was… Jaco ».

Au fil des titres

Le Multiquarium Big Band revitalise la version de Used to Be a Cha Cha qui figurait sur l’album « Jaco Pastorius » de 1976 où Jaco est en compagnie d’Herbie Hancock (piano), Hubert Laws (flûte), Lenny White (batterie) et Don Elias (congas). Après le solo sublime de Biréli Lagrène à la basse, Stéphane Guillaume se lance dans une fougueuse improvisation à la flûte, comme dans la version originale. Un pur moment de jubilation musicale.

Plus loin, sur le motif d’intro de Barbary Coast impulsé par la basse au style funk, le big band expose la mélodie tout en syncopes et en riff rutilants. L’alto de Lucas St-Cricq offre ensuite un solo fulminant suivi par un chorus ciselé du piano de Benoît Sourisse. Sur les arrangements de Stéphane Guillaume, le big band groove à fond.

Après un interlude de Peter Erskine, sur l’Intro de Liberty City, la basse de Biréli Lagrène rayonne en parfaite communion avec la clarinette basse de Fred Couderc puis avec l’orchestre qui entame Continuum. Comme par magie, la musique s’élève sans trahir l’esprit de l’album « Invitation » de 1983. Biréli Lagrène enchaîne des combinaisons variées de doubles croches et de triolets entrelacés et en octave. Après une fin nostalgique, le big band enchaîne avec Kuru et Speak Like a child, dont l’exposition est éclatante. Soutenu par une orchestration dense et riche en couleurs latines, le piano s’exprime avec exaltation puis le saxophone ténor de Frédéric Borey s’enflamme et entraîne avec lui la rythmique percussive.

Advient alors le fameux Teen Town sur lequel Bireli Lagrène tient la ligne de basse en harmonie avec la clarinette basse. On frémit à l’écoute du brillant solo de basse joué avec la même intensité frénétique que celui de la version originale enregistrée par Jaco Pastorius avec Weather Report sur l’album « Heavy Weather » sorti en 1977. Un seul mot convient pour qualifier ce moment musical… jouissif !

Three Views of Secret permet ensuite de percevoir la dimension mingusienne de l’héritage de Jaco Pastorius. Pour cette ballade intense à la couleur dramatique, le Mutiquarium Big Band s’inspire de la version de « Word of Mouth » de 1981. La mélodie bluesy est confiée à la clarinette au son majestueux de Stéphane Chaume. Au fluegelhorn, Pierre Drevet développe de belles modulations sur le motif répétitif joué par le big band qui restitue avec flamboyance une des plus belles compositions de Pastorius qui prend les allures d’un requiem. Le morceau sonne comme une véritable célébration.

Le Multiquarium Big Band conserve son caractère dansant à Palladium, la composition de Wayne Shorter, enregistrée par Jaco Pastorius avec Weather Report sur l’album « Heavy Weather ». Sur des arrangements de Pierre Drevet, l’orchestre le revisite avec éclat, en mettant l’accent sur une rythmique de basse funk. Les furieuses envolées breckeriennes du saxophone de Stéphane Guillaume et la prestation fulgurante de la trompette de Pierre Drevet comblent l’oreille qui succombe à l’écoute de cette version d’une puissance inouïe.

L’hommage se conclut avec Fanny Mae que Jaco reprenait sur scène en chantant. C’est Yannick Boudruche qui prête sa voix à ce vieux tube de R&B. On trépigne frénétiquement sur le tempo de rock bluesy quand intervient l’orgue de Benoît Sourisse et le trombone de Damien Verherve au-dessus des généreuses interventions de l’orchestre.

« Remembering Jaco » agit comme un véritable bain de jouvence. Un vaccin anti morosité qui régénère et dynamise… 47′ de pur bonheur, à partager largement !

Pour faire le plein d’énergie, RV avec le Multiquarium Big Band d’André Charlier et Benoît Sourisse avec Biréli Lagrène, le 17 octobre 2020, à 17h30 au Centre Culturel Marc Brinon à Saint-Thibault-des-Vignes (77), le 25 novembre 2020 dans le cadre du Monte-Carlo Jazz Festival et le 13 décembre 2020 à 17h, à L’Equinoxe de Chateauroux.

« Kissed by the mist » par Giorgio Alessani

« Kissed by the mist » par Giorgio Alessani

La voix embrumée de Giorgio Alessani swingue avec aisance sur les dix pistes de « Kissed by the Mist ». Une section rythmique et une section de cuivres issues de la scène jazz française actuelle, un orchestre symphonique… et le tour est joué, un nouveau crooner est né. Sans s’aventurer ni dans les aigus ni dans les graves, le chanteur façonne le registre médium avec souplesse et sans jamais forcer. Textes, mélodies et arrangements tissent la trame d’un délicieux album où vibrent les émotions.

lire plus
Dexter Gordon – « Montmartre 1964 » (Storyville Records)

Dexter Gordon – « Montmartre 1964 » (Storyville Records)

Le 06 novembre 2020, le Label Storyville Records propose « Montmartre 1964 », un album inédit de Dexter Gordon capté en direct en juillet 1964 au Jazzhus Montmartre. Le saxophoniste joue avec le trio composé du contrebassiste Niels-Henning Ørsted Pedersen, du batteur Alex Riel et du pianiste Tete Montoliu. Ce merveilleux opus témoigne de la maîtrise du jeu de ce géant du ténor au lyrisme confondant et à l’expression audacieuse. Un souffle de félicité venu de de l’âge d’or du jazz danois

lire plus
Fonnesbæk & Kauflin – « Standards » (Storyville Records)

Fonnesbæk & Kauflin – « Standards » (Storyville Records)

Le label Storyville Records annonce pour octobre 2020, la sortie de l’album « Standards » enregistré par Fonnesbæk & Kauflin. Le contrebassiste et le pianiste s’expriment dans un langage qui leur est commun et dialoguent de manière fusionnelle. Le répertoire compte neuf standards issus de l’héritage des grands compositeurs de jazz du XXème siècle. De l’album se dégage un swing irrésistible, une virtuosité absolue et une musicalité inouïe.

lire plus
Share This