« Reflejos Migrantes » par Jerez Le Cam

« Reflejos Migrantes » par Jerez Le Cam

Le tango nomade et libre de Gerardo Jerez Le Cam

da

Avec « Reflejos Migrantes », Gerardo Jerez Le Cam invite à un voyage tourbillonnant dans les pas des migrants. Un hommage vibrant à ses parents… en écho à sa propre vie. Nomade, le tango bouscule les codes et croise les cultures.

250_couv_reflejos-migrantes_jerez-le-camLe pianiste Gerardo Jerez Le Cam transcende les styles et mélange les musiques traditionnelles et contemporaines argentines avec leurs cousines roumaines et moldaves. Cet artiste franco-argentin natif de Buenos Aires a en effet inventé le « tango balkanique » et il revient en 2016 avec « Reflejos Migrantes » (Label Ouest/l’Autre Distribution) à paraître le 10 novembre. L’enregistrement a été réalisé en juillet 2016 à La Soufflerie de Rezé près de Nantes. Cet album vraiment ébouriffant présente un riche mélange de trames mélodiques et d’envolées tourbillonnantes.gerardo-jerez-lecam_photo-alejandro-rumolino

Avec douze compositions originales et virtuoses du pianiste, le tango visite les Balkans et s’enrichit des musiques d’Europe de l’Est dont il emprunte les mesures impaires. Gerardo Jerez Le Cam est accompagné par le violon virtuose du Roumain Iacob Maciuca, le cymbalum dépaysant du Moldave Mihai Trestian et le bandonéon poignant de Manu Comté. La chanteuse argentine Sandra Rumolino est invitée sur deux titres.

A l’écoute de  « Reflejos Migrantes », on voyage au cœur de l’univers d’un tango nomade. Harmonieuse et étourdissante, la musique syncopée emprunte autant au tango qu’à un jazz moderne et tendu. Incrustée de tonalités contemporaines elle tend des ponts entre les musiques tziganes et classiques.

« Reflejos Migrantes » propose un tango mystérieux aux accents tragiques dont les harmonies surprenantes se promènent parfois dans des territoires romantiques. Les plages font alterner les ambiances où se télescopent le passé et le présent. La musique de l’album définit un univers musical où se mêlent harmonies surprenantes et rythmes complexes.

Rien ne serait possible sans la virtuosité étourdissante des instrumentistes qui rivalisent par ailleurs d’inventivité. Au carrefour de tous les timbres et ambiances de l’album, le titre El Cruce  termine l’album dont il représente une sorte de synthèse.

Sous des atours sophistiqués et sérieux la musique foisonnante impulsée par le quartet de Gerardo Jerez Le Cam sait rester accessible. Elle allie en effet la tradition du tango et de la musique tzigane avec la modernité des mélodies mélancoliques et syncopées. Le mélange demeure harmonieux, réserve des nuances et des surprises.

Soutenue par le violon sensible de Iacob Maciuca, la voix de Sandra Rumolino adopte le registre de la nostalgie sur deux titres, Calle de Lomas et le langoureux Melancolia.

Interprétés par des instrumentistes virtuoses, les rythmes tourbillonnants de Torbellino enchantent et donnent le vertige.

En définitive,  le quartet de Gerardo Jerez Le Cam habille le tango d’un tissu aux couleurs des musiques populaires. Par contre, cet habit  chatoyant est doublé d’une trame musicale dont les racines sont ancrées dans la musique savante. Ainsi paré « Reflejos Migrantes » possède toutes les qualités pour enchanter des oreilles curieuses d’innovation. Point besoin de visa pour « Reflejos Migrantes ». Sa musicalité suffit pour lui permettre de rayonner au-delà des frontières.

Pour découvrir le répertoire de  « Reflejos Migrantes », un rendez-vous s’impose. Celui du 03 décembre au Théâtre des Abbesses à Paris où se produit Jerez le Cam quartet.

« Kissed by the mist » par Giorgio Alessani

« Kissed by the mist » par Giorgio Alessani

La voix embrumée de Giorgio Alessani swingue avec aisance sur les dix pistes de « Kissed by the Mist ». Une section rythmique et une section de cuivres issues de la scène jazz française actuelle, un orchestre symphonique… et le tour est joué, un nouveau crooner est né. Sans s’aventurer ni dans les aigus ni dans les graves, le chanteur façonne le registre médium avec souplesse et sans jamais forcer. Textes, mélodies et arrangements tissent la trame d’un délicieux album où vibrent les émotions.

lire plus
Dexter Gordon – « Montmartre 1964 » (Storyville Records)

Dexter Gordon – « Montmartre 1964 » (Storyville Records)

Le 06 novembre 2020, le Label Storyville Records propose « Montmartre 1964 », un album inédit de Dexter Gordon capté en direct en juillet 1964 au Jazzhus Montmartre. Le saxophoniste joue avec le trio composé du contrebassiste Niels-Henning Ørsted Pedersen, du batteur Alex Riel et du pianiste Tete Montoliu. Ce merveilleux opus témoigne de la maîtrise du jeu de ce géant du ténor au lyrisme confondant et à l’expression audacieuse. Un souffle de félicité venu de de l’âge d’or du jazz danois

lire plus
Fonnesbæk & Kauflin – « Standards » (Storyville Records)

Fonnesbæk & Kauflin – « Standards » (Storyville Records)

Le label Storyville Records annonce pour octobre 2020, la sortie de l’album « Standards » enregistré par Fonnesbæk & Kauflin. Le contrebassiste et le pianiste s’expriment dans un langage qui leur est commun et dialoguent de manière fusionnelle. Le répertoire compte neuf standards issus de l’héritage des grands compositeurs de jazz du XXème siècle. De l’album se dégage un swing irrésistible, une virtuosité absolue et une musicalité inouïe.

lire plus
Share This