« Our Folklore » – Louis Matute Large Ensemble

« Our Folklore » – Louis Matute Large Ensemble

Entre joie et nostalgie

Le guitariste Louis Matute livre son album « Our Folklore » gravé avec le Louis Matute Large Ensemble. Douze titres colorés de joie et de nostalgie et irrigués de musiques latines, de pop-rock, de classique et de jazz. Une invitation à voyager dans le folklore imaginaire du guitariste et de ses complices. Une musique acoustique élégante et mélodique, énergique et rythmée qui donne envie de chanter.

Après deux albums sortis en 2018 et 2020 avec son quartet, le guitariste suisse Louis Matute revient à la tête d’un sextet qui s’étoffe en septet sur quatre pistes. Il signe « Our Folklore » (Neuklang/Big Wax Distribution), un troisième opus instrumental sorti le 25 mars 2022. Avec ses complices, il raconte douze histoires musicales qui fondent un nouvel univers, un nouveau folklore… que l’on s’approprie avec joie.

Louis Matute a mis à profit le confinement pour composer le répertoire de « Our Folklore » qui vibre des cultures et des folklores de Cuba, du Kenya, de l’Amérique du Sud (Colombie, Argentine, Brésil), de l’orient de la Méditerranée. Toujours au service du groupe, les musiciens s’expriment avec lyrisme et croisent leurs couleurs musicales.

Louis Matute

Les influences de Louis Matute sont diverses. Son père hondurien lui a fait connaître les musiques sud-américaines, sa mère allemande aimer Bach et les compositeurs romantiques du 19e siècle. Sans compter les artistes des années 1990, découverts durant son enfance et son adolescence.

En 2013, Louis Matute gagne le Prix de Musique du Collège Claparède. Il intègre la classe de Vinz Vonlanthen à l’AMR et rentre à la Haute Ecole de Musique de Lausanne l’année suivante, où il est l’élève de Francis Coletta pendant deux ans, puis suit les classes de Wolfgang Muthspiel et Lionel Loueke au Jazzcampus Basel. En 2016, il est sélectionné en tant qu’artiste suisse par l’HEMU pour jouer au festival Switzerland Meets Brazil à Rio de Janeiro et Sao Paolo, organisé par Montreux Jazz Festival à l’occasion des 50 ans du festival.

Musicien éclectique, il est sideman pour plusieurs projets à styles différents, notamment Gaspard Sommer (neosoul), Phasm (modern jazz), Mirlaqi (house). Ces collaborations lui ont permis de se produire sur des scènes
internationales reconnues et de partager la scène avec des musiciens d’exception tels Nicolas Folmer, Nguyen Lê, Matthieu Michel ou Ben Van Gelder.

Il dirige son propre quartet composé de Léon Phal (saxophone ténor), Virgile Rosselet (contrebasse) et Nathan Vandenbulcke (batterie) avec lesquels il a sorti deux albums « Telepathy » en 2018 et « How Great This World Can Be » en 2020.

En 2019, Louis Matute reçoit le prix du Cully Jazz Festival pour « la qualité du projet personnel, le professionnalisme et le potentiel de développement sur la scène helvétique et internationale » il a été sélectionné par le directeur de l’Abri, Rares Donca, pour faire partie des Artistes Associés à l’Abri - Centre Culturel pour Jeunes Talents - pour la saison 2019/2020. En octobre 2019, il est invité par l’ambassade de Suisse, le Consulat Français et le festival Madajazzcar à venir jouer une semaine à Antananarivo à l’occasion du festival. En octobre 2019, il est lauréat du concours Jazz Contreband.

25 mars 2022…. sortie de l’album « Our Folklore » du Louis Matute Large Ensemble

« Our Folklore »

visuel de l'album Our Folklore de Louis Matute Large EnsembleL’album a été mixé et mastérisé par Philipp Heck aux Bauer Studios Ludwigsburg en Allemagne. Le visuel de la pochette donne à voir une main lumineuse aux couleurs vives. Il s’agit de la main gauche de Louis Matute shootée à la caméra thermique… ouverte et dynamique elle semble donner le rythme et inviter à la danse.

Pour enregistrer les douze titres qu’il a composés durant le confinement, Louis Matute élargit la taille de son groupe. Ainsi Zacharie Ksyk (trompette, trombone), Andrew Audiger (piano, Fender) et Amine Mraihi (oud) invité sur quatre titres, rejoignent Léon Phal, Virgile Rosselet, Nathan Vandenbulcke et Louis Matute et le quartet devient le Louis Matute Large Ensemble au sein duquel la guitare est le seul instrument électrifié.

La rythmique nerveuse stimule les solistes auxquels elle propose de larges espaces d’expression. Envolées lyriques et flamboyantes alternent avec moments musicaux calmes et sensibles. Chaque soliste brille lors de ses interventions mais demeure au service du groupe et de son folklore. Les mélodies demeurent l’essence même de la musique, la complicité qui règne entre les musiciens est palpable. On se laisse porter par le côté festif de la musique même si de tendres couleurs nostalgiques teintent le voyage musical offert avec générosité par le Louis Matute Large Ensemble… et l’on se prend à chanter avec les musiciens dont on partage le folklore avec bonheur !

Au fil des pistes

L’album ouvre avec Renaissance. La guitare dessine un premier mouvement avec le piano et les cuivres soutenu par la rythmique sautillante. Dans un deuxième temps, l’oud calme l’ambiance avec une mélodie aux accents orientaux envoûtants. Les solos du piano et de la guitare électrique s’enchaînent avec flamboyance. On se sent emporté par l’énergie des musiciens qui jouent cette marche joyeuse et mélodieuse et on a l’impression de survoler un paysage irradié du soleil de l’insouciance.

Le contraste advient avec la mélodie mélancolique de Kawira exposé par l’ensemble. La douceur lyrique de la guitare rend hommage à la graphiste du deuxième album de Louis Matute, Kawira Mwirichia, décédée en octobre 2020.

On se laisse intriguer par l’atmosphère de Too much souls for this world et par la question que pose le titre. Soutenu par le riff nerveux de la guitare et par la rythmique qui va crescendo, le saxophone exubérant expose un solo bouillonnant et expressif. Le répertoire continue avec Tangos. Dès l’exposition du thème, on tombe sous le charme de l’harmonieuse ambiance créée par les cuivres, du son aérien de la trompette et de la lumineuse improvisation du piano fort inspiré.

Avec lyrisme la guitare électrique chante ensuite Hold your Hand, une ballade apaisante et caressante. Son feutré des cuivres, douceur de la guitare. On est tenté de prendre la main… de la pochette pour rejoindre les musiciens. L’oud revient sur Macondo et son jeu fusionne avec celui de la guitare. La composition qui porte le nom village colombien imaginé par Gabriel Garcia Marquez où se déroule « Cent ans de solitude », incite à la rêverie. Après l’improvisation virtuose et ourlée de sensibilité de la guitare, le solo effervescent du ténor insuffle une énergie contrôlée.

Hommage à toutes les personnes du quotidien ordinaire, For All these Real Stars invite à un voyage sans frontière à travers les improvisations enjouées du saxophone, du oud, de la contrebasse. C’est ensuite sur un tempo chaloupé que la guitare expose le thème du titre Alfaia, évocateur des ambiances brésiliennes du Nordeste. Le ténor incisif et élégant prend le relai et son solo intense et fougueux. La guitare lui répond par de superbes envolées lyriques et souples. Lorsque les deux solistes se rejoignent de nouveau, vient l’envie de chanter avec eux.

Sur Queen of Queen les cuivres exposent une mélodie harmonieuse sur un riff aux résonances cubaines tenu par le piano et la rythmique énergique. Les solistes s’expriment sans retenue et leur énergie stimule la batterie qui se lance dans un solo impétueux et entraîne le groupe dans une fin festive et dansante.

Our Folklore invite alors à un doux voyage onirique et serein sur les rives d’un paysage coloré par les notes chatoyantes du clavier électrique et le souffle chaleureux des vents. L’oud est de nouveau invité sur Zikra, une plage à la coloration orientale. On valse et l’on se laisse emporter au fil de la mélodie et des improvisations de l’oud éloquent, de la trompette exaltée.

L’album se termine avec Convivere sur lequel le groupe dialogue en grande connivence avant de laisser la guitare enflammer le morceau par un solo d’une énergie lumineuse et contagieuse… les musiciens conjuguent avec bonheur ce « vivre ensemble » qui semble les réunir et auquel on adhère volontiers.

Pour écouter Louis Matute Large Ensemble avec Louis Matute (guitare), Léon Phal (saxophone ténor), Zacharie Ksyk (trompette), Andrew Audiger (piano), Virgile Rosselet (contrebasse) et Nathan Vandenbulcke (batterie), rendez-vous le 16 mai 2022 et le 20 juin 2022 au Duc des Lombards (premier set à 19h30, deuxième set à 21h00, troisième set à 22h30) et le 06 juillet 2022 à 17h sur la scène de Cybèle, dans le cadre du festival « Jazz à Vienne ».

Flavio Boltro & Fabio Giachino – « Things To Say »

Flavio Boltro & Fabio Giachino – « Things To Say »

Le trompettiste Flavio Boltro et le pianiste Fabio Giachino conversent en toute intimité sur « Things To Say ». Une alchimie musicale expressive et intense unit les deux musiciens transalpins. Onze compositions originales à savourer avec délice. Entre passion et confidence, un album lyrique et stimulant.

lire plus
Avishai Cohen signe « Shifting Sands »

Avishai Cohen signe « Shifting Sands »

Le contrebassiste Avishai Cohen fait son grand retour avec « Shifting Sands » et formation éblouissante qui réunit à ses côtés le pianiste Elchin Shirinov et la batteuse Roni Kaspi. L’album renoue avec l’alchimie propre à la musique d’Avishai Cohen… élégance musicale, grandes lignes mélodiques et rythmes divers et recherchés. Somptueux et captivant.

lire plus
Jazz Day Lyon 2022

Jazz Day Lyon 2022

Chaque année depuis 2011, le 30 avril célèbre la « Journée internationale du Jazz ». Pour la dixième année, « Jazz à Vienne » coordonne le « Jazz Day » sur Lyon et son territoire, avec le soutien du Pôle Métropolitain. En avant pour le « Jazz Day 2022″… 24 heures de jazz pour célébrer la diversité du jazz en direction de tous les publics.

lire plus
Share This