Opéra Underground – RV d’octobre à décembre 2020

Opéra Underground – RV d’octobre à décembre 2020

Promesses artistiques diversifiées

A l’automne 2020, avec son nouveau directeur Richard Robert, l’Opéra Underground de Lyon reprend ses concerts, à l’Amphi et sur la Grande Scène de l’Opéra. Après la reine du fado, Katia Guerreiro, se profilent le flamenco hétérodoxe de Niño de Elche, la chanson folk de Dick Annegarn, le jazz de chambre de Vincent Courtois, la rencontre entre Aquaserge et Jeanne Added bien d’autres propositions, toutes plus attractives les unes que les autres. Les RV d’octobre à décembre 2020 de l’Opéra Underground s’affichent comme autant de promesses artistiques diversifiées à découvrir.

Opera Underground, les RV d'octobre à décembre 2020Avec ses RV d’octobre à décembre 2020, l’Opéra Underground ouvre ses propositions musicales sur différents univers à découvrir à l’Amphi de l’Opéra et sur la grande scène de l’Opéra. Du fado au flamenco en passant par la rencontre entre quatuor à cordes et balafon, la chanson folk, le country blues touareg, les musiques et chants sacrés d’Arménie et d’Iran, le Jazz de Chambre et une relecture des œuvres du répertoire des grands compositeurs du XXème siècle, il y en a pour tous les goûts et toutes les envies, sans discrimination de genre.

Richard Robert, Opéra Underground, d'octobre à décembre 2020

Richard Robert©Yann Zgorzalek

Au 1er septembre 2020, Richard Robert a pris ses fonctions à la direction de l’Amphithéâtre de l’Opéra de Lyon. Soucieux de conserver à l’Opéra Undergound son statut de « lieu de déconfinement musical et artistique », il propose une programmation de documentaires projetés dans les séances « Sur les Docs », l’écoute d’un album présenté par un invité dans les rendez-vous intitulés « Disque du Siècle » et une programmation musicale riche, ouverte et variée. Avec Richard Robert à sa tête, l’Opéra Underground conserve sa vocation de « laboratoire inventif, vivant, sans préjugé ».

Après le retour dans la grande salle de l’Opéra de Lyon de la fadista Katia Guerreiro le 15 octobre 2020, les propositions de concerts de l’Opéra Underground se succèdent d’octobre à novembre 2020 comme autant de promesses d’univers musicaux variés et stimulants… à l’Amphi, Niño De Elche, Trio Da Kali, Les Filles de Illighadad, Dick Annegarn, Sahar Mohammadi et Haig Sarikouyoumdjian, Vincent Courtois et sur la Grande Scène de l’Opéra, Sahariennes et Aquaserge + Jeanne Added.

Niño De Elche, flamenco hétérodoxe

Celui que Richard Robert qualifie comme « l’homme qui a dynamité le flamenco », a d’abord baigné dans la tradition flamenca avant de réinventer « son » flamenco. Le chant de Niño De Elche échappe aux étiquettes, explose les codes et il propose un flamenco inspiré dont les couleurs surprennnent et transportent dans un monde aux couleurs contrastées et synthétiques. Il vient à l’Opéra Underground avec deux programmes différents, son répertoire Flamenco hétérodoxe et son projet Colombiana écrit en collaboration avec le compositeur Eblis Alvarez du groupe colombien Meridian Brothers, lequel projet réinterprète le folklore colombien.

RV le vendredi 06 novembre 2020 avec Antologia del cante flamenco heterodoxo, un projet qui réunit autour de Niño de Elche, Raul Cantizano (guitares, percussions), Susana Hernandez (claviers, machines) et samedi 07 novembre 2020 avec 2020 à l’Amphi avec Colombiana où le trio de la veille est rejoint par le percussionniste Victor Martinez.

Trio Da Kali, cordes et balafon

Constitué de trois musiciens maliens issus d’une longue lignée de griots, le Trio Da Kali réunit Hawa Kassé Mady Diabaté (voix), Lassana Diabaté (balafon) et Mamadou Kouyaté (n’goni). Il a collaboré avec le Kronos Quartet, quatuor issu de la tradition de musique de chambre européenne. Cette alliance de deux traditions centenaires éloigne la musique du trio des schémas rebattus de la World Music. L’album « Ladilikan » en témoigne.

RV le mardi 17 novembre 2020 à l’Amphi. Aux côtés du Trio Da Kali, le quatuor Lysis, en résidence à l’Opéra Underground pour la saison 2020-21, exécute les partitions du Kronos Quartet.

Les Filles de Illighadad, country-blues touareg

Venues d’un village du Niger entre brousse et désert, Les Filles de Illighadad ont renouvelé la musique touareg qu’elles ont doté d’un son urbain où la guitare électrique côtoie les voix. Fatou Seidi Ghali a appris la guitare seule et les trois jeunes-femmes ont remplacé la batterie par les percussions traditionnelles.

Leur concert prévu au printemps 2020 a été reporté le vendredi 20 novembre à l’Amphi. Pour ce RV, Fatou Seidi Gali (guitare, chant), Alamnou Akirwini (chant, percussion) et Fitimata Ahmadelher (chant, percussion) sont accompagnées par le guitariste Abdoulaye Madassane.

Sahariennes, Algérie/Maroc/Mauritanie/Sahara occidental

Pour la première fois, Noura Mint Seymali (Mauritanie), Dighya Mohammed Salem (Sahara Occidental), Souad Asla (Algérie) et Malika Zarra (Maroc) sont réunies pour une création commune. Avec leurs choix esthétiques affirmés, elles se font les porte-voix de la culture du Sahara et affirment avec force et créativité, la place essentielle des femmes dans la culture de leur région.

Prévu à l’origine au printemps, le concert Sahariennes a été reporté au samedi 21 novembre 2020. RV sur le Grande Scène de l’Opéra de Lyon pour écouter la musique de ces femmes du Désert. A leurs côtés, Jeiche Ould Chighaly (guitare), Mohamed Abdennour « Pti Moh » (guembri, mandole, banjo et guitare), Anne-Laure Bourget (darbouka, cajon et daf) et Mohammed Menni (darbouka, karkabou).

Dick Annegarn, chanson folk universelle

Durant le confinement, le néerlandais Benedictus Albertus Annegarn, dit Dick Annegarn, a enregistré Söl (pour « soleil » et « solitude »), un nouvel album où le chanteur propose son folk-blues. En solo sur cet opus intimiste et solaire, il évoque Marylin Monroe, Modigliani et Saint Thomas.

Depuis le Petit Conservatoire où il avait été repéré par Mireille, le chanteur flamand Dick Annegarn a beaucoup voyagé et s’il a pris ses distances avec la scène, il ne l’a jamais vraiment perdue de vue. Depuis ses débuts, sa musique a quelque chose de magique. A son image, ses chansons vagabondent dans un monde ouvert et libre où Ubu côtoie Bébé Éléphant et Bruxelles.

RV avec Dick Annegarn les mardi 24, mercredi 25 et jeudi 26 novembre 2020. Trois soirées à l’Amphi de l’Opéra de Lyon où le chanteur se produit à la fois en solo, en groupe avec Christophe Cravero (claviers), Jean-Pierre Soulès (cor, trompette) et Xavier Tribolet (batterie & claviers) et aussi avec les lyonnais du Quatuor Lysis, Charline Steffan (violon), Sophia Fournier (violon), Clément Hoareau (alto,) et Perrine Delporte (violoncelle).

Sahar Mohammadi/Haig Sarikouyoumdjian, musique et chants sacrés d’Arménie et d’Iran

La chanteuse iranienne Sahar Mohammadi et l’Arménien Haïg Sarikouyoumdjian, maître du duduk, rapprochent les musiques iraniennes et arméniennes dont les traditions sont très proches.

La rencontre entre une artiste, véritable prodige de la tradition savante persane et un virtuose du duduk (instrument à anche double), laisse une grande place à l’improvisation et à l’art de l’ornementation. Les souffles des deux artistes se croisent, se mêlent sans artifice pour célébrer la beauté, l’élégance et le raffinement.

RV les vendredi 27 et samedi 28 novembre 2020 à l’Amphi pour les deux concerts de Sahar Mohammadi et Haïg Sarikouyoumdjian, accompagnés par Georgi Minasyan (duduk) et Farhad Safari (tomba).

Vincent Courtois, jazz de chambre

On ne compte plus les collaborations du violoncelliste et compositeur Vincent Courtois, de Louis Sclavis à Michel Portal en passant par Jeanne Added ou les Rita Mitsouko. Son nouveau projet « Love of Life » porte le nom de la nouvelle de Jack London qui l’a inspiré. L’album du même nom a été enregistré à Oakland, en Californie, dans la ville de l’écrivain auquel le violoncelliste rend hommage.

A la tête du trio qui réunit à ses côtés Robin Fincker (clarinette, saxophone ténor) et Daniel Erdmann (saxophone ténor), Vincent Courtois propose un jazz de chambre lyrique et aventureux, inspiré par les romans et les nouvelles de Jack London.

RV le vendredi 11 décembre 2020 pour s’immerger dans le jazz de chambre du trio Courtois-Erdmann-Fincker.

Aquaserge + Jeanne Added, le XXe siècle au XXIe siècle

Le collectif français Aquaserge réunit Benjamin Glibert (guitare, voix), Audrey Ginestet (basse, voix), Julien Gasc (claviers, voix), Manon Glibert (clarinettes, voix), Olivier Kelchtermans (saxophone baryton et alto, voix), Robin Fincker (saxophone ténor, clarinette, voix), Marina Tantazoni (flûtes, voix), Julien Chamla (batterie, voix) et Camille Emaille (percussions, voix). Les neuf artistes ont inventé leur propres codes musicaux lesquels empruntent au rock, au jazz, à la chanson, à la pop, au free et aux musiques de cinéma.

Leur création « Perdu dans un étui de guitare » est inspirée par l’histoire d’une pièce du compositeur américain Morton Feldman dont l’unique manuscrit, glissé dans un étui de guitare, fut volé avec l’instrument. Jamais retrouvée, la partition a été reconstituée plus tard à partir de l’enregistrement d’un concert de l’époque. C’est cette tension entre écrit et oral qu’explore Aquaserge en reliant les œuvres de Edgard Varèse, Steve Reich, Morton Feldman, György Ligeti, Giacinto Scelsi, Karlheinz Stockhausen et Luciano Berio via un travail sur la voix et les timbres. Ce projet fait intervenir un invité qu’il intègre au dispositif. A Lyon, l’invitée est Jeanne Added.

Au sortir du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris où elle a intégré la classe de jazz en 2001, c’est à la musique improvisée puis au jazz que Jeanne Added a d’abord consacré son talent. Avant d’être doublement récompensée aux Victoires de la musique 2019 dans les catégories artiste féminine et album rock, elle a collaboré avec nombre d’artistes de jazz parmi lesquels entre autres, Bernard Lubat et André Minvielle, Vincent Courtois, John Greaves, Baptiste Trotignon et Yves Rousseau.

RV le jeudi 17 décembre à 20h avec le nonet Aquaserge qui invite Jeanne Added. Sur la Grande Scène de l’Opéra, le groupe et la chanteuse vont explorer tous les possibles à partir des œuvres du répertoire des grands compositeurs du XXème siècle dont ils vont proposer plus qu’une relecture.

« Kissed by the mist » par Giorgio Alessani

« Kissed by the mist » par Giorgio Alessani

La voix embrumée de Giorgio Alessani swingue avec aisance sur les dix pistes de « Kissed by the Mist ». Une section rythmique et une section de cuivres issues de la scène jazz française actuelle, un orchestre symphonique… et le tour est joué, un nouveau crooner est né. Sans s’aventurer ni dans les aigus ni dans les graves, le chanteur façonne le registre médium avec souplesse et sans jamais forcer. Textes, mélodies et arrangements tissent la trame d’un délicieux album où vibrent les émotions.

lire plus
Dexter Gordon – « Montmartre 1964 » (Storyville Records)

Dexter Gordon – « Montmartre 1964 » (Storyville Records)

Le 06 novembre 2020, le Label Storyville Records propose « Montmartre 1964 », un album inédit de Dexter Gordon capté en direct en juillet 1964 au Jazzhus Montmartre. Le saxophoniste joue avec le trio composé du contrebassiste Niels-Henning Ørsted Pedersen, du batteur Alex Riel et du pianiste Tete Montoliu. Ce merveilleux opus témoigne de la maîtrise du jeu de ce géant du ténor au lyrisme confondant et à l’expression audacieuse. Un souffle de félicité venu de de l’âge d’or du jazz danois

lire plus
Fonnesbæk & Kauflin – « Standards » (Storyville Records)

Fonnesbæk & Kauflin – « Standards » (Storyville Records)

Le label Storyville Records annonce pour octobre 2020, la sortie de l’album « Standards » enregistré par Fonnesbæk & Kauflin. Le contrebassiste et le pianiste s’expriment dans un langage qui leur est commun et dialoguent de manière fusionnelle. Le répertoire compte neuf standards issus de l’héritage des grands compositeurs de jazz du XXème siècle. De l’album se dégage un swing irrésistible, une virtuosité absolue et une musicalité inouïe.

lire plus
Share This