Opera Underground – Les RV de décembre 2018

Œdipe Redux, uKanDanz & Quatuor Wassily

Les magnifiques concerts de novembre 2018 se terminent que déjà se profilent les RV de décembre 2018 de l’Opera Underground. « Œdipe Redux », à la frontière du jazz et de la musique contemporaine, le jazz éthiopien de « uKanDanz » et le quatuor Wassily en résidence à l’Opéra. Un programme qui concilie exigence musicale et dimension festive.

opera underground, les rv de decembre 2018Les RV de décembre 2018 de l’Opera Underground continuent à proposer un éventail musical où les couleurs du jazz le plus moderne flirtent avec la musique contemporaine, le rock et les musiques éthiopiennes. Les musiques traditionnelles sont aussi à l’honneur.

De quoi satisfaire le public qui ne boude pas son plaisir et s’est mobilisé avec enthousiasme  durant les premiers spectacles de la saison 2018/19.

Lucian Ban et Mat Maneri présentent « Œdipe Redux »

Le compositeur, violoniste roumain Georges Enesco (1881-1955) a écrit de nombreuses rhapsodies, symphonies et suites orchestrales ainsi que de la musique de chambre mais n’a créé qu un seul opéra, Œdipe. L’auteur a mis 25 ans pour l’écrire cet opéra considéré comme un chef d’œuvre, dès sa présentation en 1936 à l’Opéra Garnier de Paris. Pourtant il a très peu souvent été représenté sur les scènes lyriques. Sa partition d’une grande musicalité mêle des influences anciennes venues des musiques byzantines à d’autres plus contemporaines qui se réfèrent aux traditions françaises et allemandes.

Lucian Ban et Mat ManeriL’altiste new-yorkais, Mat Maneri et le pianiste roumain Lucian Ban ont revisité Œdipe. Ils l’ont ré imaginé, réécrit et en 2010 ont sorti un album intitulé Enesco Re-Imagined (Sunnyside Records) enregistré avec la fine fleur des musiciens de jazz new-yorkais parmi lesquels Tony Malaby (saxophone ténor), Ralph Alessi (trompette), John Hebert (contrebasse), Gerald Cleaver (batterie) et aussi Albrecht Maurer (violon) et Badal Roy (percussions, tabla).

Originaire de Transylvanie, Lucian Ban a étudié le piano et la composition à Cluj, puis à Bucarest avant de s’installer à New York où il est devenu un habitué des scènes jazz et musiques improvisées. Altiste et violoniste de jazz, Mat Maneri a collaboré avec le pianiste Cecil Taylor, le saxophoniste Tim Berne ainsi que son père, le saxophoniste et clarinettiste Joe Maneri. Improvisateur émérite il est aussi imprégné de musique baroque et contemporaine et a participé à de nombreux enregistrements chez ECM.

Le 05 décembre 2018 à 20h, Lucian Ban et Mat Maneri viennent présenter à l’Amphi de l’Opéra de Lyon leur Œdipe Redux dont les arrangements restituent de manière fort contemporaine les idées révolutionnaires de George Enesco. A leurs côtés sont réunis quelques-uns des musiciens les plus brillants de la scène jazz internationale dont trois des participants de la session enregistrée en 2010, Ralph Alessi (trompette), John Hébert (contrebasse) et Tom Rainey (batterie et percussions) rejoints par Louis Sclavis (clarinette et clarinette basse), Theo Bleckmann et Jen Shyu (voix). 

À la frontière du jazz et de la musique de chambre cette soirée organisée dans le cadre de la saison France-Roumanie 2019 porte les germes de ce qui pourrait devenir un souvenir musical inoubliable.

uKanDanz… éthio-rock… éthio jazz… punk-rock

Étiquetée à juste titre « Ethiopian Crunch Music », la musique du groupe Ukandanz baigne entre rock, jazz, blues et musique éthiopienne. Le projet à la matière artistique singulière réunit le chanteur Éthiopien Asnake Guebreyes issu de la scène d’Addis Abeba et un quartet électrique rhône-alpin.

En 2006 le groupe uKanDanz se constitue à Lyon autour du guitariste Damien Cluzel après son immersion en Éthiopie et sa rencontre avec le producteur Francis Falceto, spécialiste et responsable de la mythique collection Ethiopiques. Il est alors rejoint par le saxophoniste Lionel Martin, le batteur Guilhem Meier et le claviériste Fred Escoffier.

En 2012, le quartet et le chanteur enregistrent un premier album « Yetchalal » suivi de plusieurs tournées européennes et internationales. En février 2016 sort « Awo » au style rock plus affirmé. Après une pause de deux ans, Damien Cluzel et Lionel Martin font appel à Adrien Spirli au clavier basse et Yan Lemeunier à la batterie, deux musiciens de Mazalda et travaillent à un troisième album.

Le 14 décembre 2018 à 20h l’Amphi de l’Opéra de Lyon accueille uKanDanz. Autour du charismatique Asnake Guebreyes sont réunis les deux membres présents à l’origine du groupe, le guitariste Damien Cluzel et le saxophoniste Lionel Martin rejoints aujourd’hui par le claviériste Adrien Spirli et le batteur Yann Lemeunier.

Le groove imparable et hypnotique des musiciens et la voix envoûtante du chanteur du groupe uKanDanz promettent une soirée festive à l’énergie puissante et sans concession. Du gros son, des rythmes impairs et des arrangements irrésistibles au menu de la soirée !

Le quatuor Wassily

Pour la saison 2018‑19, à l’invitation de l’Opéra Underground, le quatuor Wassily est en résidence à l’Opéra de Lyon et collabore avec des artistes invités tels que Meridian Brothers, Melingo ou la théréministe Pamelia Stickney.

Depuis 2012 les musiciens du quatuor lyonnais Wassily se produisent régulièrement en concert en collaboration avec des institutions musicales prestigieuses. Le groupe poursuit sa formation au CNSMD et participe aux formations ProQuartet. Le quatuor Wassily a remporté en 2018 le concours Humanis Musique au Centre et le Tremplin Jeunes Quatuors de la Philharmonie de Paris.

Pour leur concert du 20 décembre 2018 à 20h à l’Amphi de l’Opéra de Lyon, le Quatuor Wassily propose un répertoire constitué à la fois d’œuvres classiques et contemporaines.

La musique du Quatuor Wassily va combler les amateurs de musique de chambre auquel l’Amphi de l’Opéra se prête si bien.

Le Grand Bourdon

Le 12 décembre 2018 à 20h, la soirée s’intitule « Le Grand Bourdon ». Elle réunit trois groupes porteurs d’une vision personnelle des musiques traditionnelles qui les inspirent.

Romain Baudoin utilise le Torrom Borrom, un instrument hors-norme, hybride double manche alliant une vielle à roue électroacoustique et une guitare électrique.

« Chin Na Na Poun » rassemble Daniel Malavergne au tuba, Patrick Vaillant à la mandoline et Manu Théron au chant. Inspiré par le chansonnier marseillais Victor Gélu, ils écrivent un nouveau chapitre du répertoire provençal.

« Detla Sònic » est le projet solo de Henri Maquet qui passe bourrées, farandoles ou polka au filtre d’une musique électronique à la fois expérimentale et ludique – la musique du village de demain.

Le premier trimestre de la saison 2018/19 de l’Opera Underground, l’autre scène de l’Opéra de Lyon, a apporté son lot de très belles surprises. Un public renouvelé a vibré à l’écoute de jazz de haut vol et de musiques iconoclastes au croisement des musiques populaires et savantes. A la programmation du premier semestre 2019 se profilent déjà des soirées prometteuses, fenêtres ouvertes sur des « ailleurs musicaux » à découvrir sans œillères.

Anne Paceo dévoile « Bright Shadows »

Anne Paceo dévoile « Bright Shadows »

En amont de la sortie de « Bright Shadows », Anne Paceo dévoile des titres extraits de l’album. Éclairés par les ombres bleutées des voix, les rythmes de sa batterie sondent des univers aux frontières musicales éclatées. Une musique captivante à découvrir le 25 janvier 2019.

Clin d’œil à Anis Benhallak et « Apes Theater »

Clin d’œil à Anis Benhallak et « Apes Theater »

Le guitariste compositeur Anis Benhallak revient le 30 novembre 2018 avec un nouvel album. « Apes Theater » propose un jazz andalou abreuvé de l’énergie du rock. Composée entre Damas, Alger, New-York et Paris, la musique croise les cultures et dessine un univers musical à la fois sensible et énergique. Belles respirations aériennes, superbes mélodies et riches harmonies comblent l’oreille.

Chucho Valdes Jazz revient avec « Jazz Batá 2 »

Chucho Valdes Jazz revient avec « Jazz Batá 2 »

Avec l’album « Jazz Batá 2 », le pianiste Chucho Valdès plonge dans ses racines cubaines. Il élève une incantation fervente en hommage aux orishas de la santeria cubaine. Harmonies et mélodies servent le rythme et la dimension percussive du piano est mise en avant.

Share This