Nguyên Lê Quartet dévoile « Streams »

Nguyên Lê Quartet dévoile « Streams »

Un world-jazz zen abreuvé d’énergie

Nguyên Lê Quartet présente l’album « Streams ». Cet opus témoigne du métissage interculturel si cher au guitariste. Voix majeure de la guitare jazz, Nguyên Lê ne cesse de renouveler son inspiration et de faire évoluer son expression. Les neuf plages vibrent d’accents pluriels. « Streams » se fait l’écho d’une musique de demain ancrée dans les racines du passé.

Deux années séparent la sortie de l’album « Hà Nội Duo » gravé par Nguyên Lê avec le musicien traditionnel vietnamien Ngô Hồng Quang et celle de « Streams » (ACT/PIAS) attendu le 22 février 2019. Si le guitariste intègre toujours des éléments de musiques traditionnelles dans son opus « Streams », ce disque apparaît comme le plus jazz qu’il ait enregistré depuis longtemps.

Nguyên Lê

Né à Paris de parents vietnamiens, Nguyên Lê n’a eu cesse au fil des ans d’explorer à travers sa musique les métissages possibles entre jazz, musiques traditionnelles du monde, pop et rock. Ainsi, sa carrière et sa discographie portent l’empreinte d’un parcours et d’une démarche artistique en perpétuelle évolution.

Nguyên Lê a commencé à créer son propre « world jazz » en explorant plusieurs musiques. Celles des Antilles avec le groupe Ultramarine (fin des années 80 et début 90), du Viet-Nam en 1996 avec Huong Thanh sur « Tales from Viêt-Nam », de l’Afrique du Nord avec Karim Ziad en enregistrant « Maghreb & Friends » en 1998.

le guitariste Nguyên Lê

Nguyên Lê©ACT  / Masha Mosconi

Le guitariste s’intéresse aussi à la transe de l’Orient avec Dhafer Youssef et aux influences venues de Sardaigne avec Paolo Fresu sur « Homescape » en 2006 et il explore les musiques traditionnelles du Japon et de l’Inde avec Mieko Miyazaki et Prabhu Edouard sur « Saiyuki » en 2009. Nguyên Lê regarde du côté de la tradition flamenca en collaborant avec Renaud Garcia-Fons et Tino di Geraldo sur « Bakida » en 2000.

Après avoir relu de grands hits de Bob Marley, Led Zeppelin, Janis Joplin, Stevie Wonder, Eric Clapton et des Beatles sur « Songs Of Freedom » en 201l, le guitariste s’est immergé dans le rock de Jimy Hendrix sur le puissant « Purple - Celebrating Jimy Hendrix » en 2002 puis il a rendu hommage en 2011 à la pop music des années 70 sur « Songs of Friends » avant de revisiter à sa manière l’univers de Pink Floyd sur « Celebrating The Dark Side Of The Moon » en 2014.

De grands artistes du jazz qui ont enregistré avec Nguyên Lê parmi lesquels on peut citer Peter Erskine et Michel Benita sur « E_L_B » en 2001 et « Dream Flight » en 2008 mais aussi Stéphane Galland, David Linx, Youn Sun Nah, Mark Johnson, Art Lande, Michel Alibo, Mino Cinelu, Chris Potter, David Binney, Chris Speed et bien d’autres dont la liste fort longue ne permet pas de les citer tous.

Avoir collaboré avec les musiciens traditionnels a contribué à faire évoluer la musique de Nguyên Lê. Imprégné des fondamentaux du jazz, son style a intégré de multiples autres influences venues du rock, du funk ou du blues. Ses improvisations identifiables entre mille restituent l’essence de son identité construite à partir de l’intérêt constant qu’il porte aux singularités des musiques venues d’ailleurs.

« Streams Quartet »

Fondé en 2016 par Nguyên Lê, le « Streams Quartet » s’inscrit tout à fait dans la trajectoire du guitariste puisqu’il associe à la voix de sa guitare celles de trois musiciens talentueux très attentifs comme lui au jazz et aux musiques du monde, le vibraphoniste français Illya Amar, le contrebassiste canadien Chris Jennings et le batteur percussionniste américain John Hadfield.

Son beau-fils Illya Amar et son vibraphone ont échangé avec des musiciens d’Inde, d’Argentine, du Vietnam et du Brésil. Basé à Paris depuis 12 ans, le virtuose contrebassiste Canadien Chris Jennings a joué avec Dhafer Youssef, Bojan Z, Kudsi Erguner et Karim Ziad. Quant au batteur et percussionniste new-yorkais John Hadfield, il a intégré la tradition du jazz de Kansas City avec le saxophoniste Bobby Watson mais s’est aussi imprégné d’autres cultures dont il a appris les rythmes et instruments au fil de ses voyages en Inde, au Pérou, en Mongolie, au Moyen-Orient et en Indonésie.

Pas étonnant, au regard de l’intérêt qu’il ont en commun pour le jazz et les musiques traditionnelles, que ces quatre musiciens fédèrent leur énergie, leur inspiration et leur talent pour jouer ensemble et enregistrer la musique de l’album « Streams » (ACT/PIAS) dont la sortie est prévue le 22 février 2019.

« Streams », de plage en plage

« Chaque composition de « Streams » trouve son origine dans une inspiration ethnique interne, même si celle-ci n’apparait pas forcément de manière évidente. Il y a beaucoup de concepts rythmiques indiens, de nombreux phrasés d’Inde et du Vietnam, des mélodies aux accents orientaux, des rythmes originaires du Maghreb et aussi des références inconnues à des traditions imaginaires. » Nguyên Lê

Après le riff en boucle qui introduit Hippocampus, la guitare revient aux fondements de sa syntaxe et la musique coule tel un ruisseau à travers les nombreuses cultures musicales qui jalonnent la trajectoire du leader.

La mélodie envoûtante et la complexité rythmique de Bamiyan au climat oriental affirmé mettent en évidence l’osmose du dialogue guitare-vibraphone. Profilé comme un blues modal aux couleurs asiatiques Swing a Ming est un prétexte pour la guitare et le vibraphone qui font s’envoler le morceau dans la stratosphère. La section rythmique fait groover le tempo de manière indéfectible.

Subtle Body met en lumière le son épuré de la guitare qui conte une mélopée radieuse ponctuée par les chorus subcourture de l'album Streams du Nguyen Le Quartettils de la contrebasse et de la batterie. On frise la béatitude. Composé par Chris Jennings, 6h55 débute sur un mode onirique puis se métamorphose sans crier gare en un jazz-fusion ancré dans un monde qui n’est pas sans rappeler l’univers du Joe Zawinul Syndicate. On passe sans transition du sommeil au rythme éperdu du quotidien.

Exposée à l’unisson par la basse et la guitare, la mélodie romantique aux racines polonaises de Mazurka s’évade du côté de l’Afrique emportée par des rythmes complexes. Les climats de Sawira transportent dans un univers plus oriental où la section rythmique incandescente allume un feu de joie.

The Single Orange, une composition d’Illya Amar, restitue une atmosphère psychédélique que la guitare saturée fait résonner des échos d’un monde hendrixien. Après ce shoot fascinant et tendu, la descente sur Coromandel se fait en douceur. Les sons des instruments semblent flotter au-dessus d’un paysage néo-zélandais féérique imprégné de sérénité zen.

L’album « Streams » dévoile une nouvelle facette de l’identité musicale du guitariste Nguyên Lê. La force vitale des mélodies et la diversité des rythmiques sont portées par un puissant idiome qui fusionne les influences venues du jazz, du rock et des musiques du monde. L’énergie de la musique de Nguyên Lê transforme le voyage en un trip hypnotique et chimérique.

RV le 19 mars 2019 au New Morning à Paris pour écouter Nguyên Lê (guitare), Illya Amar (vibraphone), Chris Jennings (contrebasse) et John Hadfield (batterie) en concert. Au programme, improvisations décoiffantes et rythmique imparable pour une soirée live dans le monde fascinant de « Streams ».

Echo#3-Jazz à Vienne 2019

Echo#3-Jazz à Vienne 2019

Echo#3-Jazz à Vienne 2019 propose un retour sur la soirée du 10 juillet 2019 sur la scène du Théâtre Antique du festival Jazz à Vienne. Loin des formats habituels, « Bagatelles Marathon » a  permis au public de découvrir la conception que son créateur John Zorn a du jazz. L’occasion de pénétrer dans un univers musical ouvert sur de nombreux idiomes sans discrimination de genres. Une proposition hors norme, un évènement d’exception.

lire plus
Echo#2-Jazz à Vienne 2019

Echo#2-Jazz à Vienne 2019

Echo#2-Jazz à Vienne 2019 revient sur les musiques écoutées le 09 juillet 2019 au festival Jazz à Vienne. Cette soirée propose deux sets aux styles contrastés. Après avoir réservé un bon accueil à la musique innovante de « Ghosts Songs » proposée par Paul Jarret & Jim Black, le public a ovationné avec chaleur le set de Diana Krall venue en trio avec Joe Lovano en invité spécial.

lire plus
Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Dans cet Echo#1-Jazz à Vienne 2019, Cuba est à l’honneur. La soirée  du 08 juillet 2019 de Jazz à Vienne avec Omar Sosa et Yilian Canizares puis Chucho Valdès Quintet a tenu toutes ses promesses. Le public est reparti comblé par cette soirée qui a fait alterner avec bonheur, poésie et nostalgie avec flamboyance et polyrythmie.

lire plus
Share This