Lucy Dixon swingue sur « Lulu’s Back In Town »

Lucy Dixon swingue sur « Lulu’s Back In Town »

Lucy Dixon, années 30/40, swing, guitares et claquettes

D’emblée, la pochette de l’album « Lulu’s Back in Town » donne le ton. Le noir et blanc et la tenue un rien rétro évoquent les années 30/40. La démarche déterminée de Lucy Dixon laisse augurer d’une belle énergie. Un concentré de swing, un brin de nostalgie et des claquettes en prime.

300_couv-album-lucy-dixonSorti le 23 octobre, « Lulu’s Back in Town » (B Stream/L’Autre Distribution) est vraiment un album dont l’écoute est stimulante. En rupture avec la morosité atmosphérique ambiante de ce début d’hiver, les quinze titres donnent la pêche. C’est en effet un grand plaisir que de se laisser booster par le swing que Lucy Dixon impulse aux standards des années 30/40 interprètés avec tonus et légèreté, tout en respectant la tradition, sans pour autant manquer d’originalité.

Dopée par le swing d’enfer de la triplette Samy Daussat à la guitare et des frères Gastine, David à la guitare et Sébastien à la contrebasse, Lucy Dixon ne pleure pas son énergie et mène son répertoire tambour battant, ou plutôt devrait-on écrire claquettes trépidantes. En effet, la chanteuse ne se contente pas de chanter. Forte de son expérience dans la troupe « Stomp » dont elle a fait partie pendant 10 ans, la belle anglaise propose un jazz tonique et au chant elle associe avec bon goût, percussions et claquettes.

Avec elle on chante et siffle Get Happy et on se prend même à danser… enfin à essayer car quand elle attaque Fascinating Rythm ou Nagasaki, c’est mort ! On ne peut plus suivre. Du coup on se prend à regretter que l’album ne propose que des titres audio, il nous reste à imaginer la prestation de l’artiste ou mieux à regarder une vidéo tournée lors du Festival « Jazz à Saint Germain-des-Prés » où l’on peut apprécier le spectacle qu’elle propose live avec son trio guitares/contrebasse.

Avec l’efficace rythmique manouche qui l’accompagne de bout en bout, Lucy Dixon sait aussi changer de tempo, comme par exemple sur It don’t mean a thing qu’elle prend sur un rythme ralenti. Par ailleurs, sur When somebody thinks you’re wonderful et sur le titre phare de l’album, Darling je vous aime beaucoup, Lucy Dixon adopte un registre plus romantique qui lui permet de mettre en valeur l’esthétique de son chant.

C’est aussi un beau moment que d’écouter Lucy Dixon interpréter When I get low I get high avec quelques sons de claquettes, seulement accompagnée par Steve Argüelles qui assure certes le rythme mais est aussi responsable de la réalisation de cet album. Tout au long du disque, la prise de son de Philippe Teissier Ducros permet de saisir les nuances de la prestation de Lucy Dixon qui joue autant de sa voix que de ses jambes.

On note avec intérêt l’intervention du pianiste Laurent de Wilde sur deux titres, Lulu’s Back In Town et I’m living In A Great Big Way et on apprécie aussi la chaleureuse coloration que donne la section de cuivres sur le titre éponyme de l’album, Get Happy et Fascinating Rythm.

A vrai dire « Lulu’s Back in Town » devrait ravir toutes celles et ceux qui apprécient la tradition du swing et le parti pris de Lucy Dixon qui restitue l’esprit de ce style tout en lui apportant une fraîcheur et une légèreté  qui ne sont pas sans évoquer la comédie musicale.

Après les soirées parisiennes de décembre à l’Olympia et au Sunset, Lucy Dixon sera au Jazz Club d’Annecy le 16 décembre et le 17 décembre au Jazz Club Lyon Saint Georges qui affiche complet. Pour suivre l’actualité de la chanteuse et connaître les dates des concerts à venir sur les scènes françaises, rien de mieux qu’une visite du site de Lucy Dixon. Get happy !

« La Dolce Vita » selon Stefano Di Battista

« La Dolce Vita » selon Stefano Di Battista

Trois ans après « Morricone Stories » dédié à Ennio Morricone, le saxophoniste italien Stefano Di Battista est de retour avec « La Dolce Vita », un nouveau projet ancré dans la culture populaire de son pays. En quintet, il fait résonner sous un nouveau jour douze chansons italiennes emblématiques de l’âge d’or de l’Italie. L’album navigue entre ferveur et nostalgie.

lire plus
« Mères Océans » de Christophe Panzani

« Mères Océans » de Christophe Panzani

Christophe Panzani présente son nouveau projet, « Mères Océans ». Le saxophoniste présente une musique intime où alternent douceur et puissance, acoustique et électronique. Les émotions subtiles sont portées par des mélodies de rêve. Un poème musical intimé dédié à sa mère disparue.

lire plus
Jazz à Vienne 2024 – La programmation

Jazz à Vienne 2024 – La programmation

Pour sa 43ème édition, du 27 juin au 12 juillet 2024 avec une soirée supplémentaire le 16 juillet, le festival, Jazz à Vienne propose 16 jours de concerts. Le célèbre les 20 ans de la disparition de Claude Nougaro, avec « NewʼGaro », une création hommage, en collaboration avec d’autres festivals. Vingt-huit nationalités seront présentes avec un focus européen sur la Suisse et Stracho Temelkovski en artiste associé. Pour plus de la moitié des artistes le Théâtre Antique constituera une première. Une programmation ouverte à tous les publics… à découvrir avec gourmandise.

lire plus
Share This