Luca Aquino dévoile « Italian Songbook »

Luca Aquino dévoile « Italian Songbook »

La musique navigue entre intimité et lyrisme

Le trompettiste italien Luca Aquino revient avec « Italian Songbook ». Il dédie son nouveau projet aux standards de la musique italienne. Le répertoire de l’album explore musiques de film, grandes chansons de cantautori et fait un détour du côté de Chet Baker. Avec le pianiste Danilo Rea, l’accordéoniste Natalino Marchetti et Orchestra Filarmonica di Benevento, la musique navigue entre intimité et lyrisme.

Après « OverDOORS  » sorti en 2015 en hommage au groupe The Doors, Luca Aquino est retourné en studio avec un nouveau projet dédié à la musique italienne. Annoncé pour le 14 juin, l’album « Italian Songbook » (ACT/PIAS) restitue l’amour du leader pour les standards de son pays.

Luca Aquino

Reconnu pour ses projets innovants et le son unique de son instrument, Luca Aquino est l’un des plus talentueux joueurs de trompette italiens contemporains.

Né à Bénévent, dans le sud de l’Italie, il s’est formé à la trompette en autodidacte à partir de l’âge de dix-neuf ans. Après un premier album sorti en 2007 chez Universal Music en tant que leader, “Sopra Le Nuvole”, il enregistre un an plus tard “Lunaria” avec Roy Hargrove et Maria Pia De Vito en tant qu’invités, et remporte le prix “Top Jazz” décerné par le magazine italien Musica Jazz. Il grave ensuite des projets variés, « Amam  » (2009) puis « TSC », « Icaro Solo » (2010) avec solo de trompette et musique électronique.

Luca Aquino entreprend ensuite de nombreuses collaborations avec des musiciens et des artistes parmi lesquels on peut noter Mimmo Paladino, Manu Katché ou Carmine Ioanna avec lequel il enregistre « aQustico » (2013) chez Tuk Music. En 2015, le trompettiste sort son septième album en tant que leader, « OverDOORS », un hommage personnel à son groupe préféré, The Doors. 2016 est l’année de la production et de la commercialisation de la trompette signée “Aquino”, fabriquée à la main par l’artisan hollandais Hub Van Laar, sur la base de son style musical.

Le trompettiste Luca Aquino

Luca Aquino©Andrea Boccalini

Luca Aquino fait figure d’explorateur sonique innovant. Son dernier projet monumental de 2015 a été l’enregistrement d’un album sur le site archéologique de Pétra, en Jordanie, en collaboration avec l’Orchestre National Jordanien.

Pourtant le destin a changé le cours de la vie de Luca Aquino. En effet, alors qu’il s’apprêtait à aller sur un « Jazz-vélo-Tour » durant l’été 2017, il a contracté une paralysie soudaine et aiguë du nerf facial (paralysie de Bell) qui l’a empêché de toucher la trompette durant plus d’un an avant de relancer sa carrière. Le musicien a profité de cette période pour concevoir son projet « Italian Songbook », un opus très personnel en hommage à la musique traditionnelle et aux chansons populaires de son pays natal.

Standards de la musique italienne

Les douze titres de l’album « Italian Songbook » explorent un répertoire très large, depuis de légendaires musiques de film écrites par Ennio Morricone et Nino Rota jusqu’aux grandes chansons de cantautori, (chanteurs italiens) comme Luigi Tenco, Lucio Dalla et Fabrizio De André. Le leader étend même sa recherche en direction de pionniers de la musique italienne largement oubliés tels que Mario Pasquale Costa et Gorni Kramer. Il invite aussi un titre de Chet Baker, ce trompettiste qui lui est si cher.

Les musiciens

Enregistré en mars 2019 entre Rome, Naples et Turin, l’album restitue une musique qui navigue entre l’intimité de petites formations et l’opulence d’un accompagnement orchestral.

Ainsi, cette dichotomie contribue elle aussi à la singularité de cet « Italian Songbook ». L’opus propose donc une superbe alternance avec d’une part, huit titres empreints de douceur et de tendresse que Luca Aquino interprète soit en duo avec l’accordéoniste Natalino Marchetti, soit en trio quand le  pianiste Danilo Rea les rejoint. Le trompettiste se produit aussi en trio avec le guitariste Rino De Patre et le pianiste Fabio Giachino.

Parmi ces morceaux plutôt intimistes, l’album intercale quatre autres plages enregistrées avec le somptueux Orchestra Filarmonica di Benevento dirigé par Giovanni Francesca avec Fabio Giachino (piano, claviers), Rino De Patre (guitare) et Ruben Bellavia (batterie).

« Italian Songbook »

En duo

couverture de l'album Italian Songbook de Luca AquinoL’album ouvre et se termine avec deux titres interprétés en duo par Luca Aquino avec l’accordéoniste Natalino Marchetti. D’abord un premier hommage à Ennio Morricone avec la somptueuse mélodie de Deborah’s Theme du film « Il était une fois l »Amérique » de Sergio Leone que le bugle développe avec douceur et émotion. Pour finir, le duo rend hommage à Nino Rota et offre une version très simple et très expressive de la Strada.

En trio

  • Avec accordéon et piano, Luca Aquino offre une version lyrique de Scalinatella, la romance du compositeur napolitain Guiseppe Cioffi. Plus loin, soutenue par l’arrangement lumineux de ses deux compères, la trompette atmosphérique chante littéralement Caruso de Lucio Dalla. Les trois complices distillent ensuite avec douceur et sérénité, Un giorno dopo l’altro, la chanson de Luigi Tenco qui évoque la « fuite du temps ». La sonorité plaintive de la trompette se marie à merveille avec le contrechant de l’accordéon. Le trio parvient plus tard à faire valser Era de Mario Pasquale Costa et la trompette teinte la chanson napolitaine d’inflexions évoquant la saudade du fado. Pour finir, le même trio pare Anema e core d’une douce poésie qui touche vraiment l’âme et le cœur.
  • Avec guitare et piano, le trompettiste propose une version facétieuse de Pippo non lo sa de Gorni Kramer. Cette pièce écrite à l’origine pour traiter de la censure du régime fasciste, adopte ici un propos jazzy très virtuose et plein d’humour.

Avec l’Orchestra Filarmonica di Benevento

Sur quatre titres l’orchestre philharmonique est aux côtés de Luca Aquino. Sur La canzone dell’amore perduto, la trompette aérienne insuffle une brillance dramatique à la chanson de Fabrizio de André. Plus loin, la chanson d’amour Storia d’amore d’Adriano Celentano est ressourcée par l’orchestre philharmonique qui magnifie la trompette avec sourdine du leader.

L’orchestre ré-harmonise ensuite Almeno tu nell’ universo de Maurizio Fabrizio mettant en relief la sonorité nostalgique de la trompette rejointe par les claviers étranges. Enfin, c’est au trombone à pistons que Luca Aquino interprète So che ti perdero composé en 1962 par Chet Baker sous le titre I know i will lose you. On se souvient que le titre fut dirigé et arrangé par Ennio Morricone. La mélodie soufflée par le trombone se fait voluptueuse alors que le piano virtuose virevolte comme un papillon sur les volumes orchestraux somptueux.

Chaque note de cet « Italian Songbook » témoigne de la dévotion que Luca Aquino voue à son héritage musical. Le trompettiste parvient à faire ressortir la beauté de ces mélodies bien connues qui s’imprègnent de douceur et d’émotion. Un hommage émouvant à la musique italienne qu’il plait à écouter du plus tendre matin jusqu’au bout de la nuit la plus longue

Echo#3-Jazz à Vienne 2019

Echo#3-Jazz à Vienne 2019

Echo#3-Jazz à Vienne 2019 propose un retour sur la soirée du 10 juillet 2019 sur la scène du Théâtre Antique du festival Jazz à Vienne. Loin des formats habituels, « Bagatelles Marathon » a  permis au public de découvrir la conception que son créateur John Zorn a du jazz. L’occasion de pénétrer dans un univers musical ouvert sur de nombreux idiomes sans discrimination de genres. Une proposition hors norme, un évènement d’exception.

lire plus
Echo#2-Jazz à Vienne 2019

Echo#2-Jazz à Vienne 2019

Echo#2-Jazz à Vienne 2019 revient sur les musiques écoutées le 09 juillet 2019 au festival Jazz à Vienne. Cette soirée propose deux sets aux styles contrastés. Après avoir réservé un bon accueil à la musique innovante de « Ghosts Songs » proposée par Paul Jarret & Jim Black, le public a ovationné avec chaleur le set de Diana Krall venue en trio avec Joe Lovano en invité spécial.

lire plus
Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Dans cet Echo#1-Jazz à Vienne 2019, Cuba est à l’honneur. La soirée  du 08 juillet 2019 de Jazz à Vienne avec Omar Sosa et Yilian Canizares puis Chucho Valdès Quintet a tenu toutes ses promesses. Le public est reparti comblé par cette soirée qui a fait alterner avec bonheur, poésie et nostalgie avec flamboyance et polyrythmie.

lire plus
Share This