L’Opéra de Lyon programme du Jazz²

Les frères Moutin en Grande Salle & Roberto Négro à l’Amphi

Pour débuter 2018, l’Opéra de Lyon manifeste son intérêt pour le jazz et programme du Jazz². Le 27 janvier, dans la Grande Salle, les frères François et Louis Moutin invitent Jean-Michel Pilc et Randy Brecker. Les 12 et 13 janvier, l’Amphi accueille en résidence le pianiste Roberto Negro.

On parle de « Jazz² » à l’Opéra de Lyon en ce mois de janvier 2018 car il n’est pas coutumier que les deux salles de l’Opéra programment du jazz au cours du même mois.

Certes, l’Amphi de l’Opéra de Lyon accueille le jazz de longue date. Ses résidences sont devenues une quasi-institution que musiciens et spectateurs affectionnent. Dans cette petite salle aménagée en format « cabaret » avec de petites tables regroupées sur les étages de l’amphithéâtre, la grande proximité entre artistes et public favorise un climat de convivialité.

La Grande Salle de l’Opéra de Lyon a déjà accueilli des jazzmen, David Linx & Maria João en 2008, Martial Solal en 2016 et Daniel Humair en 2017. Dans ce temple de l’art lyrique, écouter du jazz constitue chaque fois un évènement de taille.

Les frères Louis & François Moutin

Louis & François Moutin © Axelle du Rouret.

On se rappelle la résidence de 2012 où François et Louis Moutin ont inondé de sueur la contrebasse pour le premier et la batterie pour le second. Depuis toujours les spectateurs sont habitués aux débauches d’énergie de ces jumeaux qui comblent de bonheur les amateurs de musique tonique.

Habités par l’esprit du jazz, du swing et du groove, les deux musiciens pratiquent leur art avec générosité, lyrisme et inventivité et sillonnent l’Europe et les États-Unis. On peut affirmer que la paire François et Louis Moutin constitue une rythmique enflammée, ce que l’on fait de mieux en la matière.

Un projet commun les réunit au sein du Moutin Factory Quintet où l’on retrouve à leurs côtés le saxophoniste Christophe Monniot, le guitariste Manu Codjia et Le pianiste Jean-Michel Pilcle pianiste Jean-Michel Pilc. Rien de plus logique donc que les frères Moutin convient le pianiste à les rejoindre sur la scène de la Grande Salle de l’Opéra de Lyon.

Installé à New-York en 1995, Jean-Michel Pilc a alors constitué un trio avec François Moutin (lui aussi new-yorkais) et Ari Hoenig (batterie). Les frères Moutin ont reçu le prix Django Rheinhardt en 2005 et Jean-Michel Pilc le sien en 2010.  Le jeu ludique et très libre du pianiste se caractérise par son originalité et un sens aigu de la dynamique.Le trompettite Randy Brecker

Les frères Moutin ont rencontré séparément le trompettiste Randy Brecker il y a plus de trente ans. Pour François (le contrebassiste), cela se situe à la fin des années 80 lors de son passage au sein de l’ONJ d’Antoine Hervé.

Après le jazz-rock de « Blood, Sweat and Tears » et son passage dans le « Horace Silver Quintet ». puis chez les » Art Blakey’s Jazz Messengers » il fonde le groupe de fusion « Dreams » avec son frère Michael, Barry Rogers, Billy Cobham et John Abercrombie. Il constitue ensuite avec son légendaire saxophoniste de frère, Michael Brecker, le groupe de jazz fusion, « Brecker Brothers » dans les années 70/80. Il tourne ensuite avec Jaco Pastorius. Après la mort de son frère il a tracé son propre sillon avec brio.

On se réjouit d’avance de retrouver François et Louis Moutin, Jean-Michel Pilc et Randy Brecker le 27 janvier 2018 à 20h sur la scène de la Grande Salle de l’Opéra de Lyon pour un concert prometteur. Énergie, virtuosité, émotion et sensibilité seront de la partie à n’en pas douter !

En janvier 2018, c’est à Roberto Negro que l’AmphiJazz de l’Opéra de Lyon propose une résidence. Le public de la salle a déjà eu l’occasion d’écouter le pianiste qui, chaque fois, a déclenché l’enthousiasme. Il est vrai que ce musicien développe une vision très personnelle et diversifiée de son art.

Né à Turin de parents italien, Roberto Negro a grandi au Zaïre, dans le milieu francophone de Kinshasa. Initié au piano dès l’âge de 6 as il est ensuite formé par une ancienne professeure du conservatoire de Milan puis par une une ex-concertiste russe. Jusqu’à 14 ans il évolue entre rumba zaïroise et musique classique puis s’immerge à 16 ans dans le rock en arrivant en Europe. Il découvre le jazz à travers le piano de Michel Petrucciani avant d’entrer au Conservatoire de Chambéry et de poursuivre ensuite rencontres et expériences musicales.

Le pianiste est aujourd’hui membre de Tricollectif, un collectif de jazz dont les dix tricoteurs ne manquent pas d’imagination. Roberto Negro enchaîne les projets avec des musiciens (Émile Parisien, les frères Ceccaldi, Adrien Chennebault…) mais aussi avec des poètes, des dramaturges et des comédiens avec qui il s’engage dans des aventures aux facettes multiples, « le duo Theo Ceccaldi & Roberto Negro », « Les Métanuits », « Garibaldi Plop », « Loving Suite pour Birdy So », « Kimono », « La Scala », « Buffle ! », « Dadada ».

Le 12 janvier 2018 à 20h à l’AmphiJazz, Roberto Negro propose une soirée intitulée « Danse de salon ». Place au duo Theo Ceccaldi & Roberto Negro. Le duo piano/violon navigue entre musique de chambre et free jazz. Création annoncée avec le duo qui rencontre le violoncelliste Vincent Courtois et le batteur Julian Sartorius.

Le 13 janvier 2018 à 20h à l’AmphiJazz, place au nouveau trio de Roberto Negro intitulé « Dadada » avec Roberto Negro au piano, Émile Parisien au saxophone soprano et Michele Rabia à la batterie. Le 20 octobre 2017, le trio a sorti un éblouissant album intitulé « Saison 3 » où les trois musiciens en parfaite osmose proposent une onirique promenade musicale.

Les soirées de la résidence du pianiste Roberto Negro à l’AmphiJazz de l’Opéra de Lyon sont annonciatrices de beaux moments. Le 12 janvier 2018 à 20h dépaysement garanti avec le programme de la soirée « Danse de Salon » qui laisse augurer plus de surprises que de certitudes. Le 13 janvier 2018 à 20h avec « Dadada » place à la musique poétique et subtile de ce trio aux couleurs nocturnes et aux tonalités mystérieuses.

Sclavis-Pifarély-Courtois au Périscope

Sclavis-Pifarély-Courtois au Périscope

Le 09 mai 2018 à 21h le trio Sclavis-Pifarely-Courtois est programmé à Lyon, au Périscope. Un rendez-vous à saisir pour vivre « live » la musique de l’album « Asian Fields Variations » sorti chez ECM en 2017.

ONJ… à l’aube d’une nouvelle mandature

ONJ… à l’aube d’une nouvelle mandature

2018, dernière année du mandat d’Olivier Benoit à la tête de l’ONJ. Outre son ambitieux projet Europa, il a œuvré pour le Label ONJ Records et soutenu les projets de musiciens via l’ONJ Fabric. En attendant le nom de la première/du prochain chef(fe) d’orchestre, on se réjouit de l’actualité chargée de l’ONJ.

Share This