« Hymnes à l’amour » de Christophe Monniot et Didier Ithursarry

Deux poètes lyriques, sensibles et libres

Proposé par le saxophoniste Christophe Monniot et l’accordéoniste Didier Ithursarry, l’album « Hymnes à l’amour » enchante les oreilles et réjouit les âmes. Un recueil de huit hymnes qui fleurent bon l’amour et le bonheur de jouer. Le propos musical réjouit par les propositions inventives de ces deux poètes de la musique libre.

Le 16 novembre 2018 le duo Christophe Monniot et Didier Ithursarry présente l’album « Hymnes à l’amour » (ONJ Records JF009/L’Autre Distribution). La nouvelle réjouissante comble de plaisir toutes celles et ceux qui ont déjà eu l’occasion d’apprécier live le duo complice de ces deux musiciens lyriques et virtuoses.

On se réjouit de pouvoir écouter le duo Christophe Monniot et Didier Ithursarry qui a régalé les spectateurs du concert pique-nique du 24 août 2018 dans le cadre de Jazz Campus en Clunisois. Rien de mieux pour mettre au beau fixe la météo du jazz de l’automne 2018. Une musique qui assure sérieusement sans pour autant se prendre au sérieux.

Un rien de nostalgie, un soupçon de tendresse, une pointe d’humour, un grain de dérision, une pincée de folie, un nuage de poésie sur un fond de virtuosité bien tempérée… telle est la recette réussie des « Hymnes à l’amour » de Christophe Monniot et Didier Ithursarry.

Christophe Monniot et Didier Ithursarry

Christophe Monniot-Didier Ithursarry au Concert Pique-nique de Jazz Campus en Clunisois 2018L’ONJ constitue un point qu’ont en commun les deux musiciens. En effet, Christophe Monniot (saxophones sopranino et alto) est membre de l’ONJ d’Olivier Benoit jusqu’à la fin de l’année 2018 alors que Didier Ithursarry (accordéon) a participé à l’ONJ dirigé par Claude Barthélémy entre 2002 et 2005.

Par ailleurs les deux musiciens ont forgé leur complicité au sein du trio « Station Mir » qu’ils forment depuis plusieurs années avec l’altiste Guillaume Roy. Au sein de leur duo, les deux musiciens pratiquent un art qui relève d’un véritable dialogue ancré sur des fondamentaux partagés.

Tous deux ont en effet enraciné leur pratique dans les musiques populaires des bals musette. Ils sont aussi d’ardents improvisateurs. Brillants techniciens, ils n’en sont pas moins de sensibles créateurs. Forts de ces éléments communs les deux compères développent des échanges porteurs tour à tour d’énergie, de sensibilité, de précision, de poésie ou de folie.

Sur leur album « Hymnes à l’amour », ils offrent des hymnes d’amour dédiés à des personnes qui leur sont chères, à des gens encore vivants pour bon nombre mais aussi à d’autres disparus toujours en vie dans leur cœur.

« Hymnes à l’amour »

Accompagné par le dispositif ONJ Fabric de l’Orchestre National de Jazz, l’opus « Hymnes à l’amour » propose huit titres enregistrés en mai 2017 à l’Atelier du Plateau puis mixés en 2018 par Christophe Monniot et masterisés par Emyl Spanyi.

Couverture de l'album Hymnes à l'amour de Christophe Monniot et Didier IthursarryLe répertoire restitue les influences communes des deux musiciens. Trois reprises. La superbe composition de Duke Ellington, Sophisticated Lady et deux succès des bals musette, Passion, valse de Tony Murena et España Cañi, paso-doble de Pascual Marquina Narro. Quatre compositions originales, trois du saxophoniste et une de l’accordéoniste. Huit hymnes d’amour dédiés aux auteurs des titres repris ou à des personnes chères. Enfin, un hymne protestant, Il est un fleuve.

Impossible d’évoquer « Hymnes à l’amour » sans aborder le visuel élaboré par Shelomo Sadak, celui-là même qui avait dessiné la girafe du « Vivaldi Universel » de Christophe Monniot. Sur un dessin en deux dimensions, le graphiste est parvenu à projeter la force vibrante de l’amour qui (ré)anime un cœur.

Irrigué de poésie et d’amour, l’album « Hymnes à l’amour » pulse l’énergie d’un jazz libre, sensible et chaleureux. Un même souffle créatif et inspiré traverse, caresse ou bouscule les anches des saxophones et les lames de l’accordéon. Les huit plages de l’album vibrent sous les assauts des deux instruments qui chantent et enchantent.

Impressions musicales

Promenade poétique dans des climats contrastés. L’accordéon chaleureux ouvre des fenêtres de liberté au saxophone qui élève son chant lyrique. Les murmures et paroxysmes du saxophone virtuose répondent aux soupirs profonds et à la plainte grave et sensible de l’accordéon.

Ouverture de haute-voltige avec Biguine pour Sushi. Après une introduction puissante de l’accordéon, le sopranino se déhanche au fil d’une mélodie moderne qu’il expose avant de s’envoler dans des sphères tourbillonnantes, vite rejoint par l’accordéon étourdissant de virtuosité.

Le sopranino poète se fait ensuite plus romantique et expose le thème de Soso que le musicien dédie à sa compagne. Accords gorgés de mélancolie de l’accordéon. Alto ébouriffant de liberté créatrice. Délicate tendresse de l’amour. Avec fantaisie et légèreté, le duo revisite plus tard le célèbre España Cañi composé en 1925 par Pascual Marquina Narro. L’attachement à la tradition transparaît mais le rythme du paso-doble joué habituellement sur un tempo plus soutenu, se nimbe ici de langueurs nostalgiques porteuses d’émotions.

Porté par la pureté du sopranino passionné et par le tendre contrechant fusionnel de l’accordéon, Nadir’s se pare d’un climat onirique et mystérieux. C’est à son père que le saxophoniste adresse cette composition inspirée de l’œuvre de Bizet, « Les pêcheurs de perles ». On poursuit la promenade dans un Est plus énergique, Sur la composition de l’accordéoniste, sopranino et accordéon se lancent dans une danse virevoltante aux accents slaves. Très libre, le discours musical porte la frénésie à son paroxysme.

Le duo explore ensuite la célèbre composition de Duke Ellington, Sophisticated Lady. En parfaite osmose, alto et accordéon déconstruisent le thème pour mieux le transcender par une interprétation quasi orchestrale… à deux. On chavire plus loin avec Passion dans les bras de cette valse musette de Tony Murena que les deux complices interprètent avec une déconcertante aisance. On se laisse alors enivrer par la virtuosité sauvage de l’alto et le lyrisme absolu de l’accordéon.

Il est un fleuve termine l’album par un hymne à l’amour infini dont l’alto exalté explore les rives et les flots. Le registre de l’accordéon n’est pas sans évoquer celui d’un orgue.

Enracinée dans la tradition des arts populaires, la précision des musiques contemporaines et la richesse des musiques savantes du XXème siècle, l’expression musicale de Christophe Monniot et Didier Ithursarry enchante. Sur « Hymnes à l’amour », le duo saxophone-accordéon hisse haut le verbe d’une musique libérée et sensible, lyrique et virtuose. L’album enchante par son souffle poétique qui navigue entre murmure et paroxysme.

Pour  savourer live les « Hymnes à l’amour » de Christophe Monniot et Didier Ithursarry, RV pour le concert de sortie de l’album à la Dynamo de Banlieues Bleues dans le cadre de la résidence ONJ à Pantin le 07 décembre 2018 à 20h30.
Pour comble de bonheur, la seconde partie de la soirée est assurée par Louis Sclavis (clarinette) qui présente en quartet son projet « Characters on The Wall » avec Sarah Murcia (contrebasse), Benjamin Moussay (piano) et Christophe Lavergne (batterie).
Clin d’œil à Shijin

Clin d’œil à Shijin

Projet international, « Shijin » réunit le bassiste Laurent David, le saxophoniste Jacques Schwarz-Bart, le batteur Stéphane Galland et le pianiste Malcolm Braff, quatre solistes aux styles et personnalités musicales différentes. Construite sous le signe de la liberté, la musique du quartet concentre une énergie intense que de belles mélodies mettent en cohérence.

Adrien Chicot est de retour avec « City Walk »

Adrien Chicot est de retour avec « City Walk »

Après « All in » et « Playing in the Dark », Adrien Chicot est de retour avec « City Walk ». Fidèle à ses complices, le contrebassiste Sylvain Romano et le batteur Jean- Pierre Arnaud, le pianiste propose un album d’une fougue et d’une élégance rares. La musique moderne, fluide et rythmique évoque avec justesse les atmosphères urbaines.

Clin d’œil à Claudio Miotti et « CLAXXX »

Clin d’œil à Claudio Miotti et « CLAXXX »

Sur l’album « CLAXXX », le trio du guitariste Claudio Miotti présente une musique singulière. La guitare baryton du leader s’unit aux clarinettes lyriques de Matteo Pastorino et au solide groove de la batterie de Jean-Baptiste Pinet. Entre rock rageur et jazz nuageux la musique hésite et privilégie les contrastes.

Share This