Le trio Mezquida-Bodilsen-Andersen sort « Pieris »

Ode à la Beauté

Avec la sortie de l’album « Pieris », le label Stunt Records dévoile un nouveau trio jazz piano-contrebasse-batterie, le trio Mezquida-Bodilsen-Andersen. Les trois musiciens réalisent un album à écouter sans modération. Une pépite musicale peaufinée, passionnée et passionnante.

Couverture de l'album Pieris du trio Mezquida-Bodilsen-AndersenC’est un superbe pont musical que « Pieris » tend entre  le Danemark et l’Espagne. Le label Stunt Records réunit le pianiste catalan Marco Mezquida et deux musiciens danois, le contrebassiste Jesper Bodilsen et le batteur Martin Maretti Andersen.

Faut-il  parler du « Trio Mezquida-Bodilsen-Andersen » ou le nommer « Trio Peiris » ? De fait, peu importe le nom du groupe, c’est la musique qui prévaut, or l’écoute des neuf plages procure un bonheur sans pareil et c’est bien là l’essentiel.

« Pieris » célèbre une ode à la Beauté. Le lyrisme délicat et chaleureux du pianiste catalan s’accorde à merveille avec le son ample et rond du contrebassiste Jesper Bodilsen et avec le jeu attentif du batteur Martin Maretti Andersen qui ne manque pas de nuances.

Le trio

Le contrebassiste Jesper Bodilsen a déjà enregistré deux albums fort réussis chez Stunt, « Miritorni In Mente » (2003) et « Gleda » (2005), tous deux enregistrés avec le pianiste italien Stefano Bollani et le batteur Morten Lund avec lesquels la collaboration s’est poursuivie chez ECM sur l’album « Stone in the Water » (2009) et « Joy in Spite of Everything » (2014) où le trio est rejoint par le saxophoniste Mark Turner et le guitariste Bill Frisell.

Trio Mezquida-Bodilsen-AndersenOn peut dire que le contrebassiste sait choisir ses compagnons de studio car pour cette nouvelle production chez Stunt Records, il se rapproche en effet de deux autres talentueux musiciens.

Pour « Pieiris », Jesper Bodilsen se tourne vers une des nouvelles stars du piano européen, le jeune Marco Mezquida qui apporte une contribution essentielle à l’album par la fraîcheur et la légèreté de son toucher, par une dextérité maîtrisée qui suggère plus qu’elle n’explicite. C’est vers Martin Maretti Andersen que s’est tourné le contrebassiste. Son compatriote et collaborateur de longue date, est reconnu au Danemark pour son travail au sein du Pierre Doreg’s New Jungle Orchestra. Son jeu souple et élégant sait créer des tensions et s’accorde tout à fait aux climats de l’album.

Le trio quasi symbiotique offre une musique habitée à la fois par la tendresse et la passion. Intense mais délicat, le propos ciselé de « Pieiris » emprunte les voies d’une esthétique empreinte de délicatesse et de poésie.

Impressions musicales

Le trio ouvre l’album avec Hidden Beauty, pris sur un léger tempo de rumba. Cette ballade sonne comme un chant d’amour que le pianiste développe avec délicatesse, servi par une rythmique élégante. Son toucher évoque la pudeur derrière laquelle se tapit cette beauté cachée qu’évoque le thème composé par le contrebassiste.

On est touché par la version très personnelle que le trio donne de Nostalgias, ce morceau composé en 1936 par Juan Carlos Cobián avec des paroles d’Enrique Cadícamo. Après une courte introduction de la contrebasse, le piano lyrique de Marco Mezquida tisse une mélodie mélancolique entrecoupée de syncopes et de césures. Sobre et nostalgique le morceau accroche l’écoute.

De Florencia, composée par le pianiste, se dégage une mélodie dont le climat d’abord rêveur devient un tourbillon que porte une section rythmique tempétueuse. Pour finir le thème s’apaise.

Avec Joy, le trio change de ton. Le morceau du pianiste sonne comme une chanson au style néo folk-pop qui se donne des allures un peu solennelles.

Sur « Pieiris », la superbe chanson Piensa en mí composé en 1935 par Agustín Lara et sa sœur Maria Teresa Lara résonne d’une grande sensualité. Elle dépasse en émotion et en subtilité la magnifique version chantée par Luz Casal et choisie par Pedro Almodovar pour figurer dans la BO de son film « Talons Aiguilles ». Sur un tempo medium sautillant joué aux balais et après un court solo lumineux de la contrebasse, le piano incite à la danse.

La dextérité incroyable de Marco Mezquida alliée au soutien subtil et opérant de Martin Andersen fait groover A Special One, composée par Jesper Bodilsen.

Sur Min sommerfugl /La mia Farfalla conçue par le contrebassiste, on entreprend un voyage dans le monde imaginaire du trio. Après les arabesques ravelliennes du piano qui évoquent le vol du papillon, la poésie de la mélodie prend le dessus et on plane comme en apesanteur dans un monde de notes qui flottent dans une brume vaporeuse.

On se réjouit à l’écoute de Peace la ballade d’Horace Silver prise sur un tempo médium, avec un léger clin d’oeil à Errol Garner. Le morceau s’en trouve revitalisé et cette plage sonne comme bel hommage au grand pianiste et compositeur de jazz. L’album se termine avec le serein Coral de la Flora d’Estiu composé par le pianiste catalan. Une offrande fleurie, subtile et poétique.

En ce début d’automne 2018, un trio jazz piano-contrebasse-batterie est né. Avec « Pieris », nouvel opus du label Stunt Records, le trio Mezquida-Bodilsen-Andersen propose une musique dont l’esthétique peaufinée parcourt toutes les nuances de la félicité. Des confidences douces et tendres, ardentes et enthousiastes, empreintes d’une nostalgie qui ne s’éternise pas mais intègre un espoir palpable et lumineux.

Clin d’œil à Shijin

Clin d’œil à Shijin

Projet international, « Shijin » réunit le bassiste Laurent David, le saxophoniste Jacques Schwarz-Bart, le batteur Stéphane Galland et le pianiste Malcolm Braff, quatre solistes aux styles et personnalités musicales différentes. Construite sous le signe de la liberté, la musique du quartet concentre une énergie intense que de belles mélodies mettent en cohérence.

Adrien Chicot est de retour avec « City Walk »

Adrien Chicot est de retour avec « City Walk »

Après « All in » et « Playing in the Dark », Adrien Chicot est de retour avec « City Walk ». Fidèle à ses complices, le contrebassiste Sylvain Romano et le batteur Jean- Pierre Arnaud, le pianiste propose un album d’une fougue et d’une élégance rares. La musique moderne, fluide et rythmique évoque avec justesse les atmosphères urbaines.

Clin d’œil à Claudio Miotti et « CLAXXX »

Clin d’œil à Claudio Miotti et « CLAXXX »

Sur l’album « CLAXXX », le trio du guitariste Claudio Miotti présente une musique singulière. La guitare baryton du leader s’unit aux clarinettes lyriques de Matteo Pastorino et au solide groove de la batterie de Jean-Baptiste Pinet. Entre rock rageur et jazz nuageux la musique hésite et privilégie les contrastes.

Share This