Kenny Barron présente « Concentric Circles »

Une élégante fraîcheur

Le 04 mai 2018 Kenny Barron présente chez Blue Note son tout dernier projet, « Concentric Circles ». L’album confirme, s’il est encore besoin de la préciser, le talent de ce pianiste élu sept fois « meilleur pianiste de l’année » par les JJA. Un album à l’image de la prestigieuse carrière de l’artiste.

Couverturede l'album "Concentric Circles" du pianiste Kenny BarronEn 2018, le pianiste, compositeur et chef d’orchestre Kenny Barron va célébrer son 75e anniversaire et le 50e anniversaire d’une carrière remarquable. A cette occasion il présente le 04 mai 2018 son nouvel album « Concentric Circles »(Blue Note/Universal).

Natif de Philadelphie, Kenny Barron a mené une brillante carrière au cours de laquelle il a collaboré avec la plupart des géants du jazz parmi lesquels on peut citer Dizzy Gillespie, James Moody, Milt Jackson, Stan Getz, Chet Baker, Lee Morgan, Freddie Hubbard, Joe Henderson et Yusef Lateef  et aussi plus récemment Wallace Roney, John Stubblefield, Cecil McBee et Victor Lewis.

Au fil des années, le pianiste continue à enregistrer et à tourner avec des groupes musicaux aux configurations variées (duo, trio, quartet). Sur les deux précédents albums de Kenny Barron sortis chez Impulse « The Art of Conversation » (2014) et « Book of Intuition » (2016), le pianiste a mis en évidence la dimension intime de son art, en duo avec le contrebassiste Dave Holland et en trio avec Johnathan Blake et Kiyoshi Kitagawa.

Sur « Concentric Circles », Kenny Barron est cette fois à la tête d’un nouvel orchestre, un quintet. Ses fidèles musiciens, le bassiste Kiyoshi Kitagawa et le batteur Johnathan Blake sont rejoints par deux nouvelles recrues, Mike Rodriquez (trompette et bugle) et Dayna Stephens (saxophone).

« Concentric Circles permet au pianiste d’élargir encore sa palette sonore sur les onze plages enregistrées en quintet parmi lesquelles figurent huit compositions originales et trois reprises de titres redevables à Caetano Veloso, Thelonious Monk et Lenny White.

« Concentric Circles »

L’album s’ouvre avec DPW une composition au tempo hard bop où, à 75 ans, Kenny Barron confirme qu’il est le dépositaire d’une tradition du piano moderne. Sur ce morceau composé en 2013 il imprime une ambiance où le jeu du saxophoniste et du trompettiste rappelle les atmosphères du « VSOP » d’Herbie Hancock avec en prime, un solo turbulent du batteur et une improvisation lyrique du leader au jeu toujours maîtrisé.

Kenny Barron Quintet

L’écriture de la douce valse Concentric Circles confirme le talent de mélodiste de Kenny Barron. Le propos du pianiste demeure souple et élégant sur le clavier alors que le saxophone ténor déploie un jeu fluide face au bugle véloce et à la contrebasse chantante.

Avec ses rythmes en 6/8, la batterie bouscule Blue Waters, une nouvelle composition du pianiste. Elle s’inscrit tout à fait dans l’esprit du label Blue Note. Le quintet groove tour à tour sur les courtes improvisations de la trompette,du saxophone ténor et du piano inspiré. Comme un clin d’œil aux « Jazz Messengers » d’Art Blakey

A Short Journey assombrit le climat lumineux du début de l’album. Cette ballade écrite par le pianiste se distingue par un climat onirique à l’esthétique tamisée créé par la trompette et le saxophone soprano, le toucher méditatif du piano et les cymbales en suspension. On se prend à penser à l’album « In a Silent Way » de Miles Davis.

Sur Aquele Frevo Axe, composition de Caetano Veloso, Kenny Barron renouvelle son affection vis à vis de la bossa nova. La lumière revient sur l’album avec cette interprétation raffinée et fidèle à l’esprit de la musique brésilienne. Les arrangements lumineux et chaloupés des soufflants subliment le morceau dont se dégage une impression de tranquillité envoutante.

L’amour de Kenny Barron pour les rythmes latins se manifeste de nouveau sur Baile où, sur un tempo médium trompette eLe pianiste Kenny Barront saxophone ténor s’en donnent à cœur joie et échangent avec le piano ludique. La nouvelle pièce de Kenny Barron, Von Hangman vibre de couleurs contrastées. Sur un tempo rapide, la section rythmique pousse les bouillonnants saxophone et trompette dans leurs retranchements.

L’émotion surgit à l’écoute du morceau In The Dark composé à l’origine pour la partition d’un film. Le jeu en apesanteur du piano et sa sonorité cristalline tranchent avec le solo lunaire du saxophone ténor et l’improvisation nocturne de la trompette et sa sourdine. La souplesse de la section rythmique contribue pour beaucoup à l’atmosphère planante et contemplative du titre.

Le tempo énergique de L’s Bop permet aux solistes de libérer un swing torride. Les deux cuivres et le piano exultent sur ce chatoyant morceau de hard bop. Le batteur délivre un solo riche en figures rythmiques énergiques que soutient le piano avec fougue. A partir d une ligne de basse funky jouée main sur le piano I’m Just Sayin’ entretient une forte tension que soutient la contrebasse et les syncopes de la batterie,l es improvisateurs se lâchent et groovent à fond.

Encore une fois, Kenny Barron rend hommage à l’iconique Thelonious Monk qui a toujours inspiré et influencé son jeu. Il termine l’album avec une reprise de Reflections, qu’il a pourtant enregistré de nombreuses fois à commencer avec son groupe « Sphere » en 1982 sur « Four in One ». Unn interprétation somptueuse où il renouvelle son inspiration et surprend encore.

Avec « Concentric Circles » Kenny Barron propose un nouveau bijou musical inspiré. Même s’il n’a plus rien à prouver le pianiste manifeste encore une grande spontanéité et produit en quintet une musique parfaitement maîtrisée à l’image de sa carrière.

« Lean on Me », le nouvel album de Jose James

« Lean on Me », le nouvel album de Jose James

Le 28 septembre 2018, le chanteur Jose James sort « Lean on Me » chez Blue Note. Un album-hommage à un de ses héros, Bill Withers, Il reprend douze titres du grand soulman des années 70. Un opus fidèle à l’esprit des chansons de celui qu’il honore

Jacques Schwartz-Bart revient avec « Hazzan »

Jacques Schwartz-Bart revient avec « Hazzan »

Avec « Hazzan », le saxophoniste et compositeur Jacques Schwarz-Bart plonge dans la musique liturgique juive entouré d’un quartet impétueux. Les mélodies venues de la tradition croisent les rythmiques héritées de la diaspora africaine. Sur cet album lyrique et riche en couleurs, le saxophone élève une prière vigoureuse.

Samuel Blaser célèbre le blues sur « Early in the Mornin' »

Samuel Blaser célèbre le blues sur « Early in the Mornin' »

Avec son nouvel album « Early in the Mornin' » Samuel Blaser célèbre l’universalité du blues. Éléments fondamentaux du blues et du jazz, la mélodie et le rythme irriguent le disque. Un opus inspiré qui vibre d’une mélancolie habitée par une force vitale peu commune.

Share This