José James sort « Love In A Time Of Madness » chez Blue Note

José James habille sa voix de R&B

Avec « Love In A Time Of Madness », son quatrième album chez Blue Note, le chanteur José James clame son éclectisme. Dans ce nouvel opus consacré à l’amour, le songwriter new-yorkais opère une mue tout à fait réussie en chanteur R&B.

Après avoir sorti en 2015 un album de jazz en hommage à Billie Holiday, « Yesterday I Had The Blues », José James prend une certaine distance avec le jazz. Le 24 février il sort « Love In A Time Of Madness », son septième album, le quatrième sur le prestigieux label Blue Note. Si le chanteur ne s’est jamais laissé emprisonner par les barrières stylistiques, il penche aujourd’hui vers le R&B, un R&B teinté d’électro.

Avec son titre, « Love In A Time Of Madness », l’album annonce la tonalité…« L’amour dans une époque de folie ». Douze plages où s’entremêlent soul, pop, électro, gospel, jazz, funk et au final… le R&B triomphe. Certes la voix du chanteur se pare des atours de la séduction mais si José James joue la corde du charme, il sait changer de registre. Un album réussi que l’on écoute sans se lasser avec beaucoup de plaisir.

Dans un contexte électro teinté de rose, José James ouvre l’album avec un titre à l’allure pseudo romantique, Always There. Les paroles évoquent une relation solide « …I can count on you over and ever, forever and ever. » dont on se doute qu’elle ne va pas durer.

Effectivement, dès le second titre, le ton change et le romantisme passe au second plan. En effet, avec What Good Is Love, le ton change, l’inquiétude pointe, des percussions glaciales rendent l’ambiance un peu menaçante. Le chanteur évoque les mensonges, les affres de la séparation. Sur le troisième titre Let It Fall José James évoque la condition du célibataire. Pour ce titre plutôt soigné il fait intervenir le chanteur Mali Music sur fond de guitare acoustique et de percussions.

Avec Live Your Fantasy et Ladies Man c’est un R&B teinté d’électro-funk qui pointe son nez. A l’écoute de ces deux titres on est transporté dans les faubourgs de Minneapolis et plane l’ombre de Prince. Les synthés débrident leur rythme, les mélodies deviennent obsédantes et l’on se prend à les fredonner avec les voix de l’album. Ne serait-ce pas plutôt de la pop ? Peu importe, on succombe au rythme. Le mouvement s’impose au corps et il prend l’envie de bouger, de danser. On peut parier que ces deux titres vont faire fureur sur les dance floors.

You know I Know et Closer affichent sans ambiguïté une couleur carrément électro qui n’est pas sans évoquer les ambiances de ses premiers disques sortis par Gilles Peterson, le célèbre DJ de la BBC. Véritable caméléon de rêve, José James termine l’album avec I’m Yours un brin gospellisant. Un titre teinté d’espoir où résonne la voix de la légendaire Oleta Adams. L’amour triomphe de tous les aléas et la boucle est bouclée.

Sur l’album « Love In A Time Of Madness », José James s’éloigne très clairement du jazz même si les fondamentaux du style ressurgissent de temps à autre comme par exemple dans To be With You où le chanteur apaisé adopte sa voix chaude de crooner pour clamer son amour à la femme qu’il aime. Une véritable ode à l’amour. Un clip réalisé par Tyler Dunning Evans présente To be With You sur une chorégraphie imaginée par Hope Boykin, de la célèbre compagnie de danse new-yorkaise Alvin Ailey.

Serpent, corbeau et pétales de roses … tentation ou maléfice, ensorcellement ou séduction, à chacun sa vision de l’amour. En tout cas avec les douze titres de « Love In A Time Of Madness », José James laisse à chacun le choix de préférer son ambiance. En cela l’album fait très fort car avec son mélange des genres, l’album et le chanteur vont rallier sans aucun doute les suffrages de publics très variés.

 

En tournée en France, José James présente le répertoire de l’album « Love In A Time Of Madness » dans plusieurs villes de l’hexagone. Il est annoncé à Lyon, le 22 avril à 20h30 au Transbordeur et le 24 avril à 20h30 au New-Morning à Paris.
Dhafer Youssef présente « Street Of Minarets »

Dhafer Youssef présente « Street Of Minarets »

En 2023, le maître du oud, vocaliste et compositeur, Dhafer Youssef revient avec l’album « Street Of Minarets ». Pour ce voyage musical entre orient et occident, il invite de prestigieux invités. Sans rien perdre de son identité, il élargit le périmètre de son art et son instrument se confronte avec brio à différentes facettes du jazz. Un audacieux projet qui ne manque ni d’énergie ni d’inspiration.

lire plus
« L’Océan Sonore » de Catali Antonini

« L’Océan Sonore » de Catali Antonini

Pour son septième album en tant que leader, Catali Antonini invite à plonger avec elle dans « L’Océan Sonore ». A la tête d’un quartet qui réunit à ses côtés le pianiste Stéphane Pelegri, le bassiste Greg Théveniau et le batteur Hervé Humbert, la chanteuse s’exprime tour à tour en français, italien ou anglais. Rêverie aquatique en eaux tour à tour sensibles et énergiques.

lire plus
Un label est né… « Paradis Improvisé »

Un label est né… « Paradis Improvisé »

Entre avril 2021 et octobre 2022, quatorze pianistes ont enregistré en solo quatorze albums inédits sur le Steinway d’Hélène Dumez, dans l’intimité d’un appartement de Marseille, rue Paradis. Ainsi, un nouveau label est né… « Paradis Improvisé ». La parution des albums est prévue par paire, tous les deux mois, d’octobre 2022 à novembre 2023. En 2022, sont sortis en octobre ceux Pierre de Bethmann et Leonardo Montana et en décembre ceux de Baptiste Trotignon et Laurent Coulondre.

lire plus
Share This