John Scofield sort « Combo 66 »

John Scofield sort « Combo 66 »

Groove, swing et bonne humeur

Toujours dynamique, John Scofield revient avec une nouvelle proposition musicale pour ses 66 ans qu’il fête ainsi de belle manière. Pour l’occasion il sort « Combo 66 » avec neuf nouveaux morceaux. Entouré d’un quartet de choc, le guitariste demeure une voix majeure du jazz. Il renouvelle son propos qui sonne plus swing et plus joyeux que jamais.

La sortie d’un nouvel album de John Scofield, en l’occurrence « Combo 66 » (Verve/Universal) annoncé pour le 28 septembre 2018, est un évènement réjouissant qui vaut d’être salué.

En effet, le dynamisme de John Scofield est à la hauteur de son talent. Capable de jouer dans les contextes les plus variés (fusion, funk, blues, bebop, country, drum-n-bass, avant-garde ou même pop), il conserve sur son instrument cette voix unique qui le rend reconnaissable entre tous et fait de lui un instrumentiste unique.

Une riche production discographique

Après quarante ans d’enregistrements et une discographie pléthorique, la production récente du guitariste John Scofield ne faiblit ni en quantité ni en et qualité. De 2010 à 2015 rien moins que huit albums.

Après « Past present » (Impulse/Universal) sorti en 2015 avec Bill Stewart (batterie), Joe Lovano (saxophone) et Larry Grenadier (contrebasse), John Scofield a réuni Steve Swallow (basse), Larry Goldings (piano) et Bill Stewart sur le superbe « Country For Old Men » (Impulse!/Universal) sorti en 2016. L’album a été d’ailleurs été récompensé par le Grammy du meilleur album de jazz instrumental et du meilleur solo de jazz improvisé pour le solo sur I’m so lonesome I Could cry.

En 2017 il continue et forme un nouveau quartet, le quartet Hudson, avec Jack DeJohnette (batterie), Larry Grenadier (contrebasse) et John Medeski (clavier) et il sort un album éponyme suivi d’une tournée internationale.

En 2018, John Scofield renouvelle encore son inspiration pour son nouvel opus « Combo 66 ».

« Combo 66 »

Le guitariste toujours très inspiré compose neuf morceaux pour son nouvel album qu’il a décidé de nommer « Combo 66 » en référence à son âge et aussi à ce nombre « 66 » qu’il associe à des musiques superbes comme le morceau « Route 66 » ou l’album « Brasil 66 ».

Nouveau projet… nouveau combo acoustique. John Scofied forme donc un nouveau quartet auquel participe le toujours fidèle Bill Stewart à ses côtés depuis 1972. Pour la première fois le leader intègre un clavier dans son quartet acoustique, celui de Gerald Clayton auquel se joint le contrebassiste Vicente Archer que l’on a coutume d’écouter au sein du trio de Robert Glasper.

Impressions musicales

L’album ouvre avec le souriant I Can’t Dance. Si le leader avoue son incapacité à danser, il possède par contre un sens incroyable du swing qui habite totalement ce thème. La guitare joyeuse et entraînante est accompagnée par les sons feutrés de l’orgue. Après l’improvisation échevelée de la guitare sur une ligne continue de walkin’basse, l’orgue enchaîne un solo ludique aux sonorités peu communes.

Sur une boucle répétitive et ronflante du duo basse/batterie, la guitare expose le serein Combo Theme puis part dans un solo plein de swing et de drôlerie suivi par une improvisation lumineuse du piano acoustique.Couverture de l'album Combo 66 de John Scofield On vibre au tempo accéléré du morceau Icons at the Fair où la guitare se fait incisive avec quelques effets de saturation. Le piano et la section rythmique poussent le leader et le morceau prend feu.

On a un faible pour Willa Jean et son ambiance country où le piano lyrique incite à la danse alors que la batterie découpe le tempo qu’elle rend presque bancal. Le titre fait référence à la petite fille de John Scofield.

Uncle Southern restitue les ambiances du sud des États-Unis dont la mère du guitariste est originaire. Sur un rythme medium que la contrebasse tellurique tient solidement,la guitare chante une complainte. Le climat gospel s’accentue par l’intervention du clavier qui évoque la sonorité d’un orgue.

Avec Dang Swing le bal est ouvert. On sautille littéralement sur le tempo rapide du morceau. Les stop chorus dynamisent le solo de guitare qui hésite entre country et blues. Le piano et la contrebasse y vont chacun de leur improvisation et accentuent le côté swing du morceau. Un vrai régal !John Scofield

L’orgue ouvre New Waltzo dont les climats changent de couleur au fur et à mesure que la valse tourne. L’orgue aux sonorités chaleureuses dialogue avec la guitare lyrique et souriante qui balance entre rock et jazz. Batterie et contrebasse poussent le clavier qui délivre un solo fiévreux aux sonorités grinçantes.

Apaisé, on aspire au sommeil à l’écoute de la superbe ballade I’m sleepin’ In. Calme et sensible la guitare caresse la mélodie et son chant suave évoque celui d’une voix qui fredonne une berceuse. On savoure ces cinq minutes de rêverie éveillée.

L’album se termine avec le splendide et mélodique King of Belgium au swing irrésistible composé par John Scofield en hommage au grand harmoniciste belge Toot Thielemans. Émaillé de citations de grands standards, il honore la grande culture jazz qui était celle de Toots toujours si prompt à citer les grands maîtres du style.

Avec « Combo 66 » le guitariste John Scofield grave un nouvel opus où il fait une fois de plus la synthèse entre les styles musicaux qu’il affectionne. Sa musique toujours inventive se targue de toujours soigner la mélodie sans omettre d’offrir des improvisations époustouflantes. Jamais savante, toujours avenante, sa musique comble par une modernité ancrée dans une histoire musicale qui inclut autant le jazz que les autres styles que le guitariste affectionne, du rock au blues en passant par la country. Une musique à mettre entre toutes les oreilles. Il reste à espérer que les programmateurs de l’hexogone invitent le nouveau projet de John Scofield !

« Quartier Latin, Jazz Club du Rhône »

« Quartier Latin, Jazz Club du Rhône »

Bonne nouvelle pour la région Auvergne-Rhône-Alpes que l’ouverture à Saint-Romain-en-Gal d’un nouveau club de jazz … le « »Quartier Latin, Jazz Club du Rhône », inauguré le lundi 04 février 2024 lors d’un hommage à Mario Stanchev. Porté par l’association « Jazz Club du Rhône » présidée par Jean-Paul Boutellier – Fondateur du Festival Jazz à Vienne, le projet est soutenu par le département du Rhône.

lire plus
Pierre de Bethmann quartet présente « Credo »

Pierre de Bethmann quartet présente « Credo »

En 2024, Pierre de Bethmann revient avec « Credo ». En quartet, le pianiste présente la musique à laquelle il croit. Avec un répertoire constitué exclusivement de nouvelles compositions, la musique groove de bout en bout, elle respire et restitue l’énergie du groupe. Un jazz intemporel inscrit dans le passé et ouvert sur l’avenir.

lire plus
« Vestido de amor » de Chico César

« Vestido de amor » de Chico César

Figure majeure de la scène musicale brésilienne actuelle, Chico César revient avec « Vestido de amor ». Chanteur, producteur et homme de scène, il célèbre l’amour, le métissage et tous les rythmes du monde, forro, reggae, calypso, rock. Sa musique en fusion délivre un message de paix, de fraternité, d’amour, d’espoir et aussi de lutte.

lire plus
Share This