Emile Parisien en résidence à l’AmphiJazz de Lyon

Emile Parisien en résidence à l’AmphiJazz de Lyon

Un jazz libre et créatif irrigué d’énergie et de sensibilité

Du 09 au 11 février 2017, l’AmphiJazz de l’Opéra de Lyon accueille le saxophoniste Émile Parisien en résidence. Duo, trio, quartet et quintet. Le jeune saxophoniste propose un éventail de concerts qui présentent l’étendue prodigieuse de son art.

A 35 ans, Émile Parisien est aujourd’hui considéré comme un représentant de ce que l’on nomme communément le Jazz Européen. Rien d’étonnant à cela car dès ses 11 ans, ce natif du Lot a biberonné le jazz à Marciac, terre française où le jazz est sacré.

Au Collège Jazz de Marciac le saxophoniste a appris l’art du jazz auprès de maitres émérites (Pierre Boussaguet, Guy Lafitte) puis a rencontré quelques-unes des plus grandes figures de cet art, Wynton Marsalis (parrain de « Jazz in Marciac »), mais aussi Christian McBride, Johnny Griffin ou Bobby Hutcherson. Doté ainsi d’une large approche musicale, Émile Parisien gagne la capitale en 2000 et poursuit sa trajectoire qui le conduit à jouer avec Daniel Humair, Michel Portal, Jacky Terrasson, Claude Tchamitchian, Jean-Paul Celea, Yaron Herman, Manu Codjia, Christophe Wallemme…

Si aujourd’hui Émile Parisien peut offrir une telle variété de réjouissances au cours de sa résidence à l’AmphiJazz de l’Opéra de Lyon, c’est bien parce que le saxophoniste compte parmi les musiciens les plus expérimentés et les plus prisés de la scène française. En effet, depuis 2007 il a  accumulé les récompenses.

Son talent de musicien créateur et innovateur est authentifié dans les sphères professionnelles au regard des récompenses attribuées par les organismes nationaux officiels, SACEM et SPEDIDAM mais aussi par Culture France et l’AFIJMA (Association des Festivals Innovants en Jazz et Musiques Actuelles). Par ailleurs, d’autres prix témoignent de sa reconnaissance auprès d’un large public car Émile Parisien a aussi reçu le prix Django Rheinhardt en 2012 et le titre d’Artiste de l’année aux Victoires du Jazz 2014.

S’il participe à de nombreux enregistrements comme sideman auprès de Daniel Humair, Jean-Paul Celea, Gueorgui Kornazov, Yaron Herman, Hugo Carvalhais, Stephane Kerecki, Vincent Peirani et Anne Paceo, Émile Parisien compte aujourd’hui six albums à son actif. Le dernier en date, « Sfumato », est sorti le 07 octobre chez ACT. Du jazz libre et créatif entre écriture et improvisation.

Ainsi, enrichi de ces riches expériences, Émile Parisien met à profit sa résidence à l’Amphijazz de l’Opéra de Lyon pour présenter des concerts représentatifs de son art. Celui d’un musicien inventif ancré dans ce courant du jazz européen où l’improvisation a la part belle mais où la dimension sensible de la musique est essentielle. Entre furie et élégance, son expression fait coexister énergie et liberté.

Ainsi, le jeudi 9 février à 20h30, Émile Parisien produit le Quintet Sfumato avec Joachim Kühn en écho à son dernier album « Sfumato ». Joachim Kühn au piano, Manu Codjia à la guitare, Simon Tailleu à la contrebasse et Mario Costa à la batterie. Belle occasion pour savourer le lyrisme de ce célèbre pianiste qui a grandement contribué à l’identité du jazz européen.

Le vendredi 10 février à 20h30, le saxophoniste propose son projet « Yes Ornette ! » (enregistré en 2012 chez Out Note Records) avec le contrebassiste Jean-Paul Céléa et le batteur Wolfgang Reisinger. Ces quelques extraits engagent à ne pas rater non plus la soirée du vendredi qui promet d’être essentielle car elle permet d’écouter deux grands musiciens qui ont eux-aussi marqué de leur empreinte le courant du jazz européen.

Le samedi 11 février à 20h30, Émile Parisien présente son quartet actuel qui réunit autour de lui Julien Touery (piano), Ivan Gélugne (contrebasse) et Julien Loutellier (batterie). On gage que ces jeunes musiciens raviront le public.

On est tenté de dire aux spectateurs qui n’ont jamais vu ni écouté Émile Parisien sur scène, que le saxophoniste vit autant la musique avec son corps qu’avec son âme. Son agitation et ses grimaces scéniques peuvent surprendre voire déranger mais il suffit de se concentrer sur le cœur de la musique pour en saisir l’essence.

Doté d’un swing indubitable, le discours musical jaillit comme une lave fluide de son saxophone volcanique. Non dénué de sensibilité, le saxophoniste Émile Parisien surprend autant qu’il enchante.

Enfin il convient de ne pas rater une des deux séances proposées à 12h30 le mercredi 08 et le vendredi 10 février. Émile Parisien invite son compère pianiste Roberto Negro apprécié pour sa créativité. Un duo de choc pour des variations musicales poétiques. A découvrir avec curiosité.

Echo#1-Jazz à Vienne 2022

Echo#1-Jazz à Vienne 2022

Double plateau alléchant et conditions atmosphériques estivales pour la soirée du 02 juillet 2022 du festival Jazz à Vienne. Le oudiste Dhafer Youssef venu en quartet puis Marcel Khalifé & Bachar Mar Khalifé en septet ont comblé le public du Théâtre Antique. Les vibrations musicales orientales ont déclenché l’ovation d’une foule enthousiaste.

lire plus
FUSSYDUCK sort son premier album

FUSSYDUCK sort son premier album

Le tout premier album de FUSSYDUCK est sorti sur le Label Double Moon Records. Belle découverte que le projet de ce groupe transnational. L’opus « Maybe that’s all we get » propose une musique singulière aux contrastes mélodiques et harmoniques colorés et aux paysages sonores délicats et chaleureux. Groove et fraîcheur sont alliés pour le meilleur.

lire plus
Enrico Pieranunzi 5tet-The Extra Something, Live at the Village Vanguard

Enrico Pieranunzi 5tet-The Extra Something, Live at the Village Vanguard

Quand en 2016, dans un des clubs les plus prestigieux de la sphère du jazz, le Village Vanguard à New York, le pianiste italien Enrico Pieranunzi enregistre en quintet un répertoire de compositions originales hard bop… advient un album éblouissant, « The Extra Something, Live at the Village Vanguard » sorti le 22 avril 2022 chez CAM JAZZ. Énergie et sensibilité se conjuguent avec virtuosité et maîtrise instrumentale.

lire plus
Share This