Das Kapital revient avec « Vive la France! »

Das Kapital revient avec « Vive la France! »

Avant-gardiste, nostalgique et réjouissant

Das Kapital est de retour le 25 janvier 2019 avec son nouvel album « Vive la France! ». Le trio européen revisite des musiques labellisées « France » mais pas question de caresser les partitions dans le sens du poil. L’opus réjouissant décoiffe les portées. Avant-garde-musicale rime avec invention nostalgique.

Couverture de l'album "Vive la France!" du trio Das KapitalAprès une résidence de création à l’AJMI Jazz Club d’Avignon, le trio Das Kapital a enregistré son nouveau répertoire dédié à la musique française en juin 2018 au Studio Gil Evans d’Amiens. L’album « Vive la France » (Label Bleu/L’Autre Distribution) est annoncé pour le 25 janvier 2019. Bravo à ce label emblématique et ancré dans l’histoire du jazz français qui estampille cet album rafraîchissant et réjouissant.

En ces périodes agitées où la France se questionne profondément, on se félicite qu’un trio jazz élève une nouvelle barricade pour lutter contre les musiques formatées. Das Kapital prend la parole pour rendre hommage de manière créative et non partisane à une partie de la richesse musicale française. On s’attendait à un format singulier. Au final c’est le cas et on applaudit très fort.

Das Kapital, un trio européen

le trio Das Kapital-Vive la France©Denis Rouvre

Das Kapital-« Vive la France »©Denis Rouvre

Fondé il y a plus de quinze ans, Das Kapital réunit le batteur et percussionniste français Edward Perraud, le guitariste danois Hasse Poulsen et le saxophoniste allemand Daniel Erdmann. Groupe incontournable des scènes de jazz en Europe, le trio Das Kapital a aussi conquis ses galons sur de nombreuses scènes des pays Baltes, de Russie, et d’Amérique centrale. Il est devenu une référence dans le monde de la musique improvisée.

Après « Ballads & Barricades », « Conflicts & Conclusions », « Das Kapital Loves Christmas » et « Kind of Red » le trio européen revient avec « Vive la France! » sur lequel le groupe continue sa lutte pour une musique libre et impertinente.

Das Kapital hisse haut le drapeau de la musique improvisée et la colore en bleu-blanc-rouge… mais qu’on se rassure, rien de ringard ni de conventionnel, ce serait mal connaître la philosophie du groupe !

« Vive la France », hors des portées balisées

Sur « Vive la France! » les trois artistes ouvrent de nouvelles fenêtres et aèrent les musiques qu’ils propulsent hors des portées balisées. Certes, la démarche du trio peut paraître impertinente mais elle est surtout imprégnée de la liberté qui devient source de créativité

Les artistes du trio Das Kapital détournent six grands succès de la chanson française de Barbara, Georges Brassens, Jacques Brel et Charles Trénet et magnifient deux hits incontournables de Claude François et Patrick Hernandez. Pop et disco prennent belle tournure.

Guitare, saxophone (ténor ou soprano) et batterie suffisent pour dimensionner autrement six partitions archi-connues des grands compositeurs baroques et classiques que sont Antoine de Bertrand, Jean-Baptiste Lully, Joseph-Nicolas Pancrace-Royer, Eric Satie, Maurice Ravel et Georges Bizet.

Das Kapital-Vive la France©Denis Rouvre

Das Kapital-« Vive la France »©Denis Rouvre

Pour que le plaisir soit complet il fallait que la pochette résonne au diapason de la musique. Là encore c’est gagné. En effet, le photomontage de Christian Kirk Jensen sur la pochette et la photo du trio de Denis Rouvre à l’intérieur de l’album vibrent à l’unisson de la musique. Un peu comme si Das Kapital proposaient à de Gaulle, Louis XIV et Napoléon de se saisir de leurs instruments de musique pour saluer un drapeau français planté sur la lune.

Das Kapital bouscule les codes tout comme Gainsbourg l’avait fait en détournant La Marseillaise en reggae.

Si rythmes et développement des morceaux prennent leur distance avec les écritures originelles, le respect des lignes mélodiques permet de préserver l’essence des morceaux et aide à identifier les musiques.

Après l’écoute de l’album, on continue à aimer les pièces et chansons qu’on chérissait et l’on découvre autrement ce qui nous touchait peu. En fait, il a suffi de quelques arrangements inventifs et du talent des trois compères complices pour que ces airs (archi)connus résonnent autrement. Là réside la vertu pédagogique de l’album, avec qui on ré-apprend à écouter.

Sur « Vive la France! » la démarche un brin insolente et irrévérencieuse du trio Das Kapital offre de nouvelles couleurs et des superbes contrastes à quelques perles de la musique française populaire et savante. Ces monuments du patrimoine français en ressortent ragaillardis et revigorés… et ceux et celles qui les écoutent aussi !

Pour vivre live la musique du trio Das Kapital, rendez-vous à 20h le 12 février 2019 au Théâtre Claude Debussy de Maisons-Alfort, dans le cadre du festival “Sons d’Hiver”. Une belle occasion pour écouter en concert Pavane pour une Infante Défunte, Le Vertigo, Rondeau, Born to be alive, Comme d’habitude, Gymnopédie #1, Ma plus belle histoire d’amour, Ne me quitte pas, Marche pour la cérémonie des Turcs, Le temps ne fait rien à l’affaire, Les deux yeux bruns, doux flambeaux de ma vie, L’Arlésienne et La Mer.

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Poésie et énergie avec Youpi Quartet & « Mozaïc »

Rarement groupe n’a aussi bien porté son nom que le Youpi Quartet. En effet, ce groupe fusionnel offre une musique à la fois énergique et enchanteresse. Sans instrument harmonique, le quartet complice réunit les souffles de la flutiste Émilie Calmé et de l’harmoniciste Laurent Maur et la performante paire rythmique composée du bassiste Ouriel Ellert et du batteur Curtis Efoua. L’oreille savoure l’éclatante alchimie musicale de « Mozaïc » et après l’écoute de l’album, un seul mot échappe … Youpi !

lire plus
Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

Kandace Springs revient avec « The women who raised me »

La chanteuse et pianiste Kandace Springs revient avec « The Women who raised me », un album studio qui rend hommage aux voix des femmes qui l’ont inspirée. Avec élégance, elle reprend des standards chantés par douze grandes voix féminines. Entourée par d’illustres artistes de jazz, elle parcourt un voyage au fil d’un siècle de musique et projette sa voix magnétique dans l’espace jazz. Élégance et émotion sont au rendez-vous.

lire plus

Mort du saxophoniste Manu Dibango

Après une carrière de plus de soixante ans, le saxophoniste et compositeur Manu Dibango a succombé au Covid-19 le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans. Le plus français des Camerounais laisse son public orphelin mais son héritage survivra aux années comme une réussite absolue de métissage des musiques africaines avec la soul et le jazz.

lire plus
Share This