Clin d’œil à Miniatus Quartet & « Mean Things »

Belles surprises et subtiles émotions

Huit mois après la sortie de l’album « Mean Things », Miniatus Quartet propose son jazz le 17 Novembre 2018 au Centre Culturel de Lesquin et au festival Jazz d’H.Beaumont. La musique s’appuie sur les fondamentaux du jazz. Expressives et riches, les improvisations virtuoses prennent vie dans l’instant et explorent librement l’espace musical. Un album à découvrir.

Trio à l’origine, Miniatus est cofondé en 2004 par trois musiciens issus de la région Rhône-Alpes-Auvergne, le saxophoniste Benoît Baud, le contrebassiste Basile Mouton et le batteur Stéphane Foucher. Tous trois créent une musique libre et énergique enracinée dans la tradition d’un jazz libre et moderne qui regarde aussi du côté de la pop, du hip-hop et des musiques ethniques. Avec la venue du pianiste niçois Frédéric D’Oelsnitz en 2006, le trio s’étoffe et devient le Miniatus Quartet.

Naissance de « Mean Things »

couverture de l'album "Mean Things" de Miniatus SuartetLes musiciens du Miniatus Quartet se retrouvent les 12 et 13 mai 2016 au « Crescent Jazz Club » de Mâcon où ils enregistrent l’album « Mean Things ». Entièrement auto-réalisé (prise de son et mixage par Stéphane Foucher et masterisation par David Rabhi au studio Polycarpe), cet album de Miniatus Quartet reçoit un bel accueil lors de sa sortie en mars 2018.

Sans doute parce que la musique de « Mean Things » cible l’essentiel, l’album est distingué par une « Révélation » de Jazz Magazine en mars 2018 et figure parmi les disques élus par Citizen Jazz en octobre 2018. Un beau début pour cet album auto-distribué que tout amateur de jazz peut de procurer ICI.

A mille lieues des discours formatés, la musique de Miniatus Quartet se développe sans jamais lasser. Elle réserve de belles surprises et laisse affleurer de subtiles émotions. Aucune velléité de séduction chez ces musiciens dont le propos s’appuie sur les fondamentaux du jazz sans pour autant céder à la facilité ni à la complaisance.

Neuf plages à explorer toutes oreilles ouvertes

« Mean Things » propose neuf compositions originales inscrites dans la tradition moderne du Jazz. Sept d’entre elles sont à porter au crédit de Benoit Baud et les deux autres à Basile Mouton. L’écriture très personnelle des deux artistes donne toute latitude aux musiciens pour exprimer leur virtuosité déroulée librement sur les ailes d’une inventive inspiration.

Portés par une rythmique solide et fougueuse, les solistes se saisissent à pleines notes de l’espace d’expression qui leur est offert et élaborent des improvisations dont l’inspiration sans cesse renouvelée s’abreuve aux sources de la liberté.

Bud Bug ouvre l’album et présente de belle manière les musiciens sur un tempo rapide riche de ruptures rythmiques. On apprécie l’improvisation fougueuse et la sonorité fluide du saxophone alto émule de Kenny Garrett et le solo tonique du piano.

Min to Min débute par un motif répétitif du Rhodes poussé par la batterie et la contrebasse. Dans l’espace ouvert, l’alto déroule une mélodie hypnotique. Le solo turbulent du Rhodes est suivi d’une improvisation du saxophone voltigeur dont les tourbillons de notes sont portés par le jeu intense et réactif de la batterie.

On se laisse interpeler par la structure complexe de Hindy Pop où le style fluide de l’alto porte la parole d’un jazz post hard bop bien trempé. Sur Power Frissons, la ligne mélodique claire et réitérative exposée par le saxophone génère une atmosphère méditative aux étranges échos. On est accroché par les sonorités et le chorus du Rhodes. Le solo inspiré de la contrebasse est soutenu par le drumming charpenté et continu de la batterie.

Parmi les sept compositions de Benoit Baud, les atmosphères des deux morceaux du contrebassiste Basile Mouton dessinent des climats différents. By the Way incite à la rêverie sur une ballade où le saxophone se fait mélancolique et répond à la contrebasse boisée. On est saisi par l’introduction lyrique du piano sur Loup Alpha dont le thème est exposé par la contrebasse en totale osmose avec le saxophone soprano lumineux aux lignes mélodiques sinueuses et stimulantes.

Mammie Trotte inscrit son discours dans la trace d’un free jazz qui n’est pas sans évoquer l’influence d’un certain Ornette Coleman. L’alto véloce et le piano vagabond explorent l’espace de liberté que la section rythmique leur ménage. On vibre aux accents de ce morceau dont l’insolence ravit.

On est touché par l’originalité du très peu académique Yoko Blues où l’alto incisif et le piano groovy flottent au-dessus d’une rythmique qui se plait à déstructurer le tempo.

Comme il a commencé, l’album se termine sur un tempo rapide, celui de Retenue. Après l’exposé du thème, l’alto se lance dans un solo combattif avec la batterie souple et efficace. Le Rhodes les rejoint et tente d’arbitrer le match mais loin d’apaiser le climat comme il semble le faire tout d’abord, il enflamme l’atmosphère.

Au final, la musique est gagnante de bout en bout sur cet album « Mean Things » dont les facettes et les couleurs contrastée ravissent.

 
Pour retrouver les ambiances de « Mean Things », rien de mieux que des concerts où l’on fait confiance au Miniatus Quartet pour transcender sa musique. Benoit Baud (saxophones alto et soprano), Basile Mouton (contrebasse), Frédéric D’Oelsnitz (piano, Fender rhodes) et Stéphane Foucher (batterie) donnent RV aux amateurs de jazz le 17 novembre 2018 pour un showcase à 11h au Centre Culturel de Lesquin puis pour un concert au Festival Jazz d’Hénin Beaumont le soir.
D’autres dates à venir en 2019 sont à retrouver ICI, dans la rubrique concert du site de Miniatus Quartet.
Clin d’œil à Shijin

Clin d’œil à Shijin

Projet international, « Shijin » réunit le bassiste Laurent David, le saxophoniste Jacques Schwarz-Bart, le batteur Stéphane Galland et le pianiste Malcolm Braff, quatre solistes aux styles et personnalités musicales différentes. Construite sous le signe de la liberté, la musique du quartet concentre une énergie intense que de belles mélodies mettent en cohérence.

Adrien Chicot est de retour avec « City Walk »

Adrien Chicot est de retour avec « City Walk »

Après « All in » et « Playing in the Dark », Adrien Chicot est de retour avec « City Walk ». Fidèle à ses complices, le contrebassiste Sylvain Romano et le batteur Jean- Pierre Arnaud, le pianiste propose un album d’une fougue et d’une élégance rares. La musique moderne, fluide et rythmique évoque avec justesse les atmosphères urbaines.

Clin d’œil à Claudio Miotti et « CLAXXX »

Clin d’œil à Claudio Miotti et « CLAXXX »

Sur l’album « CLAXXX », le trio du guitariste Claudio Miotti présente une musique singulière. La guitare baryton du leader s’unit aux clarinettes lyriques de Matteo Pastorino et au solide groove de la batterie de Jean-Baptiste Pinet. Entre rock rageur et jazz nuageux la musique hésite et privilégie les contrastes.

Share This