Clin d’œil à Max Stadtfeld & « Stax »

Clin d’œil à Max Stadtfeld & « Stax »

Innovation et liberté

Avec « Stax », le jeune batteur allemand Max Stadtfeld propose une musique innovante A la tête d’un quartet énergique, il propulse un album dont l’expression surprend et enchante par sa spontanéité et sa fraîcheur. D’un bout à l’autre du répertoire, les musiciens explorent l’espace avec une liberté d’expression peu commune.

Couverture de l'album Stax de Max StadtfeldSorti le 26 avril 2019, l’album « Stax » (ACT/PIAS) constitue un bel exemple de ce que le jeune jazz allemand propose aujourd’hui.

Porté par le batteur Max Stadtfeld, le quartet interprète une musique créative et très personnelle ancrée dans le monde actuel. Axés autour du rythme, les propos musicaux s’inscrivent dans des espaces d’improvisation très ouverts.

« Stax » ancre son identité dans une liberté expressive et ludique fondée sur une grande maturité et une virtuosité maîtrisée.

Max Stadtfeld

Le jeune batteur a étudié auprès de Heinrich Köbberling et Michael Wollny à la Leipzig University of Music and Drama. Au début de l’année 2019 Michael Wollny choisit le jeune batteur de 25 ans pour son quintet BAU.HAUS.KLANG qui comptait dans ses membres notamment le saxophoniste Émile Parisien. Inséré dans la communauté des musiciens de Leipzig, le batteur apprend en se confrontant aux autres.

“La musique est un condensé d’impressions”,,. “le rythme me fascine” déclare Max Stadtfeld.

Frappes denses ou lignes rythmiques entrelacées ou suggérées, Max Stadtfeld s’autorise tous les styles de figure, toutes les nuances. Il crée des espaces qui ouvrent une grande liberté expressive à ses partenaires qu’il stimule.

Autour de Max Stadtfeld

Le leader façonne son expression, la libère et définit son style. Il se lance dans l’aventure, développe sa musique et forme son quartet Stax, version contractée de Max Stadtfeld, à prononce « schtaks »,

Le quartet du batteur Max Stadtfeld

Max Stadtfeld Quartet©ACT_Janning-Trumann

A ses côtés, le batteur réunit un contrebassiste et deux solistes.

Le contrebassiste Reza Askari a étudié à Cologne et a beaucoup tourné avec Lee Konitz. Son jeu solide constitue le socle du groupe. De fait, la contrebasse assume le rôle de pivot, incarne en quelque sorte le point d’équilibre autour duquel les autres gravitent et libèrent leur expression.

Le jeune guitariste Bertram Burkert au jeu en même temps abrasif et très subtil inspiré par celui de John Scofield mais dont il a su se différencier. Il croise ses phrases virtuoses avec celles du saxophoniste ténor Matthew Halpin. Originaire d’Irlande, et basé actuellement à Cologne, ce dernier a étudié à Berklee. Il ne tombe pas dans les travers de celui à qui souffle le plus vite et le plus fort. Dans la plus pure tradition des anciens, il joue avec le son et il n’est pas sans évoquer la figure de Joe Lovano. Son jeu présente de nombreuses facettes qui évoluent selon les interactions avec les autres instrumentistes et en fonction du contexte narratif des morceaux.

Les dialogues saxophone-guitare structurent et déterminent l’esthétique musicale sans cesse renouvelée des morceaux. Leurs expressions recourent à des effets ludiques ou plus convenus mais sont toujours dénués d’agressivité.

« Stax »

Construit comme un voyage en dix étapes, « Stax » déroule huit compositions originales de Max Stadtfeld et deux reprises de standards.

Le quartet fait une escale dans le monde de Cole Porter avec une version expressionniste de Begin the Beguine où ténor et guitare enroulent leurs expressions aquatiques autour de la contrebasse et des salves rythmiques pointillistes. Les quatre musiciens entreprennent aussi une incursion dans The Jungle Book Overture de George Bruns. Onirique et enchanteur.!

De Liggeringen qui ouvre l’album comme un hymne qui rend hommage à la ville natale de Max Stadtfeld près du lac de Constance à Fifteen Shades of Grey, en quinze mesures, les musiciens proposent autant de climats que de morceaux.

Chaque titre de « Stax » constitue un paysage. Au fil des plages les quatre musiciens s’amusent comme des fous et proposent une musique évolutive et contrastée dont la vitalité et l’originalité ne se dément pas du début à la fin de l’album.

Innovante, ludique et mature en même temps, la musique de « Stax » conte une histoire dont chaque morceau constitue un chapitre. Avec virtuosité et souplesse les musiciens s’expriment dans des espaces d’improvisation aux contours rythmiques riches et mouvants.

Echo#3-Jazz à Vienne 2019

Echo#3-Jazz à Vienne 2019

Echo#3-Jazz à Vienne 2019 propose un retour sur la soirée du 10 juillet 2019 sur la scène du Théâtre Antique du festival Jazz à Vienne. Loin des formats habituels, « Bagatelles Marathon » a  permis au public de découvrir la conception que son créateur John Zorn a du jazz. L’occasion de pénétrer dans un univers musical ouvert sur de nombreux idiomes sans discrimination de genres. Une proposition hors norme, un évènement d’exception.

lire plus
Echo#2-Jazz à Vienne 2019

Echo#2-Jazz à Vienne 2019

Echo#2-Jazz à Vienne 2019 revient sur les musiques écoutées le 09 juillet 2019 au festival Jazz à Vienne. Cette soirée propose deux sets aux styles contrastés. Après avoir réservé un bon accueil à la musique innovante de « Ghosts Songs » proposée par Paul Jarret & Jim Black, le public a ovationné avec chaleur le set de Diana Krall venue en trio avec Joe Lovano en invité spécial.

lire plus
Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Dans cet Echo#1-Jazz à Vienne 2019, Cuba est à l’honneur. La soirée  du 08 juillet 2019 de Jazz à Vienne avec Omar Sosa et Yilian Canizares puis Chucho Valdès Quintet a tenu toutes ses promesses. Le public est reparti comblé par cette soirée qui a fait alterner avec bonheur, poésie et nostalgie avec flamboyance et polyrythmie.

lire plus
Share This