Clin d’œil à Anis Benhallak et « Apes Theater »

Clin d’œil à Anis Benhallak et « Apes Theater »

Entre sensibilité et énergie, un univers habité

Le guitariste compositeur Anis Benhallak revient le 30 novembre 2018 avec un nouvel album. « Apes Theater » propose un jazz andalou abreuvé de l’énergie du rock. Composée entre Damas, Alger, New-York et Paris, la musique croise les cultures et dessine un univers musical à la fois sensible et énergique. Belles respirations aériennes, superbes mélodies et riches harmonies comblent l’oreille.

Après son premier opus « Paradoxical Project » (Bonsai Music/Harmoniamundi) sorti en 2015, le guitariste Anis Benhallak propose son nouveau album « Apes Theater » (Miz’art Production/Orkhestra International) à sortir le 30 novembre 2018.

Au croisement des cultures

Dans le creuset de sa culture traditionnelle algérienne, le guitariste Anis BenhallakAnis Benhallak inscrit des éléments musicaux qu’il emprunte autant à l’Orient qu’à l’Occident. Il croise les cultures et explore avec liberté les chemins du jazz et ceux de ses racines. En quête d’un univers ouvert à  la diversité, il puise son inspiration à des sources multiples, jazz, chaabi, rock, pop. Sa recherche musicale le conduit à proposer des pièces chantées en ladino, en arabe et en tamazight, langue berbère.

Guitariste virtuose, Anis Benhallak chevauche les riches harmonies du jazz, emprunte son énergie au rock et orne son discours de complexes mais subtiles mélodies orientales. Il habite de sa sensibilité et de son énergie un univers aux confluences de plusieurs cultures et aux frontières ouvertes sur l’avenir.

« Apes Theater »

couverture de l'album Apes Theater du guiariste Anis BenhallakPour son deuxième album, Anis Benhallak élabore un répertoire composé entre Damas, Paris, Alger et New-York. Autour de lui il réunit un casting international avec le contrebassiste Chris Jennings et le batteur  Karim Ziad. D’autres invités les rejoignent : le pianiste Gregory Privat, la chanteuse Kawthar Meziti, le saxophoniste Damien Hennicker,  le chanteur Youba Adjrad, le percussionniste Adel Khababa et le pianiste Smail Benhouhou.

Enregistré par Julien Bassères au Studio de Meudon près de Paris puis mixé et masterisé par Dave Darlington au Bass Hit Studio de New York, l’album « Apes Theater » propose dix pistes au fil desquelles on se laisse transporter au gré des dix étapes d’un voyage dépaysant.

De plage en plage

L’album ouvre sur Majnoun Leila. Après une courte introduction au piano, le tempo se fait rapide sur des harmonies orientales où la voix pose une charmante mélopée. Les césures rythmiques impulsées par la batterie et le chorus de guitare convoquent le souvenir des ambiances brossées par Chick Corea sur Spain.

On tombe ensuite sous le charme de Ir me Quiero, un chant aux teintes arabo-andalouses. La voix cristalline de Kawthar Meziti et les ornementations du saxophone soprano incitent au recueillement. Sur un motif harmonique réitératif qu’impulsent piano, contrebasse et batterie, le soprano et la guitare exposent la superbe mélodie orientale du titre Insomnia aux inflexions complexes. Le solo de Gregory Privat illumine le titre de ses arabesques inspirées.

Sur Pycnonotus la voix fluide et aérienne de Youba Adjrad élève ses incantations et dépayse la musique du côté du Sahara. Le piano de Smail Benhouhou contribue à créer un climat d’une grande sérénité.

On se réveille avec les harmonies quasi bucoliques de Breakfast in Damascus; Voix et guitare invitent à partager un moment pastoral auquel aspirent sans doute les populations de la ville. Guitare et voix continuent leur périple sur la complainte El Djazair. La nuit avance et l’on retrouve Midninght in Barbes et son jazz modal énergique. La guitare volubile s’exprime avec aisance sur des arrangements peaufinés.On est renversé par le groove absolu de ce morceau;

On se laisse séduire par Belaredj porté par la grâce du soprano et la virtuosité de la guitare. On vole littéralement sur le tapis d’Usfan en suivant ensuite le groupe dans une ambiance qui unit l’énergie et les sonorités du rock avec les harmonies orientales.

L’album se termine avec le planant The Blind Monkey sur un tempo de ballade d’où émerge la sonorité spatiale de la guitare qui joue comme en apesanteur.

Entre jazz et world-music, le guitariste Anis Benhallak élabore un univers singulier qui croise les cultures et ressemble au monde d’aujourd’hui. Sa guitare navigue entre tradition et modernité. Il abolit les frontières musicales, réunit les différences et fait voyager sans transition d’un monde à un autre.

 

Pour s’immerger live dans les ambiances de l’album « Apis Theater », RV à 21h le 11 décembre 2018 au Sunside à Paris pour retrouver le guitariste Anis Benhallak entouré de la chanteuse Kawthar Meziti, du saxophoniste Damien Hennicker, du pianiste Maximillien Hele-Forget, du contrebassiste Mauro Gargano et du batteur Arnaud Dolmen.
Echo#3-Jazz à Vienne 2019

Echo#3-Jazz à Vienne 2019

Echo#3-Jazz à Vienne 2019 propose un retour sur la soirée du 10 juillet 2019 sur la scène du Théâtre Antique du festival Jazz à Vienne. Loin des formats habituels, « Bagatelles Marathon » a  permis au public de découvrir la conception que son créateur John Zorn a du jazz. L’occasion de pénétrer dans un univers musical ouvert sur de nombreux idiomes sans discrimination de genres. Une proposition hors norme, un évènement d’exception.

lire plus
Echo#2-Jazz à Vienne 2019

Echo#2-Jazz à Vienne 2019

Echo#2-Jazz à Vienne 2019 revient sur les musiques écoutées le 09 juillet 2019 au festival Jazz à Vienne. Cette soirée propose deux sets aux styles contrastés. Après avoir réservé un bon accueil à la musique innovante de « Ghosts Songs » proposée par Paul Jarret & Jim Black, le public a ovationné avec chaleur le set de Diana Krall venue en trio avec Joe Lovano en invité spécial.

lire plus
Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Echo#1-Jazz à Vienne 2019

Dans cet Echo#1-Jazz à Vienne 2019, Cuba est à l’honneur. La soirée  du 08 juillet 2019 de Jazz à Vienne avec Omar Sosa et Yilian Canizares puis Chucho Valdès Quintet a tenu toutes ses promesses. Le public est reparti comblé par cette soirée qui a fait alterner avec bonheur, poésie et nostalgie avec flamboyance et polyrythmie.

lire plus
Share This